Le déficit des fous

Faits et commentaires

   Forum

Il y a 5 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 834

Le déficit des fous

6 février 2010 — Peut-on à la fois cumuler une dette colossale représentée dans sa partie dynamique par un budget fédéral avec un déficit à mesure ($1.600 milliards cette années, $1.300 milliards l’année prochaine, $8.500 milliards pour les 10 années cumulées à venir, selon les projections qui peuvent et tendront sans doute à s’aggraver) –et des dépenses de défense à mesure, également colossale ($708 milliards pour l’année FY2011 – en réalité, plus de $1.000 milliards avec les divers postes annexes et dissimulés)? C’est le dilemme qui commence à devenir un des problèmes centraux de l’administration Obama, des experts de défense, de la politique de sécurité nationale des USA.

• Le 22 janvier 2010, Dan Goure, sur le blog de Lexington Institute, Early Warning, estimait que le résultat de l’élection partielle du Massachusetts ouvrait la perspective d’une réduction des dépenses de défense.

«Tuesday was not a referendum on national security, but it could have serious consequences for defense spending. If, as many observers believe, one message from Massachusetts is for government to control its appetite, then the response we must expect is an effort to alter the trajectory of future federal budgets. The problem is where cuts will be made. There is a strong historical correlation between Democratic Party control over the Congress and reduced defense spending. A crash program of deficit cutting could produce a federal budget that included deep reductions in the defense budget.»

• Dans sa chronique du 28 janvier 2010, commentant les documents qui commencent à circuler concernant la Quadrennial Defense Review (QDR) 2010 qui va bientôt être rendue publique (“plan quadriennal” du Pentagone 2010-2014, pour la stratégie, la gestion, l’équipement, etc.), Loren B. Thompson, également du Lexington Institute, identifie “trois défis” essentiels pour le Pentagone, que, selon lui, la QDR ignore complètement. Voici l’un de ces trois défis, qui concerne les rapports du budget de la défense avec l’évolution de l’économie US, et, par conséquent, pour ce qui est du gouvernement, de la dette et du déficit.

«The second big problem is America's declining economy. Everybody knows the economy is going through a rough patch, but when you lose one percentage point of global GDP each year for ten straight years, that's more than just a downturn – it's a secular decline. The fact that U.S. defense spending has doubled during the same period that its economy has shrunk from 32% to 23% of global output tells you a day of reckoning lies ahead for U.S. defense spending. Five percent of the world's population can't keep sustaining nearly half of global military outlays while generating only a quarter of global output. My colleagues at Lexington get irritated when I say it this way, but we have reached a point in our history where our resources are so constrained that the only way we can maintain our current military posture is to borrow money from the future military adversary we should fear the most – China. Obviously, this is not a tenable arrangement over the long run, but fixing it is far beyond the scope of the QDR.»

• Deux jours plus tard, le 1er février 2010, Thompson poursuit sur un autre registre, en fait une variation sur le même thème: “La dette qui s’accroît affaiblit l’Amérique”. Il critique le comportement des dirigeants politiques et identifie une position de plus en plus critique pour les USA.

«If you've been following congressional hearings about the near collapse of America's financial system, then perhaps you have already figured out why both political parties were so blind to the danger. They were blind because they did not want to see. Anyone who cared to look could see something was not right with the way risks were being measured, but it was more rewarding to act like everything was fine. Having now indulged in two years of partisan recrimination over the resulting financial crisis, the political system is ready to embrace its next big delusion. The Obama Administration is providing the foundation for that delusion today, in the form of its fiscal 2011 budget request.

»The new delusion is that America will be made healthier and safer by continuing to borrow over a trillion dollars annually, mostly from foreign nations, even though we know the federal government would be insolvent within months if those nations decided to stop accepting the Treasury's I.O.U.s. This delusion has taken hold because facing the reality that we are in grave danger due to our dependence on cheap credit from other nations would require big tax increases and cuts in federal spending. Politicians know such steps might result in them losing the next election, so instead they prefer to believe ridiculous things about the countries that buy our debt – especially the biggest lender, China…. […]

»This is not the behavior of a political system with a bright future. Somehow, America has backed into an era when two seemingly different political parties are locked in a collusive relationship that requires each one to drive the nation deeper and deeper into debt. They both know what they are doing, but they have each generated self-serving rationalizations for why they aren't really destroying America. The National Intelligence Council captured the result in its first big briefing to President Obama: “In terms of size, speed, and directional flow, the global shift in relative wealth and economic power now under way – roughly from West to East – is without precedent in modern history”…»

• Le 2 février 2010, sur le blog (Capital Journal) de Gerald F. Seib, du Wall Street Journal, on trouve une longue analyse sur le fait que le déficit du gouvernement US, cette fois considéré en tant que tel et non dans ses conséquences directes ou indirectes sur le budget de la défense, constitue une menace pour la sécurité nationale.

«The federal budget deficit has long since graduated from nuisance to headache to pressing national concern. Now, however, it has become so large and persistent that it is time to start thinking of it as something else entirely: a national-security threat. […]

»The U.S. government this year will borrow one of every three dollars it spends, with many of those funds coming from foreign countries. That weakens America's standing and its freedom to act; strengthens China and other world powers including cash-rich oil producers; puts long-term defense spending at risk; undermines the power of the American system as a model for developing countries; and reduces the aura of power that has been a great intangible asset for presidents for more than a century.

»“We've reached a point now where there's an intimate link between our solvency and our national security,” says Richard Haass, president of the Council on Foreign Relations and a senior national-security adviser in both the first and second Bush presidencies. “What's so discouraging is that our domestic politics don't seem to be up to the challenge. And the whole world is watching.”»

Seib détaille notamment quatre points où, lui semble-t-il, la sécurité nationale des USA est mise en péril par le déficit: «Consider just four of the ways that budget deficits also threaten American's national security: • They make America vulnerable to foreign pressures. […] • Chinese power is growing as a result. […] • Long-term national-security budgets are put at risk. […] These national-security budgets have been largely sacrosanct in the era of terrorism. But unless the deficit arc changes, at some point they will come under pressure for cuts. […] • The American model is being undermined before the rest of the world…»

@PAYANT Ce qui est remarquable dans ces divers avis indiqués ci-dessus, c’est qu’ils viennent de voix qui appartiennent à un même “parti”: celui de “faucons” du système de sécurité nationale, proches du Pentagone et de l’industrie de défense. Le cas de Loren B. Thompson est particulièrement remarquable. On connaît nos sarcasmes divers concernant celui que nous nommons souvent, et presque affectueusement après tout, “Loren B.”, surtout quand il parle du JSF.

Dans ce cas, Loren B. tient une position absolument remarquable. Lui qui est subventionné par Lockheed Martin pour clamer jusque dans les tourments du supplice du pal que le JSF est un avion formidable qui représente l’avenir du monde, soudain, placé devant la réalité du budget de la défense, s’exclame : “Mais nous sommes fous ! Nous ne pouvons continuer de la sorte!” «The fact that U.S. defense spending has doubled during the same period that its economy has shrunk from 32% to 23% of global output tells you a day of reckoning lies ahead for U.S. defense spending. Five percent of the world's population can't keep sustaining nearly half of global military outlays while generating only a quarter of global output…» Il ajoute aussitôt, montrant qu’en plus de la lucidité sur la réalité du déséquilibre incroyable de la puissance US, entre une aile de plus en plus forte (le budget de la défense) et une aile de plus en plus faible (l’économie US), et l’aile forte pompant le sang de l’aile faible, il a de la lucidité sur sa propre évolution: «My colleagues at Lexington get irritated when I say it this way…» (Ce que nous pouvons traduire, après tout, par: “Mes ‘parrains’, à Lockheed Martin, sont irrités lorsque je parle de cette façon…”)

En face, nous avons l’autre extrême, à l’autre bout, lorsque la transversale des opinions devient “la transversale du fou”. C’est Seib qui juge le déficit US dangereux, non à cause du déficit lui-même mais parce que ce déficit menace de la possibilité de donner assez de poids au parti des Loren B. et compagnie, pour faire un bon argument du “gel”, voire de la réduction des dépenses de défense, parce que ces dépenses de défense sont objectivement une des causes institutionnelles, sinon la cause institutionnelle de ce qu’on pourrait juger être une sorte de structure déficitaire du budget fédéral, une sorte de fatalité budgétaire poussant nécessairement au déficit colossal et à la catastrophe. Cette idée de la fatalité déficitaire du budget est aujourd’hui effectivement complètement envisageable: avec des gens comme Seib, dont la logique est effectivement dominante à Washington, la moindre amorce de réduction du déficit du budget fédéral déclencherait inévitablement une offensive pour tenter d’augmenter le budget de la défense dans les circonstances terribles de menaces multiformes et multidimensionnelles dont l’offensive permanente de communication de la sécurité nationale ne cesse de nous assaillir. Cela reviendrait à rétablir un déficit en hypothétique réduction à un nouveau niveau d'ampleur.

En d’autres termes, la “bataille du déficit” aux USA, ou “la catastrophe du déficit” selon ce qu’on en a, va tendre de plus en plus à se circonscrire autour de la bataille du budget de la défense. C’est une transformation de substance dans l’appréciation de la chose – aussi bien l’appréciation de la question du déficit que l’appréciation du volume du budget de la défense, les deux questions tendant alors à n’en plus faire qu’une.

Le budget de la défense comme calamité nationale

Un peu avant l’élection de GW Bush, et donc avant 9/11, à l’automne 2000, il y eut un débat aux USA autour de “la question des 4%”. Devant une poussée d'opinion, avec déjà les neocons plus des faucons de la sécurité nationale en pointe, selon lesquels le mandat Clinton avait vu une dégradation dramatique des capacités de défense des USA, se développa un débat sur la part de PIB qu’il faudrait accorder à la défense. On était alors autour de 3% du PIB, selon les années, pouvant aller jusqu’à 3,1% ou 3,2% (alors autour de $300 milliards/l’an). Les “faucons” voulaient qu’on accordât 4% du PIB à la défense. Puis il y eut l’élection de GW, les remous autour de cette élection contestée, les premiers mois de l’administration, l’affrontement entre Rumsfeld et la bureaucratie du DoD d’une part, entre Rumsfeld et le Congrès d’autre part, parce que Rumsfeld voulait une réforme fondamentale du Pentagone. Le nouveau secrétaire à la défense se trouva rapidement devant une coalition qui laissait à penser que ses efforts ne mèneraient à rien. Son formidable discours du 10 septembre 2001 – étrange coïncidence de date, – actait cette probabilité de défaite en même temps qu’il constituait un avertissement fondamental.

Puis, 9/11… A partir de là, le paysage fut bouleversé. Les vannes étaient ouvertes, y compris par Rumsfeld lui-même, brutalement sollicité par d’autres priorités et lancé dans la logique manipulatrice de la “guerre contre la Terreur”. Il n’exista plus aucun contrôle sur les dépenses du DoD, tandis que le DoD, à l’ombre incertaine de campagnes extérieures de plus en plus catastrophiques, ne fit qu’empiler gaspillages, choix catastrophiques et gestion idem. Plus personne ne contrôla rien, le DoD reçut toujours plus d’argent dans des conditions chaotiques, le DoD toujours plus gaspilleur et gestionnaire catastrophique qui avait besoin d’encore plus d’argent, etc., tout cela sans aucun frein d’aucune sorte. Ce n’est ni le cercle vicieux ni le mouvement perpétuel mais “la fuite en avant” dans le vide.

Il y a fort peu de gens qui ont noté cela, fort peu à Washington, encore moins chez les experts non-US parce qu’il ne viendrait à personne parmi eux d’étudier sérieusement le cas de la virginité de Marie. Effectivement, le budget du Pentagone, qui a toujours constitué un cas à part depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, est devenu une sorte de domaine sacré depuis 9/11, une sorte de poste “hors-budget” ne dépendant plus de la logique comptable et économique, et des conceptions d’équilibre des dépenses.

Aujourd’hui, après l’effondrement du 15 septembre 2008 et tout ce qui s’ensuit, avec un budget DoD à $708 milliards ($1.000 milliards et plus réels), la logique est brutalement modifiée. Comme l’a montré le débat plus haut, que nous avons recréé par un “copié-collé” de quelques déclarations, la logique des dépenses de défense n’est plus mesurée par rapport au PIB mais par rapport au déficit du budget fédéral, – ce qui revient à justifier jusqu’à l’absurde, au nom de la sécurité nationale, la nécessité du maintien du déficit. Le changement de mentalité, de perception psychologique est stupéfiant. Seul, parmi ceux que nous citons, Loren B. Thompson le mesure, en essayant de ramener la logique, non pas en fonction de la dette et du déficit, mais en fonction de la réalité de la situation économique (équivalent de la référence au PIB mentionnée plus haut), – en reconnaissant implicitement que le retour à cette référence devrait signifier aussitôt une baisse brutale du budget de la défense.

Lorsque nous parlons de “changement de perception psychologique”, nous parlons concrètement du changement de la place du budget de la défense dans la logique de la vie nationale. Le constat auquel on est conduit est que le budget de la défense US s’est exclu lui-même du tissu économique du pays, donc de la réalité du pays, pour devenir une représentation même de ce cancer du déficit qui dévore désormais l’Amérique. C’est cela que Thompson dit entre les lignes, et il laisse entendre que cette séparation en train de s’accomplir sinon déjà faite, alors qu’on réalise la gravité de la situation budgétaire et de la situation économique, amène de facto la possibilité d’un renversement radical en cas d’une nouvelle crise, en cas d’événements extraordinaires par rapport au déficit ou par rapport au gouvernement lui-même. Le caractère exceptionnel du budget du DoD désormais, – faire partie intégrante du déficit, sinon être le déficit lui-même, – conduirait à des mesures radicales dans l’autre sens qui menacerait non plus un volume budgétaire mais toute la structure de la sécurité nationale si, pour une raison ou l’autre, le déficit devenait une crise qu’il importerait de résoudre avec la plus grande vigueur et la plus grande brutalité.

Il ne s’agit pas ici d’un point de vue économique ou comptable, mais d’un point de vue psychologique concernant une réalité économique et comptable qu'on s'est dissimulée jusqu'ici. Cette évolution est fondamentale parce que ceux qui, comme Seib et contrairement à Thompson, plaide pour une telle approche (un budget du DoD à tout prix, même au prix du déficit, et effectivement finissant par constituer le déficit lui-même), font entrer ce budget dans le domaine des calamités nationales alors qu’il était jusqu’alors du domaines des nécessités nationales. Thompson sent bien cette évolution, qui maintient, lui l’homme des lobbies d’armement, qu’il doit y avoir un rapport entre l’équilibre économique du pays et son budget de la défense.

C’est une immense déchirure qui est en train de se faire, non plus entre “dissidents” et adversaires du système d’une part, partisans du système de l’autre, mais bien à l’intérieur même du système, entre partisans du système. Le cas tend désormais à devenir, non celui plus des interrogations sur telle ou telle politique, mais plutôt celui de l’interrogation sur la finalité même du budget de la défense. Une perception existe désormais, au cœur du système, que ce budget lui-même est un poignard prêt à s’enfoncer dans le cœur du système, qu'il est à lui seul la catastrophe potentielle qui peut faire s'effondrer l'édifice du pouvoir. N’essayons pas d’apprécier cette évolution en termes techniques et budgétaires, ce qui implique le domaine incertain des crises et tensions à venir dans les mois et années qui viennent, mais bien en termes psychologiques. C’est l’essentiel.


Donations

Nous avons récolté 132 € sur 3000 €

faites un don