Les chambres à gaz de Gaza

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 4728

Les chambres à gaz de Gaza

Le mythe de l’invincibilité américaine mourra ensuite.

La quasi-totalité du monde est horrifiée et révoltée par ce qu’Israël fait à Gaza. L’attaque terroriste du Hamas est au moins explicable, sinon excusable : traitez les gens comme des animaux, en les enfermant dans une cage, et ils commenceront à se comporter comme des animaux. Gaza, ne l’oublions pas, est un camp de concentration d’une taille qui ferait grincer les dents des nazis allemands par jalousie.

Quiconque s’élève contre les atrocités commises par Israël à l’encontre des Palestiniens est automatiquement accusé d’antisémitisme. C’est évidemment absurde : les Palestiniens sont des “sémites” au même titre que les Juifs. Je fais également une différence entre les Juifs et les Israéliens. Un Juif est une désignation ethnique, un Israélien est une nationalité. J’ai connu de nombreux Juifs et pas mal d’Israéliens. J’ai trouvé la plupart des Juifs tout à fait copieux et parfaitement adaptés à une coexistence pacifique, tandis que j’ai trouvé que beaucoup d’Israéliens étaient, pour ne pas dire plus, des trous du cul enragés : grossiers, arrivistes, bruyants, belliqueux et vulgaires. Il y a quelque chose dans le fait que beaucoup de Juifs vivent à proximité les uns des autres qui fait qu’ils subissent une sorte de transition de phase : de sauterelles à criquets.

Un dernier point sur la religion. Beaucoup de gens, et pas mal de Juifs, commettent l’erreur d’assimiler la judéité au judaïsme – le culte de Yahvé, ou Jéhovah, ou Elohim ou autre. Certains vont plus loin et déclarent que les juifs qui deviennent chrétiens sont des traîtres en quelque sorte et cessent automatiquement d’être juifs. Pour commencer, une telle position viole directement l’article 28 de notre Constitution :

ARTICLE 28 : La liberté de conscience et la liberté de religion sont garanties à toute personne, y compris le droit de professer, individuellement ou en commun, toute religion1 ou de n’en professer aucune, de choisir librement, d’avoir et de diffuser des convictions religieuses ou autres et d’agir conformément à celles-ci.

Conformément à notre Constitution, je soutiens la liberté de religion pour tous, y compris les Juifs. Beaucoup de juifs que je connais sont d’ailleurs chrétiens. Le problème du judaïsme est qu’il est dépassé de 2000 ans : le Messie est venu, il s’appelle Jésus, et si de nombreux juifs l’ont suivi, beaucoup d’autres ont soit dormi pendant tout l’événement, soit étaient trop obsédés par des querelles intestines et persistent aujourd’hui dans une ancienne hérésie. Mais ce n’est pas grave, les hérésies sont autorisées ; il suffit de ne pas mélanger ethnie et religion. Les Juifs peuvent être chrétiens, musulmans, bouddhistes, animistes ou athées/agnostiques – ce que sont en fait la plupart des Juifs, en dépit des apparences et des rituels strictement pro forma.

Je vous présente maintenant ma traduction d’un article récent d’Alexandre Prokhanov, un écrivain russe très apprécié.

Dmitry Orlov

_________________________

 

 

 

Un Guernica des temps modernes

Ce qui se passe à Gaza est une rébellion carcérale et sa répression sanglante. Il y a eu l’horrible répression par les fascistes de la rébellion juive dans le ghetto de Varsovie et la répression impitoyable par les islamistes afghans de la rébellion des prisonniers de guerre soviétiques dans une prison près de la frontière pakistanaise… et aujourd’hui, Israël, avec une cruauté bestiale, réprime la rébellion à Gaza.

En 1948, l’État israélien s’est abattu sur les terres palestiniennes comme une météorite, brûlant tout autour de lui et laissant un cratère géant. Depuis lors, Israël a chassé les Palestiniens de leurs terres natales pour les placer dans des camps de réfugiés, tout en remplissant ses prisons d’insurgés palestiniens. Les Palestiniens sont des martyrs, des guerriers, des prophètes de la justice. La bataille des Palestiniens contre Israël est une bataille des opprimés contre leurs tortionnaires et leurs bourreaux.

Les sionistes prétendent qu’en 1948, Israël est rentré dans sa patrie historique. La Bible raconte comment cette “patrie historique” a été créée. Les Juifs conduits par Moïse ne sont pas arrivés dans un endroit vide ou dans un désert : ils sont arrivés sur des terres habitées par un peuple prospère – les Cananéens – qui avait construit des villes et planté des oliveraies. Et les Juifs ont ruiné les villes cananéennes, les ont tous massacrés, les ont jetés dans des fosses remplies de chaux vive.

Ils ont exterminé les Cananéens avec la même cruauté que celle avec laquelle ils exterminent aujourd’hui Gaza. Gaza est une ville de fantômes, une chambre à gaz où les enfants et les vieillards expirent dans l’angoisse. Si vous voulez comprendre l’impiété et la cruauté, regardez les ruines de Gaza, qui suintent le sang, où chaque pierre pleure la voix d’un enfant assassiné, où chaque vestige d’un mur en ruine est rempli des prières de femmes et de vieillards assassinés.

Israël est l’enfant de l’Amérique. Des milliards de dollars affluent de l’Amérique vers Israël, nourrissant l’armée israélienne et défendant l’ordre voulu par l’Amérique. En luttant contre Israël, les Palestiniens luttent contre l’Amérique. L’armée russe, en luttant contre les Ukrainiens, lutte contre l’Amérique. L’Amérique est l’ennemie de la Palestine et de la Russie. L’attaque du Hamas contre Israël – la vue des chars Merkava en flammes et des généraux israéliens emprisonnés – a dissipé le mythe de l’invincibilité israélienne. [Le mythe de l’invincibilité américaine mourra ensuite, NdT – Dmitri Orlov].

Je me suis rendu à Gaza et j’ai pu constater par moi-même le fonctionnement de ce camp de concentration. La frontière terrestre de Gaza est entourée d’un immense mur de béton. Ce mur est surmonté de barbelés et équipé de tours de mitrailleuses, de capteurs optiques et de capteurs de vision nocturne. Quiconque tombe dans le champ de vision de ces équipements meurtriers est tué par des tirs de mitrailleuses automatiques. Jour et nuit, le littoral est surveillé par des patrouilleurs israéliens qui interdisent l’accès aux bateaux de pêche palestiniens.

Les Palestiniens luttent contre ce blocus comme le font partout les prisonniers : en creusant des tunnels sous le mur de béton. Grâce à ces tunnels, Gaza reçoit de la nourriture, des vêtements, des vannes de plomberie, du matériel de communication et des armes pour la rébellion.

À Gaza, j’ai prié dans un temple chrétien du Ve siècle, j’ai assisté à des conférences à l’université islamique, j’ai rencontré les épouses russes d’ingénieurs, de médecins et d’enseignants palestiniens qui avaient étudié en Union soviétique et dont les enfants, qui vivent à Gaza, parlent aujourd’hui le russe.

Avec des femmes palestiniennes, j’ai aidé à planter une oliveraie près de la ville de Gaza. Et maintenant, parmi les oliviers, il y a mon arbre, et les roquettes israéliennes le survolent, faisant tomber ses feuilles avec les ondes de choc des explosions. C’est mon arbre ; cet arbre, c’est moi. Et je suis couvert de fragments d’obus.

Sous les yeux du monde entier, Gaza est assassinée, tandis que l’humanité marmonne des préoccupations humanitaires et réunit le Conseil de sécurité de l’ONU, tandis que les bombes et les roquettes réduisent Gaza en ruines. Le sang de Gaza est sur nous tous.

Picasso avait peint un grand tableau, “Guernica”, sur une ville détruite par des bombardiers fascistes. Gaza est un Guernica des temps modernes.

Alexandre Prokhanov

 

Le 18 Octobre 2023, Club Orlov – Traduction du 'Sakerfrancophone'

Donations

Nous avons récolté 1080 € sur 3000 €

faites un don