Dans ‘P.C.’, il y a ‘Parti’

Ouverture libre

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 3807

Dans ‘P.C.’, il y a ‘Parti’

• Une analyse profonde de l’attaque générale contre la culture : du gramscisme au P.C. (Parti Communiste puis Politiquement Correct), à la “cancellation de la culture”. • L’exemple italien. • Contributions : dde.org et Marcello Veneziani.

Ci-dessous, nous reprenons un long texte dont nous avons voulu illustrer l’esprit en raccourcissant son titre : nous allons du « De l'hégémonie culturelle au politiquement correct » au « De l'hégémonie culturelle au P.C. », – car ‘Dans P.C., il y a ‘Parti’’, avec sa ‘ligne’, à suivre obligatoirement, – communiste ou pas communiste peu importe ! Il s’agit de l’état de l’esprit prisonnier, ce qui est le caractère même de la modernité car tout esprit évadé de cette prison risque de très vite trouver les arguments qui pulvérisent la modernité. L’esprit moderniste doit donc être P.C., – ‘Politiquement Correct’, comme c’est aujourd’hui le cas universel dans notre bloc-BAO, le PC accompagnant dans une mélopée obscène l’effondrement de notre civilisation.

L’auteur, Marcello Veneziani (voir son site), est cet écrivain italien, penseur, aux idées proches du conservatisme et de la “révolution conservatrice”, et surtout, pour ses références essentielles, à la Tradition. Il s’agit d’un intellectuel héritier d’une riche tradition italienne.

Au départ de son analyse, il y a un autre Italien, Gramsci, parti du Parti si l’on peut dire, pour enfanter une pensée dont le PC n’est pas ‘Parti Communiste’ mais ‘Politiquement Correct’. Qu’importe, on est dans les mêmes eaux troubles et basses à la fois. Veneziani décrit tout cela avec une minutie sans égale, et nous conduit bien entendu au wokenisme, à la “culture de l’annulation” comme on a l’habitude de traduire “cancel culture” en respectant le caractère insensé, de contradiction entropique en soi, de l’expression

« La cancel culture, qu'il faudrait traduire par l'effacement de la culture et non pas comme certains le font par la culture de l'effacement, car c'est un phénomène barbare et destructeur, est l'incapacité à traiter avec des mondes différents, à confronter des paramètres autres que les siens, à comprendre que chaque époque a son propre critère, personne ne peut s'élever pour être le juge final de toutes les autres époques et cultures. Et la grandeur et l'infamie ne se mesurent pas seulement à l'aune mesquine de notre manichéisme actuel. Mais si la condamnation du passé au nom du PC est déjà aberrante en soi, son effacement ou sa suppression, sans même en discuter, devient misérable. »

Que faire contre ce cancer du Rien, le Rien dévorant toute vie de l’esprit ? C’est un peu la même réponse à la question qui se pose lorsqu’on veut lutter contre le Système : là aussi, c’est un phénomène autodestructeur, et il s’agit essentiellement d’observer, de témoigner, d’informer avec vigueur pour permettre aux esprits de rester ouverts ou de s’ouvrir (rester vivant, quoi !), de faire ce travail d’observateur pressant pour renforcer la dynamique de surpuissance du Système de façon que l’œuvre d’autodestruction se fasse vite, et même de plus en plus vite... Pour le temps présent et sur  la ligne de vfront elle-même, il importe de se mettre “à la cape”, comme le voilier dans la tempête, en attendant que passe la tempête qui se dévore elle-même et dont les dieux se chargeront.

De ce point de vue, nous différons un peu des regrets de Veneziani qui concernent à notre sens un domaine où la dissidence et la résistance ne peuvent rien faire de véritablement organisé et prétendument alternatif d’une façon décisive, qui ne les conduise à entrer dans la collaboration... Nous ne pouvons qu’entretenir et proclamer autant que faire se peut le matériel de l’esprit et la spiritualité qui l’accompagne, et continuer à exister, –pour les tâches à venir, qui ne viendront qu’après, qui nous seront peut-être confiées, ou peut-être pas mais à d’autres à venir... Mais d’abord ! La pourriture doit s’accomplir jusqu’à la dissolution, et elle seule peut le faire d’elle-même.

« Cette soudure, ce blocage, empêche l'opposition d'une culture civile et d'une sensibilité différentes, liées par exemple au respect de la Nature, des Traditions, de la Qualité, des Identités culturelles, populaires, civiles et religieuses. Bien que, il faut également le dire, il n'existe pas de forces organisées, sans parler des partis, qui ont au moins tenté de construire des réseaux, des structures et des récits alternatifs pour une réponse organique. Ce qui fait défaut, c'est la sensibilité, la prévoyance, la stratégie pour une contre-offensive adéquate à cette domination. Un type de culture conservateur, par exemple, capable de défendre la civilisation, la nature, la réalité, la qualité et la beauté. Il ne reste alors que l'utilisation de l'intelligence au niveau personnel, des centres et groupes culturels, et la circulation des idées. »

L’analyse de Marcello Veneziani est reprise de ‘euro-synergies.hautefort.com’ du 13 juillet 2022, à partir du site de l’auteur comme source originelle.

dde.org

_________________________

 

 

De l'hégémonie culturelle au P.C.

Mais quelle est cette fameuse hégémonie culturelle, et en quoi consiste-t-elle ? Pour commencer, le modèle idéologique de l'hégémonie culturelle a été tracé en Italie par Antonio Gramsci avec son idée du Parti comme intellectuel collectif qui conquiert la société et le consensus populaire par la conquête de la culture. Ce modèle culturel devient le point de référence avancé de toute la gauche occidentale; il est appliqué dans des pays où il existe, pour le meilleur ou pour le pire, une pluralité de cultures qui sont progressivement vidées, délégitimées et dominées. Le modèle pratique, cependant, se nourrit de deux expériences non démocratiques: l'expérience totalitaire, communiste, soviétique, de Lénine à Trotsky, de Zdanov à Luckàcs, c'est-à-dire le ministre de la culture et le ministre philosophe de Staline dans la Hongrie communiste. Mais il y a aussi une expérience cachée comme référence: l'expérience autoritaire fasciste italienne, avec l'organisation de la culture et des intellectuels, l'école et l'Encyclopédie italienne de Giovanni Gentile et Giuseppe Bottai, qui est le seul véritable précédent occidental d'hégémonie culturelle (mais l'expérience fasciste était tout sauf monochrome, au contraire elle était pleine d'hérésies, de variétés et de dissonances). En arrière-plan, cependant, il y a aussi un objectif de substitution: pour les masses, il s'agit de remplacer l'éducation catholique, le réseau de paroisses, l'empreinte religieuse par un nouveau catéchisme laïc et progressiste, par une empreinte communiste. C'est l'illumination apportée aux masses, selon le projet de Gramsci.

L'histoire de l'hégémonie culturelle marxiste et laïque en Italie doit être divisée en deux phases. La première remonte à Togliatti, qui, dans l'immédiat après-guerre, au nom du gramscisme, est parti à la conquête de la culture, en se servant des intellectuels organiques militants et des maisons d'édition proches du Parti. Il s'agit d'une hégémonie qui n'est pas encore généralisée, qui vise la culture de niveau moyen et supérieur et qui s'appuie sur la reconversion de nombreux "rachetés" du fascisme ; elle concerne l'édition, certaines franges de la culture universitaire, la culture publique et historique. Contre cette hégémonie viendra la définition tout aussi néfaste du "culturame" par le ministre chrétien-démocrate Scelba.

L'hégémonie, tant gramscienne que radicale, présente deux caractéristiques à souligner. Il ne touche pas, sinon par réflexe, les sommets de la culture italienne, mais se soude au fil des ans dans les classes moyennes de la culture, dans le corps enseignant, jusqu'à conquérir une bonne partie de l'université et de l'école, les prix littéraires, la presse et l'édition, ainsi que le cinéma et le théâtre, l'art et la musique. Rien de comparable, pour ne pas dire plus, avec l'hégémonie fasciste sous Gentile et D'Annunzio, Pirandello et Marinetti, Marconi et Piacentini, pour ne parler que des Italiens.

Deuxièmement, elle touche à peine la culture de masse, qui est davantage façonnée par les nouveaux moyens de loisirs populaires et de divertissement national-populaire, les sports, la musique pop et la télévision commerciale, dans lesquels l'influence idéologique s'insinuera aussi, à terme, avec force. Ainsi, le gramscisme est resté une hégémonie d'organisation culturelle, de pouvoirs culturels, de cadres intermédiaires, sans sommets d'excellence et sans véritable adhésion populaire. Mais les reflets de son influence ont infiltré les thèmes civils et coutumiers comme une traînée de poudre, au point de créer un nouveau canon de totems et de tabous.

L'hégémonie culturelle engloutit les cultures apparentées, asservit les cultures opportunistes et tierces, diabolise ou délégitime les cultures opposées, qu'elles soient catholiques, conservatrices, traditionnelles ou nationales. Elle dresse des cordons sanitaires pour isoler les non-alignés, elle disqualifie les cultures de droite, taxées hier d'aristocratiques et d'anti-démocratiques, aujourd'hui de populistes et de racistes-sexistes; depuis quelques années, elle préfère faire comme si elles n'existaient pas, décrétant la mort civile de ses auteurs.

La deuxième hégémonie culturelle est née sur la vague de protestation des jeunes en 1968 ; en Italie, le PCI est devenu le principal référent mais aussi en partie la cible de l'extrémisme rouge. Le détachement de l'Union soviétique était motivé, même au sein du PCI, par la tentative d'intercepter cet espace radical, jeune et marxiste qui ne contestait pas l'URSS au nom de la liberté mais au nom de la Chine de Mao et de sa Révolution culturelle, de Che Guevara et de la Révolution cubaine, de Ho Chi Min et de l'anti-américanisme, et d'autres mythes exotiques et révolutionnaires. Il en va de même pour la gauche européenne et la Nouvelle Gauche, la gauche américaine.

Après 68, les jeunes qui étaient jusqu'alors des manifestants, puis des assistants et bientôt des néo-barons universitaires sont entrés en scène. La soudure entre les deux gauches se fait à travers certains organes de presse, certaines maisons d'édition, et la transformation, non seulement en Italie mais dans toute l'Europe, de la gauche du communisme au radical-progressisme. Cette fois, l'hégémonie s'étend bien au-delà de la haute culture, elle touche les écoles et les universités, mais aussi le cinéma, la télévision, le théâtre, l'art, la langue. Le projet politique consiste à muter, moderniser, séculariser le vieux PCI en un projet de parti radical de masse. Mais en préservant son hégémonie, son rôle de leader et son paradigme.

Sur le plan culturel, Gramsci a fusionné avec des auteurs de la tradition socialiste et libérale-socialiste, comme la lignée qui va de Piero Gobetti à Norberto Bobbio en passant par Umberto Eco, et applique la nouvelle hégémonie culturelle au monde des médias de masse et à la société contemporaine. Mais Gramsci est toujours considéré comme le nouveau pape séculier de l'hégémonie, bien qu'à titre posthume ; la définition de pape séculier a été utilisée par Gramsci lui-même pour indiquer le rôle du philosophe libéral Benedetto Croce dans la transition du fascisme à l'antifascisme. Dans les années de plomb, c'est-à-dire les années 1970, la marque communiste de l'hégémonie gramscienne a coexisté avec l'hégémonie radicale qui a pris sa place, à laquelle ont contribué les vétérans de 68 et de nombreux groupes d'extrême ou de gauche radicale, du Manifesto à Potere Operaio et Lotta Continua. Si avant c'était le Parti qui menait la danse, maintenant c'est le Collectif Intellectuel qui donne la réplique à la Gauche et la mène sur le plan de la primauté culturelle.

Cette deuxième phase a un débouché plus récent, issu des expériences nord-américaines et nord-européennes (Suède, par exemple) : la transformation de l'hégémonie communiste en hégémonie du politiquement correct. Maintenant que le communisme n'est plus, du moins en Occident, à sa place se trouve un autre PC, qui ne signifie plus Parti communiste mais Politiquement correct. C'est le canon idéologique qui impose une nouvelle bigoterie en faveur des gays, de l'avortement, des féministes, des migrants, des Noirs, des immigrés clandestins, qui mesure et censure le vocabulaire, qui désigne des modèles de référence conformes à l'idéologie correcte.

J'ai consacré de nombreuses pages de mon dernier livre La Cappa, à la critique du présent, à approfondir la question de la culture de l'annulation (cancel culture) et de son antécédent, le politiquement correct. Le principal mal des deux est la réduction de l'histoire au présent, du différent au conforme, de la réalité au schéma idéologique préfabriqué. La cancel culture, qu'il faudrait traduire par l'effacement de la culture et non pas comme certains le font par la culture de l'effacement, car c'est un phénomène barbare et destructeur, est l'incapacité à traiter avec des mondes différents, à confronter des paramètres autres que les siens, à comprendre que chaque époque a son propre critère, personne ne peut s'élever pour être le juge final de toutes les autres époques et cultures. Et la grandeur et l'infamie ne se mesurent pas seulement à l'aune mesquine de notre manichéisme actuel. Mais si la condamnation du passé au nom du PC est déjà aberrante en soi, son effacement ou sa suppression, sans même en discuter, devient misérable.

L'effacement de la culture est l'extension rétroactive du politiquement correct, qui se jette plutôt sur les comportements, la langue et les coutumes actuels. J'ai défini le politiquement correct comme la cape idéologique de notre époque : c'est le moralisme en l'absence de moralité, le racisme éthique en l'absence d'éthique, le sectarisme en l'absence de religion et l'antifascisme en l'absence de fascisme. L'objectif déclaré était à l'origine de protéger les minorités les plus faibles, les plus offensées et les plus opprimées, mais il a été progressivement retourné, au point de créer une armure d'immunité, c'est-à-dire de non-critique pour certaines catégories, déjà indiquées, un suprémacisme inversé, pour finalement se retourner contre tout ce qui ne relève pas de ces diversités protégées : à commencer par la famille, les peuples, les traditions, la nature, la réalité, l'homme commun. Mais il fonctionne également comme un terrible "niveleur", car il punit et déprime toute excellence, toute grandeur, toute beauté. Le politiquement correct tue la réalité et démotive toute recherche de qualité, de vérité, d'excellence. Dans La Cappa, j'ai traduit ces nouveaux canons d'hypocrisie en une véritable manipulation culturelle, en une usine d'opinions préemballées, et surtout, j'ai vu la censure qui s'ensuit contre ceux qui ne rentrent pas dans le rang.

Nous ne vivons pas seulement en Italie un retour de la censure militante, du contrôle idéologique et parfois même judiciaire, de la surveillance totale qui fait rage sur les opinions libres, sur les jugements historiques divergeant des préjugés, sur les différences de canons et de pensées, sur les opinions exprimées sur les réseaux sociaux. Et si cette vague répressive est ensuite combinée aux dispositifs d'urgence approuvés maintenant pour la pandémie et maintenant pour la propagande de guerre en Ukraine, les résultats sont un régime de surveillance et l'antichambre d'un système totalitaire, bien que sous une forme douce et édulcorée, avec l'apparence rhétorique de la démocratie libérale. Nous avons glissé de la société ouverte dont parlait Karl Popper à la société couverte, sous contrôle, surveillée par les gardiens du politiquement correct. L'Union européenne a largement adopté ce nouveau canon et l'impose par le biais de ses directives, des arrêts des tribunaux européens et d'autres formes d'orientation.

La censure est toujours inacceptable ; les codes civil et pénal sont suffisants pour combattre la falsification, la calomnie et la diffamation.

L'hégémonie culturelle fait du mal à la culture, il va sans dire qu'elle porte atteinte non seulement à sa liberté mais aussi à sa qualité, sa dignité et sa variété. Mais la culture est également mise à mal par la méconnaissance, le mépris et la sous-estimation. Au final, ceux qui ne sont pas alignés sur l'hégémonie se retrouvent entre le feu des intolérants et le gel des indifférents.  La pression psychologique est forte, et la tentation d'éviter la confrontation, d'accepter pour le bien d'une vie tranquille, les nouveaux codes idéologiques est fréquente.

Ces derniers temps, deux choses se sont produites : l'hégémonie s'est assombrie, son intolérance punitive s'est aiguisée. Et sa signification culturelle est devenue sous-culturelle, médiatique, non théorique mais éthique, non pensante mais corrective, idéologique mais sans élaboration d'idées. Son champ s'est élargi pour inclure tous les autres médias, au point de fournir une narration unique du présent et du passé.

En quoi consiste l'hégémonie culturelle aujourd'hui ? Dans une mentalité dominante qui hérite du communisme la revendication de la Vérité inéluctable (c'est-à-dire le Progrès, vous ne pouvez pas échapper à son issue) et son monopole par ceux qui représentent ce camp. Ils sont toujours du bon côté de l'histoire, même lorsqu'ils se trompent de manière retentissante ; et ils peuvent prendre des positions qui, hier encore, étaient condamnées sans avoir à justifier ce changement. Parce qu'ils sont du "bon" côté de l'histoire. Cette mentalité est devenue un code idéologique et une étiquette sociale, connus sous le nom de politiquement correct, d'intolérance permissive et de bigoterie progressive.

Ceux qui sont en dehors doivent se sentir mal, doivent se justifier, sont considérés comme hors de propos et hors du temps, réduits à un vestige du passé ou à une anomalie pathologique. Mais laissons de côté les dénonciations et les condamnations et posons-nous la question fondamentale : mais qu'a produit cette hégémonie culturelle en termes d'œuvres et d'intelligence, quelle empreinte a-t-elle laissée sur la culture, la société et les individus ? J'ai du mal à me souvenir d'œuvres vraiment mémorables et significatives de cette marque sur la culture et la société. Et le jugement devient encore plus tranchant si l'on compare les auteurs et les œuvres identifiés à tort ou à raison à l'hégémonie culturelle et les auteurs et les œuvres qui ont caractérisé le siècle. Toutes les excellences dans tous les domaines, de la philosophie aux arts, de la science à la littérature, ne font pas partie de l'hégémonie culturelle et s'y opposent souvent. Je pourrais faire une liste longue et détaillée d'auteurs et d'œuvres en dehors de l'idéologie radicale, autrefois marxiste-progressiste, sinon contre elle.

L'hégémonie culturelle a fonctionné comme une domination et un ostracisme mais n'a pas produit et promu de grandes idées, de grandes œuvres, de grands auteurs. Au contraire, on soupçonne à juste titre qu'il existe un lien entre la dégradation culturelle de notre société et l'hégémonie culturelle exercée et imposée par ces radicaux. Les cercles culturels, les lobbies et les sectes intellectuelles dominantes ont laissé la société à la merci de l'hégémonie subculturelle et du vernaculaire. Et l'intellectuel organique et collectif a produit comme réaction et effet l'intellectuel individualiste et autiste qui n'affecte pas la réalité mais se réfugie dans son narcissisme dépressif. Mais pourquoi cela s'est-il produit, peut-être parce qu'un clergé intellectuel de fonctionnaires médiocres, quoique universitaires, a prévalu ? Le racisme culturel, qui est d'ailleurs très pratiqué à gauche, nous est étranger, et nous ne pensons donc pas qu'il s'agisse d'une question "ethnique" concernant la race maîtresse de la culture. Le problème est un problème de contenu : l'hégémonie culturelle n'a pas véhiculé des idées, des valeurs et des modèles positifs mais a réussi à dissoudre les idées, les valeurs et les modèles positifs sur lesquels notre civilisation est fondée. Elle n'a pas fonctionné sur un plan constructif, ses utopies ont sombré, à commencer par le communisme ; mais elle a fonctionné sur un plan destructeur. Elle a corrodé les traditions et les cultures, les civilisations et les principes de vie, le bon sens et les racines populaires. Et il s'est écrasé contre les principes fondamentaux de la vie personnelle et communautaire, liés au sens religieux, au lien social et aux liens familiaux. Dieu, la patrie et la famille, pour résumer.

Si l'émancipation a été sa valeur fondatrice et la libération son principal critère, le résultat a été une formidable démolition quotidienne des cultures et des modèles liés à la famille, à la nature, à la coutume, à la vie et à la naissance, au sens religieux et à la perception mythique et symbolique de la réalité, au lien communautaire, aux identités et aux racines, aux mérites et aux capacités personnelles. Elle a réussi à dissoudre un monde, à déprimer et à marginaliser des cultures antagonistes, mais n'a pas réussi à générer de nouveaux mondes. Le résultat de cette désertification est qu'il n'existe pas d'œuvres, d'idées, d'auteurs qui soient des modèles de référence, des points de départ et des sources de naissance et de renaissance. L'hégémonie culturelle a fonctionné comme une dissolution, et non comme une solution. Même au niveau social, elle a produit davantage d'aliénation, d'isolement, de désintégration.

Aujourd'hui, le communisme n'est plus, la gauche semble avoir disparu, mais ce manteau étouffant persiste, même si c'est une coquille vide d'idées, de valeurs, d'œuvres et d'auteurs. Le résultat final est que l'hégémonie culturelle est un pouvoir fort avec une pensée faible (et pas dans le sens indiqué par Vattimo et Rovatti) ; tandis que l'arbre de notre civilisation, avec ses racines, son tronc millénaire et ses ramifications dans la vie réelle, est une pensée forte mais avec des pouvoirs faibles pour sa défense.

La première est une église avec un épiscopat en place et un vaste clergé mais qui n'a plus de doctrine, de religion et de perspective de salut ; à l'inverse, la seconde est une pensée forte, avec une tradition millénaire, mais sans diocèses et sans paroisses... Nous vivons ainsi une guerre asymétrique entre un pouvoir fort mais en voie de dissolution et une civilisation non encore décomposée sur le plan spirituel mais sans défense et succombant sur le plan pratique et médiatique. La prévalence actuelle du retour de la barbarie découle en grande partie de ce déséquilibre entre une culture hégémonique mais nihiliste et une civilisation en perte de vitesse ou peut-être déjà perdue. Le renouveau a deux adversaires : la culture nihiliste hégémonique et le nihilisme sans culture de la vulgarité de masse.

Plus difficile est la question des remèdes possibles, des réponses possibles à cette domination "mondialiste". Parce que ce qui est en jeu, c'est l'hégémonie idéologique imposée depuis des décennies, dans un sens radical-progressiste, qui domine la société comme un dôme, même dans un sens mafieux, et qui s'étend au-delà des frontières nationales ; et ce qui est en jeu, ce sont les liens, les relations très fortes entre cette hégémonie et les pouvoirs liés au domaine de l'information, de la communication, de la culture, mais aussi au pouvoir judiciaire, à l'establishment économique-financier et bureaucratique-managérial transnational.

Cette soudure, ce blocage, empêche l'opposition d'une culture civile et d'une sensibilité différentes, liées par exemple au respect de la Nature, des Traditions, de la Qualité, des Identités culturelles, populaires, civiles et religieuses. Bien que, il faut également le dire, il n'existe pas de forces organisées, sans parler des partis, qui ont au moins tenté de construire des réseaux, des structures et des récits alternatifs pour une réponse organique. Ce qui fait défaut, c'est la sensibilité, la prévoyance, la stratégie pour une contre-offensive adéquate à cette domination. Un type de culture conservateur, par exemple, capable de défendre la civilisation, la nature, la réalité, la qualité et la beauté. Il ne reste alors que l'utilisation de l'intelligence au niveau personnel, des centres et groupes culturels, et la circulation des idées.

Pour percer la “cappa”, il faut l'épée de l'intelligence, de l'esprit critique et de ceux qui ne se contentent pas de ce que le couvent fournit. La Capuche et l'épée, pour utiliser un langage mythique. Et avec cette épée, faire un assaut sur le ciel, cette fois-ci non pas pour abattre les dieux et démolir tout principe supérieur, comme ce fut le cas pour Marx au moment de la Commune de Paris et plus récemment au moment de la contestation de 68 ; mais pour le débarrasser de la couverture d'hypocrisie, d'uniformité et de surveillance qui nous opprime et nous empêche de voir le ciel librement et entièrement.

Marcello Veneziani