Complotiste, WaPo ? La preuve par Epstein

Brèves de crise

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 2779

Complotiste, WaPo ? La preuve par Epstein

Surprise, surprise... Les premiers résultats de l’autopsie du corps de Jeffrey Epstein affaibliraient considérablement l’apparence du “suicide apparent”, selon des informations de sources proches des services chargés de cette autopsie obtenues par le Washington Post soi-même. Des traces dites “suspectes” auraient été relevées, qui devraient normalement beaucoup plus certainement provenir d’une mort provoquée par strangulation (on nomme cela “homicide par strangulation”, et pour bien faire il faut être au moins deux, Epstein et un autre) que par un suicide “apparemment par pendaison”.

 Certes, il s’agit bien du même WaPo qui suivit il y a deux ou trois jours le New York Times en demandant qu’on n’ouvre pas trop grande la porte aux thèses complotistes en mettant trop en doute la version officielle, déjà suffisamment suspecte de complotisme, de “suicide apparent”. Que dire de plus sinon ce qu’écrit ZeroHedge.com, toujours à l’affut d’hypothèses sensationnalistes-complotistes : « Ces détails, selon WaPo, sont les premiers à apparaître après l’autopsie du corps d’Epstein, ce qui sera sans aucun doute suivi de très près par les régiments de conspiracistes sur le pied de guerre depuis la mort d’Epstein ».

Beau boulot, WaPo, comme au bon vieux temps du WatergateApparemment, le désordre règne à “D.C.-la-folle”, et chacun suit les instructions en se trompant de pédale ou en lisant à l’envers. On s’en remettra donc à RT-français, évidemment bien renseigné puisque russe et donc complotiste, pour les détails de cette nouvelle importante dans l’affaire Epstein.

« La publication des résultats de  l'autopsie de Jeffrey Epstein, réalisée le 11 août, avait été retardée, le médecin légiste en chef de New York Barbara Sampson ayant fait savoir qu'elle avait besoin de “plus d'informations” avant leur diffusion.
» Ce 15 août, deux sources proches de l'affaire ont livré des éléments sur les conclusions au Washington Post. L’autopsie du milliardaire, mort après un “suicide apparent” (selon la première formulation employée par le FBI) en prison, alors qu'il était inculpé pour trafic sexuel de mineurs, révélerait de “multiples fractures” au niveau du cou. Parmi ces fractures, l’os hyoïde (situé au-dessus du larynx) serait notamment brisé.
» Ces nouveaux éléments du dossier seraient, selon la formulation employée par le journal américain, à même de “renforcer le mystère autour des circonstances entourant [la] mort” de Jeffrey Epstein le 10 août.
» En effet, selon les experts de la police scientifique cités par le Washington Post, de telles fractures pourraient survenir lorsque des sujets (particulièrement les sujets âgés) se pendent, mais elles seraient “plus fréquentes chez les victimes d'homicide par strangulation”. Une analyse partagée par Jonathan Arden, président de l'Association nationale des médecins légistes. “Si, hypothétiquement, l'os hyoïde est cassé, cela pose en général des questions sur la strangulation”, explique-t-il, ajoutant que cela “n'exclut pas” pour autant l’hypothèse du suicide par pendaison.
» Selon le journal américain, ce genre de résultats induit en général des investigations plus poussées. Ce serait le cas dans cette affaire, puisque le médecin en chef Barbara Sampson chercherait désormais d’autres éléments afin de rendre son verdict sur la cause du décès de Jeffrey Epstein. Parmi les informations recherchées, sa condition dans les heures précédant le décès, des vidéos de la prison qui pourraient permettre de déterminer si quelqu’un a pénétré dans la cellule le jour de la mort, ou encore des témoignages de co-détenus ou de gardes. »

 

Mis en ligne le 15 août 2019 à 19H02

Donations

Nous avons récolté 607 € sur 3000 €

faites un don