Leurs dictateurs étaient l’avenir de l’homme

Faits et commentaires

   Forum

Il y a 13 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 573

Leurs dictateurs étaient l’avenir de l’homme

7 mars 2011 — Revenons sans cesse et sans cesse sur la même rengaine : il s’agit de comprendre précisément la signification du vaste “enchaînement crisique” démarré en décembre 2010 et se structurant en une vaste chaîne crisique. Il s’agit de comprendre le sens de l’événement, et qui y perd à transformer ce sens, d’ailleurs souvent sans conscience de la mystification, par simple emprisonnement du virtualisme et du langage qui s'accorde à lui, établi par le système de la communication.

Il s’agit d’abord de comprendre précisément ce qui a été détruit et ce qui est en train de l’être. Nous nous référons à deux textes pour cela, excellemment documentés, parfaitement cohérents et logiques.

• Le premier est un texte du WSWS.org du 5 mars 2011. Il nous montre que ce qui a été détruit (en Egypte, en Tunisie) ou qui est en train d’être détruit (en Libye), c’est une situation de stabilisation de trois pays qui étaient devenus des modèles d’applications du néolibéralisme intégral, ou ultralibéralisme, autrement dit de la conception la plus fondamentale pour la modernité.

«The most obvious common feature of Tunisia, Egypt and Libya—the three principal storm centres so far—is that a far-reaching program of neo-liberal “free market” restructuring has taken place in all of them in the recent period. These policies, including large-scale privatisation, the winding back of national economic and financial regulation, the destruction of tens of thousands of jobs and cuts in state subsidies, have been overseen by the International Monetary Fund (IMF) on behalf of global finance capital.

»Last October, the IMF issued a report in which it bewailed the general “lack of competitiveness in the Middle East and North Africa.” It pointed, however, to two “success stories.” Tunisia had become the “outsourcing hub” of the region, with “simplified regulation, modern infrastructure, government incentives and commitment to a knowledge-based economy that generates well-trained, low-cost workers.” The self-immolation of a young unemployed worker last December was the trigger for the Tunisian uprising. As for Egypt, it had attracted considerable global IT investment with recent “structural reforms” leading to “improvements in the business environment.”

»Libya has also been the subject of glowing reports. On October 28 last year, the IMF commended Libyan authorities “on efforts to enhance the role of the private sector in the economy”. It hailed “efforts to deepen the financial markets” as “commendable” and pointed out that there were no more government-owned banks and that “foreign partners” were involved in six of the country’s 16 operating banks.»

• Un autre texte, remarquable dans son détail et dans sa profondeur, a été publié sur Aljazeera.net le 24 février 2011. Il est de Walter Armbrust, professeur de la section des Etudes du Moyen-Orient Moderne à l’université d’Oxford, auteur notamment de Mass Culture and Modernism in Egypt. Voici quelques extraits de ce texte qui mérite une lecture complète.

«The hunt for regime cronies’ billions may be a natural inclination of the post-Mubarak era, but it could also lead astray efforts to reconstitute the political system. The generals who now rule Egypt are obviously happy to let the politicians take the heat. Their names were not included in the lists of the most egregiously corrupt individuals of the Mubarak era, though in fact the upper echelons of the military have long been beneficiaries of a system similar to (and sometimes overlapping with) the one that that enriched civilian figures much more prominent in the public eye such as Ahmad Ezz and Habib al-Adly.

»To describe blatant exploitation of the political system for personal gain as corruption misses the forest for the trees. Such exploitation is surely an outrage against Egyptian citizens, but calling it corruption suggests that the problem is aberrations from a system that would otherwise function smoothly. If this were the case then the crimes of the Mubarak regime could be attributed simply to bad character: change the people and the problems go away. But the real problem with the regime was not necessarily that high-ranking members of the government were thieves in an ordinary sense. They did not necessarily steal directly from the treasury. Rather they were enriched through a conflation of politics and business under the guise of privatization. This was less a violation of the system than business as usual. Mubarak’s Egypt, in a nutshell, was a quintessential neoliberal state. […]

»Two observations about Egypt’s history as a neoliberal state are in order. First, Mubarak’s Egypt was considered to be at the forefront of instituting neoliberal policies in the Middle East (not un-coincidentally, so was Ben Ali’s Tunisia). Secondly, the reality of Egypt’s political economy during the Mubarak era was very different than the rhetoric, as was the case in every other neoliberal state from Chile to Indonesia. Political scientist Timothy Mitchell published a revealing essay about Egypt’s brand of neoliberalism in his book Rule of Experts (the chapter titled “Dreamland” — named after a housing development built by Ahmad Bahgat, one of the Mubarak cronies now discredited by the fall of the regime). The gist of Mitchell’s portrait of Egyptian neoliberalism was that while Egypt was lauded by institutions such as the International Monetary Fund as a beacon of free-market success, the standard tools for measuring economies gave a grossly inadequate picture of the Egyptian economy. In reality the unfettering of markets and agenda of privatization were applied unevenly at best. […]

»The political economy of the Mubarak regime was shaped by many currents in Egypt’s own history, but its broad outlines were by no means unique. Similar stories can be told throughout the rest of the Middle East, Latin America, Asia, Europe and Africa. Everywhere neoliberalism has been tried, the results are similar: living up to the utopian ideal is impossible; formal measures of economic activity mask huge disparities in the fortunes of the rich and poor; elites become “masters of the universe,” using force to defend their prerogatives, and manipulating the economy to their advantage, but never living in anything resembling the heavily marketised worlds that are imposed on the poor.

»The story should sound familiar to Americans as well. For example, the vast fortunes of Bush era cabinet members Donald Rumsfeld and Dick Cheney, through their involvement with companies like Halliburton and Gilead Sciences, are the product of a political system that allows them — more or less legally — to have one foot planted in “business” and another in “government” to the point that the distinction between them becomes blurred. Politicians move from the office to the boardroom to the lobbying organization and back again. […]

»A neoliberal fix would, however, be a tragedy for the pro-democracy movement. The demands of the protesters were clear and largely political: remove the regime; end the emergency law; stop state torture; hold free and fair elections. But implicit in these demands from the beginning (and decisive by the end) was an expectation of greater social and economic justice. Social media may have helped organise the kernel of a movement that eventually overthrew Mubarak, but a large element of what got enough people into the streets to finally overwhelm the state security forces was economic grievances that are intrinsic to neoliberalism. These grievances cannot be reduced to grinding poverty, for revolutions are never carried out by the poorest of the poor. It was rather the erosion of a sense that some human spheres should be outside the logic of markets. Mubarak’s Egypt degraded schools and hospitals, and guaranteed grossly inadequate wages, particularly in the ever-expanding private sector. This was what turned hundreds of dedicated activists into millions of determined protestors.

»If the January 25th revolution results in no more than a retrenchment of neoliberalism, or even its intensification, those millions will have been cheated. The rest of the world could be cheated as well. Egypt and Tunisia are the first nations to carry out successful revolutions against neoliberal regimes. Americans could learn from Egypt. Indeed, there are signs that they already are doing so. Wisconsin teachers protesting against their governor’s attempts to remove the right to collective bargaining have carried signs equating Mubarak with their governor. Egyptians might well say to America “uqbalak” (may you be the next).»

Notre commentaire

La documentation est abondante. Arbrust nous donne une description au scalpel de la chose, WSWS.org nous apporte les éléments objectifs qui la confirment, notamment avec l’onction du FMI plus que jamais sorte d’“avant-garde du néolibéralisme” comme l’on parlait in illo tempore de l’“avant-garde du prolétariat”… Cette “chose”, à savoir que les “dictatures” infâmes qui s’écroulent comme châteaux de cartes au Moyen-Orient sous nos applaudissements ravis sont en fait, ou bien “étaient” c’est selon, d’exemplaires structures néolibérales, des modèles pour l’avenir du monde et l’avenir de l’homme, des parangons presque avant-gardistes de la modernité, sorte de post-postmodernité si l’on veut. (Nous parlons de “structures néolibérales”, nous ne parlons ni de nations, ni de pays ; ne mélangeons pas torchons et serviettes.)

Cette définition générale modifie complètement l’orientation de la narrative qui est généralement colportée aujourd’hui, qui est celle d’un mouvement général de libération vers la “démocratisation”, c’est-à-dire vers le modèle néolibéral occidental que ces dictatures n’auraient pas été par conséquent. Mais il se trouve que ces dictatures, loin d’être des structures “dissidentes” de l’ordre général, et du modèle néolibéral occidental, étaient au contraire complètement conformes à ce modèle, sinon en avance sur lui. Il n’y là rien qui doive étonner. Qui a lu le superbe Stratégie du choc de Naomi Klein sait bien que l’ultralibéralisme a besoin de la dictature, de la terreur policière, de la torture, de la contrainte et de la corruption pour fleurir, – sorte de “cent-Fleurs” de Mao transposé au système ultralibéral, – pour être établi avec la plus grande efficacité possible, et que ce cadre oppressif est le plus propice à la prospérité de cet ordre néolibéral, lequel est le fondement même de la modernité. (Parmi les exemples nombreux que détaille Klein, celui du Chili, avec la dictature de Pinochet qui permit à l’“école de Chicago”, – Norman Friedman et ses divers croyants de l’ultralibéralisme, – d’établir un régime économique ultralibéral absolument pur et sans tâche.) Là-dessus, qu’on façonne une pseudo-démocratie ou qu’on en reste à la dictature importe peu puisque l’essentiel, l’ordre néolibéral et ultralibéral, est en place.

Il y a à cet égard une fermeture de l’esprit américaniste-occidentaliste, une fermeture à double tour grâce à la puissance terroriste des mots. L’analogie terroriste qui est faite entre démocratie et modernité sous le patronage de la vertu, sans prendre garde que la modernité est l’équivalent de l’ordre néolibéral, renvoie sans coup férir à cette autre analogie terroriste, inverse de la précédente, entre dictature et “anti-modernité”. Au contraire, la dictature, dans sa version postmoderniste ou post-postmoderniste que l’ordre néolibéral a façonnée (Moubarak et Ben Ali, voire Kadhafi), est soit la voie triomphale vers la démocratie néolibérale type BAO (bloc américaniste-occidentaliste), soit un régime encore plus “vertueux” (plus néolibéral) que la démocratie néolibérale type BAO. Complète fermeture de l’esprit à cet égard…

Voici une anecdote… Prenons Arnaud Montebourg, du parti socialiste français, qui dit parfois des choses sensées, – notamment lorsqu’il réclame une refonte complète du système européen, avec abandon exigé de certaines directives néolibérales de la Commission européenne pour faire sortir l’Europe de la calamité néolibérale. Il y a deux semaines à peu près, Montebourg était l’invité du Grand Journal de Canal +, phare parisien de l’information branchée du parti des salonnards. Il parla du mouvement de “démocratisation” dans les pays arabes avec enthousiasme, en en faisant une victoire massive de la modernité sur le terrorisme type-Al Qaïda, ce qui rejoint évidemment les conceptions conformistes de l’ordre démocratique du Système, du bloc BAO marchant au rythme du Système. Puis il s’interrompit et, pour appuyer son propos qu’il voulait émouvant, il lut la lettre adressée à sa mère par le jeune Tunisien Mohamed Bouazizi, avant que ce jeune homme ne s’immole par le feu et ne déclenche, involontairement, par ce sacrifice, la grande chaîne de la soi-disant “démocratisation” ; lettre qui se termine par ces mots terribles et sublimes : «Si tu veux savoir pourquoi je m’immole, demande-le à notre époque.»… Nous savons tous de quoi il est question ; diplômé-chômeur, vendeur de fruits à la sauvette par nécessité de survie, soumis aux pressions économiques et à la corruption de l’ordre public du président Ben Ali, Mohamed Bouazizi n’a pas résisté à l’indignité et à l’humiliation qu’impose à l’être humain l’ordre néolibéral, dont la Tunisie de ce même Ben Ali était un fleuron… Où voit-on là-dedans une “victoire sur le terrorisme” ? (Quelle dommage… Parlant de “terrorisme”, Montebourg aurait pu parler du terrorisme néolibéreral, du terrorisme de la modernité en vérité et du seul vrai terrorisme, ce qui aurait fait de lui un esprit remarquablement lucide, et d’ailleurs en conformité avec ses positions à l’encontre de la Commission européenne ; effectivement, c’est contre le terrorisme de la modernité qu’est dirigée cette révolte de la chaîne crisique. Mais non, il parla bien du terrorisme type-Al Qaïda…)

…Assez curieusement, ou bien dirions-nous par rapport à ce qui va suivre, d’une façon révélatrice, le propos de Montebourg rejoint celui du général Stanley McChrystal, dont on connaît la carrière qui va du commandement de toutes les “forces spéciales” US à un fort court séjour à la tête des forces du bloc BAO en Afghanistan. Le 4 mars 2011, McChristal donna à Washington une conférence qui fut saluée par une standing ovation. Il y salua avec une émotion considérable le processus de “démocratisation” en cours dans les pays arabes, qu’il définit comme une victoire décisive sur Al Qaïda – et, par conséquent, se permet-on d’imaginer, une victoire de l’américanisme et du modèle néolibéral et hyperlibéral… («I'm very excited about it. When I think about the great causes of frustration and extremism, I think [they] often [come] when people don't feel like they have a stake in their own governance. I think the degree to which countries can evolve and let generations feel like they're part of the country and part of the future...helps us in so many ways. I think the big losers are extremist organizations like Al Qaeda because they leverage that frustration.»)

Ne nous attardons pas aux évidences que sont ces contradictions criantes. C’est bien le modèle néolibéral et ultralibéral (par dictateurs interposés) qui est pulvérisé par la “révolution” qui court de la Tunisie à l’Egypte (Armbrust : «Egypt and Tunisia are the first nations to carry out successful revolutions against neoliberal regimes») ; et tant de commentateurs américanistes-occidentalistes battant des mains pour saluer la victoire du modèle néolibéral et ultralibéral (par “démocratisation” interposée) saluent ainsi une superbe contradiction et font honneur à l’esprit sophistique que nous suggère et nous impose le Système. Ce qui nous importe à ce point, ce sont les comportements psychologiques et intellectuels qui font bon marché des faux semblants, des contradictions, d'inconscients raisonnements par l’absurde et qui en restent à l’absurde, etc., et tout cela selon la meilleure foi du monde sans nul doute.

La prison des “mots-matière”, des mots solidifiés

Ainsi en revenons-nous avec entêtement à notre chère psychologie. C’est elle, en effet, qui est la clef de tout dans un univers régi par le système de la communication… Le système de la communication, c’est-à-dire ses voltes et ses faces, ses perversions terribles accordées au service du Système et ses trahisons du Système qui en font ce Janus dont l’action est devenue complètement incontrôlable par le Système comme par quiconque ; cela, pour qui sait y faire, qui en fait un allié inattendu de la résistance au Système se transformant ainsi en attaque contre le Système.

Le caractère que nous voulons mettre en évidence, – qui est certes extraordinaire, voire inattendu et imprévu, mais qui n’est en aucun cas surprenant, – c’est l’emprisonnement dans les mots que l’on relève en “commentaire” de ces événements arabes (et autres) par ceux qui sont dans le Système ou proches de lui (même s’ils ont de bonnes intentions et savent parfois garder un pied en dehors pour penser différemment par moment). En fait de “mots”, il s’agit de “mots-concepts” (ou d’expressions) qui sont devenus des “mots-terroristes” qui anesthésient la pensée pour la rendre malléable, qui l’orientent par des automatismes de conditionnement, et qui parviennent à la fausser en la solidifiant. Le mot “démocratie” ou “démocratisation” dans ce cas, à l’image de quelques autres qu’on connaît, est devenu une véritable prison de l’esprit, qui secrète elle-même des raisonnements, des conclusions, des constats, en dépit de la réflexion que pourraient, que devraient lui opposer l’esprit et sa pensée ; idem à l’inverse pour le mot “dictature”, pour le cas qui nous occupe. Nous ne sommes dans la logique orwellienne qu’en apparence, parce que la logique orwellienne reste une dynamique de l’inversion des mots dont on peut avoir conscience. Il s’agit plutôt d’un enfermement par l’automatisme des réflexes d’une pensée elle-même confinée dans une seule voie de développement par ces “mots-terroristes” qui ont un caractère inerte évident ; ces mots n’ont pas un sens inversé, comme avec Orwell, ils n’ont qu’un seul sens possible qui est celui qu’on décrit.

A ce point, en effet, il nous paraît évident que nous dépassons les techniques de manipulation de la pensée (propagande, virtualisme, etc.) pour atteindre des situations où la pensée ainsi automatisée et terrorisée à cause de l’action de quelques “mots-terroriste” devient de la matière brute (en référence à notre conception du “déchaînement de la matière”, qui est le fondement, l’inspirateur et le créateur, et le moteur du Système). Effectivement, ces “mots-terroristes” devraient plutôt être désigné comme des “mots-matière” tant ils semblent se solidifier dans un hermétisme impénétrable, d’où l’on ne peut sortir lorsqu’on en est prisonnier, sinon par un effort de volonté inouïe qui représenterait une révolution copernicienne de l’esprit, qui indiquerait que l’on a été touché par l’intuition haute comme on l’est par la grâce. Ces mots solidifiés et devenus matière ne semblent plus avoir la moindre intelligence puisqu'ils sont solidifiés dans une signification hermétique. Par conséquent, la pensée influencée par ces “mots-matière” devient elle-même matière au contraire de l’esprit ; elle échappe à tous les apports habituels de son domaine, la perception et les émotions, la raison humaine quand elle n’est pas asservie au Système, l’intuition haute, etc. La pensée dans le chef de ces “mots-matière” qui la gouvernent pour les cas cités et les situations à l’intérieur du Système, est devenue inerte, simple magmas d’enchaînement de constats tracé par avance, elle ne bouge plus quelle que soit l’évolution de la situation du monde. La pensée devient matière pure.

On pourrait être tenté de comparer cela à une robotisation par programmation, mais ce n’est pas vraiment le cas. L’aspect le plus remarquable de ce phénomène est que, sortie de l’empire de ces “mots-matières”, voire à côté de cet empire qui concerne des domaines bien précis, par conséquent chez le même individu éventuellement, la pensée peut reprendre, quand l’individu est de taille, une certaine liberté et une certaine autonomie. Ainsi cohabitent un domaine inerte de la pensée, enfermée dans la matière et devenue matière, et un domaine plus ouvert, par où est possible une échappée… Par où, effectivement, existe cette possibilité inouïe de libération, si l’on parvient à se mettre en situation d’être honoré par l’influence de l’intuition haute.

A cause de l’évolution de la crise vers ses conditions paroxystiques, cette situation, entre la pensée devenue matière et la pensée qui conserve sa puissance spirituelle et l’élève éventuellement vers l’intuition haute, est devenue elle-même paroxystique dans la contradiction. La cohabitation des deux, parfois chez le même individu, tend à devenir insupportable. Les événements du monde, particulièrement le passage de la phase de la structure crisique qui a existé pendant quelques années (à partir de 2003-2004) à la phase de cette structure crisique consolidée, accélérée et devenue totalement déstabilisante par l'adjonction de la chaîne crisique comme on la voit dans les pays arabes, renforcent cette insupportabilité en l’exacerbant par la confirmation par les faits. Cette évolution, d’autre part, signale un renforcement de l’action de coercition du Système conscient de sa crise terminale et de sa Chute, à mesure des coups terribles qui lui sont portés par les mouvements de résistance et d’insurrection, comme l’est la chaîne crisique, tout cela nous rapprochant encore des conditions de la confrontation finale.


Donations

Nous avons récolté 1368 € sur 3000 €

faites un don