Comment s’opposer aux récits malsains ?

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2191

Comment s’opposer aux récits malsains ?

L’une des principales techniques de guerre psychologique contemporaine est l’utilisation forcée de récits. Un récit établit un ensemble de définitions qui servent ensuite de filtre à la réalité : tout pas hors du chemin étroit que ces définitions fournissent est considéré comme automatiquement offensant et nécessitant une action disciplinaire, tandis que contester l’exactitude de ces définitions est aussi inutile que de contester des axiomes géométriques. Certains récits équivalent à un discours de haine et, en tant que tels, peuvent être combattus par des moyens légaux en tant qu’extrémistes, pour avoir encouragé la division sociale et les conflits. D’autres sont fondés sur une sorte de fausse moralisation, faisant appel à nos meilleures natures et réprimandant et cherchant à punir ceux qui refusent de suivre le programme.

Il est difficile de s’opposer à de tels récits car ceux qui tentent de s’y opposer commettent souvent une seule et même erreur fatale : ils tentent de combattre le récit dans ses limites et ses définitions. Mais dès que vous acceptez la terminologie de la narration, vous en devenez le prisonnier. Dès lors, toute lutte pour s’en libérer devient futile. L’approche correcte consiste à priver le récit de toute sa validité en refusant d’accepter ses termes clés. Prenons quelques exemples.

Une cible particulièrement facile est le récit des “droits des homosexuels” : les journalistes étrangers, faute de pouvoir poser des questions plus utiles, s’enquièrent souvent des droits des homosexuels, par exemple en Tchétchénie, une république musulmane qui, conformément à l’enseignement coranique, considère l’homosexualité comme ‘haram’ (interdite). Exiger d’eux qu’ils changent leurs habitudes en raison de la préférence culturelle d’une autre nation est une atteinte à leur liberté religieuse ; de plus, c’est complètement futile.

Ce qui n’est pas futile, c’est de combattre le récit. La première étape consiste à disséquer le concept de “droits”. Un droit n’est pas quelque chose qui est généré ex nihilo et qui existe in vacuo : c’est un privilège social spécifique qui est accordé en contrepartie d’une responsabilité sociale spécifique correspondante. Les “droits de l’homme” généralisés sont le reflet des normes sociétales et sont, par essence, la responsabilité de chacun de les sauvegarder ; ils ne peuvent donc pas être spécifiques à un groupe donné, comme les homosexuels.

La plupart des sociétés civilisées et même de nombreuses sociétés tribales accordent aux femmes des privilèges spéciaux pendant les derniers stades de la grossesse (pas de port de charges lourdes), ainsi que des congés payés pendant l’accouchement et l’allaitement des bébés. Porter et élever des enfants est une fonction socialement essentielle. Étant donné que, biologiquement, cette responsabilité incombe entièrement aux femmes, celles-ci se voient accorder certains privilèges pour s’en acquitter et pas autrement.

Autre exemple, les enfants bénéficient normalement de nombreux privilèges spéciaux, notamment des crèches gratuites, des cliniques, des sanatoriums pour les malades, des jardins d’enfants, des écoles, des sections sportives, des camps d’été, des transports publics à prix réduit, des billets gratuits pour les musées, une allocation de subsistance si les parents ne gagnent pas assez, des hypothèques à taux réduit pour les familles ayant plusieurs enfants, des fêtes de fin d’études ridiculement somptueuses à l’échelle de la ville (c’est le cas en Russie ; votre expérience peut varier) – parce que la fonction socialement essentielle des enfants est de grandir et de prendre la relève.

Maintenant, quelles sont les responsabilités spéciales, socialement essentielles, des homosexuels ? Il n’y en a pas, et ils ne méritent donc pas automatiquement de privilèges spécifiques, c’est-à-dire de “droits”. Ils pourraient se voir accorder une certaine considération spéciale basée sur des sentiments de pitié ou de sympathie de la part d’un individu ou d’un groupe, mais ceux-ci ne peuvent être contraints ou défendus sur une base rationnelle. D’un autre côté, une grande partie de la population de la planète considère l’homosexualité comme une perversion et donc odieuse, et la forcer à nier ces sentiments sur la base du faux récit des “droits des homosexuels” est une forme d’injustice assez flagrante. De plus, de tels efforts sont totalement futiles et risquent de provoquer un retour de bâton considérable.

Plus récemment, le faux discours sur les “droits des homosexuels” a été étendu à une multiplicité de “genres”. Ici, le problème est, à sa source, mi-biologique et mi-linguistique. La moitié linguistique du problème est liée au terme “genre” qui vient du latin “genus” (pl. “genera”). Il a deux significations : l’une est une catégorie taxonomique principale qui se situe au-dessus de l’espèce et au-dessous de la famille ; l’autre est un terme grammatical désignant une propriété des noms dans de nombreuses langues indo-européennes, qui peuvent être masculins, féminins ou neutres, correspondant aux pronoms il, elle et on. Se classer au-dessus de l’Homo sapiens semble être une proposition très risquée ; en revanche, se désigner comme ‘ça’ semble moins litigieux, bien que peu attrayant.

La troisième signification, en tant que substitut libre du terme “sexe” (masculin, féminin, plus un arc-en-ciel de distinctions spécieuses) est un abus de langage. La première étape pour s’opposer à ce récit est de le priver de son vocabulaire : Le genre n’est pas réel. La contre-proclamation selon laquelle le genre est socialement et culturellement réel nous fait sortir de ce qui est généralement considéré comme réel : ce qui peut être prouvé sur la base de preuves physiques. Les elfes aussi sont culturellement réels, vous savez ! OK, amenez-moi un couple, j’aimerais séquencer leur ADN. Ensuite nous parlerons.

Ce qui est biologiquement réel, c’est le sexe. Il est défini à la conception et il n’est pas du tout mutable parce qu’il est basé sur l’absence ou la présence du chromosome Y. Si celui-ci est présent, c’est que le sexe est réel. S’il est présent, c’est un homme ; s’il est absent, c’est une femme. Il serait très utile de disposer d’un appareil portatif pour effectuer cette détermination, comme celui illustré ci-dessus. Pointez-le vers une personne et appuyez sur le bouton. Si une diode bleue s’allume, c’est un garçon ; si elle est rose, c’est une fille. Et si quelque chose ne semble pas normal, c’est un patient.

Et si cette lumière rose vous fait penser aux “droits des femmes” (c’est-à-dire aux privilèges spéciaux des femmes), veuillez nommer les responsabilités spécifiques des femmes qui sont supérieures à celles des hommes ? Est-ce le fait de se battre et de mourir à la guerre ? Est-ce que c’est de remorquer des barges et de soulever des ballots ? Est-ce que c’est de réparer les fils électriques défectueux, les fuites de plomberie ou les voitures qui ne démarrent pas ? Est-ce que c’est le droit de porter des enfants et de s’en occuper – désolé, ce sont les droits des mères, pas des femmes. Est-ce que les droits des femmes devraient être les mêmes que ceux des hommes ? Bien sûr, c’est facile : les hommes n’ont aucun droit particulier, donc les femmes non plus.

Quoi qu’il en soit, revenons aux garçons et aux filles qui ne correspondent pas à leur dichotomie génétique bleue/rose respective… à l’heure actuelle, certains pays sont tellement sous l’emprise de la dysphorie sexuelle que des pourcentages à deux chiffres de garçons et de filles ne sont pas sûrs de leur sexe et sont castrés chimiquement pendant qu’ils tentent de s’y retrouver. Une vieillesse sans enfants, s’ils parviennent à éviter de se suicider aussi longtemps, suivra certainement. Ce type de folie collective semble provenir de l’extérieur : quelqu’un veut conduire ces nations à l’extinction biologique. Compte tenu de leur taux de natalité déjà très bas, cela ne devrait pas être difficile à réaliser. Les nations s’éteignent de toutes sortes de façons. Certaines sont purement et simplement massacrées, d’autres réduites en esclavage, d’autres encore dévorées par des troglodytes cannibales… peut-être devrions-nous simplement détourner le regard et laisser faire.

Mais si c’est une maladie, nous ne devons pas la laisser se propager, et la première étape consiste à tuer le récit. Il existe une ligne de démarcation claire. Le “genre” est-il une question de culture ou une maladie mentale ? La culture est un trait humain évolué qui aide les sociétés à prospérer. Les sociétés primitives ont des cultures primitives ; les sociétés avancées ont des cultures avancées. En revanche, les malades mentaux ne parviennent généralement pas à s’épanouir.

Et une maladie mentale qui empêche la reproduction, alors là ! Biologiquement parlant, pour toute espèce, la reproduction est l’acte principal. Les personnes qui se stérilisent doivent-elles bénéficier de privilèges, de dispenses ou, si vous insistez, de droits particuliers ? Si oui, quelle est leur responsabilité particulière, essentielle au bien-être de la société ? C’est une question rhétorique ; la vraie question est : leur maladie est-elle contagieuse ? Parce que si elle l’est, alors – s’il vous plaît, tirez en vos propres conclusions.

Le 18 Aout 2022, Club Orlov – Traduction Sakerfrancophone

Donations

Nous avons récolté 655 € sur 3000 €

faites un don