Guerre ouverte

Ouverture libre

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 5123

Guerre ouverte

• Tirant ses conclusions de deux événements parallèles, l’analyste Bhadrakumar conclut que la guerre en Ukraine est devenue existentielle pour les USA. • D’une part, il estime que la nouvelle Chambre des Représentants ouvre un affrontement très net à propos de l’Ukraine et rend possible un désintérêt US pour cette guerre. • D’autre part, les neocons et autres interventionnistes jettent le masque et craignent ouvertement une défaite sans une aide US massive. • La crise du système de l’américanisme devient centrale. • Contribution : M.K. Bhadrakumar.

_____________________ 


Dans son dernier texte que nous reprenons ci-dessous sur « l’angoisse existentielle » de Joe Biden, l’analyste et ex-diplomate indien M.K. Bhadrakumar aborde le problème de la crise centrale du monde (notre ‘Ukrisis’) en allant au cœur de ce problème qui est la nécessaire synthèse, la fusion fondamentale de la crise du système de l’américanisme et de la guerre en Ukraine elle-même, avec l’interventionnisme américaniste. La crise centrale du monde est bien la crise du système de l’américanisme, c’est-à-dire la crise du Système lui-même.

(Du côté du ‘Collective West’, les autres acteurs sont totalement insignifiants, jouant le rôle de moutons serviles attendant les ordres de leur suzerain sans tête, – ou à plusieurs têtes, c’est selon. On reconnaît là, dans le troupeau, les Européens bien sûr.)

... Car, pour Bhadrakumar, le mini-psychodrame de la Chambre des Représentants avec l’élection du ‘Speaker’ McCarthy ouvre la porte à un affrontement difficile qui aura nécessairement des répercussions sur la politique ukrainienne des USA. Au plus se développera la situation, au plus augmenteront ces répercussions, du fait des pressions de la crise de l’américanisme, – notamment la situation économique intérieure des USA, aggravée dramatiquement par l’afflux des immigrants. On retrouve certains éléments déjà vus ici ou là, et notamment le prééminence chez les républicains activistes de la situation sur la frontière Sud (au détriment de l’Ukraine, par simple logique comptable et orientation politique de plus en plus pressante à notre sens) :

« Kevin McCarthy, qui avait le soutien de l'ancien président Donald Trump, a finalement gagné mais seulement après avoir fait une série de concessions à l'aile populiste du GOP, ce qui a affaibli son autorité. AP rapporte : “Des doigts ont été pointés, des mots échangés et la violence apparemment évitée de justesse... C'était la fin d'une impasse amère qui avait montré les forces et la fragilité de la démocratie américaine”.

» Un haut responsable politique du Kremlin l'a déjà commenté. McCarthy lui-même, dans sa déclaration après son élection en tant que ‘Speaker’, a énuméré parmi ses priorités l'engagement en faveur d'une économie forte, la lutte contre l'immigration illégale par la frontière mexicaine et la concurrence avec la Chine, mais a omis toute référence à la situation en Ukraine ou à la fourniture de fonds à Kiev. 

» En effet, plus tôt en novembre il avait affirmé que les républicains de la Chambre s'opposeraient à une aide financière illimitée et injustifiée à l'Ukraine. »

Une appréciation acceptable est qu’en effet, même si l’on ne trouve au départ qu’un groupe assez limité d’activistes républicains, cet activisme va nécessairement faire tache d’huile avec un ‘Speaker’ à l’autorité affaiblie, et une très grande tension intérieure née de plus de six années de troubles et d’incertitudes autour des grandes institutions du pouvoir à Washington D.C. L’idée est qu’un petit nombre de trublions ne vont pas être étouffés sous le poids d’une masse plutôt amorphe au Congrès, mais vont au contraire déchaîner en affrontements des tensions jusqu’ici difficilement contenues. Tout cela se passerait à un moment où les deux partis sont “unis” dans une entreprise d’affrontement par la haine qu’ils se vouent l’un pour l’autre.

C’est “là-dessus” que Bhadrakumar fait intervenir la pression des interventionnistes, caractérisée par un article des anciens de l’administration GW Bush, l’ex-secrétaire d’État Condoleezza Rice et l’ex-ministre de la défense Robert Gates. Mais leur intervention est plutôt pathétique : ils appellent à une mobilisation des moyens en reconnaissant que l’Ukraine est en grave danger d’être vaincue ! (Tant pis pour le « Simulacre-Ultime » et sa narrative, – on fera avec, jusqu’au moment où il explosera, ajoutant une catastrophe psychologique à une situation psychologique déjà explosive.) Ce n’est pas la position favorite des neocons, cela. D’habitude, ils affichent des certitudes triomphantes et leur appel aux armes est celui de la victoire totale qui est à portée de main, – de l’HIMARS au F-35 qui abondent dans les arsenaux et sont prêts à être livrés par douzaines pour conduire à l’écrasement de l’adversaire déjà mal en point. Avec Rice-Gates, au contraire, cela fleure une allure d’un “sauver les meubles” à l’aide de systèmes d’armes dont on sait qu’ils sont peu nombreux et assez peu disponibles du fait des méfiances du Pentagone

Bref, le spectacle général que nous propose Bhadrakumar n’est pas exaltant, ni à Kiev, ni à Washington D.C. Il va falloir que le bloc-BAO commence à réviser sa feuille de route pour les plateaux-TV, pour nous expliquer comment ce qui était dès le premier jour une formidable victoire militaire agrémentée d’un superbe parement de vertu morale pourrait bien se transformer en un monstrueux simulacre, crevé de toutes parts et se dissolvant en une multitude de débris épars. Bhadrakumar met en ligne son texte sur son site ‘Indian Puchline’, le 8 janvier 2023.  

dedefensa.org

_________________________

 

 

L’angoisse existentielle de Biden en Ukraine

Le consensus bipartisan au sein du Beltway sur le fait que les Etats-Unis sont la puissance mondiale "indispensable" est généralement attribué aux néoconservateurs qui ont été la force motrice de la politique étrangère et de sécurité des Etats-Unis dans les administrations successives depuis les années 1970.

L'éditorial du Washington Post de samedi intitulé “Time is not on Ukraine’s side”, coécrit par l'ancienne secrétaire d'État Condoleezza Rice sous la présidence de George W. Bush et le secrétaire à la défense Robert Gates (qui a servi sous Bush et Barack Obama), met en évidence ce paradigme.

Rice et Gates sont de solides ‘Cold Warriors’ qui s'enthousiasment pour la guerre de l'OTAN contre la Russie. Mais ils reprochent au président Biden d'intervenir de façon "spectaculaire" en Ukraine. 

L'éditorial évoque les deux guerres mondiales qui ont marqué l'ascension des États-Unis en tant que puissance mondiale et avertit que l'"ordre fondé sur des règles" dirigé par les États-Unis depuis 1990 - mot de code pour l'hégémonie mondiale des États-Unis - est en péril si Biden échoue en Ukraine. 

Rice et Gates reconnaissent indirectement que la Russie est en train de gagner, contrairement au récit triomphaliste occidental jusqu'à présent. De toute évidence, l'offensive russe attendue à l'avenir les met sur les nerfs. 

De même, l'éditorial s'inscrit dans le contexte de la politique américaine. L'impasse dans laquelle s’est trouvée le ‘Speaker’ de la Chambre des représentants et son dénouement dramatique dans une lutte politique acharnée entre républicains laissent présager un dysfonctionnement du Congrès d'ici aux élections de 2024. 

Kevin McCarthy, qui avait le soutien de l'ancien président Donald Trump, a finalement gagné mais seulement après avoir fait une série de concessions à l'aile populiste du GOP, ce qui a affaibli son autorité. AP rapporte : « Des doigts ont été pointés, des mots échangés et la violence apparemment évitée de justesse... C'était la fin d'une impasse amère qui avait montré les forces et la fragilité de la démocratie américaine ».

Un haut responsable politique du Kremlin l'a déjà commenté. McCarthy lui-même, dans sa déclaration après son élection en tant que ‘Speaker’, a énuméré parmi ses priorités l'engagement en faveur d'une économie forte, la lutte contre l'immigration illégale par la frontière mexicaine et la concurrence avec la Chine, mais a omis toute référence à la situation en Ukraine ou à la fourniture de fonds à Kiev. 

En effet, plus tôt en novembre, il avait affirmé que les républicains de la Chambre s'opposeraient à une aide financière illimitée et injustifiée à l'Ukraine. 

Aujourd'hui, Rice et Gates refusent de marcher au pas avec Trump. Bien que diminué, Trump reste un acteur actif, une présence massive et exerce un contrôle fonctionnel et est de loin la voix la plus importante du parti républicain. On peut dire que ce qui définit le GOP aujourd'hui, c'est Trump. Par conséquent, son soutien à McCarthy va avoir des conséquences.

Biden l'a compris. Il est concevable que l'article de Rice-Gates ait été suggéré par la Maison-Blanche et l'establishment sécuritaire américain et qu'il ait été écrit par les néoconservateurs. L'article est paru le lendemain de la déclaration conjointe de Biden et du chancelier allemand Olaf Scholz, le 5 janvier, soulignant leur “solidarité inébranlable” avec l'Ukraine. 

Sous l'immense pression de Biden, l'Allemagne et la France ont cédé la semaine dernière pour fournir à l'Ukraine des véhicules de combat d'infanterie. Scholz a également accepté que l'Allemagne fournisse une batterie de défense aérienne Patriot supplémentaire à l'Ukraine. (Un haut responsable politique du SPD à Berlin a depuis émis des réserves). 

Le jour même de la publication de l'éditorial, le Pentagone a organisé, de manière inhabituelle pour un samedi, un point de presse de Laura Cooper, secrétaire adjointe à la défense, chargée des affaires de sécurité internationale pour la Russie, l'Ukraine et l'Eurasie. Mme Cooper a déclaré explicitement que la guerre en Ukraine menaçait la position des États-Unis dans le monde : 

« D'un point de vue stratégique global, il est difficile de souligner suffisamment les conséquences dévastatrices si Poutine parvenait à atteindre son objectif de s'emparer de l'Ukraine. Cela retracerait les frontières internationales d’une manière inédite depuis la Seconde Guerre mondiale. Et notre capacité à inverser ces gains, à soutenir et à défendre la souveraineté d'une nation, est quelque chose qui résonne non seulement en Europe, mais dans le monde entier. » 

Enfin, les choses sont claires : les États-Unis se battent en Ukraine pour préserver leur hégémonie mondiale. Coïncidence ou non, lors d'une interview sensationnelle à Kiev, le ministre ukrainien de la défense, Oleksii Reznikov, a également laissé entendre ce week-end que Kiev s'est consciemment laissé utiliser par l'OTAN dans le conflit plus large qui l'oppose à Moscou ! 

Je le cite : « Lors du sommet de l'OTAN à Madrid (en juin 2022), il a été clairement établi qu'au cours de la prochaine décennie, la principale menace pour l'alliance serait la Fédération de Russie. Aujourd'hui, l'Ukraine élimine cette menace. Nous accomplissons aujourd'hui la mission de l'OTAN. Ils ne versent pas leur sang. Nous versons le nôtre. C'est pourquoi ils sont tenus de nous fournir des armes. »

Reznikov, un ancien officier de l'armée soviétique, a affirmé qu'il avait personnellement reçu des cartes de vœux et des SMS de ministres de la défense occidentaux à cet effet. Les enjeux ne pourraient être plus élevés, Reznikov affirmant également que l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN est une chose acquise.

En effet, samedi, le Pentagone a annoncé le plus important programme d'aide à la sécurité de l'administration Biden pour l'Ukraine dans le cadre du retrait présidentiel. Une autre réunion du Conseil de sécurité de l'ONU a été prévue pour le 13 janvier.

Mais Poutine a clairement indiqué que « la Russie est ouverte à un dialogue sérieux, à condition que les autorités de Kiev répondent aux demandes claires qui ont été formulées à plusieurs reprises et reconnaissent les nouvelles réalités territoriales ».

En ce qui concerne la guerre, les nouvelles en provenance du Donbass sont extrêmement inquiétantes. Soledar est aux mains des Russes et les combattants de Wagner resserrent l'étau autour de Bakhmout, un centre de communication stratégique et le pivot des déploiements ukrainiens dans le Donbass. 

D'autre part, contrairement aux attentes, Moscou n'est pas perturbé par les frappes sporadiques et théâtrales des drones ukrainiens à l'intérieur de la Russie. L'opinion publique russe reste fermement favorable à Poutine.

Le commandant des forces russes, le général Sergei Sourovikine, a donné la priorité à la fortification de la “ligne de contact”, qui s'avère efficace contre les contre-attaques ukrainiennes.

Le Pentagone est incertain à propos de la stratégie future de Sourovikine. D'après ce qu'ils savent de son brillant succès dans l'éviction des officiers de l'OTAN d'Alep en Syrie en 2016, la guerre de siège et d'attrition est le fort de Sourovikine. Mais on ne sait jamais. Un renforcement constant de la Russie en Biélorussie est en cours. Les systèmes de missiles S-400 et Iskander y ont été déployés. Une attaque de l'OTAN (polonaise) contre le Belarus n'est plus réaliste. 

Le 4 janvier, M. Poutine a salué la nouvelle année avec la formidable frégate ‘Amiral Gorchkov’ transportant « le système de missiles hypersoniques Zircon de pointe, qui n'a pas d'analogue », qui s'est embarquée pour « une mission navale de longue durée à travers les océans Atlantique et Indien, ainsi que la mer Méditerranée ».

Une semaine plus tôt, le sixième sous-marin stratégique à propulsion nucléaire porteur de missiles de la classe Borei-A, le ‘Generalissimus Souvorov’, a rejoint la marine russe. Ces sous-marins sont capables de transporter 16 missiles balistiques intercontinentaux ‘Bulava’.

Le brouillard de la guerre enveloppe les intentions russes. Rice et Gates ont prévenu que le temps joue en faveur de la Russie : « La capacité militaire et l'économie de l'Ukraine dépendent désormais presque entièrement des lignes de vie de l'Occident, – principalement des États-Unis. En l'absence d'une nouvelle percée ukrainienne majeure et d'un nouveau succès contre les forces russes, les pressions occidentales sur l'Ukraine pour qu'elle négocie un cessez-le-feu augmenteront au fil des mois d'impasse militaire. Dans les circonstances actuelles, tout cessez-le-feu négocié laisserait les forces russes en position de force. »

Cette évaluation est d'une franchise brutale. L'appel de Biden à Scholz vendredi montre l'angoisse qui l'habite également. Avec la fragmentation de la classe politique américaine, Biden peut difficilement se permettre des fissures dans l'unité des alliés.

Curieusement, c'était également l'idée maîtresse d'un article publié il y a quinze jours par un grand spécialiste russe, Andrey Kortounov, dans le quotidien du Parti communiste chinois ‘Global Times’, intitulé « Les difficultés intérieures des États-Unis pourraient mettre l'Ukraine en marge du discours public américain ». 

Kortounov écrivait : « En mettant les émotions de côté, il faut accepter que le conflit est déjà devenu existentiel non seulement pour l'Ukraine et la Russie, mais aussi pour les États-Unis : l'administration Biden ne peut accepter une défaite en Ukraine sans faire face à des implications négatives majeures pour les positions américaines dans le monde entier. »

Kortounov écrivait presque quinze jours avant que Rice et Gates ne commencent à avoir la même perception métaphysique. Mais les néoconservateurs ne sont pas encore prêts à accepter le choix qui s'offre à eux, – Biden nageant aux côtés de Poutine vers un ordre mondial multipolaire, ou sombrant dans les eaux troubles.

M.K. Bhadrakumar