La confession freudienne de GW

Ouverture libre

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 2354

• Un mot pour un autre et patatras ! • Toute la belle construction ripolinée de 2002 à 2022 s’effondre. • Pauvre GW, l’Irak est pourtant bien loin de l’Ukraine... • Car dans leurs moments les plus relâchés, les pires gestionnaires de l’empire nous font savoir qu’ils savent au fond d’eux-mêmes ce qui est vrai et ils le laissent échapper. • Contribution de Caitline Johnstone, de ‘CaitlineJohnstone.com’.


La confession freudienne de GW

Je n’arrive pas à croire que c'est vraiment arrivé.

Lors d'un discours à Dallas au George W. Bush Presidential Center de la Southern Methodist University mercredi, l’homme lui-même, George W. Bush, a fait une grande chose.

Tout en critiquant la Russie pour avoir truqué les élections et exclu l'opposition politique (ce qui serait déjà hilarant venant de n'importe quel Américain en général et de Bush en particulier), le 43e président a fait le commentaire suivant :

« Le résultat est une absence de freins et de contrepouvoir en Russie, et la possibilité pour un seul homme de lancer une invasion totalement injustifiée et brutale de l'Irak... Je veux dire, de l'Ukraine... »

Et puis c'est devenu encore meilleur. Après s’être corrigé avec un petit rire nerveux, Bush a voulu dissiper la consternation dans la foule fidèle à l'empire avec les mots en forme de plaisanterie : « L'Irak aussi. Dans tous les cas. » Il a encore plaisanté en disant qu'il avait 75 ans, insistant plus qu’il ne l’a jamais fait sur son côté “Aw shucks gee willikers” (“Je suis tellement idiot”).

Et le public de Bush a ri. Ils ont pensé que c'était génial. Un président qui a lancé une invasion illégale qui a tué plus d'un million de personnes (probablement beaucoup plus) avouant ouvertement avoir fait ce que tous les médias du monde occidental ont passé les trois derniers mois à hurler à pleins poumons à propos du président russe Vladimir Poutine, – c’était hilarant pour eux.

Il n'y a pas assez d’entonnoirs à se mettre sur la tête dans l'univers pour commenter correctement cela.

Comme l'a dit le comédien John Fugelsang,

« George W. Bush n'a pas fait de lapsus freudien. Il a fait une confession freudienne. »

L'une des possibles explications intéressantes à propos de cet événement est la probabilité que les paroles de Bush aient été dites comme elles l’ont été parce qu'il a entendu beaucoup de critiques sur son invasion ou qu'il y a beaucoup réfléchi.

Une voie neuronale familière expliquerait pourquoi son cerveau a choisi exactement le pire mot possible pour éventuellement remplacer “Ukraine” à ce moment-là. Ce serait une petite lumière dans l’obscurité pour nous, les gens ordinaires qui s'opposent à la guerre et aiment la paix, car cela suggère que même les pires gestionnaires d'empire ne peuvent pas complètement s'isoler de nos critiques.

Pensez qu’il y a toute cette manipulation et cette gestion narrativiste sur la guerre par procuration des États-Unis en Ukraine et voilà que Bush défait tout cela avec un produit du bushisme pour mettre fin à tous les bushismes.

Alors que la classe politique/médiatique occidentale ne cesse de  constamment se désinfecter à cause de la “désinformation” sur la guerre en Ukraine, alors que les responsables américains admettent ouvertement qu'ils ont utilisé les médias pour faire circuler la désinformation sur cette même guerre, alors même que l’administration Biden emprisonne et persécute un journaliste pour avoir dénoncé les crimes de guerre américains, nous obtenons un aveu clair et net que les États-Unis ne sont pas meilleurs que la Russie et que la seule chose qui cache cette évidence est que nous nageons tous dans une mer de désinformation et de propagande fournie par cette même classe politique/médiatique .

Et cet aveu ne vient pas d'un laquais de bas niveau de l'empire, mais de l'homme lui-même. Le type lui-même. L'homme dont le nom seul sert à démystifier en un mot toutes les affirmations sur la façon unique dont Vladimir Poutine est néfaste sur la scène mondiale et à quel point son invasion de l'Ukraine est particulièrement dépravée.

Si vous regardez vraiment ce qui vient de se passer, que vous l'ingérez vraiment, cet incident à lui seul suffit à vous montrer que nous nageons dans une mer de mensonges conçus pour nous donner une perception invertie, et une vision invertie de tout ce qui se passe. dans le monde.

Si Bush lui-même ne peut pas toujours faire la différence entre l'invasion de l'Irak et l'invasion de l'Ukraine, cela signifie que nos médias et nos politiciens nous mentent constamment. Ils nous ont menti en 2002 et 2003, et ils n'ont jamais cessé de mentir, et ils mentent maintenant en l'an 2022.

L'ensemble de la vision du monde dominante est un filtre de distorsion perceptive qui obscurcit la compréhension publique des événements mondiaux si sévèrement que Bush n'a pas seulement été pardonné pour ses crimes, mais activement réhabilité aux yeux du public, tandis que les ennemis des États-Unis sont continuellement comparés à Adolf Hitler. et condamnés dans le monde dominé par les États-Unis.

En réalité, les États-Unis sont le gouvernement le plus tyrannique et le plus destructeur de cette planète, et ce n'est que parce que le public est nourri d'un déluge de propagande ininterrompu que ce n'est pas universellement évident.

Même les pires gestionnaires d'empire savent profondément que c'est vrai, et, dans leurs moments les moins surveillés, parfois la vérité s'échappe.

Caitline Johnstone

Donations

Nous avons récolté 406 € sur 3000 €

faites un don