Alliances incongrues mais irrésistibles

Ouverture libre

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 3187

Alliances incongrues mais irrésistibles

• On connaissait déjà bien la proximité entre Russes et conservateurs populistes américains, il y a maintenant convergence entre Chinois et les MAGA de Trump et des populistes US. • C’est ce que Rachel Marsden a trouvé chez Ann Applebaum.

__________________________


L’une de nos commentatrices favorites, Rachel Marsden, prend pour cible dans un article de RT.com la commentatrice et auteur Ann Applebaum, femme du ministre polonais Sikorski avec son extraordinaire faciès de tueur glacial, – un couple parfaitement diversifié (ils ont chacun plusieurs nationalités mais les briefings de Langley dominent) et inclusif selon les normes du Système ; ils sont super-fidèlement aussi bien neocon’ que ‘R2P’, le couteau nuptial entre les dents. Disons aussitôt  qu’Applebaum a elle-même trouvé une cible nouvelle qui se place en parallèle avec cette proximité de plus en plus évidente entre Russes et paléoconservateurs et populistes US : il s’agit d’une “alliance”, dans les conceptions, entre la Chine (avec l’appoint de la Russie) et les conservateurs MAGA (trumpistes et populistes)... Les Russes peuvent y être ajourés (on les retrouve partout) parce qu’ils sont de la partie mais le rôle principal est tenu par la Chine.

Alors que l’“alliance” entre les Russes du type-Douguine et les conservateurs du type-Carlson est plutôt dans le domaine sociétal et culturel, l’alliance entre la Chine et les MAGA est, selon Applebaum, surtout de type économique ; en bref, les Chinois du Parti Communiste appliquerait bien mieux les principes du capitalisme que les démocrates-progressistes qui tiennent aujourd’hui la barre. Cela donne cette conclusion :

« Ce n’est pas parce que la Russie, la Chine et certains acteurs de droite s’opposent au spectacle clownesque autoritaire et à l’ineptie furieuse qu’est devenu l’establishment occidental que leurs arguments respectifs ne sont pas invalidés. Lorsque les partisans américains du libre marché et du gouvernement limité soutiennent le fait que le gouvernement chinois, qui a sorti environ 800 millions de ses citoyens de la pauvreté, selon la Banque mondiale, et qu'un président russe décrit par la BBC dès 2018 comme ayant « supervisé un boom économique » au cours duquel « le niveau de vie de la plupart des Russes s’est amélioré », c’est parce que ces pays ont montré des progrès dans l’alignement sur des valeurs synonymes du conservatisme américain classique. Et ils le font au moment même où les responsables occidentaux régressent sur tous les fronts en ce qui concerne ces mêmes valeurs. Non pas qu’Applebaum le remarquerait, même si cela se passe juste sous son nez. C’est pourquoi il reste aujourd’hui un énorme vide pour quiconque souhaite demander des comptes à l’establishment occidental. »

Un fameux “énorme vide”, en effet, dans les reclassements à faire entre toutes les forces qui aujourd’hui s’affrontent ou font semblant de cohabiter. Pour s’y retrouver, la haine éprouvée par nombre de protagonistes, surtout les partisans de la justice et de l’égalité qui penchent absolument à gauche parce que c’est celui du cœur nous donne de précieuses indications... Ne sous-estimez pas le rôle de la haine : elle permet de brûler les étapes dans le travail d’identification des employés des entreprises diaboliques et autres déconstructurateurs.

Une Ann Applebaum est après tout bien utile : elle va chercher partout les contradictions cachées qui ne sont pas tant celles de ses adversaires que celles de l’application que l’on fait aujourd’hui des idéologies, – ou plutôt de la pseudo-idéologie seule et unique, partout imposée, et qui constitue un formidable faux-nez derrière lequel tout  le monde met n’importe quoi selon ses goûts et ses couleurs ; derrière lequel, par conséquent, ont lieu des affrontements terribles qui n’ont plus rien à voir avec les lignes de partage classique, ni avec les nations, ni avec les idéologies. C’est notre Nouveau-Monde, tempétueux, incompréhensible encore et qui se fiche bien d’être exactement compris.

On laisse donc la plume à Rachel Marsden  sur RT.com le 11 mai, sous le titre complet (titre et sous-titre) de :

« La Russie, la Chine et les Républicains MAGA : Pourquoi les experts occidentaux les craignent

» Les atlantistes veulent mettre tous ceux qu'ils détestent sous l'étiquette "autoritaire", tout en ne remarquant pas les vrais autoritaires sous leur nez. »

dde.org

_________________________

 

Pourquoi ils les craignent tant...

Écrivant dans The Atlantic avant la publication de son nouveau livre, « Autocracy, Inc. : The Dictators Who Want to Run the World », Anne Applebaum affirme que la Russie, la Chine et les « Républicains MAGA » font « cause commune » dans un affront à la liberté et au « libéralisme » (clairement utilisé ici dans le sens européen de la liberté plutôt que dans le sens américain du gauchisme).

Applebaum cite les propos tenus par des responsables russes sur de prétendus laboratoires biologiques occidentaux en Ukraine, repris par la suite par les médias sociaux américains et la presse d’État chinoise et russe comme preuve d’un « effort de propagande conjoint » entre tous les acteurs mentionnés ci-dessus – comme s’ils se coordonnaient délibérément – selon lequel cetv effort « a contribué à saper les efforts menés par les États-Unis pour créer une solidarité avec l’Ukraine et imposer des sanctions contre la Russie. Selon un sondage YouGov, un quart des Américains croient à cette théorie, a-t-elle ajouté. C'est peut-être parce que cela semblait être une théorie totalement plausible étant donné tous les mensonges que l'establishment occidental a lancés sur l'individu moyen au cours des deux dernières années sur tout, de l'origine du Covid à l'efficacité des confinements autoritaires, des vaccins anti-Covid et des mandats ?

« Ils ont également entendu de fausses descriptions des Ukrainiens comme des nazis, ainsi que des affirmations selon lesquelles l’Ukraine est un État fantoche dirigé par la CIA et que l’OTAN a déclenché la guerre. » Le quotidien canadien Ottawa Citizen a dénoncé la formation des néo-nazis ukrainiens par les pays de l’OTAN pour combattre la Russie bien avant que le conflit ne devienne brûlant en 2022. NBC News a écrit en mars 2022 que « l’Ukraine a un problème nazi ». Je suppose qu’ils travaillent aussi pour la Russie et la Chine maintenant ? Mais bon, si elle n’aime pas le son de « État fantoche de la CIA », alors elle peut toujours opter pour « avant-poste du Département d’État ». L'idée selon laquelle l'OTAN a déclenché la guerre en armant et en entraînant des néo-nazis à la frontière russe qui ont bombardé les russophones de la région pendant des années est l'argument généralement cité pour accuser l'OTAN d'être responsable du désordre actuel, de la même manière qu'un enfant qui menace constamment vous frapper au visage pourrait sans doute être blâmé pour avoir déclenché une bagarre à coups de poing. Il ne s’agit pas de désinformation ou de fausses nouvelles, c’est un point de vue. Pourquoi Applebaum a-t-elle un tel problème avec les autres qui ne partagent pas son point de vue ? Cela semble un peu… autoritaire.

Elle n’apprécie pas non plus que la Russie dénigre diverses révolutions de couleur, les qualifiant d’œuvres étrangères alors qu’il ne s’agit en réalité que de révoltes organiques du peuple, affirme-t-elle. Parce que les gouvernements occidentaux ne pratiquent absolument pas la subversion ou le changement de régime. Elle cite la Révolution orange en Ukraine comme exemple spécifique – ce qui est malheureux, car en tant que consultant politique travaillant à Toronto à l'époque, j'ai été personnellement approché par un collègue pour m'associer à cette « campagne » particulière en Ukraine – et aucun de nous n'est ukrainien. . Elle cite également la Syrie, bien qu’un ancien chef du renseignement extérieur français, Alain Juillet, suggère que c’est peu de temps après qu’un projet de pipeline bénéficiant aux ennemis de Washington ait été choisi par le président syrien Bashar Assad que « les troubles ont commencé » pour Assad en Syrie.

Applebaum affirme que les Russes reçoivent de fausses nouvelles sur le déclin de l’Occident – dans des pays comme l’Amérique, la France, la Grande-Bretagne, la Suède et la Pologne – et qu’on leur dit qu’ils sont « remplis de dégénérescence, d’hypocrisie et de russophobie ». Où pourraient-ils trouver cette idée ? Peut-être à cause de la russophobie, de l’hypocrisie et de la dégénérescence de l’establishment occidental ?

Elle a critiqué la Chine pour sa « gestion des conversations » en ligne. Qu’en est-il de l’utilisation par les gouvernements occidentaux des médias sociaux comme X (anciennement Twitter) pour contrôler les récits – un fait révélé par le propriétaire de X, Elon Musk, après avoir racheté l’entreprise et exploré son fonctionnement interne ? « Le régime chinois a également combiné des méthodes de suivi en ligne avec d’autres outils de répression, notamment des caméras de sécurité, des inspections policières et des arrestations. » Était-elle même présente dans le monde occidental pendant le fiasco du Covid ? Elle aurait tout aussi bien pu décrire les codes QR dont dépendent les libertés fondamentales et la vie quotidienne en Europe. Ou encore le Canada, où les camionneurs pro-libertés et anti-mandat de Freedom Convoy et leurs partisans ont vu leurs comptes bancaires bloqués par décret, ce que la Cour fédérale canadienne a qualifié de véritable acte d'autoritarisme. Est-ce que c'est dans son livre ?

Ce n’est pas parce que l’on peut avoir la même opinion qu’une autre personne ou un autre groupe qu’ils sont une seule et même personne. Par exemple, le mari d'Applebaum, le ministre polonais des Affaires étrangères Radek Sikorski, également ancien ministre de la Défense et membre du Parlement européen, a tweeté à la suite de la mystérieuse explosion du gazoduc russe bon marché Nord Stream, une bouée de sauvetage économique en Europe : « Merci, États-Unis ». accompagné d'une photo de la catastrophe. Donc, il est clairement d’accord avec celui qui a fait exploser l’affaire. « La destruction de Nord Stream, en ce qui me concerne, était une très bonne chose. » Sikorski l’a déclaré au New Statesman en septembre 2023. Selon la propre logique d’Applebaum, il aurait aussi bien pu le faire lui-même ou au moins partager à parts égales la culpabilité.

Ce n’est pas parce que la Russie, la Chine et certains acteurs de droite s’opposent au spectacle clownesque autoritaire et à l’ineptie furieuse qu’est devenu l’establishment occidental que leurs arguments respectifs ne sont pas invalidés. Lorsque les partisans américains du libre marché et du gouvernement limité soutiennent le fait que le gouvernement chinois, qui a sorti environ 800 millions de ses citoyens de la pauvreté, selon la Banque mondiale, et qu'un président russe décrit par la BBC dès 2018 comme ayant « supervisé un boom économique » au cours duquel « le niveau de vie de la plupart des Russes s’est amélioré », c’est parce que ces pays ont montré des progrès dans l’alignement sur des valeurs synonymes du conservatisme américain classique. Et ils le font au moment même où les responsables occidentaux régressent sur tous les fronts en ce qui concerne ces mêmes valeurs. Non pas qu’Applebaum le remarquerait, même si cela se passe juste sous son nez. C’est pourquoi il reste aujourd’hui un énorme vide pour quiconque souhaite demander des comptes à l’establishment occidental.

Rachel Marsden