Désastre dans l’Iowa-bouffe

Ouverture libre

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 3456

Désastre dans l’Iowa-bouffe

On retiendra le texte ci-dessous de Barbara Boland (The American Conservative) comme exemplaire de l’aventure survenue au pays-phare de notre civilisation, exceptionnelle citadelle de la démocratie à l’état brut et pur. Pour être en règle, sachez qu’il s’agit de “l’Amérique”, nom de code États-Unis d’Amérique ; et qu’il s’agissait, dans l’Iowa, de la première primaire démocrate pour les présidentielles USA-2020, sous la forme charmante des caucus.

Le bordel y règne, littéralement sublime dans l’exceptionnalisme. Les péripéties valaient donc d’être contées, – et encore ne s’agit-il ici que de la première phase de ces péripéties, car le cirque continue. Contrairement à l’esprit qui régnait au lendemain de cette première phase (Lee Camp remarquait sardoniquement dans  RT.com, citant NBC : « C'est comme si les caucus de l’Iowa n’avaient jamais eu lieu. »), les caucusde l’Iowa ont bien eu lieu et la direction (DNC pour Democratic National Commission) du parti démocrate ne parvient pas à s’en dépatouiller. 

Pour tout le monde dans la presseSystème, l’imprononçableButtigieg, jeune homme (38 ans) attrayant sorti tout droit de l’American Dream et candidat  de type-CIA, l’a emporté par divine surprise, comme lui-même l’a proclamé avant qu’on ne connaisse les résultats puisque le comptage était en cours. Il semble désormais que l’on connaisse les résultats et  WSWS.org titre : « Les démocrates cherchent à annuler la victoire de Sanders », – car entretemps, oui c’est comme ça que les choses arrivent, il s’est avéré que Sanders l’a emporté.

« Avec toutes les 1 800 circonscriptions de l’Iowa sauf une recensées, Sanders mène devant Buttigieg par 43 671 voix contre 37 557 tzandis que la sénatrice Elizabeth Warren occupe la troisième place avec 32 553 voix. Sanders a obtenu 24,8 % des voix, contre 21,3 % pour Buttigieg.
» L'avance de Sanders a été plus faible au deuxième tour, après que les partisans du “candidat non viable” (ceux qui ont obtenu moins de 15 % des voix) aient été autorisés à changer de vote. L'avance de Buttigieg dans les “équivalents des délégués de l'État” s'explique par la surreprésentation des zones rurales, où il a été le plus fort, dans la répartition des délégués. »

... Ce que voyant, ou plutôt “ce que décomptant”, le président du DNC Tom Perez  a tweeté que « Enough is enough » et qu’en regard de l’immense bordel-bouffe que fut l’Iowa, hors de toute responsabilité du DNC cela va de soi, on va donc considérer les votes et les re-parcourir, ou les re-confirmer, c’est-à-dire presque les re-compter mais pas tout à fait (voir  la différence entre “to recanvass” et “to recount” qui n’est pas possible dans le cas des caucus, – que ceux qui ont bien saisi nous écrivent... « The Iowa caucuses have been a mess since they began on Monday. »)

En attendant, ou plutôt en n’en attendant plus rien qui ne soit confusion, corruption, désordre et chaos, et surtout tricheurs-amateurs qui ne savent plus bidouiller correctement une tricherie, la campagne des primaires pour les présidentielles USA-2020 se poursuit, avec le New Hampshire le 11 février. Sanders mène dans les sondages, mais on verra ce qu’on verra, – et l’on placera aussitôt la vieille blague car ils le méritent : on ignore si Sanders est vraiment marxiste mais on est assuré que le DNC l’est, – marxiste, tendance-Groucho...

Il faut lire cet article de Barbara Boland, de The American Conservative du  5 février, traduit par nos amis du Sakerfrancophonele  6 février 2020. Il ne nous donne que le début de l’incroyable premier épisode des primaires démocrates, mais c’est déjà bien assez pour humer le fumet du grandiose chaos qui caractérise la Grande République devenue Empire ces jours-ci.

dde.org

_________________________

 

 

Caucus-désastre en Iowa

Pour la toute première fois, les caucus de l’Iowa n’ont pas réussi à fournir le moindre décompte des votes le jour même, car l’application qui a été utilisée pour compter les résultats n’a pas bien fonctionné à cause d’un « problème de codage ». Le Parti démocrate de l’Iowa aurait trouvé des « incohérences » dans les trois séries de résultats qu’il avait promis de fournir, puis aurait annoncé qu’il avait besoin de temps pour effectuer un « contrôle de qualité ». Les Démocrates de l’Iowa ont refusé une offre  du DHS (département de la sécurité intérieure) pour tester l’application et assurer sa sécurité avant les caucus, même après avoir été avertis par les responsables locaux la semaine dernière qu’il y avait « de sérieux problèmes avec l’application ».

Le conseil d’administration de la société qui a développé l’application (dont le nom est ironiquement Shadow, Inc.) est rempli de personnalités de l’establishment démocrate et le PDG de la société est un partisan de Pete Buttigieg. Ce dernier est le seul candidat qui a déclaré avec confiance sa victoire lundi soir, alors même  qu’un sondage  effectué au préalable montrait qu’il avait perdu en Iowa.

Tout le monde sait que le candidat qui était en tête de ce sondage, Bernie Sanders, a  déjà été évincé  par l’establishment démocrate. Des fuites de courriels ont montré que le DNC  avait favorisé  Hillary Clinton par rapport à Sanders lors des primaires de 2016. A l’époque, Clinton avait réussi  à remporter  le caucus de l’Iowa.

Comme les chiffres des caucus de l’Iowa de 2020 n’étaient pas disponibles lundi soir, le parti a annoncé les résultats  pour 62 % des circonscriptions à 17 heures. Pour l’autre moitié, eh bien, le président du parti de l’État, Troy Price, a refusé de donner un quelconque délai.

Mardi matin, ces hashtags faisaient le buzz sur Twitter : #rigged (truqué), #RiggedElection (électionTruqué), #TomPerezResign (TomPerezDémission), #DNCRigging (leDNCTriche), #DNCisCorrupt (leDNCestCorrompu), #CIAPete, et #MayorCheat (leMaireTriche).

Le président démocrate du comté de Des Moines, Tom Courtney, a déclaré que dans les comités de vote de son comté, y compris le sien, l’application mobile était « un désastre », et que lorsque les responsables des bureaux de vote appelaient le siège du Parti démocrate, « ils ne répondaient pas au téléphone ».

« Nous avons reçu tellement de plaintes à propos de l’application que nous avons commencé à dire à nos responsables des bureaux de vote que s’ils avaient des problèmes avec l’application, ils devaient téléphoner pour donner les résultats », a déclaré Sean Bagniewski, président du Parti démocrate du comté de Polk, au Washington Post. Mais « les responsables n’ont reçu aucune formation sur l’utilisation de l’application, ont eu du mal à la télécharger ou à se connecter, et étaient mis en attente pendant deux heures lorsqu’ils essayaient de transmettre les résultats via une hotline parce que l’application ne fonctionnait pas ».

Jonathan Green, qui présidait un bureau de vote à Lone Tree,  a déclaré  que lorsqu’il essayait de mettre les résultats dans l’application, il recevait sans cesse un message d’erreur. Il a finalement abandonné et a essayé de transmettre les résultats par téléphone, mais comme les autres, il a été mis en attente. « Il a fallu des heures pour communiquer les résultats de son petit bureau », rapporte le WashingtonPost.

Par frustration, un chef de bureau a publié les résultats sur Twitter ; un autre a été mis plus d’une heure en attente avant d’être  diffusé en direct  à la télévision parce que CNN écoutait l’appel.

Alors que Buttigieg terminait ce qui ressemblait à un discours de victoire lundi soir en Iowa et que le Parti démocrate de l’État annonçait qu’il ne publierait pas les résultats avant mardi, le bureau de campagne de Bernie Sanders, par frustration,  décidait de publier les chiffres  qu’il avait recueillis dans près de 40 % des circonscriptions, compilés par les organisateurs de la campagne. Ce sondage interne montrait que Sanders avait reçu 29,7 % des voix, suivi de Buttigieg avec 24,6 %, de la sénatrice Elizabeth Warren avec 21,2 % et de l’ancien vice-président Joe Biden, loin derrière avec 12,4 %.

Naturellement, les questions sur l’application et sur la société qui est à l’origine de son développement ne ce sont pas fait attendre. Mais le Parti démocrate de l’Iowa n’a pas voulu indiquer qui avait développé l’application et, au début, le Parti démocrate du Nevada non plus. Mais des journalistes assidus ont découvert dans les dossiers de la FEC – qui contrôle le déroulement des élections – que cette appli avait été créée par la discrète  Shadow Inc, une société de technologie dirigée par  des vétérans  de la campagne présidentielle de 2016 de Hillary Clinton.

« Shadow a débuté sous le nom de Groundbase, une société technologique co-fondée par Gerard Niemira et Krista Davis, qui a travaillé pour l’équipe technique de la campagne de Clinton pour l’investiture démocrate en 2016 », rapporte  leLos AngelesTimes. Gerard Niemira, PDG de  Shadow Inc, était auparavant chef de produit pour la campagne Hillary for America et également le précédent directeur technique d’ACRONYM, une organisation démocrate à but non lucratif fondée en 2017 « pour éduquer, inspirer, enregistrer et mobiliser les électeurs »,  selon son site web.

Shadow Inc. est un appendice du groupe « d’argent sale » ACRONYM et a « d’autres investisseurs privés »,  fait remarquer  Anna Massoglia dans Open Secrets.

L’ancien conseiller d’Obama, David Plouffe, siège au conseil d’administration d’ACRONYM, et Hillary Clinton a  fait l’éloge  de la société il y a trois mois.

Les dossiers de financement des campagnes montrent que le Parti démocrate de l’Iowa a versé $63 000 à Shadow Inc. fin 2019, et le parti de l’État du Nevada lui a versé $58 000 en août. Oh, et aussi, Pete Buttigieg a versé $42 500 à  Shadow Inc. en juillet.

C’est important, car malgré son retard dans les sondages, Buttigieg a été le seul candidat à déclarer avec assurance sa victoire lundi soir. Et le stratège de Buttigieg, Michael Halle, est marié à la directrice d’ACRONYM, Tara McGowan, ancienne collaboratrice de la campagne d’Obama.

Shaun King, le représentant de Bernie Sanders,  a tweeté :

« C’est vrai ? Le sondage qui était publié juste avant l'élection en Iowa pendant 76 ans d’affilée a été abandonné parce que l'équipe de Pete s'en est plaint. Et l’équipe de Pete a financé la société qui a construit cette application électorale foireuse. Et Pete a déclaré la victoire avant la publication des résultats ? »

En fin d’après-midi mardi, le  Daily Beast  a tenté de limiter les dégâts,  balayant les critiques  d’un revers de la main en les traitant de « théories du complot ». Le bureau de campagne de Buttigieg prétend que, comme le bureau de campagne de Biden, elle a payé  Shadow  pour des « services de messagerie », rapporte ce journal. Mais le bureau de campagne de Biden n’a versé que $1 225 à Shadow alors que Buttigieg a payé plus de trente-quatre fois ce montant.

Shadow  et  ACRONYM ont changé la façon dont ils décrivent leur partenariat de travail tandis que leur site web a supprimé du jour au lendemain une liste d’investisseurs et de sociétés partenaires, comme le note également le  Daily Beast.

Après toutes ces manigances, il est difficile de croire que les Démocrates accepteront le décompte final de l’Iowa, d’autant plus qu’il sera présenté par les mêmes personnes qui ont passé les trois dernières années et demie à mettre la victoire de Trump en 2016 sur le compte de l’ingérence russe.

Barbara Boland