La psychiatrie russe face à “D.C.-la-folle”

Brèves de crise

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2175

La psychiatrie russe face à “D.C.-la-folle”

On a toujours, avec le site WhatDoesItMean la question de savoir ce qu’il faut prendre au sérieux, ou disons à la lettre, dans la suite ininterrompue de textes annonçant ou décrivant des événements si peu ordinaires qu'on se croirait, – si ce n'était notre si étrange époque, – dans une sorte de Pays des Merveilles Incertaines. On s’arrêtera tout de même à un extrait d’un texte du 22 mai 2019, sans s’attarder sur sa validité, sa justesse, etc., mais en reconnaissant qu’il aborde une réelle préoccupation de la vie internationale : l’état psychologique et l’équilibre mental de la direction américaniste.

Le climat général de ce que nous avons baptisé “D.C.-la-folle”, la personnalité singulière du président des Etats-Unis qui utilise sciemment des affirmations fabriquées de toutes pièces et jouent sur la concurrence de personnalités et de groupes à l’intérieur de son administration ; le développement de tous les côtés de nouvelles complètement fabriquées et dont on est souvent obligés de suivre la logique tout en n’ignorant rien de la fausseté du fondement ; d'une façon générale, le rôle absolument fondamental, dans certains cas totalement exclusif, d’un système de la communication producteur systématique sinon exclusif également (au choix) de simulacres… Tout cela conduit effectivement à un climat de pathologie collective de la psychologie et du comportement intellectuel qui rend extraordinairement difficile la tâche de comprendre, sans parler de dialoguer, avec le pouvoir du système de l’américanisme.

C’est pour cette raison que la précision (indiqué en gras par nous) glissée dans ce texte sur le déséquilibre mental de la direction US rencontre certaines indications selon lesquelles la diplomatie russe jugerait nécessaire d’instituer structurellement une sorte de direction psychiatrique opérationnelle, complémentaire de ses équipes diplomatiques pour évaluer la situation US, les décisions US, et également le comportement de dirigeants US, y compris lors de rencontres avec des diplomates russes.

L’extrait ci-dessous équilibrent nos remarques sur l’administration Trump en tournant son appréciation du déséquilibre psychologique US du côté des démocrates (cible préférée du site). “D.C.-la-folle” n’épargne personne…

« …Selon ce rapport, l'une des choses les plus importantes dont la Russie a besoin pour améliorer ses relations avec les États-Unis est d'apprendre et de savoir quelles sont les véritables intentions des Américains – une tâche que les hauts fonctionnaires et analystes du ministère disent maintenant qu'il est presque impossible d'accomplir sans l'aide de professionnels de la psychiatrie. […] [La] grave maladie mentale que les États-Unis affichent continuellement devant le monde entier inclut le cas des parlementaires du parti démocrate commençant cette semaine une enquête au Congrès sur “les menaces grandissantes de la Russie contre la démocratie” alors qu’en même temps exactement, des personnalités démocrates appellent à l'emprisonnement de “tous les républicains d'Amérique parce qu’ils ne soutiennent pas la demande de destitution de Trump” ; alors que les principales organisations de médias grand public aux États-Unis sont désormais liées de manière affirmée à l'organisation terroriste intérieure communiste radicale ANTIFA ; alors que les meilleurs experts informatiques italiens ont révélé la nouvelle choquante de la découverte, cette semaine, d’une campagne coordonnée “I Hate Trump” sur Instagram qui, du moins selon les esprits équilibrés, représente une menace pour les États-Unis plus grave que celle qui existe en Russie. »

 

Mis en ligne le 28 mai 2019 à 16H35

Donations

Nous avons récolté 392 € sur 3000 €

faites un don