Déferlement de la bêtise sanglante

Ouverture libre

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 3137

Déferlement de la bêtise sanglante

• Journaliste prestigieux du Système passé avec un courage inouï à la dissidence et à la résistance, l’auteur nous rappelle les étapes sanglantes de la descente en enfer depuis le début du XXIème siècle. • Contributions : dde.org et Chris Hedges.

Quelques mots pour accompagner plutôt que présenter Chris Hedges, qu’on ne présente plus, – ce journaliste du ‘New York Times’ lauréat du Prix Pulitzer, passé à la dissidence et à la résistance au début des années 2000. Hedges nous donne un rappel de toutes les infamies, les sottises et les horreurs engendrées par la politique de l’américanisme qui en arrive aujourd’hui à l’épreuve suprême de sa stupidité criminelle avec la perspective d’un conflit avec la Russie, – qui a d’ores et déjà commencé, l’OTAN (les USA) étant de plus en plus massivement impliqués, avec des cargaison colossale d’armements mais aussi avec des combattants, forces spéciales et “conseillers” des Ukrainiens.

Rien de nouveau dans ce que nous dit Hedges, mais un rappel utile sinon nécessaire pour réveiller une mémoire qui a si vite tendance à s’anesthésier dès le dernier forfait en date accompli. Même si nous tendrions à contester certains mots employés, notamment celui de “nationalistes” pour définir ces fauteurs de guerre (alors que quelques appréciations favorables sont faites pour Trump, pourtant nationaliste en plus d’être populiste, – mais ‘nationaliste-populiste’ contre les ‘nationalistes-globalistes’), l’essentiel est de loin la qualité et la puissance de ce rappel des catastrophes engendrées par ce que nommons la “politiqueSystème” du Système (répétition nécessaire).

Nous devons avoir tout cela à l’esprit lorsque nous considérons et jugeons la situation de l’Ukrisis. La continuité de la catastrophe est une référence inévitable et essentielle, et aussi la façon extraordinaire dont le Système ne cesse de récompenser, de renforcer, d’acclamer ceux qui vont de désastre et désastre, comme si le désastre était la marque de leur triomphe, selon leurs “valeurs” d’inversion et d’autodestruction. Logique appréciation de leur propre subversion et de la politique suicidaire du Système, de la surpuissance de ces personnages falots, couards et stupides, à l’autodestruction qui est bien finalement l’essence de leur fascination, de leur être vide de tout instinct de vie.

Le texte de Hedges est repris de ‘ConsortiumNews’ du 11 avril 2022.

dde.org

_________________________

 

 

Les maquereaux de la guerre

La coterie irresponsable des néoconservateurs et des interventionnistes libéraux qui ont orchestré deux décennies de fiascos militaires au Moyen-Orient alimente maintenant une guerre suicidaire avec la Russie.

La même cabale d'experts bellicistes, de spécialistes de la politique étrangère et de responsables gouvernementaux, année après année, débâcle après débâcle, esquive avec suffisance la responsabilité des fiascos militaires qu'ils orchestrent. Ils sont protéiformes, changeant adroitement avec les vents politiques, passant du Parti républicain au Parti démocrate puis revenant, passant du statut de ‘cold warrior’ à celui de néoconservateurs ou d’interventionnistes libéraux. Pseudo-intellectuels, ils dégagent un snobisme écœurant de la Ivy League alors qu'ils vendent la peur perpétuelle, la guerre perpétuelle et une vision du monde raciste, où les races inférieures de la terre ne comprennent que la violence.

Ce sont des proxénètes de guerre, des marionnettes du Pentagone, un État dans l'État, et les sous-traitants de la défense qui financent généreusement leurs groupes de réflexion - Project for the New American Century, American Enterprise Institute, Foreign Policy Initiative, Institute for the Study of War, Conseil de l'Atlantique et Brookings Institute. Comme certaines souches mutantes d'une bactérie résistante aux antibiotiques, ils ne peuvent pas être éradiqués. Peu importe à quel point ils se trompent, à quel point leurs théories sont absurdes, combien de fois ils mentent ou dénigrent d'autres cultures et sociétés comme non civilisées ou combien d'interventions militaires meurtrières tournent mal. Ce sont des piliers inamovibles, les mandarins parasites du pouvoir qui sont vomis dans les derniers jours de tout empire, y compris celui des États-Unis, sautant d'une catastrophe autodestructrice à l'autre.

J'ai passé 20 ans en tant que correspondant étranger à rendre compte de la souffrance, de la misère et des déchaînements meurtriers que ces complices de guerre ont conçus et financés. Ma première rencontre avec eux a eu lieu en Amérique centrale. Elliot Abrams, – reconnu coupable d'avoir fourni un témoignage trompeur au Congrès sur l'affaire Iran-Contra et plus tard gracié par le président George HW Bush afin qu'il puisse retourner au gouvernement pour nous vendre la guerre en Irak, – et Robert Kagan, directeur du bureau de la diplomatie publique du département d'État pour Amérique latine, – étaient des propagandistes des régimes militaires brutaux au Salvador et au Guatemala, ainsi que des violeurs et des voyous meurtriers qui composaient les forces voyous de la Contra combattant le gouvernement sandiniste au Nicaragua, qu'ils ont illégalement financé. Leur travail consistait à discréditer nos reportages.

Eux et leur coterie d'amoureux de la guerre ont continué à faire pression pour l'expansion de l'OTAN en Europe centrale et orientale après la chute du mur de Berlin, violant un accord de ne pas étendre l'OTAN au-delà des frontières d'une Allemagne unifiée et s'opposant imprudemment à la Russie. Ils étaient et sont toujours les pom-pom girls de l'État d'Israël d'apartheid, justifiant ses crimes de guerre contre les Palestiniens et confondant dans leur myopie les intérêts d'Israël avec ceux des États-Unis. Ils ont plaidé pour des frappes aériennes en Serbie, appelant les États-Unis à “éliminer” Slobodan Milosevic. Ils ont été les auteurs de la politique d'invasion de l'Afghanistan, de l'Irak, de la Syrie et de la Libye. Robert Kagan et William Kristol, avec leur ignorance typique, ont écrit en avril 2002 que “la route qui mène à la sécurité et à la paix réelles” est “la route qui traverse Bagdad”.

Nous avons vu comment cela fonctionnait. Cette route a entraîné la dissolution de l'Iraq, la destruction de ses infrastructures civiles, y compris l'anéantissement de 18 des 20 centrales électriques et de presque tous les systèmes de pompage d'eau et d'assainissement au cours d'une période de 43 jours où 90 000 tonnes de bombes ont été déversées sur le pays, la montée des groupes djihadistes radicaux dans toute la région et les États défaillants.

La guerre en Irak, ainsi que la défaite humiliante en Afghanistan, ont détruit l'illusion de l'hégémonie militaire et mondiale des États-Unis. On a également infligé aux Irakiens, qui n'avaient rien à voir avec les attentats du 11 septembre, le massacre généralisé de civils, la torture et l'humiliation sexuelle des prisonniers irakiens, et l'ascension de l'Iran en tant que puissance prééminente dans la région.

Pour la guerre et leregime change

Ils continuent d'appeler à une guerre avec l'Iran, Fred Kagan déclarant que « nous ne pouvons rien faire d'autre que d'attaquer pour forcer l'Iran à renoncer à ses armes nucléaires ». Ils ont poussé au renversement du président Nicholas Maduro, après avoir tenté de faire de même avec Hugo Chavez, au Venezuela. Ils ont ciblé Daniel Ortega, leur vieil ennemi au Nicaragua.

Ils embrassent un nationalisme expansionniste aveugle qui leur interdit de voir le monde sous un angle autre que le leur. Ils ne savent rien de la machinerie de guerre, de ses conséquences ou de son effet-boomerang inévitable. Ils ne savent rien des peuples et des cultures qu'ils ciblent pour une régénération violente. Ils croient en leur droit divin d'imposer leurs “valeurs” aux autres par la force. Fiasco après fiasco. Maintenant, ils alimentent une guerre avec la Russie.

« Le nationaliste est par définition un ignorant », a  observé l'écrivain yougoslave Danilo Kiš .

« Le nationalisme est la ligne de moindre résistance, la voie facile. Le nationaliste est serein, il sait ou croit savoir quelles sont ses valeurs, les siennes, c'est-à-dire nationales, c'est-à-dire les valeurs de la nation à laquelle il appartient, éthiques et politiques ; il ne s'intéresse pas aux autres, ils ne le regardent pas, l'enfer ce sont les autres (les autres nations, une autre tribu). Ils n'ont même pas besoin d'enquête. Le nationaliste voit les autres à sa propre image – en tant que nationalistes. »

L'administration Biden est remplie de ces ignorants, dont Joe Biden. Victoria Nuland, l'épouse de Robert Kagan, est la sous-secrétaire d'État de Biden aux affaires politiques. Antony Blinken est secrétaire d'État. Jake Sullivan est conseiller à la sécurité nationale.

Ils sont issus de cette cabale de trolls moraux et intellectuels qui comprend Kimberly Kagan, l'épouse de Fred Kagan, qui a fondé l'Institut pour l'étude de la guerre, William Kristol, Max Boot, John Podhoretz, Gary Schmitt, Richard Perle, Douglas Feith, David Frum et autres. Beaucoup étaient autrefois de fervents républicains ou, comme Nuland, ont servi dans les administrations républicaines et démocrates. Nuland était le principal conseiller adjoint en politique étrangère du vice-président Dick Cheney.

Ils sont unis par la demande de budgets de défense de plus en plus importants et d'une armée en constante expansion. Julian Benda a appelé ces courtisans au pouvoir « les barbares autodidactes de l'intelligentsia ».

Ils ont autrefois pesté contre la faiblesse et l'apaisement des libéraux. Mais ils ont rapidement migré vers le Parti démocrate plutôt que de soutenir Donald Trump, qui n'a montré aucune volonté de déclencher un conflit avec la Russie et qui a qualifié l'invasion de l'Irak de « grosse, grosse erreur ». De plus, comme ils l'ont souligné à juste titre, Hillary Clinton était une amie néoconservatrice. Et les libéraux se demandent pourquoi près de la moitié de l'électorat, qui insulte ces courtiers de pouvoir arrogants et non élus comme il se doit, a voté pour Trump.

Ces idéologues n'ont pas vu les cadavres de leurs victimes. Je les ai vus. Y compris les enfants. Chaque cadavre que j'ai vu au Guatemala, au Salvador, au Nicaragua, à Gaza, en Irak, au Soudan, au Yémen ou au Kosovo, mois après mois, année après année, a révélé leur faillite morale, leur malhonnêteté intellectuelle et leur soif maladive de sang.  

Ils n'ont pas servi dans l'armée. Leurs enfants ne servent pas dans l'armée. Mais ils envoient avec enthousiasme de jeunes hommes et femmes américains combattre et mourir pour leurs rêves illusoires d'empire et d'hégémonie américaine. Ou, comme en Ukraine, ils fournissent des centaines de millions de dollars en armement et en soutien logistique pour soutenir de longues et sanglantes guerres par procuration.

Le temps historique s'est arrêté pour eux avec la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le renversement des gouvernements démocratiquement élus par les États-Unis pendant la guerre froide en Indonésie, au Guatemala, au Congo, en Iran et au Chili (où la CIA a supervisé l'assassinat du commandant en chef de l'armée, le général René Schneider, et du président Salvador Allende ) ; la Baie des Cochons ; les atrocités et les crimes de guerre qui ont défini les guerres au Vietnam, au Cambodge et au Laos. Même les désastres récents qu'ils ont fabriqués au Moyen-Orient ont disparu dans le trou noir de leur amnésie historique collective.

La domination mondiale américaine, affirment-ils, est bénigne, une force pour le bien, une « hégémonie bienveillante ».Le monde, a insisté Charles Krauthammer, accueille avec enthousiasme « notre pouvoir ». Tous les ennemis, de Saddam Hussein à Vladimir Poutine, sont à tour de rôle des nouveaux Hitler. Toutes les interventions américaines sont un combat pour la liberté qui rend le monde plus sûr. Tous les refus de bombarder et d'occuper un autre pays sont un moment de Munich de 1938, une retraite pathétique du nouveau Neville Chamberlain face au mal. Nous avons des ennemis à l'étranger. Mais notre ennemi le plus dangereux est à l'intérieur.

Les bellicistes construisent une campagne contre un pays comme l'Irak ou la Russie et attendent ensuite une crise, – ils l’appellent “le prochain Pearl Harbor” – pour justifier l'injustifiable.

En 1998, William Kristol et Robert Kagan, ainsi qu'une douzaine d'autres néoconservateurs éminents, ont écrit une lettre ouverte au président Bill Clinton dénonçant sa politique d'endiguement de l'Irak comme un échec et exigeant qu'il entre en guerre pour renverser Saddam Hussein. Poursuivre le « la tendance de faiblesse et de dérive », ont-ils averti, c'était « mettre nos intérêts et notre avenir en danger ».

D'énormes majorités au Congrès, républicaines et démocrates, se sont précipitées pour adopter la loi de libération de l'Irak. Peu de démocrates ou de républicains ont osé être considérés comme indulgents en matière de sécurité nationale. La loi stipulait que le gouvernement des États-Unis s'emploierait à « éliminer le régime dirigé par Saddam Hussein » et autorisait 99 millions de dollars à cet effet, une partie étant utilisée pour financer le Congrès national irakien d'Ahmed Chalabi qui deviendrait un instrument de diffusion des fabrications et des mensonges. utilisé pour justifier la guerre en Irak sous l'administration de George W. Bush.

Les attentats du 11 septembre ont donné à la guerre son ouverture, d'abord avec l'Afghanistan, puis l'Irak. Krauthammer, qui ne savait rien du monde musulman, a écrit que :

« La façon d'apprivoiser la rue arabe n'est pas avec l'apaisement et la douce sensibilité mais avec la puissance brute et la victoire… La vérité élémentaire qui semble échapper encore et encore aux experts… est que le pouvoir est sa propre récompense. La victoire change tout, psychologiquement avant tout. La psychologie au [Moyen-Orient] est maintenant celle de la peur et du profond respect pour la puissance américaine. Il est maintenant temps de l'utiliser. »

Le renversement de Saddam Hussein, chantait Kristol, « transformerait le paysage politique du Moyen-Orient ».

On l’a fait, bien sûr, mais pas d'une manière qui a profité aux États-Unis

Ils aspirent à une guerre mondiale apocalyptique. Fred Kagan, le frère de Robert, un historien militaire, écrivait en 1999 que

« l’Amérique doit être capable de combattre l'Irak et la Corée du Nord, et aussi être capable de combattre le génocide dans les Balkans et ailleurs sans compromettre sa capacité à combattre deux conflits régionaux majeurs. Et il doit être capable d'envisager une guerre avec la Chine ou la Russie pour un temps considérable (mais pas infini) à partir de maintenant [souligné par l'auteur]. »

Ils croient que la violence résout magiquement tous les différends, même le bourbier israélo-palestinien. Dans une interview bizarre immédiatement après le 11 septembre, Donald Kagan, le classique de Yale et idéologue de droite qui était le père de Robert et Fred, a appelé, avec son fils Fred, au déploiement de troupes américaines à Gaza afin que nous puissions « amener la guerre à ces gens ».

Ils exigent depuis longtemps le stationnement de troupes de l'OTAN en Ukraine, Robert Kagan déclarant que « nous ne devons pas nous inquiéter que le problème soit notre encerclement plutôt que les ambitions russes ». Son épouse, Victoria Nuland, a été dévoilée lors d'une conversation téléphonique divulguée en 2014 avec l'ambassadeur américain en Ukraine, Geoffrey Pyatt, dénigrant l'UE et complotant pour destituer le président légalement élu Viktor Ianoukovitch et installer au pouvoir des politiciens ukrainiens dociles, dont la plupart l'ont fait. finalement prendre le pouvoir.

Ils ont fait pression pour que des troupes américaines soient envoyées en Syrie pour aider les rebelles “modérés” cherchant à renverser Basha al-Assad. Au lieu de cela, l'intervention a engendré le Califat. Les États-Unis ont fini par bombarder les forces mêmes qu'ils avaient armées, devenant de facto l'armée de l'air d'Assad.

L'invasion russe de l'Ukraine, comme les attentats du 11 septembre, est une prophétie auto-réalisatrice. Poutine, comme tous ceux qu'il cible, ne comprend que la force. Nous pouvons, nous assurent-ils, plier militairement la Russie à notre volonté.

« Il est vrai qu'agir fermement en 2008 ou 2014 aurait signifié risquer un conflit », a écrit Robert Kagan dans le dernier numéro de Foreign Affairs sur l’Ukraine, déplorant notre refus d'affronter militairement la Russie plus tôt. Il a écrit:

« Mais Washington risque maintenant un conflit  ; Les ambitions de la Russie ont créé une situation intrinsèquement dangereuse. Il est préférable pour les États-Unis de risquer la confrontation avec des puissances belligérantes lorsqu'elles en sont aux premiers stades de l'ambition et de l'expansion, et non après qu'elles ont déjà consolidé des gains substantiels. La Russie possède peut-être un arsenal nucléaire redoutable, mais le risque que Moscou l'utilise n'est pas plus élevé aujourd'hui qu'il ne l'aurait été en 2008 ou 2014, si l'Occident était alors intervenu. Et il a toujours été extraordinairement petit : Poutine n'atteindrait jamais ses objectifs en se détruisant lui-même et son pays, ainsi qu'une grande partie du reste du monde. »

En bref, ne vous inquiétez pas d'entrer en guerre avec la Russie, Poutine n'utilisera pas la bombe.

Je ne sais pas si ces gens sont stupides ou cyniques ou les deux. Ils sont généreusement financés par l'industrie de guerre. Ils ne sont jamais retirés des réseaux pour leurs idioties répétées. Ils entrent et sortent du pouvoir, parqués dans des endroits comme le Council on Foreign Relations ou le Brookings Institute, avant d'être rappelés au gouvernement. Ils sont aussi bienvenus à la Maison Blanche d'Obama ou de Biden qu'à la Maison Blanche de Bush.

La guerre froide, pour eux, n'a jamais pris fin. Le monde reste binaire, nous et eux, le bien et le mal. Ils ne sont jamais tenus pour responsables. Quand une intervention militaire part en fumée, ils sont prêts à promouvoir la suivante. Ces Dr Folamours, si nous ne les arrêtons pas, mettront fin à la vie telle que nous la connaissons sur la planète.

Chris Hedges

Donations

Nous avons récolté 305 € sur 3000 €

faites un don