Hyperinflation, défaut de paiement et guerre

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 4730

Hyperinflation, défaut de paiement et guerre

Beaucoup de gens semblent heureux de vivre selon la logique infaillible qui veut que si une chose mauvaise prédite ne s’est pas encore produite, cela signifie automatiquement que ceux qui la prédisaient avaient tort et que cette chose mauvaise ne se produira jamais. Il est absolument inutile d’essayer de leur expliquer qu’il est beaucoup plus facile de prédire avec précision QUE quelque chose se produira que de prédire avec précision QUAND cela se produira. Il semble y avoir une prédisposition génétique commune à tous les humains à regrouper tous les développements indésirables et peut-être inévitables, mais pas encore naissants, dans une seule et même catégorie de “choses dont il ne faut pas s’inquiéter pour l’instant”. Il s’agit d’une vaste catégorie qui comprend le début de la prochaine ère glaciaire d’ici un millénaire, la pénurie de pétrole dans le monde (le monde n’en manquera pas, mais vous pourriez en manquer) et, bien sûr, le château de cartes financier des États-Unis qui finit par faire cette chose que les châteaux de cartes font tous si vous continuez à y ajouter des cartes, sauf que (et c’est ce qui rend les châteaux de cartes si excitants) vous ne savez jamais quelle carte sera celle de trop.

La perte par les États-Unis de leur cote de crédit AAA a provoqué chez certains un grognement bruyant avant qu’ils ne se rendorment dans leur fauteuil. L’annonce que les paiements d’intérêts annuels sur la dette fédérale américaine sont sur le point de dépasser les 1 000 milliards de dollars et d’engloutir la totalité de la partie discrétionnaire du budget fédéral a fait froncer les sourcils pendant une seconde ou deux avant de se calmer à nouveau à l’aide de l’un des mantras réconfortants, tels que “ils trouveront bien quelque chose !” ou “j’aurais de la chance de vivre aussi longtemps !” ou (celui-ci prononcé avec un sourire malicieux) “il suffit de commencer une autre guerre !”.

En effet, les guerres ont été extrêmement utiles aux États-Unis à plusieurs reprises. Les guerres indiennes ont permis aux États-Unis de défricher des territoires pour les coloniser, provoquant au passage le plus grand génocide de l’histoire mondiale, estimé à environ 100 millions d’âmes. La guerre américano-mexicaine, ou Intervención estadounidense en México, a permis aux États-Unis de prendre le contrôle de l’Arizona, du Nouveau-Mexique et de certaines parties de l’Utah, du Nevada et du Colorado. La guerre de Sécession (dont la fin de l’esclavage n’était que la justification propagandiste) a éloigné le Sud de l’Empire britannique, ce qui a permis au Nord d’accélérer la production industrielle en utilisant le coton du Sud. La Seconde Guerre mondiale a été la plus payante pour les États-Unis : la stratégie consistant à soutenir à la fois les fascistes et les communistes dans leur lutte mutuelle (il est vrai que le soutien des communistes n’a commencé à arriver qu’après la bataille de Stalingrad, au cours de laquelle il devenait évident que les fascistes seraient vaincus) a permis aux États-Unis d’écarter la Grande-Bretagne et de devenir la première puissance mondiale pendant près d’un demi-siècle. L’effondrement inattendu et utile de l’URSS a prolongé cette période de trois décennies supplémentaires.

Mais depuis lors, les possibilités sont devenues de plus en plus minces. Certes, les diverses opérations militaires menées dans l’ex-Yougoslavie, en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie, en Somalie et au Yémen, ainsi que dans d’autres régions pauvres et relativement sans défense, ont été une aubaine pour l’industrie de la défense américaine, mais elles n’ont pas aidé le moins du monde le projet global visant à redonner un second souffle aux États-Unis. La guerre par procuration qui échoue actuellement dans l’ancienne Ukraine n’arrange rien du tout : elle démontre, tout à la fois, que les systèmes d’armes américains sont obsolètes, que l’Amérique craint d’affronter directement la Russie et qu’elle est bien trop désindustrialisée pour suivre le rythme effréné de la Russie en matière de production d’armes et de munitions. Pire encore, elle n’a plus d’argent et s’apprête à voler Pierre pour payer Paul : dépenser l’argent déjà destiné à l’aide à l’Ukraine pour armer Taïwan. En ce qui concerne Taïwan, il ne reste plus qu’une élection pour que le Guomindang (le parti nationaliste qui s’était initialement séparé des communistes du continent) prenne le pouvoir et choisisse de s’unir au continent. Quoi qu’il en soit, la farce de l’opposition des États-Unis à la Chine n’est que de l’aigreur : les États-Unis tiendraient tout au plus quelques mois sans les fournitures et les pièces détachées chinoises.

Tout cela rend-il improbable que les États-Unis tentent à nouveau de retarder leur effondrement économique et leur dissolution politique en déclenchant une nouvelle guerre de choix ? Oui, je pense que c’est exactement ce que cela signifie. Mais il est beaucoup plus probable qu’un autre type de guerre se développe spontanément : une guerre entre divers groupes armés à l’intérieur même des États-Unis. L’élément déclencheur sera très probablement d’ordre financier ; comme l’ont fait remarquer certains observateurs avisés, aux États-Unis, tout est sujet de plaisanterie, sauf l’argent. L’argent est la condition sine qua non, le facteur déterminant, le moyen de subsistance et l’élément fondamental des États-Unis. Leur marche vers l’indépendance nationale a commencé par une révolte fiscale contre la couronne britannique, connue sous le nom de Boston Tea Party (bien que, comme d’habitude dans l’histoire des États-Unis, la substance en question n’était pas du thé mais de l’opium et que la fête n’en était pas une). Pour les Américains, le dollar est “le sel de la terre”. “Mais si le sel perd sa salinité, comment le rendre à nouveau salé ? Il n’est plus bon à rien, sinon à être jeté dehors et foulé aux pieds”. (Matthieu 5:13).

Ce qui sera “jeté et foulé aux pieds”, dans ce cas précis, ce sont les Etats-Unis d’Amérique. Les États individuels resteront des petits coins pauvres, rongés par la criminalité et sans importance. Certains d’entre eux pourraient éventuellement se réintégrer selon de nouvelles lignes ethniques, raciales et/ou religieuses, tandis que d’autres (le Nevada, par exemple) pourraient être complètement abandonnés. D’ores et déjà, les gens se déplacent et s’autoségréguent le long des lignes de démarcation politiques : les rouges se déplacent vers les États rouges, les bleus vers les États bleus. À mesure que la loi et l’ordre disparaissent (comme c’est déjà le cas à Washington et à la Maison Blanche en particulier, et le poisson pourrit toujours par la tête), les épisodes de nettoyage ethnique, racial et religieux suivront leur cours sans rencontrer d’opposition. Étant donné que les États-Unis sont très riches en armes et en munitions, certains de ces épisodes d’auto-organisation post-Union prendront probablement la forme d’une guerre, et étant donné le penchant historique des Américains pour le génocide, au moins quelques-uns de ces épisodes se transformeront probablement en massacres purs et simples.

Voilà pour la guerre. C’est un sujet des plus déprimants et ceux qui osent prononcer les mots “Nous allons juste commencer une autre guerre” avec un sourire malicieux devraient se donner une fessée très forte. Qu’ils le veuillent ou non, ils risquent d’avoir beaucoup de guerres qu’ils n’aimeront pas.

Et que dire de l’hyperinflation et du défaut de paiement ? Bien que certains considèrent ces deux phénomènes comme totalement distincts, ils ne sont que les deux faces de la pièce de monnaie de l’effondrement financier, qui se rapproche de plus en plus. Le défaut de paiement survient lorsque le gouvernement fédéral américain ne parvient pas à remplir ses obligations financières. Il a 80 000 milliards de dollars d’obligations non financées à long terme, dont 95 % sont imputables à deux programmes fédéraux seulement : Medicare et la sécurité sociale. De ces deux programmes, Medicare est légèrement plus petit et n’est pas indexé sur l’inflation. Il est donc possible de le faire disparaître, en laissant mourir les retraités malades, en ne votant tout simplement pas l’augmentation des paiements de Medicare. Il est politiquement beaucoup plus facile de le faire à Washington que de voter une réduction de la sécurité sociale.

Si Washington veut continuer à financer ses dépenses obligatoires, il doit continuer à emprunter de plus en plus vite, ce qui fait grimper les taux d’intérêt, ce qui fait grimper les coûts d’intérêt, ce qui fait grimper les taux d’emprunt, ce qui crée un cercle vicieux. S’il ne peut pas emprunter assez vite, il doit imprimer de l’argent, ce qui fait grimper l’inflation, qui augmente les dépenses indexées sur l’inflation, ce qui fait grimper tout ce qui précède… À un moment donné, on commencera à parler de “défaut hyperinflationniste” : c’est quand on ne peut pas imprimer de l’argent assez vite pour effectuer les paiements.

Environ la moitié des ménages américains reçoivent une partie de leurs revenus du gouvernement fédéral. Une fois que le “défaut hyperinflationniste” entraînera l’arrêt de ces paiements, des millions de personnes jugeront nécessaire de subvenir à leurs besoins par d’autres moyens, et le choix le plus évident sera de diviser la propriété, qu’elle soit publique ou privée, selon des lignes plus équitables, chaque groupe ayant des divergences d’opinion sur ce que sont ces lignes. Ces divergences d’opinion, à leur tour, sont susceptibles d’être résolues par l’utilisation d’armes à feu toujours aussi nombreuses, ce qui nous donne… la guerre.

Et voilà, les trois sont réunis dans un seul et même paquet.

Le 8 août 2023, Club Orlov – Traduction du Sakerfrancophone

Donations

Nous avons récolté 1080 € sur 3000 €

faites un don