“La grandeur de Ron Paul” et le USS John C. Stennis

Bloc-Notes

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 834

Des avis commencent à converger chez divers commentateurs US sur ce qui pourrait être, hors de toute spéculation sur les résultats électoraux divers alors que les primaires commencent, la principale vertu de la candidature Ron Paul. Il s’agit de l’introduction, dans l’atmosphère électrisée des élections, d’un débat fondamental dans la réflexion politique autant que dans le sentiment populaire. On parle, certes, du pilier essentiel de la politique mondiale des USA, qui est son interventionnisme agressif avec la déstabilisation générale qu’alimente cet interventionnisme.

War in Context cite, ce 3 janvier 2012, un texte de Robert Wright, senior editor du magazine The Atlantic et journaliste prestigieux, ce 3 janvier 2012, sur le site The Atlantic. Le titre de ce très court commentaire est remarquable : «The Greatness of Ron Paul».

Quelle est cette “grandeur” de Ron Paul ? L’imagination, selon Wright. Car celui qui est dénoncé avec fureur comme isolationniste, comme un homme prétendument refermé sur l’Amérique et indifférent, sinon hostile au reste du monde, est donc le seul à argumenter, pour sa politique, en proposant ceci à ceux qui veulent bien l’entendre et même à ceux qui sont obligés de l’écouter : mettez-vous à la place des autres ; imaginez ce que peuvent penser un Irakien, un Iranien, un Afghan, un Pakistanais et tant d’autres de l’intrusion furieuse, permanente, arrogante, cruelle et destructrice, absolument illégale en tous points, de la puissance militaire des USA comme on le voit faire depuis des années, ou plutôt des décennies pour honorer une comptabilité historique plus juste ? Imaginez ce que dirait un citoyen américain si des destroyers iraniens patrouillaient en permanence, menaçants, tonitruants, dans le Golfe du Mexique comme si le Golfe était à eux, à la façon du porte-avions John C. Stennis dans la mer d’Oman ? Ainsi le candidat isolationniste commence-t-il à être acclamé pour être le seul à être capable de se mettre à la place des autres, de ceux dont il (Ron Paul) voudrait prétendument s’isoler jusqu’à les ignorer complètement.

«It's certainly true that Paul's hawkish critics are using his weirder ideas and checkered past to try and make non-interventionism synonymous with creepiness. But, whatever their success, Paul is making one contribution to the foreign policy debate that could have enduring value. It doesn't lie in the substance of his foreign policy views (which I'm largely but not wholly in sympathy with) but in the way he explains them. Paul routinely performs a simple thought experiment: He tries to imagine how the world looks to people other than Americans.

»This is such a radical departure from the prevailing American mindset that some of Paul's critics see it as more evidence of his weirdness. A video montage meant to discredit him shows him taking the perspective of Iran. After observing that Israel and America and China have nukes, he asks about Iranians, “Why wouldn't it be natural that they'd want a weapon? Internationally they'd be given more respect.”

»Can somebody explain to me why this is such a crazy conjecture about Iranian motivation? Wouldn't it be reasonable for Iranian leaders, having seen what happened to nukeless Saddam Hussein and nukeless Muammar Qaddafi, to conclude that maybe having a nuclear weapon would get them more respectful treatment?

»Paul's error is clear: He's departed from approved Republican-presidential-candidate talking points, according to which the only explanation for an Iranian nuclear program is a desire to destroy Israel. (Even Jon Huntsman, supposedly one of the more sensible Republicans on foreign policy, seems to be a slave to the talking points: It's the Huntsman campaign that created the video montage in question!)

»A favorite Paul pedagogical device is to analogize foreign situations to American ones. A campaign ad promoted by a Paul-supporting super PAC begins by asking us to imagine Russian or Chinese troops in Texas. The point is that this is how our occupations of Iraq and Afghanistan look to locals.

»I've long thought that the biggest single problem in the world is the failure of “moral imagination” – the inability or unwillingness of people to see things from the perspective of people in circumstances different from their own. Especially incendiary is the failure to extend moral imagination across national, religious, or ethnic borders. If a lack of moral imagination is indeed the core problem with America's foreign policy, and Ron Paul is unique among presidential candidates in trying to fight it, I think you have to say he's doing something great, notwithstanding the many non-great and opposite-of-great things about him (and notwithstanding the fact that he has in the past failed to extend moral imagination across all possible borders).»

Il faut signaler également une intervention de William Pfaff dans le même sens, ce 3 janvier 2012, sur Truthdig.org. Pfaff se déclare clairement adversaire de l’orientation politique de Paul, se présentant lui-même (Pfaff) comme un partisan d’un internationalisme modéré, aux antipodes de l’isolationnisme de Ron Paul bien entendu. Pourtant, il avance le même argument que c’est ce même “isolationniste” qui présente d’une façon nouvelle, objective et constructive, le cas d’une critique absolument nécessaire, sinon vitale, de la politique extérieure des USA. (Cela, bien entendu, parce que l’“internationaliste” Pfaff est ce qu'il est, cet historien de belle qualité, sans doute le commentateur US de ce niveau le moins intoxiqué par le système de l’américanisme, et certainement le moins servile par rapport aux consignes du Système. Nul ne peut en douter.)

«Paul and Mitt Romney have been the only two candidates that could be distinguished from the array of Christian conservative conformists chorusing the Fox Television song. On issues, boredom alone would send the voter to Ron Paul, whose opinions have seemed to be those of a live human being with some knowledge of the world as it is: a world in which America’s principal activity abroad during the past decade has been waging war on all those Muslims “who hate us.”

»The clear crossover vote-getter issue on which Paul has differed from the rest of the candidate crowd is war: his hostility to the commitment of both Democratic and Republican administrations to prosecuting undeclared war in the Middle East, South Asia and everywhere else that is harboring what the American government has chosen to identify as agents of “terror,” “Islamic terrorists” or “violent extremists.” […]

»Since any military intervention in another country, either to crush or overthrow a rebellion (particularly the ethnic, regional, ideological or religious rivals to a government), automatically generates hatred and resistance to the interventionist power, such a policy generates its own opposition and automatically contributes to its own eventual perpetuation and defeat.

»This is reasonably obvious to most people of common sense or who have experience in everyday politics (current Republican presidential candidates excluded). There is no point in belaboring it. But it seems beyond the ken of the foreign policy establishment in Washington, and the Pentagon, which are kept in business by war.

»Countries must deal with their own national conditions, and their own wars, and resolve their own internal conflicts. As a general rule, no lasting settlement can be imposed by foreign intervention. It is another matter if some regime launches its own aggressive program, but foreign intervention is usually constructive only when it is directed toward restoring balance and containing international war or aggression and their consequences.

»Aggressive democratic interventionism meant to turn non-Western countries into Little Americas—the recent American foreign policy ideology—has inflicted great harm abroad and upon the American people themselves. No wonder Iowans are drawn to someone who wants the United States to make peace rather than war. Even a Paul defeat in Iowa wouldn’t change that, but it might in any case inspire the other presidential candidates, including President Obama himself, to think again about what the American people actually want.»

Finalement, l’orientation radicale de Ron Paul ces dernières semaines, vers la question de la politique étrangère (il s’en est expliqué d’une façon très intéressante, comme on peut le lire le 2 janvier 2012), peut avoir amené des effets très paradoxaux. D’une part, elle a soudainement durci l’opposition de l’establishment contre lui, ce qui peut lui avoir coûté (dans l’Iowa) des voix, sinon des manœuvres frauduleuses de manipulation des votes contre lui, pratique coutumière du domaine dans cette exemplaire démocratie ; d’autre part, et au contraire, elle lui a donné une véritable stature nationale et pourrait avoir imposé un problème fondamental qui dépasse sa seule candidature pour concerner la politique générale des USA, du bloc BAO, et tout l’équilibre du Système. Qui plus est, le timing est impeccable et sert évidemment cette interprétation : le candidat Paul dit tout ce qu’il dit, on l’a vu pour des raisons de logique politique, alors que la tension entre l’Iran et le bloc BAO ne cesse de grandir, justement à cause de cet interventionnisme, personnifié d’une façon impressionnante par la masse des près de 100.000 tonnes du porte-avions John C. Stennis. Tout cela est symbolique en plus d’être bien réel.

Il y a alors une interférence directe, inattendue et remarquable, entre le processus électoral US qui démarre dans une atmosphère explosive et la situation dans le Golfe (Persique, d’Oman, détroit d’Ormouz, etc..) qui se développe “dans une atmosphère explosive”. Il y a là une occurrence métahistorique de belle allure, dans l’intégration soudaine de deux crises qui sont liées certes, mais qui étaient jusqu’alors tenues séparées par les pressions du Système. L’intégration des diverses crises parcellaires est la voie obligée pour la réalisation de la profondeur de la crise générale de l’effondrement du Système qui, bien entendu, contient toutes les autres et les entraîne dans sa puissance qui semble de plus en plus irrésistible. Il existe désormais, pour quelques heures, une diagonale entre l’Iowa et le détroit d’Ormouz, qui pourrait s’étendre, à partir de la même crise du Golfe autour de l’Iran, aux autres étapes des primaires US. Normalement, “la grandeur de Ron Paul” devrait plus que jamais s’activer dans ce sens, et alors les résultats des primaires s’effaceraient, en importance, devant la puissance du débat ainsi imposé sur la scène nationale US.


Mis en ligne le 4 janvier 2012 à 06H36