Le joli pont que vous avez là…

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 3312

Le joli pont que vous avez là…

Je continue d’essayer d’écrire des articles sérieux sur des sujets sérieux, mais l’actualité ne cesse d’injecter des détails dans mon train de pensée, sur lesquels je dois ensuite passer du temps. Si je ne le faisais pas, nombre de mes lecteurs penseraient que je les ignore, et ce serait une mauvaise chose (à leurs yeux), car ces actualités sont tellement importantes ! Plusieurs tuyaux de grand diamètre ont explosé au fond de la Baltique, alors qu’ils n’étaient de toute façon pas utilisés. Un camion piégé a explosé sur le pont qui relie la Crimée à Krasnodar, le rendant inutilisable pendant presque toute une journée. Oh, et avant que nous n’oubliions, Krasny Liman, un nœud ferroviaire dans l’oblast de Donetsk, a été temporairement abandonné aux Ukrainiens qui l’attaquaient sans relâche (des mercenaires polonais pour la plupart, en fait) et qui l’ont inondé de leur sang et l’ont orné de leurs entrailles.

Ces événements, ainsi que d’autres moins importants, ont provoqué l’explosion de consternation d’une petite mais bruyante partie des médias sociaux russes, qui réclament vengeance et se montrent généralement mécontents des progrès réalisés depuis la déclaration de l’opération spéciale le 22 février 2022. Bien sûr, un grand nombre de ces voix hystériques sont en fait des agents ukrainiens rémunérés chargés de répandre la peur, l’incertitude et le doute et, bien sûr, l’Opération spéciale se poursuivra quoi qu’il arrive, donc tout cela n’est qu’un ennui temporaire. Tout cela n’est donc qu’une contrariété passagère. Mais je ferai des commentaires à ce sujet parce que j’estime que je dois le faire, puis je passerai à des choses plus importantes.

Le pont sur le détroit de Kerch était en discussion depuis de nombreuses décennies. Il était en cours de planification alors même que la Crimée était encore une autonomie au sein d’une Ukraine constitutionnellement intacte, avant le coup d’État violent de 2014 fomenté par les États-Unis. Après que la Crimée a rejoint la Russie, il est devenu extrêmement important de créer un lien de transport terrestre entre elle et le continent, et le pont a été construit en un temps record. Il s’agissait d’une entreprise de grande envergure et d’un objet de grand prestige pour le gouvernement russe. Mais il y a également eu quelques problèmes d’organisation.

Hier, un gros semi-remorque bourré d’explosifs a explosé sur la partie autoroutière du pont au moment où un train de marchandises transportant des citernes de diesel passait. L’explosion qui en a résulté a démoli deux travées d’autoroute en béton armé et a souillé la plate-forme ferroviaire. Tout le trafic ferroviaire et la moitié du trafic routier ont été rétablis le jour même. Il existe un équipement permettant de radiographier toutes les cargaisons qui passent, mais il n’était pas utilisé en raison de certaines insuffisances bureaucratiques ; je suis sûr qu’il y sera remédié.

La raison pour laquelle le pont était extrêmement important était qu’aucune terre ne reliait la Crimée au reste de la Russie ; mais maintenant que Kherson et Donetsk font à nouveau partie de la Russie, le trafic de Simferopol à Rostov peut être acheminé par la rive nord de la mer d’Azov (qui est désormais une étendue d’eau entièrement russe) ; la différence est de 690 km à 730 km. Le pont est en fait superflu, car la distance jusqu’à Krasnodar, un autre centre régional, est de 1 030 km par voie terrestre et de seulement 460 km via le pont. Mais la nouvelle route terrestre de Moscou à Simferopol est plus courte de 350 km. C’est un très beau pont, mais sa construction a coûté beaucoup d’argent et un peu plus de diligence raisonnable est certainement nécessaire pour empêcher les terroristes ukrainiens d’essayer de le faire sauter.

Nous attendons les résultats de l’enquête pour déterminer comment cet acte terroriste a été exactement planifié et exécuté, mais si l’on en juge par le fait que le régime de Kiev n’a cessé de promettre de le réaliser et s’était préparé à le célébrer avant qu’il ne se produise, on peut raisonnablement penser qu’il en est effectivement l’auteur. Dans ce cas, le régime de Kiev s’est en effet officiellement déclaré entité terroriste et tout appel à son intégrité territoriale et à ses autres droits en vertu du droit international est désormais sans fondement. Il s’agit désormais d’une entité terroriste de plus, comme ISIS ou Al-Qaïda, qui doit être détruite aussi rapidement et efficacement que possible.

Il y a cependant deux problèmes. Premièrement, l’entité terroriste qu’est le régime de Kiev retient plusieurs millions de personnes en otage. Pire encore, la progression de l’Ukraine, qui est passée du statut de pays très corrompu à celui de criminel, puis à celui de terroriste génocidaire à part entière, s’est faite progressivement, sur une trentaine d’années, et un certain nombre de ces millions de personnes souffrent aujourd’hui du syndrome de Stockholm et pensent que les terroristes sont les bons. Certaines de ces victimes sont sans espoir, tandis que d’autres peuvent être déprogrammées avec le temps et revenir à ce qu’elles sont réellement, c’est-à-dire des Russes de province. Dans le cadre d’un système éducatif approprié, cela peut être réalisé en deux générations au maximum, mais ce n’est pas quelque chose qui peut être réglé à la hâte en utilisant des armes tactiques ou stratégiques.

Le deuxième problème est que derrière les terroristes de Kiev se tiennent les terroristes de Washington, ainsi que leurs nombreux et divers vassaux dans l’Union européenne. Les vassaux sont en effet variés, allant de la Hongrie, qui a tenu bon, réalisant qu’elle ne peut pas survivre sans les importations d’énergie russe, à la France et à l’Allemagne, qui sont presque inconscientes mais qui essaient d’aider l’Ukraine aussi peu que possible, en passant par la Pologne, qui est enragée et déterminée à s’autodétruire et désireuse de fournir toute la chair à canon que les Russes peuvent facilement détruire. Il y a aussi la Grande-Bretagne, qui est impatiente de faire des bêtises sur le continent juste pour s’assurer qu’elle existe toujours.

Mais derrière tout cela, il y a Washington, qui vient de faire exploser des pipelines. Si l’incident du pont de Crimée a été pour Kiev ce que le 11 septembre a été pour Al-Qaïda (malgré les falsifications évidentes), l’incident du gazoduc Nord Stream a été le même pour les Washingtoniens. Le problème est que les Washingtoniens sont dotés de l’arme nucléaire et qu’il est impossible de mettre fin à leurs souffrances sans déclencher une destruction globale. En outre, le nombre d’otages que les Washingtoniens détiennent est plusieurs fois supérieur et le syndrome de Stockholm est beaucoup, beaucoup plus fort. La différence, du point de vue russe, est que le régime de Washington se trouve de l’autre côté de l’océan Atlantique et qu’il sera facile de l’ignorer lorsque l’économie américaine s’effondrera. Le Russe moyen est déjà révolté par les nouvelles des Américains qui castrent leurs enfants, ont des relations sexuelles homosexuelles et se droguent au fentanyl ; s’il n’y avait pas Biden qui s’écroule et serre la main de fantômes ou Pelosi qui bafouille les yeux vides, il n’y aurait rien à signaler. L’incident du gazoduc est, bien sûr, déplorable, mais Gazprom a gagné une énorme fortune en n’utilisant pas ce gazoduc. Mais le régime de Kiev est juste là, à la frontière russe, et lance des missiles sur des jardins d’enfants, des écoles et des hôpitaux, et essaie maintenant de faire sauter ce fichu pont ! Ce genre de comportement remplit de rage le patriote russe moyen, amoureux de Poutine ; pourtant, qu’y a-t-il à faire – au-delà de ce que l’Opération spéciale fait déjà ?

Pourquoi l’armée russe n’a-t-elle pas libéré Kharkov, par exemple, au lieu de se retirer de la région ? Eh bien, Kharkov est une ville qui n’a presque pas d’industrie, mais qui compte plusieurs centaines de hipsters qu’il aurait fallu nourrir, habiller et divertir – ou bien ils seraient allés travailler pour l’ennemi. La plupart de ces hipsters sont des victimes du syndrome de Stockholm par excellence, et leur déprogrammation absorberait des ressources rares, mieux utilisées ailleurs. La même logique s’applique à Kiev – fois cinq ou dix. Pourquoi l’armée russe ne fait-elle pas sauter les ponts, coupant les communications dans tout le territoire contrôlé par Kiev ? Elle devrait alors reconstruire ces ponts le moment venu, ce qui coûte de l’argent. Pourquoi l’armée russe ne démolit-elle pas les postes frontières, coupant ainsi l’Ukraine de l’UE ? Eh bien, ce n’est pas encore le moment ; ce moment viendra lorsque la vie dans l’UE deviendra pire que la vie dans la partie de l’ancienne Ukraine contrôlée par Kiev et que les gens commenceront à essayer de revenir. Il sera alors temps de mettre en place des camps de filtration, pour séparer les loups des agneaux. Pourquoi l’armée russe n’utilise-t-elle pas des roquettes pour détruire le réseau électrique de l’Ukraine et le reste de son système énergétique ? Cela ne ferait que créer une catastrophe humanitaire, dont la Russie serait responsable, ce qui ne la rendrait pas meilleure que les terroristes et fournirait des munitions à la propagande ennemie.

Que reste-t-il à faire ? Oh, vous savez, il suffit d’utiliser une petite fraction de l’armée russe pour libérer 110 000 km2 de territoire sur une période d’un peu moins de neuf mois, en maintenant un ratio de tués supérieur à 10:1, d’organiser des référendums sur les territoires libérés et de les accepter dans la Fédération de Russie. C’est plutôt minable, je sais, mais ces 110 000 km2 comprennent des terres agricoles de premier choix, beaucoup d’usines et de mines et plusieurs millions de Russes qui sont très heureux de ne faire qu’un avec la Mère Patrie, comme avant.

Avant de conclure la journée, j’aimerais signaler ce qui semble être un développement vraiment positif pour le côté russe. Le réseau de satellites Starlink d’Elon Musk a permis aux Ukrainiens au front de recevoir des informations et des instructions actualisées, ce qui leur a permis de cibler aussi bien les forces russes que les civils. Les commandants ukrainiens de la ligne de front disposaient d’une connexion internet permanente avec les commandants de l’OTAN, qui se chargeaient pour eux de la planification tactique et du ciblage. Mais aujourd’hui, les Ukrainiens signalent que Starlink est en panne. Dans le même temps, de mystérieux piliers lumineux sont apparus au-dessus de plusieurs villes russes, ce qui a été attribué, en rigolant, à la pollution lumineuse des serres. Ce qui semble logique, c’est que les Russes ont inventé un moyen d’irradier l’ionosphère, en la saturant de bruits aux fréquences utilisées par les satellites Starlink. Sans connexion Internet à l’OTAN, les Ukrainiens sont maintenant aussi aveugles que des chatons nouveau-nés, et tout aussi impuissants. Au lieu d’être obligés de jouer “tirer et se déplacer”, l’artillerie et les fusées russes pourront s’approcher, détruire les Ukrainiens en ciblant la ligne de visée, puis s’approcher encore. Cela devrait accélérer considérablement les progrès.

Un autre développement qui devrait accélérer la progression est l’arrivée de l’hiver. Le feuillage disparaît, et avec lui la capacité des Ukrainiens à se cacher derrière les arbres et les buissons. Avec l’arrivée du froid, le ciblage deviendra une question de repérage des points chauds sur les images infrarouges, tuant tout ce qui est encore chaud. Ajoutez à cela l’arrivée de la saison des boues : elle va gravement entraver la capacité des forces ukrainiennes à manœuvrer. La plupart de leurs blindages de l’ère soviétique, conçus pour combattre dans la boue, la glace et la neige, ont déjà été détruits, tandis que leurs remplaçants de l’OTAN, principalement conçus pour un temps sec et ensoleillé, ont une nette tendance à s’enliser.

En somme, je ne vois pas trop de raisons pour les Russes de s’inquiéter à ce stade. Quant aux Américains, je ne vois vraiment pas comment ils pourraient sauver la face dans cette affaire. Ils devraient simplement faire ce qu’ils font toujours dans de telles circonstances : déclarer la victoire et rentrer chez eux. Pour leur éviter de penser au fiasco ukrainien, ils pourraient peut-être déclencher une guerre civile [chez eux, NdSF]. S’ils le font, je serais prêt à aller en Alaska, pour aider à organiser un référendum sur le rattachement à la Russie. Le bail américain sur ce territoire a expiré en 1966, vous savez.

Le 10 octobre 2022, The Saker Blog – Traduction du Sakerfrancophone

Donations

Nous avons récolté 505 € sur 3000 €

faites un don