Les BRICS et leurs narrative

Ouverture libre

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 4813

Les BRICS et leurs narrative

• Le texte d’Andrew Korybko présenté ici est intéressant. • D’abord parce qu’il expose l’extrême complexité des BRICS, victimes de leur succès. • Ensuite, parce qu’il n'est pas si mauvais que cela de ne pas être d’accord avec lui.

_________________________


Nous présentons ci-dessous un texte d’Andrew Korybko, exposant l’actuelle et extrêmement complexe situation des BRICS à quelques jours du sommet de Johannesbourg. Cette complexité est telle qu’il nous a fallu “adapter“ son texte plutôt que le “traduire”, – bien sûr tout en respectant son esprit.

Korybko présente nombre d’interventions récentes de personnalités des BRICS et des pays des BRICS, tendant à affirmer avec force, contre les analyse de nombre de commentateurs, notamment de la presse indépendante et dissidente (l’AMC selon Korybko) :
1). Que les BRICS ne cherchent pas la dédollarisation ;
2). Que les BRICS ne sont pas anti-occidentaux.

Korybko qualifie de “naïveté” ou d’“agressivité” les thèses sur la dédollarisation et l’anti-occidentalisme. Il juge que les BRICS ont justement choisi une approche plus modérée, plus coopérative (avec l’Occident-compréhensif), pour pouvoir transformer les choses qui les concernent “en douceur”. C’est une belle espérance lorsqu’on sait la qualité des élites américanistes-occidentalistes, et leur fulgurante intelligence.

Par conséquent, – on peut, c’est plus prudent, ne pas être d’accord avec lui, c’est-à-dire ne pas être d’accord avec l’approche que les BRICS, – dans tous les cas, certains d’entre eux, – semblent privilégier, – vœu pieux ou conviction ? Pour notre part, nous pensons que ce texte, qui résume dans tous les cas fort bien la situation présente des BRICS dans ses rapports avec l’américanisme-occidentalisme, mérite une analyse commenté et critique poussée. Nous nous y mettrons dans nos vaticinations autour du sommet... Pour tout dire, nous pensons que la “naïveté” ou l’“agressivité” ne sont pas nécessairement où l’on croit, – comme nous doutons que les plans et les intentions des dirigeants, de tous les côtés, suffisent à séduire les évènements jusqu’à les faire s’infléchir de bon cœur.

Effectivement, où est la “naïveté” et l’“agressivité” ?

« En termes simples, les BRICS veulent «jouer la sécurité» parce que tous leurs membres, à l'exception de la Russie, entretiennent des relations d'interdépendance économique et financière complexes avec l'Occident, qui ne devrait pas réagir de manière excessive à leurs réformes au coup par coup puisque leurs propres décideurs politiques croient maintenant qu’ils sont inévitables. »

Le texte de Korybko a paru sur son site ‘Korybko-substrack.com’, en date du 17 août 2023.

dde.org

________________________

 

 

Les BRICS et ce qu’il ne faut pas être

En termes simples, les BRICS veulent «jouer la sécurité» parce que tous leurs membres, à l'exception de la Russie, entretiennent des relations d'interdépendance économique et financière complexes avec l'Occident, qui ne devrait pas réagir de manière excessive à leurs réformes au coup par coup puisque leurs propres décideurs politiques croient maintenant qu’ils sont inévitables.

Le mois dernier, “les Alt-Media [étaient] sous le choc après que la banque BRICS a confirmé qu'elle se conformait aux sanctions occidentales” ; aujourd’hui, cette Communauté Alt-Media (AMC) est à nouveau frappée par deux autres annonces explosives. D’autres hauts responsables de pays du BRICS ont confirmé que cette organisation ne poursuit pas le but de la dédollarisation et qu’elle n’est pas anti-occidentale. Le ministre sud-africain des Finances, Enoch Godongwana, a déclaré à Reuters dans une interview que le groupe se concentrait sur l'expansion de l'utilisation des monnaies nationales plutôt que sur la dédollarisation.

Cette agence a également cité, dans le même article, le directeur financier de la New Development Bank (NDB, communément appelée BRICS Bank), Leslie Maasdorp, selon lequel

« la devise de fonctionnement de la banque est le dollar pour une raison très précise, les dollars américains sont là où le les plus grands réservoirs de liquidités sont... Vous ne pouvez pas sortir de l'univers du dollar et opérer dans un univers parallèle. »

La confirmation officielle que les BRICS ne veulent pas dédollariser directement a conduit à la clarification suivante sur le fait qu'il n'était pas anti-occidental. L'ambassadeur sud-africain auprès des BRICS, Anil Sooklal, a corrigé ce qu’elle estime être les fausses perceptions sur le rôle mondial de l'organisation dans une interview avec Bloomberg il y a quelques jours. Elle y dit notamment :

 « Il y a une narrative malheureuse en cours d'élaboration selon laquelle les BRICS sont anti-occidentaux, que les BRICS ont été créés pour concurrencer le G7 ou le Nord global, et c'est faux. Ce que nous cherchons, c'est de faire avancer l'agenda des pays du Sud et de construire une architecture mondiale plus inclusive, représentative, juste et équitable. »

Dans le cadre de cette volonté [de redresser la narrative], elle a également confirmé ce que Godongwana et Maasdorp ont dit plus tôt dans le mois sur le fait que les BRICS n'ont aucun désir de dédollariser. Selon les mots de Sooklal,

« le commerce des monnaies locales est fermement à l'ordre du jour (mais) il n'y a pas d’ambition de dédollarisation à l'ordre du jour des BRICS. Les BRICS n'appellent pas à la dédollarisation. Le dollar continuera d'être une monnaie mondiale majeure, – c'est une réalité. »

Ces affirmations sur la politique des BRICS pourraient naturellement bouleverser nombre d’activistes de l'AMC. Beaucoup d'entre eux ont été induits en erreur par les principaux influenceurs en imaginant que ce groupe complotait pour porter un coup mortel au dollar par haine de l'Occident, mais rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité après ce que les principaux responsables ont révélé au cours des trois dernières semaines. . La présidente de la banque BRICS, Dilma Rousseff, a confirmé qu'elle respectait les sanctions anti-russes de l'Occident ; Godongwana, Maasdorp et Sooklal ont confirmé qu'ils ne voulaient pas se dédollariser ; et ce dernier a également confirmé qu'il n'était pas anti-occidental.

Les BRICS veulent évidemment « faire avancer l'agenda des pays du Sud et construire une architecture mondiale plus inclusive, représentative, juste et équitable », comme Sooklal l'a précisé. C’est son intention malgré les faits “politiquement gênants” qui se dressent sur cette voie mais cela se fera à un rythme graduel et non accéléré. C'est là que réside le nœud des perceptions erronées à son sujet, que la Russie a cherché à corriger plus tôt dans le mois après avoir finalement réalisé que ses intérêts de puissance d’influence étaient menacés par les attentes irréalistes de ses partisans.

Une masse critique de l'AMC en est venue à être convaincue que la dynamique suppose des BRICS n'était pas dû à une combinaison d'influenceurs bien intentionnés mais naïfs suivant leurs vœux pieux à ce sujet et d'autres faisant de même intentionnellement pour durcir cette dynamique et promouvoir leur idéologie autant qu’alimenter leur agressivité. Parallèlement, certains de leurs adversaires de la presseSystème ont effrayé les BRICS dans le but inavoué de galvaniser les Occidentaux contre lui, et ce faisant donnant un crédit exagéré aux revendications populistes de l'AMC.

Pris ensemble, il est facile avec le recul de comprendre pourquoi tant de commentateurs ont adopté la narrative selon laquelle les BRICS complotent pour porter un coup mortel au dollar par haine de l'Occident. Des responsables de l'organisation ont donc décidé de “remettre les pendules à l'heure” quelques semaines avant le sommet de Johannesbourg. Ils ne voulaient pas que les attentes irréalistes de leurs partisans conduisent à une profonde déception qui les rendrait à leur tour sensibles à une certaine hostilité vis-à-vis des BRICS, et ils ne voulaient pas non plus effrayer l'Occident de crainte qu’elle réagisse de manière excessive.

Le premier résultat potentiel qui aurait pu se produire si les clarifications mentionnées précédemment n'avaient pas été apportées risquait de remplir ses partisans d'un tel désespoir qu'ils pourraient soit devenir apathiques envers les BRICS, soit peut-être même se retourner contre eux après s'être sentis dupés. En ce qui concerne le second, certains parmi les Occidentaux pourraient avoir intensifié leurs campagnes de pression contre les BRICS et ses partenaires, notamment par le chantage, l'ingérence politique et les menaces de sanctions, le tout pour arrêter le bloc dans son élan.

Après avoir démystifié la désinformation dont leur organisation a fait l'objet de la part de l'AMC et de la presseSystème, chacun poursuivant des objectifs diamétralement opposés mais s'appuyant de manière malsaine sur des narrative pratiquement identiques, les représentants des BRICS sont désormais plus confiants dans le fait que ces scénarios catastrophes peuvent être évités. Ce rappel à la réalité dégrise leurs partisans et les prépare à s'attendre à une transition prolongée vers la multipolarité, tout en réduisant les chances que l'Occident réagisse de manière excessive aux objectifs de leur groupe.

Pour développer la dernière observation, les événements des dix-huit derniers mois, depuis le début de l'opération spéciale russe, ont convaincu l'Occident que la transition systémique mondiale vers la multipolarité est irréversible, ce qui explique pourquoi il est désormais disposé à envisager des réformes de ses modèles hégémoniques. Le chancelier allemand Olaf Scholz, l'ancienne directrice pour l'Europe et la Russie au Conseil national de sécurité des États-Unis Fiona Hill et le président des affaires mondiales de Goldman Sachs Jared Cohen l'ont tous suggéré le même jour à la mi-mai.

Ils estiment que l'Occident doit s'engager avec le Sud sur un pied d'égalité, ce qui nécessite de réduire certaines de ses pratiques d'exploitation les plus flagrantes afin de ne pas perdre davantage de cœurs et d'esprits au profit de l'Entente entre la Chine et la Russie. À cette fin, ils sont positivement enclins à accepter des changements graduels du système financier mondial tels que ceux que les responsables des BRICS ont confirmé avoir à l'esprit, mais ils répondront résolument à tout développement révolutionnaire qui risquerait d'accélérer radicalement cette transition.

En d'autres termes, les BRICS veulent “jouer la carte de la sécurité” parce que tous leurs membres, à l'exception de la Russie, entretiennent des relations d'interdépendance économique et financière complexes avec l'Occident, qui ne devrait pas réagir de manière excessive à leurs réformes au coup par coup puisque leurs propres décideurs politiques les considèrent désormais comme inévitables. Parmi ces quatre membres, deux écoles de pensée prédominent, représentées par la Chine et l'Inde, dont les différences de vision respectives ont été expliquées en détail ici.

En bref, la Chine veut accélérer l'internationalisation du yuan et intégrer les BRICS dans l'initiative “Belt & Road” (BRI), tandis que l'Inde veut donner la priorité aux monnaies nationales et maintenir les BRICS officiellement séparés de la BRI. Tous deux s'accordent à dire que les changements apportés au système financier mondial doivent être progressifs, afin d'éviter de provoquer une réaction excessive mutuellement préjudiciable de la part de l'Occident, avec lequel tous ces pays, à l'exception de la Russie, entretiennent des relations d'interdépendance complexes.

Chacun a le droit d'avoir sa propre opinion sur cette réalité qui vient d'être décrite, mais les faits qui ont été partagés tout au long de cette analyse à l'appui des observations associées ne peuvent être niés. Les personnes influentes au sein de l'AMC qui continuent de propager l'idée démentie selon laquelle les BRICS complotent pour porter un coup fatal au dollar par haine de l'Occident sont malhonnêtes. Ceux qui, parmi leur public, sont désormais mieux informés devraient poliment remettre les faits en place dans les commentaires de leurs textes pour éviter que d'autres ne soient induits en erreur.

Andrew Korybko

Donations

Nous avons récolté 940 € sur 3000 €

faites un don