Conversation avec un poulet sans tête

Ouverture libre

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 5309

Conversation avec un poulet sans tête

• Une longue et triste histoire d’un échec extraordinaire terminé par une catastrophe presque surhumaine, dans un océan de bêtise et d’arrogance, avec un énorme zeste d’hubris : voilà l’histoire des USA de 1945 à aujourd’hui. • Celui qui la rapporte, Dimitri Trenine, fut le prototype du Russe libéral prônant l’entente avec l’Occident. • Son regard sur les USA est désolé et nous fait comprendre qu’il fallut quelque chose d’au-delà de l’habituelle médiocrité humaine pour “mener à bien” cette aventure si complètement achevée dans l’échec.

_________________________

 

C’est une ode très longue et très attristé qu’écrit Dimitri Trenine pour saluer avec un mélange de mépris, de désolation et de fatalisme la courbe catastrophique des États-Unis d’Amérique. Ils étaient nés pour devenir un empire promis à mener le monde et ils terminent en un effroyable gâchis déstructuré, déglingué, puant et corrompu au-delà du cœur de la moelle des os, tout juste bon à élever une folle montagne de ferrailles dont plus personne n’a l’usage. Ainsi les derniers mots de Trenine raisonnent-il comme une sorte de ‘Requiem In Pace’, assorti de cet avertissement : “Si tu peux et si tu l’oses, sans rougir de honte”. « Ils auraient pu mener le monde », dit son titre, pour poursuivre : « Mais la faiblesse cachée de leur puissance les ruina tous ».

... Sans doute parle-t-il de cette espèce de magie qui donne l’autorité en même temps que la légitimité d’en user à ce point où personne ne la met en question ?... Les yankees avaient cru, en avril 1865 à Appomatox et sous le regard irrité du général Robert E. Lee, que la statue en stuc et en toc de l’‘American Dream’ ferait l’affaire. Erreur, U.S. Grant, erreur...

« Jamais auparavant dans l’histoire du monde, autant de choses n’ont dépendu que d’une seule puissance. Mais ce pouvoir d’assurer cet empire leur a fait défaut à tous. »

Ainsi, pour que, dans un long texte, magistral et fort bien tourné, un homme tel que Trenine s’emploie, non pas à démontrer l’effondrement des Etats-Unis, mais simplement à le décrire en train de se faire, cela est pour nous convaincre que la chose est en train de s’accomplir. Nous en sommes à l’heure où tous les moyens et  les attributs de la puissance dont disposent les USA, lorsqu’ils sont utilisés et brandis, suscitent unanimement l’effet inverse : on en rit amèrement, en observant, “Jusqu’où ils sont tombés en fait de mensonges, d’hypocrisie, de simulacre de représentation”.

Bien entendu, la ‘chute de l’empire américain’ (film québécois fameux et plein d’ironie) ne se fait pas sans éclat ni souffrances terribles, surtout pour les autres, puis pour les Américains moyens, – seuls les plus bêtes, c’est-à-dire les plus riches, entretenant dans leurs avions particuliers l’illusion qu’ils s’en sortent assez bien. Sans doute cherchent-ils une belle propriété de chasse en Ukraine et une villa luxueuse sur les côtes de Gaza, pour pouvoir se convaincre qu’ils n’ont pas été inutiles et involontairement cruels durant cette odyssée.

Pendant ce temps, Jefferson, Lincoln, Whitman et Jack Kerouac, – et même John Wayne, pleurent discrètement. Ils comprennent ce que signifient ces mots : “Pleure, ô mon pays bien-aimé” et “Don’t Cry for Me, America

Le texte ci-dessous est sur RT.com. L’auteur est Dimitri Trenine, professeur de recherche à la Higher School of Economics et chercheur principal à l'Institut de l'économie mondiale et des relations internationales. Trenine est également membre du Conseil russe des affaires internationales (RIAC). Il fut directeur du centre moscovite du Carnegie Endorment for International Peace.

« La Fondation Carnegie pour la paix internationale a mis fin à son affiliation avec Dimitri Trenine au début de l'année 2022, après qu'il a affirmé qu’il soutenait la guerre de Poutine contre l'Ukraine. [...] Trenine a été exclu de l'Académie royale suédoise des sciences de la guerre en octobre 2022 “en raison de son soutien actif à l'invasion russe injustifiée et illégale de l'Ukraine, tant par la parole que par l'écrit”. » (Citation de Wiki.)

Pour tous ces gens, chapeau bas pour l’acte de courage héroïque et de haute moralité que fut l’expulsion de Trenine, tant il est vrai que Netanyahou est bien plus fréquentable. Nous irons donc, disait Boris Vian, “cracher sur vos tombes”.

__________________________

 

 

Ils auraient pu mener le monde...

Les guerres en Ukraine et à Gaza sont très différentes. Pourtant, elles sont intimement liées comme deux indicateurs clignotants de la manière dont le changement de l’ordre mondial se déroule. Malheureusement, mais sans surprise, il est peu probable que la transition de pouvoir relativement pacifique qui a suivi la fin de la guerre froide se reproduise. La lente fin du siècle américain est déjà marquée par des hostilités et des tensions impliquant certaines des grandes puissances. Avec encore plus à venir.

Les conflits en cours en Europe de l’Est et au Moyen-Orient ont la même cause profonde. Essentiellement, les vainqueurs autoproclamés de la guerre froide, – en particulier les États-Unis d’Amérique – ont singulièrement échoué à créer un équilibre international durable pour succéder à la configuration bipolaire de l’après-Seconde Guerre mondiale. De plus, l’arrogance innée de ses élites, leur mépris total pour les intérêts des autres et leur pharisaïsme illimité ont progressivement miné leur propre position de pouvoir autrefois incontestée et dissipé l’essentiel du respect et de la bonne volonté que de nombreux autres pays avaient initialement à leur égard.

En Ukraine, l’idée géopolitiquement et géo-économiquement saine d’un pays militairement neutre bénéficiant des avantages commerciaux, d’investissement et de logistiques de sa position entre la Russie et l’Union européenne a été rejetée par Washington, car elle « donne au Kremlin un droit de veto » sur les projets de sécurité de son voisin. Au lieu de cela, l’expansion effrénée de l’OTAN a été considérée comme un principe presque sacré. Cela a conduit à un résultat que beaucoup avaient prédit : une riposte de Moscou.

Plutôt que de parvenir à un compromis via les accords de Minsk, l’Occident et ses protégés ukrainiens ont utilisé la diplomatie comme un repoussoir pour gagner du temps et mieux armer et entraîner l’armée de Kiev. Les exigences sécuritaires de la Russie ont été largement rejetées et ses préoccupations humanitaires ont été ridiculisées. L’avertissement de Moscou, sous la forme d’une démonstration de puissance militaire le long de la frontière ukrainienne, n’a pas non plus impressionné Washington. Les Américains avaient probablement calculé qu’en entrant en force en Ukraine, la Russie tomberait dans un piège, ouvrant ainsi la possibilité du changement de régime tant espéré au Kremlin.

Les choses ne se sont pas exactement passées ainsi. La Russie ne s’est pas effondrée sous le poids d’une douzaine de paquets de « sanctions de l’enfer » occidentales et son armée s’est relevée après les premiers revers. L’aide militaire et financière occidentale à Kiev, sans précédent de mémoire d’homme, tant par son ampleur que par sa portée, n’a pas réussi à mener l’Ukraine, la pointe de la lance tant vantée de l’Occident, à la victoire sur la Russie. Bien au contraire : un spectre de catastrophe plane désormais sur le pays et ses maîtres à Washington. À l’avenir, les ressources de la Russie largement supérieures à celles de l’Ukraine, et la volonté politique des dirigeants russes ainsi que le soutien populaire dont ils bénéficient dans leur pays, semblent bien plus forts que ce que l’actuelle administration américaine peut rassembler.

En ce qui concerne la Palestine, les États-Unis ont pris en main le règlement du conflit, mettant à l’écart les trois autres membres du défunt Quatuor pour le Moyen-Orient : la Russie, l’Union européenne et les Nations Unies. En conséquence, la solution à deux États au conflit israélo-arabe a été de facto gelée. À la place, Washington s’est concentré sur l’aide économique aux Arabes palestiniens qui, en retour, étaient censés se taire et oublier leur revendication d’un État. Plus récemment, les États-Unis ont également travaillé pour amener les États arabes à engager des relations diplomatiques et commerciales avec Israël. Le but évident de cette initiative était de rendre la question palestinienne, longtemps la pièce maîtresse du conflit régional, pratiquement hors de propos, et finalement de la faire tomber dans l’oubli.

Ainsi, au lieu de soutenir l’Autorité palestinienne (AP) et de l’aider à devenir un véritable gouvernement dans l’État de Palestine, les États-Unis, aux côtés d’Israël, ont cherché à tirer profit de la division entre les Palestiniens. Pour eux, le règne du Hamas à Gaza, en opposition à l’AP à Ramallah, était une garantie de facto que la solution à deux États était morte. Pendant un certain temps, il semblait que cela fonctionnait. Même fin septembre, le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré que le Moyen-Orient était plus calme qu'il ne l'avait été depuis deux décennies. Une semaine plus tard, le Hamas lançait sa méga-attaque terroriste contre Israël, provoquant une réponse massive et impitoyable.

Jusqu’à présent, le conflit s’est principalement concentré sur Israël et Gaza, la Cisjordanie et la frontière libanaise connaissant des niveaux de violence moindres. Il a cependant le potentiel de s’étendre au-delà du voisinage immédiat et d’impliquer l’Iran, un autre pays avec lequel les États-Unis n’ont pas réussi à s’entendre au cours des quatre dernières décennies. Le gouvernement de Biden n’a probablement pas envie d’une attaque contre l’Iran. Cependant, sa réaction instinctive au conflit Israël-Hamas en envoyant deux groupes de porte-avions ainsi qu’un sous-marin nucléaire de classe Ohio dans la région est considérée comme une menace claire pour Téhéran. De leur côté, divers éléments pro-iraniens, en Irak et au Yémen, ont déjà pris pour cible des bases américaines et des actifs israéliens dans la région.

Les deux guerres ont non seulement révélé les limites de la puissance et de l’influence des États-Unis dans les régions clés du monde, mais aussi le déficit flagrant de leur sens politique. Ils ont également mis à nu l’hypocrisie de la politique étrangère américaine et ouest-européenne ainsi que la propagande de leurs grands médias. Le traitement très différent des actions russes et israéliennes, ukrainiennes et du Hamas dans les conflits parallèles n’a échappé à personne qui suit l’actualité. L’autorité morale de l’Occident dirigé par les États-Unis s’effondre au moment même où sa domination diminue.

Outre les guerres en Europe et au Moyen-Orient, un troisième foyer de tension couve en Asie de l’Est. Depuis des décennies, les États-Unis jonglent entre leur acceptation formelle du principe d’une seule Chine et leur soutien pratique à Taiwan. Ces dernières comprenaient un soutien politique, des ventes anticipées d’armes et des manœuvres militaires autour de l’île. Compte tenu de la détermination de la Chine à finalement la réunifier avec le continent et de la dérive de Taiwan vers une indépendance formelle, cette jonglerie semble intenable à long terme, ni même à moyen terme. Si cela se produisait – et il existe une chance non négligeable que cela se produise – cette troisième guerre pourrait conduire à un affrontement direct entre l’Amérique et la Chine.

Il y a trente ans, à la fin de la guerre froide, les États-Unis, en tant que principale puissance mondiale, avaient l’opportunité de commencer à construire un monde multipolaire dans lequel ils assureraient le rôle d’équilibreur et de modérateur. Il y avait même un précédent historique pour une telle démarche. Le projet du président Franklin D. Roosevelt pour l’ONU allait précisément dans cette direction. En 1991, la situation était particulièrement propice à cela – bien plus qu’en 1945. La Russie, qui venait tout juste de se débarrasser du communisme, rêvait de s’intégrer dans les institutions et les conseils occidentaux. La Chine était occupée à construire le capitalisme et à se concentrer sur elle-même. Les accords d’Oslo ont envoyé une lueur d’espoir selon laquelle le Moyen-Orient pourrait être réformé sur une plate-forme de paix.

Malheureusement, la classe politique américaine a plutôt choisi de célébrer sa victoire dans la guerre froide, puis de se livrer à l’unipolarité, au caractère indispensable et à l’exclusivité. Nos guerres d’aujourd’hui sont le prix que les populations de diverses régions du monde doivent payer pour le manquement de Washington à son devoir d’architecte de l’ordre mondial. Jamais auparavant dans l’histoire du monde, autant de choses n’ont dépendu que d’une seule puissance. Mais ce pouvoir d’assurer cet empire leur a fait défaut à tous.

Dimitri Trenine