D’un général l’autre

Ouverture libre

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 4556

D’un général l’autre

• L’opération russe en Ukraine change de format et prend les dimensions structurelles d’un véritable conflit avec la nomination à sa tête du général Gerasimov, restant chef d’état-major. • Contribution : Larry C. Johnson

Certains ont vu la nomination du général Gerasimov, également chef d’état-major général des armées russes, à la tête de l’opération menée actuellement en Ukraine comme une forme de désaveu de l’action du général Sourovikine, à la tête de ces opérations depuis trois mois seulement. On trouve bien des arguments pour écarter cette interprétation qui s’appuie sur l’affirmation implicite de forces russes dans le plus grand désarroi.

• Sourovikine n’a pas été “nommé” à un poste en octobre 2022, il a “créé” ce poste de chef suprême qui n’existait pas et il n'a donc pas été “rétrogradé” au sens strict du mot (punition). Quoi qu’il en soit, il reste sur le front puisqu’il est adjoint de Gerasimov, chargé spécialement des forces aériennes qui ont été jusqu’ici assez en retrait et qui devraient être beaucoup plus actives.

• Ce remaniement intervient au moment de la victoire de Soledar annonçant celle de Bakhmout, qui montre le contraire complet du “désarroi’” dans les forces russes. Qu’il soit “rétrogradé”, donc “puni” à cette occasion, tout en restant dans un poste opérationnel important, constituerait une explication bien étrange. Évidement, avec les Russes, diront nos experts, il faut s’attendre à tout ! On laisse les “experts” du côté.

• Enfin il y a la phrase de l’annonce des modifications de commandement russe en Ukraine, ainsi présenté :

« Le chef de l'état-major russe, le général d'armée Valery Gerasimov, a été nommé à la tête du groupe de forces conjointes de Moscou en Ukraine, a déclaré le ministère de la défense dans un communiqué mercredi. L'ancien commandant de l'opération militaire, le général d'armée Sergei Sourovikine, a été nommé son adjoint.

» La nécessité de “relever le niveau de commandement de l'opération” est liée à “l’ampleur accrue des missions de combat” et à la nécessité d'une coordination plus étroite entre les différents services et branches des forces armées, a indiqué le ministère.

» Cette mesure permettra également d'améliorer le soutien logistique et l'efficacité du commandement des forces russes en Ukraine, a-t-il ajouté. »

La phrase “l’ampleur accrue des missions de combat” retient évidemment l’attention, dite à propos de ce changement de structure et au moment où la victoire de Soledar annonce que les Russes sont sur le point de verrouiller complètement et à leur complet avantage le front du Donbass. Entre deux rires ironiques, Alex Christoforou, de ‘TheDuran.cominterprète aussitôt le fait comme la perspective de bien plus vastes combats qui nous éloigneraient décisivement de l’‘Opération Militaire Spéciale’, l’adversaire désigné étant désormais, selon lui, l’OTAN et non plus la seule Ukraine. De ce fait, avec Gerasimov, qui travaille directement avec le pouvoir civil, les militaires sont plus proches de ce pouvoir à l’heure d’une transformation décisive des opérations.

On reprend ici un texte de Larry S. Johnson, ancien officier de la CIA, sur son site ‘SonAr21.com’, ou ‘Son of the New American Revolution’. Il reprend en titre le titre d’une chanson des ‘Buffalo Springfield’ des années 1960 : « There’s Something Happening Here », qui développe une prospective opérationnelle de ces modifications de commandement.

dde.org

_________________________

 

 

« There’s Something Happening Here »

L'effondrement de la résistance ukrainienne à Soledar a été confirmé même par certains des plus fervents partisans de l'Ukraine, ce qui signifie que Bakhmout devrait passer sous contrôle russe dans les prochains jours. Les forces russes se déplacent du sud, du nord et de l'est et créent un chaudron potentiel qui laissera les soldats ukrainiens de Bakhmout encerclés.

Vous vous souvenez de mon dernier article ? J'ai crédité CNN d'avoir fait quelque chose de bien. Eh bien, vous pouvez vous détendre, CNN est de nouveau en train de faire de la propagande et de ne pas comprendre ce qui se passe :

« Le ministère russe de la Défense a annoncé mercredi un nouveau remaniement des commandants qui dirigent la guerre en Ukraine, alors que les critiques s'accumulent sur sa gestion de la campagne bloquée.

» Il a déclaré que le général Valery Gerasimov, chef de l'état-major général russe, deviendrait le commandant général de la campagne, le commandant actuel, Sergei Sourovikine, devenant l'un de ses trois adjoints...

» Mark Galeotti, chercheur associé principal au Royal United Services Institute, a déclaré que “c'est une sorte de rétrogradation [pour Gerasimov] ou du moins le plus empoisonné des calices. C'est maintenant sur lui que tout repose, et je soupçonne Poutine d'avoir à nouveau des attentes irréalistes”. »

Faux. Faux. Faux. Oui, le chef d'état-major général, le général de l'armée Valery Gerasimov, a été nommé commandant du groupe de forces interarmées et Sergei Sourovikine a été nommé commandant en chef des forces aérospatiales du général de l'armée. Il ne s'agit pas d'un remaniement de commandement dû à un mécontentement concernant les performances de Sourovikine au cours des trois derniers mois. Au contraire, je pense que cela indique que la Russie prépare une escalade majeure dans ses opérations visant à éliminer la menace militaire ukrainienne.

Laisser Sourovikine se concentrer sur les "forces aérospatiales" signifie que les opérations aériennes et spatiales russes vont probablement passer à la vitesse supérieure. Jusqu'à présent, l'armée de l'air russe a joué un rôle minime dans les batailles des 11 derniers mois. Le fait de confier à Gerasimov la responsabilité du groupe de forces interarmées indique clairement que la tâche de commandement sera plus complexe et plus complète à l'avenir.

Laissez-moi vous donner quelques informations supplémentaires. Commençons par un grand mouvement de la marine russe en mer Noire :

« Ce matin, des navires et des sous-marins de la marine russe ont quitté en masse leur base de Novorossiysk, en mer Noire. Ceci est très inhabituel et peut indiquer des opérations en cours.

» Des sources vues par Naval News confirment l'exode. Le groupe comprenait le navire de débarquement de classe Ivan Gren du projet 11711, Pyotr Morgunov, le plus grand navire amphibie de la mer Noire.

» Il contenait également les trois sous-marins de classe Improved-Kilo du projet 636.3 qui étaient présents sur la base. Les analyses suggèrent que d'autres navires de guerre étaient également en train de partir, laissant seulement quelques navires de guerre et de soutien dans le port. C'est probablement le port le plus vide que Novorossiysk ait connu depuis de nombreux mois. »

Dans le même temps, la Russie continue de renforcer ses forces militaires au Belarus :

« Au cours du week-end, le ministère bélarussien de la défense a annoncé qu'un important exercice de vol tactique entre les forces bélarussiennes et russes aurait lieu de fin janvier à début février. L'armée russe a déployé plus d'une douzaine d'hélicoptères au Belarus, dont des hélicoptères de transport Mi-8 et des hélicoptères d'attaque Mi-24 et Ka-52 Alligator. Selon les renseignements militaires britanniques, certains de ces hélicoptères arborent le marquage de guerre "Z" que les forces russes utilisent sur le terrain en Ukraine.

» “Le nouveau déploiement d'aéronefs russes au Belarus est probablement un véritable exercice, plutôt qu'une préparation à des opérations offensives supplémentaires contre l'Ukraine”, a estimé le service de renseignement militaire britannique dans sa dernière estimation de la guerre. »

Une dernière chose : où sont les Tchétchènes ? Si vous avez suivi la bataille de Marioupol en mai, les canaux des médias sociaux étaient remplis de vidéos de musulmans russes barbus criant Allahu Akbar alors qu'ils écrasaient le bataillon ukrainien Azov. Aujourd'hui, plus rien. Ils sont là, quelque part, en nombre substantiel, mais n'ont pas encore été déployés en force de manière opérationnelle. Se préparent-ils à une nouvelle offensive ?

Mettez-vous à la place de l'état-major ukrainien. Sur le front oriental, vos soldats se font massacrer et perdent des territoires essentiels au profit de la Russie. La ligne de défense Bakhmut/Soledar a été percée. Vous devez renforcer la ligne Kramatorsk/Slovyanksa, mais le nombre de troupes entraînées est limité.

En même temps, vous devez vous demander si les Russes vont lancer un assaut amphibie/aérien sur Odessa. Avez-vous suffisamment de forces ou de renforts disponibles pour fortifier et défendre Odessa ? Ensuite, il y a le renforcement de la Biélorussie. La Biélorussie et la Russie ont rassemblé suffisamment de forces terrestres et aériennes pour constituer une menace crédible pour Kiev. Où la Russie va-t-elle frapper ? C'est pourquoi Gerasimov a pris le commandement général de ces forces conjointes. Il pourrait utiliser les feintes des forces du Nord et du Sud pour coincer les troupes ukrainiennes et lancer une attaque majeure depuis l'Est. Ou il pourrait ordonner des attaques complètes du nord, du sud et de l'est. Il a également d'autres options.

L'Occident et l'Ukraine affirment que la Russie ne peut pas monter une opération offensive crédible avant le printemps. Je ne sais pas si l'Occident diffuse ce message dans le cadre d'une campagne de propagande visant à convaincre la Russie que l'Ukraine n'est pas préparée à une offensive hivernale ou s'il le croit vraiment. La seule chose dont je suis sûr, c'est que la Russie, comme un champion du monde de poker, cache ses cartes et ne montre à l'Ukraine que ce qu'elle veut bien lui montrer. La Russie va-t-elle faire le grand saut ou va-t-elle continuer à moudre ?

Larry C. Johnson