Les troglodytes mangeurs de chauves-souris de Wuhan

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2892

Les troglodytes mangeurs de chauves-souris de Wuhan

Nous étions en 2040, et la pandémie mondiale de coronavirus en était à sa 20e année. Un jeune couple se promenait. Ils ne se tenaient pas la main, ne s’enlaçaient pas et ne s’embrassaient pas, mais maintenaient une distance d’au moins un mètre entre eux et portaient une protection oculaire et un masque facial, comme le prescrit la loi. Il y avait longtemps qu’ils n’avaient pas pu se rencontrer, car l’un ou l’autre avait eu une toux, ou un rhume – une allergie saisonnière, ou peut-être un léger rhume – et de tels symptômes les obligeaient à vivre dans un isolement complet, leur nourriture et autres produits de première nécessité étant livrés par des robots. Pâles et faibles après leur longue période d’isolement, ils se promenaient et louchaient en plein soleil, dans l’espace sécurisé et récemment aseptisé de la promenade, à la vue des caméras de sécurité, et écoutaient les grincements aigus et stridents émis par un système de haut-parleurs destiné à effrayer les chauves-souris. Ils étaient en permanence surveillés par un logiciel d’IA qui déclenchait une alarme s’ils s’approchaient trop près l’un de l’autre ou, Dieu nous en préserve, s’ils se touchaient vraiment.

Le jeune couple avait quelque chose d’important à discuter : ils voulaient se marier et avoir des enfants, mais ils n’étaient pas sûrs de pouvoir un jour réunir suffisamment d’argent pour les tests de laboratoire sur les échantillons de sperme (pour exclure toute contamination virale) et la procédure d’insémination artificielle, rendue nécessaire par l’interdiction de tout partage direct et non supervisé de fluides corporels. On craignait également que les tests de laboratoire produisent un faux positif ou découvrent une véritable contamination virale – un événement qui pourrait les conduire à être placés en isolement dans un hôpital pour aussi longtemps qu’il faudrait pour être certifié exempt de virus.

Ils étaient tous deux très jeunes au moment où la pandémie a frappé. N’ayant connu aucune autre vie, ils considéraient leur situation et cette façon de vivre comme parfaitement normale. Ce qu’on leur avait enseigné sur la vie avant la pandémie les a remplis d’horreur : comment des gens pouvaient-ils être aussi négligents, ne pas porter de masque, marcher ensemble, partager des fluides corporels… De toute évidence, ils ont pensé, face à une telle insouciance, qu’une pandémie est exactement ce que ces personnes méritaient ! Ils étaient heureux de vivre à une époque plus éclairée.

Pour ajouter à l’horreur, ils savaient que de telles personnes insalubres et téméraires existaient encore ! Appelés pour plaisanter “les troglodytes mangeurs de chauves-souris de Wuhan”, ils habitaient à l’extérieur des hauts murs de béton qui entouraient les enceintes relativement exemptes de coronavirus, où ils cultivaient de la nourriture et élevaient des porcs et des poulets. Comme ces activités les exposaient inévitablement à de nombreux agents pathogènes potentiellement dangereux présents dans la nature, ils étaient considérés comme hautement contaminants, et tout contact physique direct avec eux était strictement interdit.

Malgré toutes ces restrictions, on peut dire que ce jeune couple était heureux, comme le sont souvent les jeunes couples amoureux, malgré les diverses vicissitudes. Mais ce couple était particulièrement heureux parce que toutes ces précautions leur permettaient de se sentir parfaitement en sécurité et protégés. Il y avait cependant quelques questions inquiétantes qui jetaient une longue ombre sur leur bonheur. Ils n’osaient pas les exprimer, d’abord parce qu’ils étaient si mal à l’aise que le fait de les exprimer rendrait instantanément leur relation gênante, et ensuite parce que, si d’autres personnes les entendaient, ils considéreraient le simple fait de soulever ces questions comme un crime de la pensée.

Et si le redouté coronavirus n’existait pas vraiment ? Ou s’il avait existé 20 ans plus tôt, mais s’était depuis épuisé ? Ou si le virus existait toujours mais qu’il n’était plus dangereux pour personne, sauf pour les personnes extrêmement malades, qui mourraient de toute façon ? Et s’il n’y avait plus de réel danger pour motiver le maintien de toutes ces diverses restrictions et précautions ? Et si elles restaient en place pour éviter une phobie de plus en plus irrationnelle qui était devenue si enracinée qu’un large éventail de comportements compulsifs et de rituels devenait nécessaire pour éviter de la déclencher ? Et si leur obsession de l’hygiène était elle-même une maladie ?

Il aurait été difficile de dire si les troglodytes mangeurs de chauves-souris qui habitaient en dehors du périmètre de haute sécurité étaient plus heureux. Leur vie était raccourcie par le manque d’hygiène et de bons soins médicaux, et de temps en temps, certains d’entre eux étaient anéantis, ainsi que leurs troupeaux, lorsqu’une grippe porcine ou aviaire particulièrement virulente faisait périodiquement son apparition. D’un autre côté, il est peu probable qu’ils aient consacré beaucoup de temps ou d’efforts à adopter un large éventail de comportements compulsifs pour éviter la contagion, ou à se demander si ces comportements compulsifs étaient justifiés.

Le dernier groupe constitué dont nous devons forcément considérer le bonheur est, bien sûr, celui des virus. Il est certain que notre jeune couple et sa cohorte, avec leur adhésion servile à une hygiène extra-bonne, ont rendu les virus assez misérables, poussant peut-être certains d’entre eux à l’extinction pure et simple. Les troglodytes, en revanche, ont probablement rendu les virus assez heureux : au lieu de les exterminer, ils ont naturellement trouvé un arrangement convivial avec eux. Après tout, ce qui rend les virus heureux est le même que ce qui rend tous les êtres vivants heureux : pouvoir être fécond et se multiplier. Faire en sorte que les gens se sentent trop malades pour sortir en public n’est pas vraiment une stratégie pour un virus, bien que faire en sorte que les gens aient envie de sortir en public mais toussent et éternuent périodiquement soit une excellente idée pour un virus qui veut répandre sa progéniture à grande échelle. Rendre les gens gravement malades, sans parler de les tuer, est une chose que seuls les virus les plus grossiers et les plus indisciplinés font, généralement parce qu’ils sont novices en la matière, ayant récemment fait un saut des animaux aux humains. Heureusement, les virus sont réformables : nous les punissons en mettant les malades en quarantaine et nous les récompensons en laissant les personnes en bonne santé mélanger leurs fluides corporels.

Cette histoire est basée sur l’intrigue d’un film que Karen Shakhnazarov, directrice du studio Mosfilm, a proposé hier soir, de manière désinvolte, à moitié en plaisantant, lors d’une apparition en direct à la télévision dans l’émission comique de Vladimir Solovyov “Qu’est-ce qui ne va pas avec les Ukrainiens ?” Mon genre préféré pour raconter l’histoire proposée par Shakhnazarov serait la comédie musicale. Quel rôle préféreriez-vous jouer ? Un des jeunes amoureux, peut-être ? La tension due au fait de ne pas pouvoir toucher, de déclencher une alarme dès qu’ils s’approchent à moins d’un mètre, serait délicieuse ! Ou préférez-vous rejoindre la joyeuse troupe de troglodytes avec leurs cochons et leurs poulets en pantomime qui toussent et éternuent pendant la tempête ? Ou peut-être qu’un rôle plus approprié pour vous serait celui d’un des virus ? Vous pourriez porter une couronne, chanter dans un chœur et vous produire dans un ou deux numéros de chant et de danse mémorables.

 

19 mars 2020, Club Orlov, - Traduction du Sakerfrancophone