De la “démence stratégique” à la “doctrine de la stupidité”

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 3 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 969

De la “démence stratégique” à la “doctrine de la stupidité”

Par ailleurs, ce même 21 mars 2013, on lit un texte de Fédor Loukianov donnant une appréciation russe, et celle de Poutine spécifiquement, sur la guerre US contre l’Irak et sur ce qui a suivi aux USA en matière de politique étrangère, ou, plus largement et justement exprimé, de politique de sécurité nationale. L’expression “démence stratégique” (strategic insanity) est proposée. Ce n’est pourtant pas faute, dans le chef de Poutine, d’avoir essayé d’établir des relations normales et équilibrées avec les USA, ce qui indique qu’il resta longtemps prêt à écarter le doute grandissant qui le touchait. La guerre d’Irak, à laquelle il s’opposa aux côtés des Allemands et surtout des Français, ne marque pourtant pas le véritable début de la révision par Poutine de son attitude vis-à-vis de la politique US, mais bien la “révolution de couleur” ukrainienne («A real turn towards conflict began at the end of 2004, when Washington actively supported the "Orange Revolution" in Ukraine»). Il s’agissait du jugement d’une politique agressive vis-à-vis de la Russie, mais aussi, nous l’observons pour notre compte, du développement de cette “démence stratégique” (voir le concept d’“agression douce” inscrit pour notre part dans le développement de l’“infraresponsabilité” qui, à notre sens, conceptualise et opérationnalise cette “démence stratégique”).

Diverses observations parsèment le texte de ce doute grandissant sur l’équilibre et la rationalité de la politique US, et donc de ceux qui prétendent la conduire, jusqu’à la conviction du désordre psychologique accouchant d’un monstre qui ne peut être décrit, selon les canons classiques d’une politique, que comme une “démence”

«[In the years since the war], the rationale behind the war [was] increasingly being questioned. It's not clear what the United States achieved for itself. […] The conclusions drawn by Putin from the situation surrounding Iraq were concerned less with Russian-American relations, and more with general idea of how the world works in the twenty-first century. The strong do what they want: they don't contemplate international law, global reality or the costs incurred by themselves and others. […]

«In the 10 years since the Iraq war, Putin's worldview has only strengthened and expanded. Now he believes that the strong not only do what they want, but also fail to understand what they do. From Russian leadership's point of view, the Iraq War now looks like the beginning of the accelerated destruction of regional and global stability, undermining the last principles of sustainable world order. Everything that's happened since — including flirting with Islamists during the Arab Spring, U.S. policies in Libya and its current policies in Syria — serve as evidence of strategic insanity that has taken over the last remaining superpower.

»Russia’s persistence on the Syrian issue is the product of this perception. The issue is not sympathy for Syria's dictator, nor commercial interests, nor naval bases in Tartus. Moscow is certain that if continued crushing of secular authoritarian regimes is allowed because America and the West support “democracy,” it will lead to such destabilization that will overwhelm all, including Russia. It's therefore necessary for Russia to resist, especially as the West and the United States themselves experience increasing doubts.»

Nous avons cité avec une double intention ce dernier passage consacré à la Syrie, d'abord pour rappeler complètement le propos de Loukianov, ensuite et surtout avec le seconde intention de le confronter avec la conclusion d’un texte de Max Fisher, du Washington Post, le 20 mars 2013, qui relève l’analyse de Loukianov et, notamment et principalement, le jugement de strategic inanity porté sur la politique US.

«I’m skeptical that anyone outside of the Kremlin could diagnose its view of American foreign policy with real certainty, but Fyodor Lukyanov is probably about as close as an outside observer can get. He’s the editor of a journal called Russia in Global Affairs, which is published in partnership with Foreign Affairs, and he sits on all sorts of foreign policy councils in Russia. So, while his estimation of Moscow’s viewpoint is drawn in part from imperfect inference, it’s probably still got some truth so it.

»According to Lukyanov’s latest article in Al-Monitor, an assessment of the lessons that he believes Russia drew from the Iraq war that began 10 years ago, President Vladimir Putin and his government are convinced that U.S. foreign policy is basically running on madness at this point. […] There’s a certain logic to this conclusion.»

Le «There’s a certain logic to this conclusion.» ne s’applique pas directement à l’idée selon laquelle «U.S. foreign policy is basically running on madness at this point», mais l’esprit de la chose est indiscutablement là et on peut citer ce constat comme s’il était directement connecté, en écartant toute accusation de montage comme infondé (ou insane, qui sait). Ainsi Ficher ne dit-il pas non ; c’est-à-dire qu’il ne dit pas “oui” non plus, loin de là, et nous entrons aussitôt dans le domaine enchanté de l’exceptionnalité de la chose. Fisher explique pourquoi la politique américaniste peut, au fond, “sembler” démente (plutôt qu’“être”...). Il y a la diversité washingtonienne et vertueuse, – des réalistes aux idéalistes, de droite et de gauche, des corrompus comme ceci aux corrompus comme cela, des lobbies vertueux aux vertueux lobbies, et l’on discute, et l’on débat, et l’on anathème, et l’on mâchonne et ronronne, – et nous, l’on sent bien que Fisher a tout juste retenu sa plume au moment où il allait écrire : “tout de même, quel exceptionnel processus démocratique, quelle nation exceptionnelle, quelle politique exceptionnelle, qu’est-ce qu’on est exceptionnel…” Il termine par le clou du spectacle, le feu d’artifice, la belle bleue et rouge avec 51 étoiles : d’accord, nous paraissons (décidément, plutôt qu’“être”) déments, mais les Russes, d’un certain point de vue (celui du Fool on the Hill), la politique du Kremlin, soutenant un dictateur sanguinaire qui “massacre son peuple” (voyez de qui l’on parle), n’est-ce pas dément, tout cela ?… Ce constat, certes, après avoir lu l’explication de Loukianov, du moins nous l’espérons, – et cela nous donne cette situation : le fou prenant argument du principal argument développé pour mettre en évidence sa folie et qu'il ne semble nullement refuser, pour juger démontrée, “d’un certain point de vue”, la folie de l’autre. CQFD, selon un acronyme inconnu au Pentagone.

«From the outside, maybe it’s understandable why that might look like “strategic insanity.” Of course, American foreign policy analysts might say the same thing about Russian foreign policy. Moscow, after all, is working hard to aid the Syrian regime, which is killing so many of its own people in an increasingly brutal civil war that may well be precipitating the country’s disastrous collapse, which could help empower exactly the sort of militant extremism that Moscow appears to be so worried about. One country’s carefully calculated foreign policy, the lesson seems to be, is another’s “strategic insanity.”»

Effectivement, l’inversion est totale et rejoint parfaitement la pensée du bloc BAO : si Assad continue à résister, la bataille se fera encore plus violente, plus grands seront les risques d’éclatement du pays, plus assurée la victoire des extrémistes épouvantables. La démence américaniste et, plus généralement américaniste-occidentaliste, est ici à pleine vapeur. Comme vu dans notre texte référencé (démence : «Grave trouble psychologique qui entraîne l’irresponsabilité»), la pensée du dément a transformé sa propre irresponsabilité en infraresponsabilité, c’est-à-dire son irresponsabilité projetée hors de lui en tant qu’infraresponsabilité, et alors consultée et référencée comme une responsabilité objective entraînant nécessairement le bien. L’entreprise de déstabilisation d’Assad a été lancée par toute la bande qu’on connaît, sous le magistère du Fool on the Hill de Washington, et elle est maintenant présentée, si Assad continue de “résister”, comme un danger “objectif” de déstabilisation générale qui pourrait conduire à la situation que craignent les Russes. (CQFD, les Russes sont déments, savez-vous, monsieur le psychiatre, – d'ailleurs regardez sous mon entonnoir, vous serez convaincu…)

Pour ranimer la stabilité, les américanistes nous ont donc sorti le joker parfait, qui durera sans doute quelques semaines : un nouveau Premier ministre d’un gouvernement rebelle qu’on croirait pour le coup en exil au Texas ; complètement, légitimement et souverainement syrien, ce Premier-là, puisque l’essentiel de sa carrière s’est passé dans les hautes sphères de sociétés de haute technologie, justement basées au Texas. (Ghassan Hitto, d'origine kurde, né en 1963 en Syrie, installé aux USA depuis 1980, éduqué dans les universités US, naturalisé citoyen américain, businessman US au Texas, profil-type de la stabilité garantie.) Les américanistes nous assènent donc la preuve qu’ils ont parfaitement conscience de ce que sont les principes avec leurs pouvoirs structurants : conscience de ce qu’est la légitimité (celle d’un chef d’État en place, ce qui est le cas d’Assad, qui est par conséquent déstabilisant et déstructurant et qu'il faut absolument abattre au nom de la légitimité) ; et conscience de ce qu’est la souveraineté, – celle de la Syrie qui, avec un Premier ministre quasiment Texan à force d’être naturalisé US, devrait se trouver absolument rassurée de ce côté, souveraine, apaisée, démocratiquement indépendante…

En attendant ces lendemains qui chantent et pour ceux qui n’apprécient pas les explications psychologiques, il y a toujours et certes, pour souligner le propos de Loukianov, l’explication de la “doctrine de la stupidité”. Cela leur évitera de sombrer dans les hypothèses de montage témoignant du génie américaniste (Loukianov : «In Russia, most analysts, politicians and ordinary citizens believe in the unlimited might of America… […] assume it's all a part of a complex plan to restructure the world and to spread global domination. Doubts have crept in; given the chaos in the Middle East, it's increasingly difficult to construct a conspiracy theory that proves the devilish vision of the United States. But true believers will always find arguments in favor of their cult.»).

• Pendant ce temps, un analyste un peu plus suspect parce qu’un peu moins américaniste que le brave Fisher du Post, le professeur Stephen M. Walt, donnait une interview au magazine The European, mise en ligne le 20 mars 2013. Convié à donner son avis sur la guerre contre l’Irak d’il y a dix ans et ses conséquences, Walt observe cette évidence, qui est l’effet essentiel dans la région stratégique où elle a eu lieu de la guerre : «Iran has always been a major power in that region. Under Saddam however, Iran and Iraq were bitter enemies who fought a long war and were strongly opposed to one another. There was almost a rough balance of power between the two countries. By reducing Iraq’s power and by allowing the Shia to become the dominant political force in Iraq, the US removed the main country balancing Iran, and helped bring to power a government that has at least some sympathies and links to Iran. So, Iran is by far the main strategic beneficiary of the Iraq War, which made it even more difficult for the US and its allies to deal with the country.»

Pour le reste, et pour nous retrouver dans notre sujet et enfin le conclure, notons ces quelques extraits de l’interview de Walt  : «The fact that we did this foolish thing and then failed to achieve anything that looks like a victory raises doubts about American leadership. […] [W]e should also bear in mind that it is not that hard to push a whole country into a foolish war.» Jusqu’à la dernière question de l’interview :

The European: «So the main lesson is …»

Walt: «Don’t be foolish!»


Mis en ligne le 21 mars à 12H11

Donations

Nous avons récolté 1226 € sur 3000 €

faites un don