Joe-Orwell réactive la Vérité

Ouverture libre

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2009

Joe-Orwell réactive la Vérité

• Oyez la Bonne-Nouvelle ! • Biden a enfin cédé à la Grande Sagesse de ses communicants et de sa structurante sénilité en installant un ‘Department of Truth’ pour notre savoir. • Contributions : dde.org et Maurizio Blondet.

Tout cela n’aura pas besoin de commentaires supplémentaires hors des détails que nous rapporte Maurizio Blondet. Le Système poursuit sa grande chevauchée et se roule dans le ridicule de sa surpuissance à prétention caricaturalement dictatoriale pour le bon rangement de notre pensée. C’est du “prêt-à-penser” garanti “sur mesure”, comme nous le garantit ‘Le tailleur de Panama’ de John Le Carré devenu agent du MI6 pour sauver sa propriété accablée par les traites bancaires. La sénilité du vieux-Joe, avec le fils-Hunter en flanc-garde pour la bonne marche de son actionnariat dans les sociétés gérant les labos clandestins d’Ukraine, fait finalement très-bonne figure en osant tout et se fichant du « Postulat d’Audiard ».

Bref, c’est de cette façon qu’il nous semble convenable de présenter cette initiative de l’administration Biden. Le seul effet assuré est d’accroitre encore le ridicule pathologique de la non-politique US représentée par un vieillard forcé à assurer un semblant de présence malgré les irréversibles atteintes de l’âge. Ce que l’on doit trouver de plus troublant et de plus extraordinaire, c’est que toute la puissance et les ambitions des États-Unis en voie accélérée d’effondrement-soft trouvent acceptable de se faire représenter par une telle direction, – car, le système américaniste étant ce qu’il est, l’état de la présidence rejaillit nécessairement sur tous les actes et initiatives que le système de l’américanisme conduit au nom du Système. Biden n’est pas ridicule, il est malade dans son âge ; mais le système de l’américanisme est, lui, totalement ridicule au point de menacer de contacter la même pathologie alors qu’il est hors-d’âge, et de nous offrir les plus extraordinaires caricatures du pouvoir absolu qu’il prétend exercer.

Cela dit, suivons Maurizio Blondet dans sa description des nouveaux maîtres de la Vérité, du nouveau ‘Department of Truth’. Le texte, initialement en italien, est en ligne sur le site ‘Euro-Synergies-hautefort.com’ le 3 mai 2022, sous le titre « Qui sont les responsables du nouveau “Ministère de la Vérité” américain (Qui l'aurait cru?)? »

dde.org

_________________________

 

 

Présentation du ‘Department of Truth’-USA

Immédiatement après l'achat de Twitter par Elon Musk, qui l'a ouvert à la liberté et au pluralisme d'opinion extrêmement dangereux, il y a eu un tollé dans l'État profond et dans la clique démocratique américaine :

Hillary Clinton a demandé aux Européens d'intervenir pour maintenir cette censure, Barack Obama a appelé à une réglementation américaine, et l'administration Biden a créé un nouveau comité pour la gouvernance de la mise en place urgente, au Département de la Sécurité intérieure (le Département de l'Intérieur, DHS, qui n'existait pas aux Etats-Unis : il a été créé par Bush jr après le 11 septembre) d'une unité anti-“désinformation”, c'est-à-dire d'une organisation policière répressive. Cette unité “anti-désinformation” a été définie, à juste titre, par le présentateur Tucker Carlson comme le “ministère de la Vérité” d’Orwell, doté de pouvoirs de censure policière sur les informations concernant le COVID-19 et la Russie et l'Ukraine, ainsi que sur les horreurs découvertes sur l'ordinateur portable de Hunter Biden. Ce ministère de la Vérité sera également utilisé pour couvrir la corruption de la famille Biden en Ukraine et en Chine, en dissimulant une piste de preuves remontant à l'époque où Joe Biden était vice-président. Avec cette mesure de censure et de contrôle de la pensée, le DHS va se transformer en mafia personnelle de la famille Biden.

Selon ‘Natural News’, en fait,

« Avec la formation du “conseil de gouvernance de la désinformation”, le DHS devient la mafia personnelle de la famille Biden. »

Le chef du DHS, Alejandro Mayorkas, un cubain de confession mosaïque, a mis au point un « conseil de gouvernance de la désinformation » qui ciblera et éliminera toute information compromettante que le gouvernement fédéral ne veut pas que le public sache. Ce “comité anti-désinformation” imposera au public l'obéissance aux protocoles oppressifs du coronavirus de Wuhan (COVID-19) et fera disparaître toute preuve de fraude électorale. L'agence s'occupera de la "désinformation relative à la sécurité intérieure, en se concentrant en particulier sur la Russie".

La directrice exécutive de cette nouvelle entreprise orwellienne s'appelle Nina Jankowicz. Descendante de résidents du ghetto de Varsovie, elle est une ancienne consultante du ministère ukrainien des Affaires étrangères et un ancien membre du service de désinformation du Wilson Center. Elle a supervisé les questions liées au groupe de pression du National Democratic Institute. Jankowicz sera chargé de peaufiner les récits officiels de l'administration et de cibler toute opposition à ces récits.

Mme J est connue pour avoir rejeté les révélations répugnantes découvertes sur l'ordinateur portable de Hunter Biden en les qualifiant de « désinformation », d’« opération de contrefaçon russe », même si les preuves de la pertinence criminelle de l'ordinateur portable sont maintenant dans le domaine public. C'est la même dame qui a déclaré que l’idée de la liberté d'expression « me donne des frissons »... Elle a également affirmé que la question était un « produit de la campagne Trump » qui conduirait les électeurs de Trump à se présenter aux bureaux de vote armés et prêts à intimider les électeurs.

Elle a tweeté :

« Honoré de servir dans l'administration Biden @DHSgov et de contribuer à façonner nos efforts de contre-désinformation. - Nina Jankowicz (@wiczipedia) 27 avril 2022. »

Le régime de Biden cherche à mettre fin à la dissidence alors qu’Elon Musk promet la liberté d'expression sur Twitter

Nina Jankowicz est très préoccupée par le fait que le régime actuel et son réseau de propagande perdent une partie de leur influence sur les plateformes de médias sociaux, en particulier Twitter. Elon Musk, en rachetant Twitter, a promis de rétablir la liberté d'expression légitime sur la plateforme. Jankowicz a précédemment qualifié Musk d’« agresseur en ligne » et a appelé à davantage de censure sur les personnes comme lui.

« Je frémis à l’idée de ce qui se passerait si les absolutistes de la liberté d'expression prenaient le contrôle d’un plus grand nombre de plates-formes ... », a déclaré Jankowicz.

Mais avec Musk à la tête de Twitter, les conservateurs pourraient bientôt avoir un terrain de jeu égal pour débattre des questions sur la place publique numérique. D'innombrables comptes conservateurs pourraient être restaurés lors de la réouverture de Twitter, permettant aux gens de discuter de diverses questions importantes. Sous la direction de Musk, les listes noires et les algorithmes de censure pourraient être révélés. Les communications internes de Twitter pourraient être exposées, révélant le contrôle du gouvernement et des intérêts spéciaux sur le flux d'informations. Le rétablissement de la liberté d'expression sur Twitter pourrait mettre la pression sur Facebook, Google et d'autres plateformes pour qu'ils mettent fin à leurs efforts d'ingérence électorale. En attendant, attendez-vous à ce que le régime actuel redouble de censure alors qu'il impose désespérément ses récits tordus au peuple américain.

La maîtresse de la parole chargée du tout nouveau ministère de la Vérité a un côté comico-démoniaque (psychiatrique) qui semble typique de l'administration, entre le président Biden en pleine démence et la vice-présidente Kamala Harris qui fulmine en public sur « l’espace qui nous enferme tous et nous fait poser des questions importantes ». Elle le manifeste en postant des chansonnettes sur TikTok et en se surnommant « la Mary Poppins de la désinformation ».

L'année dernière, Jankowicz a témoigné devant la Chambre des députés britannique que la « désinformation sur le genre » est un « danger pour la sécurité nationale » et une menace pour la démocratie qui nécessite la censure du gouvernement.

Maurizio Blondet

Donations

Nous avons récolté 305 € sur 3000 €

faites un don