La narrative en apnée du bloc-BAO

Ouverture libre

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2803

La narrative en apnée du bloc-BAO

Il est intéressant d’avoir quelques données précises sur la question des Ouïghours dans le Xinjiang chinois, en les comparant notamment à la narrative (pauvres narrativologues) que nous servent les organismes-PC (Politiquement-Correct) du bloc-BAO. Il y a une bonne grosse poignée de raisons de penser que tout ce qu’on nous dit dans l’article ci-dessous rend compte et fixe une vérité-de-situation, – d’autant que cela nous est dit avec l’aide sacro-sainte de la BBC britannique, prise à deux périodes différentes de sa narrative et entre deux cures d’apnée :

• d’abord parce qu’il y a des références sérieuses et convaincantes, puisées aux meilleures sources (la BBC, qui dit mieux, elle qui dit le contraire six ans plus tard ? En effet, le contraste entre son article de 2014 et son article de 2020 est charmant d’ingénuité et d’impudence élégante, en un sens very british) ;

• ensuite, et surtout, argument suprême qu’il faut prendre l’habitude de mettre irrésistiblement en avant, d’abord parce que tout ce qui nous est dit là-dessous prend le contrepied de ce que les organismes-PC du bloc-BAO nous disent ;

• ...car il n’est meilleure référence que “ce que les organismes-PC du bloc-BAO nous disent” pour déterminer une vérité-de-situation : vous pouvez être sûr que le contraire vous conduit dans les eaux territoriales de cette fameuse vérité-de-situation tant le simulacre des organismes-PC de ce qui n’est même plus un mensonge mais ‘le simulacre du simulacre d’une narrative’ est une indication quasiment absolue de la fausseté du monde qu’ils (ceux du bloc-BAO) nous proposent, par le biais postmodernisé et hypertechnologisé de l’artifice, de l’ombre déformée d’une ombre déformée de la caverne de Platon transformée en décor de la caverne de Platon...

Ce commentaire manifestement sans parti-pris, c’est-à-dire absolument et objectivement subjonctif selon la voie antiSystème, nous a un peu éloignés de l’affaire des Ouïghours du Xinjiang chinois. Ce n’est rien, car il est est essentiel et nécessaire, chaque fois que l’occasion peut faire le larron vertueux, de rappeler le poids absolument incroyable et insupportable du simulacre de montage faussaire qu’est l’époque que nous vivons.

Bien ... Les Ouïghours dans le Xinjiang chinois maintenant. On connaît bien la narrative des organismes-PC sur l’immonde politique des Chinois et sur la terrible oppression, sans la moindre justification, sans équivalent que tout ce qu’on peut imaginer, qui choque les conscience occidentale-américaniste avec leur humanisme droitdel’hommiste, enfin tout ce que subissent les Ouïghours.

Voici un texte qui dit des choses bien différentes.

Au départ, l’article est de Tony Cartalucci, commentateur géopolitique et auteur, basé à Bangkok, qui écrit ici un article (en anglais) pour le site NewEasternOutlook en date du 3 septembre 2020. Cet article a été repris en français par le site Histoire et Société, le 4 septembre 2020. L’article est précédé d’une note de la traductrice Danielle Bleitrach : « Au moment où s’ouvre le procès des terroristes de Charlie et de l’hypercacher, tout se passe comme si la presse occidentale, française en particulier, dénonçait le terrorisme chez nous mais le soutenait partout dans le monde comme ultime instrument de la domination US et de ses vassaux »

Le titre original est « The Biggest Lie About China’s Xinjiang “Internment Camps” », que nous nous permettons d’adapter comme on le voit ci-dessous.

dde.org

_________________________

 

 

Pékin, les Ouighours et le “Grand Mensonge”

Pendant des années, les médias et les gouvernements occidentaux ont maintenu un pilonnage presque incessant contre la Chine sur ce qu’ils prétendent être des réseaux de « camps d’internement » construits et utilisés dans la région occidentale du Xinjiang pour persécuter la minorité ethnique ouïghoure.

Ces affirmations sont un mélange de demi-vérités, de vérités sorties de leur contexte et de fabrications et de mensonges.

Pourtant, le plus grand mensonge de tous est un mensonge d’omission – des histoires hypnotisantes, exagérées et même fabriquées sur les abus de la Chine contre les Ouïghours – tout en minimisant ou en omettant complètement le très réel problème terroriste auquel la Chine est confrontée au Xinjiang.

La BBC dans un article de 2020, «Les Ouïghours de Chine: détenus pour barbe, voile et navigation sur Internet», affirmerait (gras ajouté) :

« Majoritairement musulmans, les Ouïghours sont plus proches en apparence, en langue et en culture des peuples d’Asie centrale que de l’ethnie majoritaire chinoise, les Chinois Han.
» Au cours des dernières décennies, l’afflux de millions de colons Han dans le Xinjiang a entraîné une montée des tensions ethniques et un sentiment croissant d’exclusion économique parmi les Ouïghours.
» Ces griefs ont parfois trouvé leur expression dans des flambées de violence sporadiques, alimentant un cycle de réponses sécuritaires de plus en plus dures de Pékin.
» C’est pour cette raison que les Ouïghours sont devenus la cible – avec les autres minorités musulmanes du Xinjiang, comme les Kazakhs et les Kirghizes – de la campagne d’internement. »

Le terme «parfois trouvé leur expression dans des flambées de violence sporadiques» est un euphémisme délibéré et spectaculaire, la BBC elle-même ayant déjà documenté les terribles actes de terrorisme perpétrés par les extrémistes du Xinjiang.

Terrorisme sanglant et trou de mémoire-BAO

L’article de 2014 de la BBC, « Pourquoi y a-t-il des tensions entre la Chine et les Ouïghours? », indique ceci (gras ajouté) : 

« En juin 2012, six Ouïghours auraient tenté de détourner un avion de Hotan à Urumqi avant d’être maîtrisés par les passagers et l’équipage. Il y a eu un bain de sang en avril 2013 et en juin de cette année-là, 27 personnes sont mortes dans le comté de Shanshan après que la police a ouvert le feu sur ce que les médias d’État ont décrit comme une foule armée de couteaux attaquant les bâtiments du gouvernement local. Au moins 31 personnes ont été tuées et plus de 90 ont été blessées en mai 2014, lorsque deux voitures se sont écrasées dans un marché d’Urumqi et des explosifs ont été lancés dans la foule. La Chine l’a qualifié d ‘«incident terroriste violent». Elle fait suite à une attaque à la bombe et au couteau à la gare sud d’Urumqi en avril, qui a fait trois morts et 79 blessés. En juillet, les autorités ont déclaré qu’un gang armé de couteaux avait attaqué un poste de police et des bureaux gouvernementaux à Yarkand, faisant 96 morts. L’imam de la plus grande mosquée de Chine, Jume Tahir, a été poignardé à mort quelques jours plus tard. En septembre, environ 50 personnes sont mortes dans des explosions dans le comté de Luntai, à l’extérieur des postes de police, d’un marché et d’un magasin. Les détails des deux incidents ne sont pas clairs et les militants ont contesté certains récits d’incidents dans les médias d’État. Une certaine violence s’est également répandue hors du Xinjiang. Une frénésie de coups de couteau en mars à Kunming, dans la province du Yunnan, qui a tué 29 personnes, a été imputée aux séparatistes du Xinjiang, tout comme un incident d’octobre 2013 où une voiture a percuté la foule et a pris feu sur la place Tiananmen à Pékin. »

Ce ne sont pas là des « flambées de violence sporadiques » mais plutôt une campagne concertée de terrorisme. C’est le terrorisme qui sévit au Xinjiang et dans l’ensemble de la Chine depuis des années.

Le nombre de milliers d’extrémistes ouïghours qui ont voyagé à l’étranger pour combattre dans des guerres par procuration occidentales dans des endroits comme la Syrie et qui tenteront finalement de retourner en Chine sont rarement mentionnés ou liés à la politique chinoise au Xinjiang. 

Voice of America (VOA), financé et dirigé par le Département d’État américain, dans son article intitulé : « Analysts: Uighur Jihadis in Syria might Pose Threat », admettait (gras ajouté) :

« Les analystes préviennent que le groupe djihadiste Turkistan Islamic Party (TIP) dans le nord-ouest de la Syrie pourrait constituer un danger pour la province instable d’Idlib en Syrie, où les efforts se poursuivent pour maintenir un cessez-le-feu fragile entre la Turquie et la Russie entre les forces du régime syrien et les différents groupes rebelles. Le TIP a déclaré un émirat islamique à Idlib fin novembre et est resté largement hors du radar des autorités et des médias grâce à son profil bas. Fondé en 2008 dans la région du nord-ouest de la Chine du Xinjiang, le TIP est l’un des principaux groupes extrémistes en Syrie depuis le déclenchement de la guerre civile dans le pays en 2011. Le TIP est principalement composé de musulmans ouïghours de Chine, mais en ces dernières années, il a également inclus d’autres combattants djihadistes dans ses rangs. » 

Le TIP a revendiqué la responsabilité des attaques de Kashgar de 2011 au Xinjiang, tuant 23 personnes.

Reuters note dans son article, « L’envoyé chinois ne dit aucun chiffre précis sur les Ouïghours combattant en Syrie », que (gras ajouté):

« L’ambassadeur syrien en Chine a déclaré à Reuters l’année dernière que jusqu’à 5000 Ouïghours combattent dans divers groupes militants en Syrie. »

Le terrorisme en Chine et une petite armée de terroristes perfectionnant leurs compétences avec de l’argent et des armes américains dans une guerre par procuration contre la Syrie pour finalement retourner sur le territoire chinois sont certainement une justification suffisante pour que la Chine prenne des mesures sérieuses contre l’extrémisme au Xinjiang.

Mais en minimisant ou en omettant maintenant la menace terroriste au Xinjiang, la BBC et le reste des médias occidentaux tentent de dissocier la politique chinoise actuelle au Xinjiang du terrorisme très réel et étendu qui l’a provoquée.

Washington répond ‘présent !’

Pire encore, le problème du terrorisme de la Chine au Xinjiang est le résultat direct du financement et du soutien américains.

Non seulement les États-Unis ont armé et formé des militants en Syrie, mais des extrémistes ouïghours combattent aux côtés de groupes séparatistes comme le Congrès mondial ouïghour (WUC) qui cherchent ouvertement l’«indépendance» du Xinjiang ont des bureaux à Washington DC et sont financés par le National Endowment for Democracy des États-Unis (NED).

En fait, la subvention du NED américain à la subversion en Chine est divisée en plusieurs régions avec leurs propres pages dédiées sur le site Web du NED. Le Xinjiang est répertorié par le NED comme «Xinjiang / Turkestan oriental» – le Turkestan oriental étant le pays fictif que les extrémistes cherchent à créer.

Une grande partie de l’extrémisme au Xinjiang est également liée au soutien important de l’allié américain l’Arabie saoudite et de la Turquie, membre de l’OTAN.

Alors que les États-Unis financent la subversion politique et que la Turquie aide les extrémistes ouïghours qui combattent en territoire syrien, l’allié américain l’Arabie saoudite achemine de l’argent et des ressources dans le Xinjiang lui-même pour radicaliser les communautés musulmanes avec le salafisme extrémiste et politiquement motivé de Riyad.

Le LA Times, dans un article de 2016 intitulé « En Chine, la montée du salafisme favorise la suspicion et la division parmi les musulmans », révélait:

« Le salafisme est une école de pensée ultra-conservatrice au sein de l’islam sunnite, épousant un mode de vie et de prière qui remonte au 6ème siècle, lorsque Muhammad était en vie. Les militants de l’État islamique sont des salafistes, de nombreux religieux saoudiens sont des salafistes, de même que de nombreux musulmans chinois vivant à Linxia. Ils prient dans leurs propres mosquées et portent des kaffiyehs à la saoudienne. »

L’article notait également (gras ajouté):

« Les experts affirment qu’au cours des dernières années, les autorités chinoises ont placé les salafis sous surveillance constante, fermé plusieurs écoles religieuses salafistes et arrêté un éminent religieux salafiste. Une relation autrefois étroite entre les salafistes chinois et les clients saoudiens est devenue épineuse et complexe. »

 Et cela:

« … Les prédicateurs et organisations saoudiens ont commencé à se rendre en Chine. Certains d’entre eux portaient des dons: programmes de formation pour les clercs, corans à distribuer, financement de nouveaux “instituts islamiques” et de mosquées. »

Ce radicalisme envahissant transplanté au Xinjiang par les États-Unis et leurs alliés saoudiens s’est traduit directement par une violence réelle – un fait omis ou enterré à plusieurs reprises dans la couverture actuelle du Xinjiang et laissé de côté par les condamnations américaines et européennes de la Chine pour ses politiques dans ce pays.

Les États-Unis et l’Europe ont mené une «guerre contre le terrorisme» pendant 20 ans, envahissant des nations entières sous de faux prétextes, tuant des centaines de milliers de personnes, en déplaçant des dizaines de millions, pratiquant des tortures systématiques et construisant un réseau de surveillance à l’échelle mondiale – tout en étant plus secrète pour armer et financer un véritable terrorisme dans des pays comme la Libye, la Syrie et même le Xinjiang en Chine.

Tout cela a été fait avec l’aide d’un média occidental complice qui déforme les vérités ou fabrique entièrement des mensonges – mais aussi en omettant la vérité.

Il n’est donc pas surprenant que les médias américains et européens aient choisi de mentir sur les politiques actuelles de la Chine pour faire face à ce qui est clairement un problème de terrorisme réel et dangereux au Xinjiang.

Mais le monde peut choisir de ne pas croire à ces mensonges. 

Tony Cartalucci

Donations

Nous avons récolté 1873 € sur 3000 €

faites un don