Dissection indiscrète des “Intouchables”

Ouverture libre

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 3777

Dissection indiscrète des “Intouchables”

• L’opération iranienne contre Israël disséquée au scalpel : préparation, coordination, intervention, but des Iraniens. • Le résultat est habituel à ces derniers-temps : le suprémacisme de l’Ouest traîne un peu la patte : il faudra consulter.

_________________________

 

Voici un texte extrêmement technique sur les conditions techniques et opérationnelles de l’attaque iranienne sur Israël. Une fois de plus, – une habitude désormais pour des pays rangés pendant des décennies comme technologiquement sous-développés, – on observe une extrême sophistication de programmation et de coordination des différents systèmes, moyens et procédures utilisés. L’attaque a été construite, structurée et s’est déroulée selon une dynamique extrêmement précise. Les résultats recherchés étaient à la fois symboliques, opérationnels et de renseignement.

Les jugements varient mais par rapport à la réputation éclatante des forces israéliennes et à la discrétion bien pensée des Iraniens, on penserait plutôt à un succès. Psychologiquement selon l’opérationnalité de la chose, l’Iran est désormais un gros problème pour Israël (et éventuellement les USA) alors qu’auparavant l’évaluation étant qu’“on y était comme dans du beurre”... De l’inconvénient du suprémacisme.

L’auteur est Shivan Mahendrarajah (sur ‘Spirit of Free Speech, le 17 avril 2024), dont on nous dit ceci :

« Shivan Mahendrarajah est membre de la Royal Historical Society (UK). Il a étudié à l'université de Columbia et a obtenu son doctorat en histoire du Moyen-Orient et de l'Islam à l'université de Cambridge. Shivan est l'auteur d'articles d'histoire évalués par des pairs sur l'islam, l'Iran et l'Afghanistan, sur la contre-insurrection, sur Al-Qaʿida et les mouvements talibans d'Afghanistan et du Pakistan. »

Le résultat général de l’opération est bien compréhensible : c’est toute l’organisation et la cartographie d’Israël qui ont dû intervenir et se découvrir par  prudence, en défense du territoire. Les techniques de démasquage de l’adversaire sont nettement inspirées des méthodes mises au point par les Russes en Ukraine (dont on emploie certaines des expressions forgées ces deux dernières années), dans la façon de conduire la guerre, d’animer la tactique et la stratégie selon des conceptions à long terme, en joueurs d’échec bien plus qu’en “cogneurs” de poker à Vegas.

Ce sont des méthodes inédites pour les américanistes-occidentalistes qui pensent en général avec leurs épaules qui roulent. Il faudra qu’ils s’y fassent, très-très vite et très-très efficacement s’ils ne veulent pas tout perdre, car dans ce cadre leur suprémacisme s’avère être de l’ordre du simulacre très fragile, bien plus que des vers de Shakespeare, bien bien plus que son 'Much Ado For Nothing' dit avec tant de légèreté.

dde.org

_________________________

 

 

Visite à la défense antiaérienne israélienne

Les récentes frappes militaires de l'Iran ont pointé les faiblesses des systèmes de défense aérienne “perfectionnés” d'Israël, renversant les hypothèses sur leur invulnérabilité tout en mettant en évidence le pivot stratégique de Téhéran, qui passe de la “patience” à la “dissuasion active”.

Dans le film Les Intouchables, une scène montre qu'un membre de l'équipe fédérale d'enquête dite des “intouchables” est tué dans un ascenseur. Les assassins laissent un message effrayant écrit avec du sang : “Touchable”.

Cette scène reflète essentiellement une déclaration faite par la force aérospatiale du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (IRGC/A) les 13 et 14 avril, démontrant que même les défenses aériennes bien protégées, comme celles d'Israël et les systèmes similaires utilisés par les États-Unis dans le golfe Persique, sont en fait vulnérables.

Jusqu'à présent, le concept de patience stratégique pratiqué par la République islamique était souvent considéré par ses adversaires comme une simple rhétorique. Toutefois, le passage récent de la dissuasion passive à la dissuasion active par l'Iran témoigne d'une évolution stratégique qu'il convient de replacer dans son contexte.

“Patience stratégique” et grande stratégie

La politique étrangère de Téhéran s'appuie aujourd'hui sur ce que l'on appelle la rationalité politique, s'éloignant ainsi des politiques idéologiques du passé. De cette rationalité émerge une grande stratégie globale qui fait appel à toutes les facettes du pouvoir de l'État - diplomatique, technologique, industriel, économique et militaire - pour atteindre les objectifs politiques supérieurs de l'Iran.

Cette grande stratégie à multiples facettes a été façonnée par plusieurs événements historiques marquants qui ont influencé de manière indélébile les stratégies de Téhéran. Tout d'abord, la traumatisante guerre Iran-Irak (1980-1988) - communément appelée en Iran la “guerre imposée” - qui a profondément marqué les esprits par l'ampleur de sa brutalité, notamment par l'utilisation d'armes chimiques par l'Irak et par la guerre urbaine et de tranchées qui a dévasté les deux peuples. Deuxièmement, la scène géopolitique post-2002 définie par le discours de l'ancien président américain George W. Bush sur “l'axe du mal” et les postures agressives adoptées par la suite par les responsables américains à l'égard de l'Iran, qui ont souvent présenté ce pays comme le principal acteur malveillant menaçant la sécurité mondiale.

Les Iraniens étaient motivés sur le plan existentiel pour “ne plus jamais” subir le degré de vulnérabilité vécu pendant la guerre Iran-Irak. Ils ont décidé d'y parvenir sur les fronts militaire et stratégique. La première étape a consisté à développer une industrie nationale de l'armement afin qu'à l'avenir, l'Iran puisse se battre seul. Il est impressionnant de constater qu'en l'espace de quelques décennies, les remarquables programmes de drones et de missiles du pays ont été pleinement opérationnels et approvisionnés.

Sur le plan stratégique, l'Iran a cherché à maintenir les conflits loin de ses frontières, en adoptant une stratégie de “zone interdite”, ou ce que certains appelleraient l'établissement d'une “profondeur stratégique”. Cette stratégie s'est fortement concentrée sur la diplomatie et le commerce, des outils de soft power permettant de nouer des relations positives avec les voisins directs et plus éloignés.

La notion de profondeur stratégique a également été mise en œuvre parallèlement aux objectifs de production militaire de l'Iran, en développant des capacités de neutralisation de menaces à distance, en interdisant effectivement tout accès à l'ennemi dans un rayon de 2 000 kilomètres autour du centre de l'Iran, grâce à une combinaison de missiles, de drones, de guerre électronique et de défense antiaérienne.

L'objectif est de frapper de manière préventive les menaces potentielles en mer Rouge et en Méditerranée orientale, en dissuadant les ennemis avant qu'ils ne puissent constituer une menace directe pour le sol iranien.

Passage à la “dissuasion active”

Le Corps des gardiens de la révolution iranienne a toutefois eu besoin de beaucoup de temps pour développer, tester et accumuler les stocks de drones, de missiles et de bombes souhaités dans ses “villes de missiles” souterraines réparties sur l'ensemble du territoire iranien. La période de “patience stratégique” de ces dernières décennies a donc été cruciale pour Téhéran, en particulier pendant les années Bush.

Mais le 1er avril 2024, les bénéfices de cette période de préparation sont clairement perceptibles après qu'Israël a effectivement déclaré la guerre à l'Iran en prenant pour cible son consulat à Damas.

Dans un récent message sur X, Mahdi Mohammadi, un éminent responsable de la défense iranienne, a déclaré

« Pour tout acteur rationnel vient le moment où les calculs coûts-bénéfices se transforment soudainement et où les stratégies sont réécrites à partir de zéro. Pour l'Iran, l'attaque de Damas a marqué cette étape. »

En effet, Téhéran a pu passer de la “patience stratégique” à la “dissuasion active”parce que le CGRI était enfin prêt.

Reconnaissance en force

Les rapports sur les différents types de drones et de missiles lancés par le CGRI sont contradictoires. Les affirmations selon lesquelles des centaines de drones et de missiles ont été lancés sont probablement exagérées. Compte tenu des objectifs militaires de l'Iran cette nuit-là, l'utilisation de “centaines” de projectiles était tout simplement superflue.

Ce qui est vrai, c'est que le légendaire drone “suicide” Shahed-136 a été utilisé, ainsi que sans doute quatre modèles de missiles balistiques à moyenne portée (MRBM), en plus du missile de croisière Paveh. Les cibles, par ordre d'importance, étaient les suivantes :

Tout d'abord, la base de renseignement du Mont Hermon, sur le plateau du Golan occupé (33°19’00.3” N 35°48’ 22.6” E), touchée par des missiles Paveh - mais compte tenu de son emplacement isolé, aucune image n'est disponible en ligne.

La deuxième base aérienne est celle de Ramon (30°46’ 06.6” N 34°40’ 24.0” E). La nuit ayant été claire, il existe des preuves photographiques et vidéo indépendantes, prises sous différents angles, de l'impact de plusieurs missiles du Corps des gardiens de la révolution et de l'armée israélienne sur le site.

Troisièmement, la base aérienne de Nevatim (31°11’ 37.3” N 35°01’18.7” E), dont l'armée israélienne admet qu’elle a subi des dégâts mineurs et dont elle a publié quelques images satellite.

Le raid du CGRI, bien qu'il ait touché trois cibles préétablies, était principalement une opération de reconnaissance en force (RIF), qui est essentiellement une tactique militaire employée par un adversaire pour acquérir des renseignements en utilisant une force considérable, mais non décisive.

Le raid aérien iranien a contraint les Israéliens à exposer leurs forces et leurs faiblesses, ce qui se produit lorsque les systèmes de défense aérienne (DA) “activent” leurs capteurs électroniques, déclenchent la guerre électronique (pour brouiller ou paralyser les missiles et les drones) et lancent des missiles d'interception pour abattre les cibles entrantes.

Il est courant que des engins aériens sans pilote (UAV ou drones) de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (ISR) suivent les drones d'attaque - tout en restant à distance - pour surveiller le champ de bataille et filmer, photographier et recueillir des renseignements électroniques. Si tel a été le cas, et si les drones ISR ont capturé des données malgré les efforts intensifs de brouillage déployés par les Israéliens, cela a permis au CGRI/A de dresser une carte détaillée des positions de la défense aérienne israélienne en vue de futures frappes.

Quoi qu'il en soit, le CGRI/A dispose manifestement d'informations fiables sur les capacités et le système de défense aérienne israélien. Bien qu’Israël et ses alliés (États-Unis, Royaume-Uni, France et Jordanie) aient déjà été en état d'alerte cette nuit-là, et que des renseignements aient été rapidement fournis par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, les missiles iraniens ont réussi à frapper les cibles du Mont Hermon, de Ramon et de Nevatim.

Défenses d'Israël exposées

L'armée israélienne dispose d'un système de défense aérienne comprenant l’Iron Dome, Arrow, David's Sling, Patriot, etc. Ce système est alimenté par les données d'un système radar américain avancé situé à Har Qeren, dans le désert du Néguev.

Sa mission, comme l'a expliqué l'ancien inspecteur en désarmement de l'ONU Scott Ritter sur X

« est de détecter les lancements de missiles iraniens et de transmettre des données de ciblage aux batteries israéliennes Arrow et David's Sling et aux batteries américaines THAAD ABM déployées pour protéger les sites israéliens sensibles, notamment Dimona et les bases aériennes de Nevatim et de Ramon. »

Il est clair que le système israélien de pointe n'a pas réussi à protéger Nevatim et Ramon. Cette dernière est l'une des plus grandes bases aériennes d'Israël et abrite des avions de chasse F-35l Adir, des chasseurs furtifs, des transporteurs, des avions-citernes et des avions de reconnaissance, ainsi que l'Air Force One d'Israël, réservé aux deux principaux dirigeants politiques du pays.

Nevatim est donc défendu par le bouclier antimissile le plus perfectionné au monde, spécialement conçu pour se protéger contre la menace des missiles iraniens.

Le CGRI/A a utilisé un mélange stratégique de drones comme “appâts” et de missiles dotés de contre-mesures intégrées telles que des leurres et des pièges pour pénétrer la défense aérienne d'Israël.

Malgré l'utilisation d'anciens modèles de missiles MRBM tels que Ghadr, Emad et Dezful, aux côtés de l'un de ses missiles les plus récents et les plus sophistiqués, le Kheibar Shekan, et malgré le nombre limité de missiles tirés (environ 30 à 40 projectiles), la majorité des missiles iraniens ont atteint avec succès les cibles prévues.

Et ce, alors même qu'Israël et ses alliés lançaient des centaines d'intercepteurs - pour un coût estimé entre 1,1 et 1,3 milliard de dollars en l'espace de quelques heures. Mais le coût est le cadet des soucis de Tel-Aviv : la disponibilité d'intercepteurs supplémentaires est, et restera toujours, sa principale préoccupation.

Cette situation est comparable aux difficultés rencontrées par l'Ukraine, qui a épuisé ses intercepteurs de défense aérienne. Une campagne soutenue de raids du CGRI/A pourrait également épuiser les stocks d'intercepteurs israéliens, en particulier si les États-Unis doivent conserver leurs propres réserves.

Bases américaines en alerte

Le succès de l'opération “Truthful Promise” de l'Iran est en partie dû à l'alerte maximale déclenchée par Israël à la suite de l'avertissement judicieux lancé par l'Iran aux pays voisins 72 heures avant l'opération. Fait notable, les membres de l'axe de la résistance, comme Ansarallah au Yémen et le Hezbollah au Liban, n'ont pas participé à l'attaque, une initiative stratégique iranienne comme l'indiquent les déclarations du leader Ali Khamenei selon lesquelles Israël « sera sanctionné par nos hommes courageux. »

Les implications de l'après-13 avril pour la sécurité régionale sont considérables. Si d'autres forces alliées de l'Axe de la Résistance devaient se coordonner avec le CGRI/A dans le cadre d'une offensive prolongée, le système de défense aérienne d'Israël pourrait être mis à rude épreuve.

Si la défense aérienne d'Israël peut être comparée à un épais manteau pourtant pénétré par le CGRI/A, la défense aérienne des bases américaines en Syrie, en Irak et dans les États du golfe Persique n'est qu'un mince tissu fragile. Tout conflit direct entre les États-Unis et l'Iran pourrait exposer les bases américaines à de graves attaques, ces sites militaires risquant d'être submergés et les troupes américaines exposées à de graves dangers.

Le message : “touchable”

L'opération aérienne menée par l'Iran le week-end dernier a envoyé un message clair sur la pénétrabilité des systèmes de défense aérienne sophistiqués, suscitant l'inquiétude des professionnels israéliens et américains du renseignement et de l'armée.

Le CGRI a frappé avec une grande précision - et s'est même bien moqué des Forces de défense israéliennes - en larguant des ogives sur la piscine et le centre de loisirs des officiers à Nevatim. Le message était le suivant : si vous ne faites pas marche arrière, nous pouvons infliger de sérieux dégâts.

Il n'est pas certain que cela se traduise par une réévaluation stratégique et un réel effort de désescalade, malgré l'ingéniosité tactique dont a fait preuve le CGRI/A qu'un analyste américain a qualifiée de « chef-d'œuvre ».