Forum

Pour poster un commentaire, vous devez vous identifier

ça va très mal, M. Bush....

Article lié :

kuehn

  09/04/2006

U.S. Study Paints Somber Portrait of Iraqi Discord
By ERIC SCHMITT
and EDWARD WONG

THE NEW YORK TIMES, 8 AVRIL 2006

WASHINGTON, April 8 — An internal staff report by the United States Embassy and the military command in Baghdad provides a sobering province-by-province snapshot of Iraq’s political, economic and security situation, rating the overall stability of 6 of the 18 provinces “serious” and one “critical.” The report is a counterpoint to some recent upbeat public statements by top American politicians and military officials.

The report, 10 pages of briefing points titled “Provincial Stability Assessment,” underscores the shift in the nature of the Iraq war three years after the toppling of Saddam Hussein. Warnings of sectarian and ethnic frictions are raised in many regions, even in those provinces generally described as nonviolent by American officials.

There are alerts about the growing power of Iranian-backed religious Shiite parties, several of which the United States helped put into power, and rival militias in the south. The authors also point to the Arab-Kurdish fault line in the north as a major concern, with the two ethnicities vying for power in Mosul, where violence is rampant, and Kirkuk, whose oil fields are critical for jump-starting economic growth in Iraq.

The patterns of discord mapped by the report confirm that ethnic and religious schisms have become entrenched across much of the country, even as monthly American fatalities have fallen. Those indications, taken with recent reports of mass migrations from mixed Sunni-Shiite areas, show that Iraq is undergoing a de facto partitioning along ethnic and sectarian lines, with clashes — sometimes political, sometimes violent — taking place in those mixed areas where different groups meet.

The report, the first of its kind, was written over a six-week period by a joint civilian and military group in Baghdad that wanted to provide a baseline assessment for conditions that new reconstruction teams would face as they were deployed to the provinces, said Daniel Speckhard, an American ambassador in Baghdad who oversees reconstruction efforts.

The writers included officials from the American Embassy’s political branch, reconstruction agencies and the American military command in Baghdad, Mr. Speckhard said. The authors also received information from State Department officers in the provinces, he said.

The report was part of a periodic briefing on Iraq that the State Department provides to Congress, and has been shown to officials on Capitol Hill, including those involved in budgeting for the reconstruction teams. It is not clear how many top American officials have seen it; the report has not circulated widely at the Defense Department or the National Security Council, spokesmen there said.

A copy of the report, which is not classified, was provided to The New York Times by a government official in Washington who opposes the way the war is being conducted and said the confidential assessment provided a more realistic gauge of stability in Iraq than the recent portrayals by senior military officers. It is dated Jan. 31, 2006, three weeks before the bombing of a revered Shiite shrine in Samarra, which set off reprisals that killed hundreds of Iraqis. Recent updates to the report are minor and leave its conclusions virtually unchanged, Mr. Speckhard said.

The general tenor of the Bush administration’s comments on Iraq has been optimistic. On Thursday, President Bush argued in a speech that his strategy was working despite rising violence in Iraq.

Vice President Dick Cheney, on the CBS News program “Face the Nation,” suggested last month that the administration’s positive views were a better reflection of the conditions in Iraq than news media reports.

“I think it has less to do with the statements we’ve made, which I think were basically accurate and reflect reality,” Mr. Cheney said, “than it does with the fact that there’s a constant sort of perception, if you will, that’s created because what’s newsworthy is the car bomb in Baghdad.”

In their public comments, the White House and the Pentagon have used daily attack statistics as a measure of stability in the provinces. Maj. Gen. Rick Lynch, a senior military spokesman in Baghdad, told reporters recently that 12 of 18 provinces experienced “less than two attacks a day.”

Gen. Peter Pace, the chairman of the Joint Chiefs of Staff, said on the NBC News program “Meet the Press” on March 5 that the war in Iraq was “going very, very well,” although a few days later, he acknowledged serious difficulties.

In recent interviews and speeches, some administration officials have begun to lay out the deep-rooted problems plaguing the American enterprise here. At the forefront has been Zalmay Khalilzad, the American ambassador, who has said the invasion opened a “Pandora’s box” and, on Friday, warned that a civil war here could engulf the entire Middle East.

On Saturday, Mr. Khalilzad and Gen. George W. Casey Jr., the senior military commander in Iraq, issued a statement praising some of the political and security goals achieved in the last three years, but also cautioning that “despite much progress, much work remains.”

Mr. Speckhard, the ambassador overseeing reconstruction, said the report was not as dire as its assessments might suggest. “Really, this shows there’s one province that continues to be a major challenge,” he said. “There are a number of others that have significant work to do in them. And there are other parts of the country that are doing much better.”

But the report’s capsule summaries of each province offer some surprisingly gloomy news. The report’s formula for rating stability takes into account governing, security and economic issues. The oil-rich Basra Province, where British troops have patrolled in relative calm for most of the last three years, is now rated as “serious.”

The report defines “serious” as having “a government that is not fully formed or cannot serve the needs of its residents; economic development that is stagnant with high unemployment, and a security situation marked by routine violence, assassinations and extremism.”

British fatalities have been on the rise in Basra in recent months, with attacks attributed to Shiite insurgents. There is a “high level of militia activity including infiltration of local security forces,” the report says. “Smuggling and criminal activity continues unabated. Intimidation attacks and assassination are common.”

The report states that economic development in the region, long one of the poorest in Iraq, is “hindered by weak government.”

The city of Basra has widely been reported as devolving into a mini-theocracy, with government and security officials beholden to Shiite religious leaders, enforcing bans on alcohol and mandating head scarves for women. Police cars and checkpoints are often decorated with posters or stickers of Moktada al-Sadr, the rebellious cleric, or Abdul-Aziz al-Hakim, a cleric whose party is very close to Iran. Both men have formidable militias.

Mr. Hakim’s party controls the provincial councils of eight of the nine southern provinces, as well as the council in Baghdad.

In a color-coded map included in the report, the province of Anbar, the wide swath of western desert that is the heart of the Sunni Arab insurgency, is depicted in red, for “critical.” The six provinces categorized as “serious” — Basra, Baghdad, Diyala and three others to the north — are orange. Eight provinces deemed “moderate” are in yellow, and the three Kurdish provinces are depicted in green, for “stable.”

The “critical” security designation, the report says, means a province has “a government that is not functioning” or that is only “represented by a single strong leader”; “an economy that does have the infrastructure or government leadership to develop and is a significant contributor to instability”; and “a security situation marked by high levels of AIF [anti-Iraq forces] activity, assassinations and extremism.”

The most surprising assessments are perhaps those of the nine southern provinces, none of which are rated “stable.” The Bush administration often highlights the relative lack of violence in those regions.

For example, the report rates as “moderate” the two provinces at the heart of Shiite religious power, Najaf and Karbala, and points to the growing Iranian political presence there. In Najaf, “Iranian influence on provincial government of concern,” the report says. Both the governor and former governor of Najaf are officials in Mr. Hakim’s religious party, founded in Iran in the early 1980’s. The report also notes that “there is growing tension between Mahdi Militia and Badr Corps that could escalate” — referring to the private armies of Mr. Sadr and Mr. Hakim, which have clashed before.

The report does highlight two bright spots for Najaf. The provincial government is able to maintain stability for the province and provide for the people’s needs, it says, and religious tourism offers potential for economic growth.

But insurgents still manage to occasionally penetrate the tight ring of security. A car bomb exploded Thursday near the golden-domed Imam Ali Shrine, killing at least 10 people and wounding dozens.

Immediately to the north, Babil Province, an important strategic area abutting Baghdad, also has “strong Iranian influence apparent within council,” the report says. There is “ethnic conflict in north Babil,” and “crime is a major factor within the province.” In addition, “unemployment remains high.”

Throughout the war, American commanders have repeatedly tried to pacify northern Babil, a farming area with a virulent Sunni Arab insurgency, but they have had little success. In southern Babil, the new threat is Shiite militiamen who are pushing up from Shiite strongholds like Najaf and Karbala and beginning to develop rivalries among themselves.

Gen. Qais Hamza al-Maamony, the commander of Babil’s 8,000-member police force, said his officers were not ready yet to intervene between warring militias, should it come to that, as many fear. “They would be too frightened to get into the middle,” he said in an interview.

If the American troops left Babil, he said, “the next day would be civil war.”

Eric Schmitt reported from Washington for this article, and Edward Wong from Baghdad. Jeffrey Gettleman contributed reporting from Hilla, Iraq, and Abdul Razzaq al-Saiedi from Baghdad.

Article lié : Finalement, ni l’Europe ni “Le Monde” ne méritaient Patten

boson

  08/04/2006

Oui bravo à ce site qui est hors norme, le plus intelligent que je connaisse.
Je voudrais juste vous donner mon point de vue sur ce qui est le plus fondammental aujourd’hui : la crise énergétique qui débute et qui va tout balayer.
Je pense que vous n’estimez pas assez l’importance de ce qui arrive.
Cordialement et admirativement.

re: Patten

Article lié : Finalement, ni l’Europe ni “Le Monde” ne méritaient Patten

kuehn

  08/04/2006

Bonjour,

le décryptage de l’entreprise orwellienne du “Monde” est essentiel, primordial meme, pour l’analyse du discours intéllo-parisien.

En fait, la synthèse ne serait-elle pas que “Le Monde” est déprimant pour sa manque d’esprit d’aventure? C’est à dire: n’est-il pas précisement “Le Monde” qui ne change jamais et qui veut prospérer dans la répétition quasi-liturgique du conformisme ambiant?

Je trouve, pour ma part, que la France—une fois “décomplexée”—pourrait très bien élaborer un modèle français pour le 21ème siècle.

Ceci pourrait s’inspirer aussi bien d’un certain prométhéisme stratégique gaullien que d’un pragmatisme socio-économique à l’irlandaise, capable de libérer les énergies conquérantes dans le marché et de continuer, à la fois, à offrir à ses citoyens des services publiques performants.

La France n’a qu’à croire en soi-meme (sans tomber dans le narcissisme mégalomane bien sur), en abandonnant l’esthétique snobiste et assez banal du “Monde” et de son discours décliniste.

Bravo pour l’article à l’équipe de Dedefensa!

Complément Intelligence / Géoéconomie

Article lié :

Thierry

  08/04/2006

l’absence de vision stratégique dénoncée à raison par M. Harbulot, n’est malheureusement qu’une des manifestations de la perte de la notion gaullienne, ou simplement patriotique, de la souveraîneté.

La souveraîneté ne vaut que parce qu’elle reconnait l’existance d’autres souveraînetés (liberté des Nations); Elle permet d’agir “naturellement” dans un environnement “naturel” (Hobbes) avec les Nations non coopérantes et agressives; d’agir en civilisé avec les autres( les Nations avec qui il est possible de coopérer = d’égal à égal). En conséquence, les droits de l’Homme qui ne sont assis que sur celui du citoyen ne sont pas un principe de politique étrangère à peine de s’interdire toute guerre, tout mort.

“” voici l’interview que Christian Harbulot vient d’accorder au blog “intelligence économique et technologique” VTech (http://vtech.canalblog.com/archives/2006/03/28/1591813.html).

Interview de Christian Harbulot : guerre économique, intelligence économique en France

Vous êtes le pionnier français de l’approche “guerrière” de l’intelligence économique, pouvez vous nous expliquer le vocabulaire employé en France : intelligence économique, guerre économique, espionnage économique et dernièrement patriotisme économique

Pour une approche exhaustive de ces définitions, il est bon de consulter le référentiel sur l’Intelligence économique qui a été réalisé sous l’égide d’Alain Juillet. Nous attendons toujours qu’il soit officialisé selon les critères administratifs appliqués par le Secrétariat Général de la Défense Nationale. N’oublions pas que le mandat donné par l’ancien Premier Ministre Raffarin à Alain Juillet portait en priorité sur la formation. Espérons que l’actuel Premier Ministre Dominique de Villepin soit assez énergique auprès de sa haute administration pour se faire obéir sur ce point crucial.

Je me contenterai simplement de préciser que la déclinaison actuelle de l’intelligence économique dans l’entreprise, dans les territoires et à l’intérieur de l’appareil d’Etat soulève le problème de la stratégie des acteurs. Le passage progressif à un management global de l’information dans les organisations est encore un vœu pieux. L’étude réalisée par Thalès consulting sur la perception des besoins des entreprises démontre qu’il existe beaucoup d’interrogations mais peu de solutions sont mises en œuvre pour y répondre. Le découplage entre développement et affrontement prédomine encore dans la mentalité des directions générales des groupes du CAC 40. Celles-ci ont la capacité de gérer les crises informationnelles suscitées par les annonces d’OPA comme ce fut le cas ces derniers mois. En revanche, elles se montrent beaucoup plus vulnérables dans les confrontations économiques hors de leurs zones traditionnelles d’influence. Les échecs récents de nos entreprises en Chine, en Inde et en Arabie saoudite sont autant d’indicateurs de failles importantes dans les stratégies d’approche géoéconomique de ces marchés et donc dans leur management de l’information.

Mais je souhaite attirer votre attention su un problème qui vient en amont de cette question. Dans les hautes sphères étatiques et patronales, personne ne semble se donner la peine de lire la littérature qui nous vient du monde anglo-saxon et de décrypter les prises de position du monde asiatique sur ce sujet crucial. Sans trahir le contenu d’un article que je vais publier en avril dans le revue de Défense nationale, je tiens à indiquer que l’émergence de la problématique du patriotisme économique ne fait qu’officialiser une dynamique de rapports de force qui existe depuis le début de la mondialisation des échanges. Fernand Braudel a été un des premiers à nous expliquer qu’il existe en fait deux types d’économie : celle du marché et celle des Etats. La première va plus vite, elle invente constamment de nouveaux systèmes pour fluidifier l’échange. La seconde est plus lente car ses impératifs ne sont pas les mêmes, : elle ne vise pas à enrichir des individus mais à assurer les subsistances d’une population sur un territoire. Contrairement aux idées reçues, les objectifs de la première économie ne sont pas toujours concordants avec ceux de la seconde. Refuser d’admettre cette évidence, c’est ne rien comprendre aux stratégies de puissance géoéconomiques affichées plus ou moins ouvertement par les Etats-Unis, la Chine ou la Russie. Et par conséquent, c’est faire l’impasse sur les mutations que la société de l’information induit sur les méthodes de management dual.

- Vous ne voyez pas que votre approche de “la guerre économique” est réservée seulement aux grands comptes, et par la même exclut les PME du jeu ?

Votre question ne tient pas compte d’un point essentiel : la guerre économique au sens où la définissent les Américains et les Chinois se mène au niveau d’un pays et non au niveau des entreprises quelque que soit leur taille. Cela signifie que le pouvoir politique à la tête de ce pays soit capable de définir, à moyen et long terme, des objectifs précis et des priorités dans les actions à entreprendre. Les dossiers des industries de défense, de l’énergie, des matières premières, de l’eau, de la compétition agricole et agroalimentaire, de l’industrie de la santé, le contrôle des axes de circulation maritime, des transports, les verrous constitués par les places boursières, la maîtrise des flux financiers, notamment issus du blanchiment de l’argent (et la liste est encore longue) constituent des enjeux de puissance qui dépassent le strict cadre de l’activité des entreprises. Ils relèvent à la fois de l’économie du marché et de la géoéconomie des puissances. La grille de lecture que j’essaie de bâtir avec d’autres pour étudier la nature et l’évolution des affrontements économiques, a pour objectif l’étude des stratégies de préservation et d’accroissement de puissance des Etats. Comme le précisait si justement le Congrès des Etats-Unis, une entreprise est américaine, si elle sert l’intérêt des Etats-Unis. Le jour où les dirigeants politiques français sauront de nouveau définir comme ce fut le cas pour le général de Gaulle ce qu’est l’intérêt français et ce que doit être l’intérêt européen, on aura fait un grand pas dans la compréhension du sujet.

- Après les rapports Martre et Carayon, quel est le bilan de l’IE en France actuellement ?

Nous en sommes encore à la phase 1, c’est-à-dire la sensibilisation. C’est le cas à l’intérieur de l’appareil d’Etat où les grands caciques de l’administration feignent de ne pas comprendre à quoi peut servir une approche moderne du management de l’information.

Autrement dit les démarches interministérielles se heurtent encore à une vision archaïque de la mission du service public dans la manière de servir la France dans les affrontements économiques entre puissances. Il faut saluer la persévérance d’Alain Juillet qui marque des points dans un environnement peu coopératif. Des progrès notables ont été accomplis dans le domaine défensif. Il est logique que nous ayons commencé par là car la culture française est dominée par la volonté de protéger le patrimoine économique du pays. La démarche entreprise par le directeur de la gendarmerie nationale a donné un coup de fouet à la manière de cartographier les menaces sur l’ensemble de notre tissu économique. Cette procédure est inscrite dans le temps et aucune alternance politique ne pourra la détruire. Elle crée même un esprit d’émulation au sein du Ministère de l’Intérieur qui commence enfin à coordonner les informations de ses services dans le domaine de la sécurité économique.

La Direction de la Surveillance du Territoire est aussi en train d’opérer une réforme interne prometteuse dans ce domaine.

- Est ce que vous estimez que les pôles de compétitivité seront un moteur de l’intelligence économique ?

Les pôles de compétitivité sont un beau projet sur le papier. Mais ce projet est très fragile. Le saupoudrage des crédits révèle pour l’instant une incapacité à fixer des priorités géoéconomiques et technologiques sur lesquelles le gouvernement investit de manière déterminante. Tant que la préoccupation l’électorale l’emportera sur l’intérêt de puissance, aucun progrès décisif ne pourra être réalisé. Les pôles de compétitivité ne doivent non plus se traduite en course aux subventions. Les politiques à la tête des régions et des conseils généraux ont une lourde responsabilité dans ce dossier. Une veille très attentive doit être réalisée pour vérifier qui fait quoi et quels résultats ont été obtenus. Je remarque à ce propos qu’il n’existe toujours pas de site Internet recensant l’usage qui est des crédits européens afin d’évaluer la performance des élus ou leur incapacité à utiliser ces crédits qui repartent alors à Bruxelles. L’avenir des pôles de compétitivité est lié à notre capacité collective de suivre le déroulement des projets. Les élus ne seront performants que si ils identifient un risque électoral. Il est regrettable d’en arriver à ce mécanisme de pression mais l’enjeu est trop important. N’oublions pas qu’il s’agit de donner un élan à la compétitivité des territoires confronté à une compétition mondiale particulièrement périlleuse.

- Pouvez vous nous donner une esquisse de la position française en matière d’intelligence économique par rapport à ses homologues européens, japonais et américains?

Il existe deux catégories de pays : ceux qui cherchent à accroître leur puissance et ceux qui n’en ont pas identifié le besoin. Les premiers sont plus dynamiques que les seconds. C’est une des conclusions sous-jacentes du rapport Martre qui a été rédigé en 1992. Accroître la puissance géoéconomique d’un pays ne signifie pas forcément mettre en œuvre une politique économique à vocation impérialiste. Il s’agit en premier lieu de déterminer nos besoins pour donner à ce pays des capacités de développement dans un monde complexe et conflictuel. Pour ce faire, nous devons passer très vite à la phase 2, c’est-à-dire à la phase offensive souhaitée par les dirigeants d’entreprise. Cela ne sera possible que lorsque les idées seront claires. J’entends par là la nécessité de sortir des faux débats du genre les entreprises n’ont pas besoin de l’Etat et l’Etat ne veut pas s’intéresser aux entreprises.

- Comment voyez vous le futur de l’IE en France?

Au cours des 15 dernières années, l’intelligence économique a résisté à plusieurs épreuves douloureuses, en particulier aux incompréhensions de Premiers Ministres comme Pierre Bérégovoy qui ne donna pas suite aux initiatives innovantes d’Edith Cresson, d’Alain Juppé qui ne s’est pas intéressé au Comité pour la Compétitivité et la sécurité économiquecréé par Edouard Balladur et à l’autisme de Jospin durant son mandat à Matignon. En étant un peu ironique, je dirai que c’est un résultat encourageant. L’avenir de l’intelligence économique dépend d’abord des Françaises et des Français qui en saisiront l’intérêt dans leur activité professionnelle. Cela peut sembler élémentaire mais c’est le bon sens qui parle. Autrement dit, la longue marche est loin d’être terminée…

_______________________________________________________________

ÉNERGIE
La légitimité du patriotisme économique

Christian HARBULOT

Le débat très contradictoire qui s’est ouvert en France sur le patriotisme économique démontre qu’il règne encore la confusion dans les esprits à propos de la nature et du contenu des affrontements économiques. La plupart des commentateurs restent encore très dépendants des schémas de pensée issus de la guerre froide. Le fait que certains universitaires tels que Jacques Fontanel (La globalisation en « analyse », Géoéconomie et stratégie des acteurs, L’Harmattan, 2005) commencent enfin à traiter le fond du sujet, indique que l’heure est venue d’abandonner la langue de bois héritée de l’époque où il ne fallait pas affaiblir le monde libre en dévoilant ses contradictions.

L’apparition du patriotisme économique dans le vocabulaire du gouvernement français a fait rejaillir avec force certains blocages culturels, en particulier lorsqu’il s’agit de définir l’autonomie stratégique qu’un pays est en droit de revendiquer pour assurer son avenir. Il reste beaucoup de chemin à parcourir pour dépasser les visions erronées qui entourent ce type de problématique. À la notion d’intérêt général s’ajoute désormais celle de l’intérêt collectif par lequel nous entendons les objectifs géoéconomiques que le pouvoir politique se doit de définir afin de préserver les chances de développement du pays. Cet intérêt collectif qui n’a rien d’une notion marxiste, donne tout son sens au patriotisme économique. Le patriotisme est le repère de base pour aborder la complexité des rapports de force de l’après guerre froide. Rappelons la définition du mot patrie : une « communauté politique d’individus vivant sur le même sol et liés par un sentiment d’appartenance à une même collectivité, notamment culturelle et linguistique » (Le Petit La rousse). Le patriotisme économique définit donc le cadre de développement d’un pays confronté aux opportunités et aux menaces des nouvelles dynamiques de puissance issues de la mondialisation des échanges.
L’OCCIDENT ET LE RESTE DU MONDE

La guerre froide a amené la haute administration et les organes patronaux français à décrypter les rapports de force dans le cadre d’un affrontement bipolaire entre l’Est et l’Ouest. Cette approche bipolaire du jeu des protagonistes a concentré la pensée stratégique sur la manière de mettre le monde occidental à l’abri de toute menace venant du bloc communiste et de ses pays satellites. Dans la seconde moitié du XXe siècle, aucun autre enjeu n’a égalé ce souci de préserver l’unité et la sécurité du « monde libre » dont la responsabilité incombait aux États-Unis d’Amérique. Cette hiérarchie des priorités modela à travers le temps la façon de pensée de nos élites. La solidarité atlantiste se substitua progressivement à toute réflexion de nature patriotique, en particulier sur les divergences d’intérêt de puissance dans le domaine économique. Le monde bipolaire de la guerre froide est à l’origine d’une grille de lecture binaire des rapports de force, c’est-à-dire d’une prédominance de la solidarité atlantiste dans les dossiers sensibles qui mettaient aux prises des pays occidentaux et qui étaient susceptibles de fragiliser l’unité du « monde libre ». Cette relation privilégiée — établie dans un ensemble qui ne comporte que deux éléments déterminants, le monde occidental et le reste du monde — a bloqué le cheminement de la pensée sur l’utilité du patriotisme économique. Excepté le général de Gaulle, qui chercha à déterminer une voie propre dans la gestion des divergences économiques entre l’Europe et les États-Unis, aucun dirigeant politique français n’a souhaité s’engager dans cette réflexion stratégique. Ainsi s’est installée durablement dans les esprits l’idée que le patriotisme économique était une réponse inadaptée à la mondialisation des échanges. Lorsque les forces vives de l’économie américaine ont bousculé, au cours de ces trente dernières années, des positions françaises au Proche-Orient ou en Afrique, les serviteurs de l’État se sont souvent sentis en porte-à-faux pour contrer les États-Unis, à cause de la pesanteur historique que représente la préservation de l’unité du camp occidental. Le patronat français a eu une position sensiblement comparable en mettant systématiquement en avant les principes fondamentaux du libéralisme dans les dossiers sensibles comme l’OPA de Sanofi sur Aventis. La création d’un pôle de taille critique dans le domaine de l’industrie de la santé était perçue comme un objectif vital en termes d’intérêt de puissance par le gouvernement, mais comme une intrusion de l’État dans la stratégie des entreprises par certaines autorités patronales. La position d’Antoine Riboud est symptomatique de cet état d’esprit. Lors de la présentation des résultats de Danone le 15 février 2006, il n’hésite pas à déclarer : « Une des meilleures défenses contre les attaques boursières, c’est la culture d’entreprise : chez Danone, elle fait partie de nos avantages compétitifs ; mais cela n’a rien à voir avec du patriotisme économique ». Une telle affirmation symbolise la confusion suscitée par la grille de lecture binaire entre l’intérêt privé d’une entreprise et les principes élémentaires d’une stratégie de puissance. La limitation de l’espace de manœuvre induit par ce mode de pensée binaire explique notamment les tergiversations gouvernementales dans l’affaire Gemplus. À l’époque, les autorités françaises ne pouvaient pas s’opposer frontalement aux stratégies d’influence des fonds américains. Contrairement aux États-Unis, la France ne disposait pas des outils législatifs permettant de se soustraire à ce type de stratégie. Cela s’explique par le fait que le fonctionnement du monde occidental hérité de la guerre froide limite les espaces de manœuvre des économies dépendantes de Washington. La prise de position du gouvernement français sur la guerre en Irak n’a guère modifié cette règle du jeu. Aux lendemains du célèbre discours de Dominique de Villepin au siège de l’Organisation des Nations unies (Défense Nationale, mars 2003.

), la France n’a pas conquis de marchés pharaoniques dans le monde arabe. Or, la dynamique de puissance se mesure notamment par les victoires qu’un pays remporte sur le terrain géoéconomique. Comme le résumait très bien Alain Juillet lors du colloque sur l’énergie pétrolière, organisé par l’association « Culture Économie Défense », la France exploite les opportunités conjoncturelles de marché générées par la compétition entre les pays concurrents. L’offensif se résume donc pour l’instant à l’exploitation des erreurs d’autrui. La grille de lecture binaire qui prédomine encore dans les cabinets ministériels ne permet pas de dépasser le niveau tactique dans la définition de la politique gouvernementale. Le besoin de se hisser à un niveau stratégique se fait pourtant lourdement sentir. En appelant de ses voeux un patriotisme économique tourné vers l’offensif, la présidente du Médef, Laurence Parisot, insiste sur la priorité numéro un des entreprises : la conquête des marchés à l’étranger. Le système de décision qui prévaut en France n’a pas intégré cette évidence. Le président Chirac a pu mesurer les limites de la gestion au coup par coup de signature de contrats lors de son dernier voyage en Arabie saoudite. L’échec patent de sa démarche résulte de l’absence d’une approche nouvelle des dossiers géoéconomiques. La conquête des marchés est devenue une opération complexe qui implique un nouveau type de management du renseignement et de l’information. Notre modèle de gouvernance est encore trop centré sur l’hexagone, et inapte à faire face aux stratégies d’influence des pays concurrents. Le mode de pensée forgé lors de la phase de reconstruction de la France a fait son temps. La gestion de la complexité des rapports de force économiques qui prédomine dans le monde multipolaire du XXIe siècle exige une nouvelle grille de lecture (Christian Harbulot : La main invisible des puissances ; Ellipses, 2 ).
LA LÉGITIMITÉ DU PATRIOTISME

La géographie des puissances issue de l’après-guerre froide remet en cause la domination du monde occidental sur le reste du monde. Il s’agit là d’un élément déterminant qui nous oblige à sortir du carcan de l’analyse binaire des rapports de force entre puissances. Depuis 1989, le monde occidental se fragilise à l’extérieur comme à l’intérieur : rejet du modèle occidental par de nombreux pays du Sud ; vassalisation rampante de l’Europe par les États-Unis ; renaissance de stratégies alternatives à vocation nationale ; faiblesse démographique endémique ; usure de l’identité nationale exploitée par des forces subversives idéologiques et religieuses ; perte de combativité et expatriation d’une partie des élites. L’élément le plus inquiétant est sans doute la volte-face brutale opérée par les États-Unis à l’égard de la Chine au cours des six derniers mois. En passant d’une attitude hostile (la Chine, future puissance rivale) à une attitude conciliante (la Chine, puissance partenaire), les cercles dirigeants américains révèlent leurs divergences sur un sujet capital. Il n’a pas échappé aux spécialistes des relations sinoaméricaines que le président Clinton avait déjà opéré ce même changement d’axe il y a dix ans. L’accroissement du déficit commercial, l’endettement et l’attraction du marché chinois peuvent expliquer cette variation de la politique étrangère américaine qui oscille entre la diabolisation de la Chine et la recherche d’une bipolarité sinoaméricaine. Cette dernière hypothèse inquiète les chancelleries européennes qui craignent de subir les contrecoups économiques de ce rapprochement cynique entre les deux grands de la planète. Si la bipolarité sino-américaine venait à se renforcer, elle risquerait d’insinuer le doute sur la capacité du monde occidental à sortir de ses contradictions. C’est dans ce climat incertain que la notion de patriotisme économique trouve sa légitimité première, mais celle-ci découle surtout d’un constat élémentaire : il existe aujourd’hui deux catégories de pays ; ceux qui ont une stratégie d’accroissement de puissance et ceux qui n’en ont pas. La panne de pensée du pouvoir exécutif (La France a-t-elle une stratégie de puissance, ouvrage collectif sous la direction de Christian Harbulot et Didier Lucas ; Lavauzelle, 2004. ) repose sur le fait que l’approche binaire interdit toute reconquête de l’initiative sur le terrain des affrontements entre puissances. C’est ce qui explique les freins à toute démarche offensive centrée sur une vision à moyen et long termes de conquêtes de marchés. Les partis politiques français ne ressentent pas encore la nécessité, pourtant évidente, de définir un corpus commun de choix géoéconomiques qui ne sera pas remis en cause par les alternances postélectorales. A contrario, les partis politiques allemands ont su dépasser leurs clivages politiciens pour inscrire dans la durée leur action politique afin de servir l’intérêt collectif de l’Allemagne. Il en est de même pour les pays asiatiques qui ont une culture de la gouvernance qui consiste à mettre le temps au service de la stratégie. Dans ces pays, les mandats électoraux ont une influence très relative sur les politiques d’accroissement de puissance. La France n’a réussi à inscrire des projets de portée stratégique dans la durée que dans des circonstances exceptionnelles. La création du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale a été pensée hors des circuits classiques de l’administration. Ce statut spécial a permis au CEA de ne pas succomber à trois menaces majeures : le refus des chercheurs communistes de favoriser la construction de l’arme nucléaire ; la défiance des États-Unis qui ne souhaitaient pas que la France devienne une puissance indépendante sur le plan nucléaire ; l’instabilité chronique des gouvernements de la IVe République. En termes de gestion « proactive » de l’intérêt de puissance, le cas exemplaire du CEA reste l’exception qui confirme la règle. Le patriotisme économique porté par ce projet industriel a buté sur les règles non dites de fonctionnement du monde occidental hérité de la guerre froide.
LES CONTRADICTIONS DU MONDE OCCIDENTAL

Au début de la dernière décennie, l’agressivité commerciale du Japon vis-à-vis du monde occidental avait presque créé l’amorce d’un débat sur l’économie comme vecteur de puissance. Le Japon avait négocié avec les États-Unis, à la fin des années 40, un espace de manœuvre pour ses entreprises en prétextant qu’il lui était nécessaire pour éviter une crise sociale majeure qui risquait à terme de le faire de basculer dans le camp soviétique. Cet espace de manœuvre lui permit en trente ans de devenir une puissance conquérante qui menaça les marchés intérieurs nord-américain et européen. Ce débat fut vite enterré par la crise financière asiatique. Le reflux de l’économie nipponne ne mit pas fin à la problématique. Ce débat ressurgit aujourd’hui à la suite des remodelages géopolitiques en cours dans les zones riches en ressources énergétiques. Lors du différend sur le prix du gaz exporté vers L’Ukraine, Vladimir Poutine a rappelé à l’Europe que Gazprom n’était pas une entreprise comme les autres mais un instrument de la reconquête de puissance de la Russie. Les OPA tous azimuts qui agitent le marché de l’énergie en Europe relancent la question d’une politique énergétique initiée par l’Union européenne et non par la simple loi du marché. Que ce soit dans le cas des affrontements commerciaux entre les États-Unis et l’Europe ou des dissensions intra européennes, il n’est pas difficile de constater que des puissances non-occidentales sont à l’affût pour tirer le maximum d’avantages de ces divisions d’ordre géoéconomique. La Bourse, basée sur un mécanisme de négoce de pétrole en euros que l’Iran envisagerait d’ouvrir en mars 2006, est peut-être une simple manœuvre d’intimidation. Elle illustre cependant la manière dont une puissance en opposition avec le monde occidental sur la question nucléaire peut être tentée d’affaiblir la pression qu’elle subit en jouant sur un autre échiquier par des manœuvres tactiques visant à s’attaquer à la prédominance de la monnaie américaine. Contrairement au passé, la cohésion du monde occidental ne repose plus sur la seule capacité des États-Unis à assurer sa sécurité globale. En n’arrivant pas à obtenir une victoire militaire décisive dans le conflit asymétrique irakien, les États-Unis ont fait la démonstration des limites de l’emploi des forces militaires pour assurer leur suprématie géostratégique sur le monde. Cette démonstration ouvre la voie à d’autres interrogations. Les événements du 11 septembre 2001 ont modifié la vision simpliste qui prédominait jusqu’à présent dans les analyses libérales sur la mondialisation des échanges. L’annonce du rachat d’importantes infrastructures portuaires américaines par une personnalité de l’Émirat de Dubaï a mis le président Bush en porte-à-faux par rapport aux élus républicains du Congrès. Cette maladresse politique a choqué l’opinion publique américaine qui a réagi vivement à ce télescopage entre la logique du marché et la doctrine de Homeland Security résultant de la guerre contre le terrorisme islamique. Le pouvoir exécutif américain a commis une erreur d’appréciation en estimant qu’il ne s’agissait là que d’une affaire de business. C’est un premier signal fort de l’incohérence qui peut naître d’une dynamique commerciale en contradiction avec le ressenti populaire sur la question de l’intérêt de puissance. Si la domination des flux commerciaux reste l’un des aspects essentiels de la puissance d’un pays sur la scène mondiale (Jacques Fontanel et Fanny Coulomb : « Guerre économique, les États en première ligne », Défense et sécurité internationale, n° 13, mars 2006. ), elle n’est pas une fin en soi. L’attraction du gigantesque marché chinois exige une réponse adaptée aux risques de déséquilibres dans les échanges entre l’Orient et l’Occident. Une fois de plus la grille de lecture binaire ne permet guère de cerner les conséquences d’une éventuelle duplicité de l’empire du Milieu. La Chine construit sa puissance à partir de l’économie et se garde bien de tomber dans le piège dans lequel a sombré l’Empire soviétique dans la course aux armements liée à la guerre des étoiles de l’ère Reagan. L’expression de cette puissance est encore une énigme pour le monde occidental. Les forces opportunistes du marché se préoccupent de leurs intérêts à court terme, et ne se posent guère de questions sur l’impact à long terme de la dynamique industrielle chinoise sur le fonctionnement des économies occidentales. La campagne orchestrée pour l’ouverture de la Chine communiste à la démocratie semble pour l’instant une initiative très aléatoire et sans commune mesure avec la détermination de Pékin dans sa politique de conquête du marché mondial. Contrairement à ce que disait Bernard Esambert (Bernard Esambert : La guerre économique mondiale ; Olivier Orban, 1991. ) en peaufinant sa pensée sur la guerre économique au début des années 90, celle-ci n’est plus un stimulant, mais une contrainte qui influe de plus en plus négativement sur notre capacité de développement. Les puissances non-occidentales qui observent attentivement ce qui se passe en Occident n’hésitent plus à exploiter au grand jour les contradictions entre les États-Unis et l’Europe. Les victoires et les défaites ne sont pas un jeu à somme nulle. Dans ce jeu complexe et multipolaire, les divisions du monde occidental prennent une dimension nouvelle sur laquelle il devient urgent de s’interroger de part et d’autre de l’Atlantique. La compétition acharnée que se livrent entre elles les entreprises occidentales risque d’aboutir au contraire de l’objectif recherché. Gardons en mémoire le cas d’école de Seb et de Moulinex. Dans une première phase, ces deux entreprises françaises se sont livré un combat acharné qui a dopé leur croissance. Dans une seconde phase, cette rivalité a été préjudiciable à l’avenir industriel de ces deux entreprises. Seb a certes absorbé Moulinex, mais cette lutte « fratricide » l’a affaiblie plus qu’elle ne l’a renforcée dans la compétition avec les concurrents asiatiques. La situation aurait été différente si une concertation intelligente entre les deux parties avait eu lieu au bon moment pour assurer une suprématie durable sur les marchés porteurs. Combien de fois faudra-t-il le rappeler : la loi du marché qui sert de guide aux entreprises n’indique pas toujours le bon chemin pour pérenniser la puissance d’un pays. À l’effet combiné de la désindustrialisation, des délocalisations et de l’agressivité commerciale des nouveaux entrants sur le marché mondial, le patriotisme est un point de repère essentiel pour bâtir une stratégie qui corrèle les critères de développement (recherche, innovation, créativité industrielle) et la maîtrise des affrontements économiques de toute nature. Il constitue aussi un moyen très pragmatique de relancer un dialogue transatlantique en prenant en compte les intérêts collectifs mutuels dans le domaine géoéconomique. Les Américains comprennent ce discours, mais ne sont pas encore prêts pour entamer une telle démarche car l’Europe vassale est en situation d’infériorité chronique (Jean-François Daguzan et Dominique Foray ; Industries de défense et hautes technologies comme source de pouvoir, CHEar, février 2003. ). Tant que les élites européennes et françaises continueront à perpétuer le glacis doctrinal issu de la guerre froide, elles ne pourront pas se créer de nouveaux espaces de manœuvre. Les attentes stratégiques resteront figées sur les capacités des États-Unis à imposer la fausse paix économique à laquelle feignent de croire les adeptes du libéralisme sans frontières.

Christian HARBULOT -  http://www.defnat.com/

M. Christian Harbulot est directeur de l’École de guerre économique (ESLSCA).”“

US Vs Iran Irak : impuissance US

Article lié :

Thierry

  08/04/2006

D’où il ressort de cet article que des sanctions contre l’Iran sont un luxe : comment courir le risque d’un pétrole à 100 USD ?

Corollaire : les coûts de la guerre deviennent de notoriété plus que publique ; les USA sont incapables d’ouvrir un front en Iran autre qu’aèrien donc ils sont impuissants à tenir le pays. Peuvent-ils se le permettre en considération du nouvel axe Russie Chine?

L’Iran de 2006 n’est pas dans l’état de faiblesse civil et militaire de l’Irak d’avant la guerre.  Attention aux surprises donc !

“”
Prof Joseph Stiglitz, Nobel Prize Laureate.

INTERVIEW WITH NOBEL LAUREATE JOSEPH STIGLITZ
“The War Is Bad for the Economy”
http://service.spiegel.de/cache/international/spiegel/0,1518,409710,00.html

April 5, 2006

Nobel Prize winning economist Joseph Stiglitz, 63, discusses the true $1 trillion cost of the Iraq conflict, its impact on the oil market and the questions of whether the West can afford to impose sanctions on Iran.

SPIEGEL: Professor Stiglitz, at the beginning of the Iraq war, the United States administration was hoping to almost break even in terms of the costs ...

Stiglitz: ... they truly believed the Iraqi people could use their oil revenues to pay for reconstruction.

SPIEGEL: And now you are estimating the cost of war at levels between $1 trillion and $2 trillion. How do you explain this difference?

Stiglitz: First, the war was much more difficult than President Bush and his government expected. They thought they were going to walk in, everybody would say thank you, and they would set up a democratic government and leave. Now that this war is lasting so much longer, they constantly have to adapt their budget. It rose from $50 billion to $250 billion. Today, the Congressional Budget Office talks about $500 billion or more for this adventure.

SPIEGEL: That’s still by far lower than your own calculations.

Stiglitz: The reported numbers do not even include the full budgetary costs to the government. And the budgetary costs are but a fraction of the costs to the economy as a whole. And compare this to Gulf War number one, where America almost made a profit!

SPIEGEL: Because Germany paid for it?

Stiglitz: Because Germans paid, because everybody paid. We got our allies to pay full price for used equipment, and we got to refurbish our military. This time, most of the other countries were not willing to do so again.

SPIEGEL: Did Bush just miscalculate, or was he misleading the public about the true costs of war?

Stiglitz: I think it was both. He wanted to believe it was not going to be expensive, he wanted to believe it would be easy. But there’s also enormous evidence now that information channels into the White House were distorted. Bush wanted only certain information, and that’s mostly what they supplied him with. Larry Lindsey ...

SPIEGEL: ... the White House’s former top economic adviser ...

Stiglitz: ... gave—back in 2002—a number of up to $200 billion. I think that was the most accurate inside information at the time. He was dismissed. They didn’t want to hear it.

SPIEGEL: In the US, the financial costs of war are seldom discussed. It used to be considered a sacrifice to achieve common goals. Why is it different today?

Stiglitz: This is not like a world war where you’re attacked. We were attacked in Pearl Harbor, we had to respond. This time, we had a choice, we had to decide how and who we are going to attack ...

SPIEGEL: ... and if you can afford it.

Stiglitz: Well, we can afford it, that’s not the issue. The issue is: $1 trillion or $2 trillion is a lot of money. If our objective is to have stability in the Middle East, secure oil, or extend democracy, you can do a lot of democracy buying for this sum. To put it in context: The whole world spends $50 billion a year on foreign aid. So what we’re talking about is multiplying the foreign aid budget 20-fold. Wouldn’t you say this could do more for peace and stability and security?

SPIEGEL: Bush would argue it’s worth spending that much to decrease the probability of a major terrorist attack on the US.

Stiglitz: Nobody takes that seriously. Instead, most people think the Iraq war has increased the probability of an attack. However, it’s difficult to put this aspect into financial terms.

SPIEGEL: How did you calculate the costs of the war?

Stiglitz: The official figures are only the tip of an enormous iceberg. For instance, one of the costs of the war is that soldiers today get very seriously injured but stay alive, and we can keep them alive but at an enormous price.

SPIEGEL: Is this the biggest item in your calculations?

Stiglitz: It’s very important. The Bush administration has been doing everything it can to hide the huge number of returning veterans who are severely wounded—17,000 so far including roughly 20 percent with serious brain and head injuries. Even the estimate of $500 billion ignores the lifetime disability and healthcare costs that taxpayers will have to spend for years to come. And the administration isn’t even generous with veterans, widows and their kids.

SPIEGEL: What does that mean?

Stiglitz: If you’re injured in an automobile accident, and you sue the driver, you get much more for your injury than if you’re fighting for your country. There’s a double standard here. If you happen to put your life at risk fighting for your country, you get a little. If you walk across the street and get injured, you get a lot more. Similarly, payments for a dead soldier amount to only $500,000, which is far less than standard estimates of the lifetime economic cost of a death. This statistical value of a life in the US amounts to circa $6.5 million.

SPIEGEL: How much will a severely brain-damaged soldier cost the US government?

Stiglitz: My moderate estimate is about $4 million. For this group alone there will be a total cost of $35 billion that nobody is talking about. But look at the broader picture: The Veterans Administration originally projected that roughly 23,000 veterans returning from Iraq would seek medical care last year. But in June 2005, it revised this number to an estimated 103,000. No wonder the Veterans Administration had to appeal Congress for emergency funding of $1.5 billion last year.

SPIEGEL: If this is a $1 trillion war, why couldn’t the US provide its soldiers with safer body armor and better protected vehicles?

STIGLITZ: Obviously, the US can afford to pay for body armor. Rumsfeld, our Secretary of Defense, said you have to fight with the armor you have, but that’s unconscionable. The military is focusing only on the short run costs. If they don’t provide appropriate body armor, they save some money today, but the healthcare cost is going to be the future for some other president down the line. I view that as both fiscally and morally irresponsible.

SPIEGEL: This war could have been both safer for the troops and cheaper for the country?

Stiglitz: Exactly.

SPIEGEL: Is war no longer affordable even for countries as rich as the United States?

Stiglitz: You have to remember we are an economy of $13 trillion a year. The issue is not whether you can afford it but whether this is the way you want to spend your money. In using the limited resources that we have for fighting this war, we have less resources to do other things. You saw on your TV what happened in New Orleans after Hurricane Katrina. The Reserves or National Guard are usually the people we use for those national emergencies. They weren’t here, they were over in Iraq, and so we were less protected.

SPIEGEL: Before the invasion of Iraq, the US administration said the best way to keep oil prices in check is a short and successful war. A barrel was at $25 at that time, and now it’s over $60. What of this increase is due to Iraq?

Stiglitz: In our analysis about the cost of war, we only assumed a modest $5 to $10 caused by the war. We wanted to keep our study conservative, so no one would dispute our numbers, and no one did. But I believe that’s a vast underestimation of the true cost.

SPIEGEL: But why? China and India are increasing their demand, real global growth has been going on. This is driving the prices.

Stiglitz: When demand rises so does supply—that’s how markets usually work. Now we’re seeing that demand for oil is rising but we’re not getting a commensurate increase in supply. And there’s a simple answer, it’s Iraq. But it’s not just because it production has been down.

SPIEGEL: Why else?

Stiglitz: The Middle East is the lowest cost producer in the world. They can produce oil for $10, $15 or $20 a barrel. Now we have the technology to produce oil elsewhere for $35 to $45. But who wants to develop fields or invest in new technologies elsewhere if they know that in five years’ time, the Middle East may be supplying oil at previous prices?

SPIEGEL: In other words, were peace and stability re-established in the Middle East, the oil price would be back to maybe $25, despite the huge global hunger for energy?

Stiglitz: Yes. By the way that’s the price level oil traders were speculating on in futures trading before the outbreak of war.

SPIEGEL: There should be huge economic pressure on Bush to end this conflict.

Stiglitz: The only people benefiting in this war are Bush’s friends in the oil industry. He has done the American economy and the global economy an enormous disfavor, but his Texan friends couldn’t be happier. The price of oil is up, and they make money when the price of oil goes up. Their profits are at record levels.

SPIEGEL: You don’t like this president very much.

Stiglitz: Oh, it’s nothing personal. It’s all about his politics.

SPIEGEL: There is an old saying: War is good for the economy.

Stiglitz: Listen, World War II was really unusual, because America was in the Great Depression before. So the war did help the US economy to get securely out of this decline. This time, the war is bad for the economy in both the short and long run. We could have spent trillions in research or education instead. This would have led to future productivity increases.

SPIEGEL: So is the economical mess of the Iraq war even bigger than the political?

Stiglitz: Well, we are so rich, we are able to withstand even this level. Crowding out other investments, weakening the economy in the future, that’s not a crisis yet. But it’s an erosion. It becomes an issue for our legislators. And don’t forget the serious issues of nuclear proliferation in Iran and North Korea. We used up our ability to deal with something serious by dealing with something that was less serious.

SPIEGEL: What’s your economic view on Iran?

Stiglitz: We are helping the people that Bush says are evil. Teheran couldn’t be happier about the high oil prices resulting from the Iraq war.

SPIEGEL: If the UN Security Council votes for sanctions over Iran and its oil exports, what would that mean for the world economy?

Stiglitz: It would mean an enormous disruption, as oil prices might rise over $100. You can increase the price from $25 to $40, and people can absorb it. If the price rises above $60, they become unhappy. They start to adjust, they move to smaller cars, drive a little bit less. At $100 or $120, there are major changes in lifestyle. The sales of cars will plummet. Poor people will be facing real problems of heat versus food.

SPIEGEL: The world can’t afford sanctions at this time?

Stiglitz: We talk about not allowing their officials to get visas to visit our countries.

SPIEGEL: That’s not a harsh measure.

Stiglitz: It’s no sanction. So the answer is, yes, we have no effective sanctions.

SPIEGEL: Professor Stiglitz, thank you for this interview.

Interview conducted by Frank Hornig and Georg Mascolo. “”

GW BUSH : To impeach or not to impeach ∫

Article lié :

LeBayorre

  07/04/2006

Ça devait éclater, et ça a fini par éclater : le chef de cabinet de Dick CHENEY, “Scooter” LIBBY, vient d’ avouer que oui, décidément, il avait bien agi sur ordre de GW BUSH en révélant que Valerie PLAME était un agent de la CIA (c’ est un crime féderal).

L’ histoire est assez complexe, je renvoie les lecteurs sur l’ article suivant :

http://www.iht.com/articles/2006/04/06/news/leak.php

À partir de là, l’ establishment américaniste, et notamment le parti soi-disant “Démocrate”, a deux solutions : ne rien faire à part quelques interventions hypocritement outrées ; ou entamer la procédure d’ impeachment (destitution).

La première solution, celle du chien crevé au fil de l’ eau, révèlera une puanteur tellement fétide relativement à l’ état de décomposition avancée du système politique américaniste qu ‘elle en deviendra rapidement insoutenable.

La deuxième, légaliste, devrait logiquement impliquer *aussi* Dick CHENEY. Là on rentre dans le cadre de la “conspiracy” (complot) au sommet de l’ État. Rajouter quelques comparses comme, par pure hypothèse, Karl ROVE, “spinmeister” (stratège en communication) attitré de GW BUSH.

Cette deuxième solution a tous les avantages de l’ amputation d’ un membre gangréné : l’ executif estadunien. Douloureux, certes, mais nécessaire à la survie du patient, à savoir le peuple des USA.

(Peuple qui garde toute ma sympathie en tant que peuple, la différence entre anti-américanisme et xénophobie étant expliquée d’ abondance sur ce site)

Cette solution légaliste a un autre avantage : elle évite d’ avoir un Dick CHENEY succéder automatiquement à GW BUSH. Inconvénient : la situation serait absolument inédite et inouïe dans l’ histoire des USA. Tout avis d’ un constitutionnaliste US bienvenu.

Je suis malheureusement obligé de conclure (à titre personnel)  par la douche froide : c’ est la politique du chien crevé au fil de l’ eau qui sera choisie par l’ establishment démocrate. La crise sera donc paroxystique mais non salutaire.

L’ Histoire se repète donc, la première fois comme une tragédie, la deuxième comme une bouffonerie. Il y a bien quelque chose de pourri dans l’ empire estadunien comme aurait dit William SHAKESPEARE ; mais vue la médiocrité du “casting” (distribution), nous aurons Dubbiah au lieu du Roi Lear.

le protectionisme americain en particulier, occidental en general

Article lié : La forteresse isolationniste par la voie royale de la sécurité

Salim d'Alger

  06/04/2006

je voulait juste poser une question de savoire s’il s’agirait à la lecture des evenements d’un protectionisme economico/securitaire (affaire des ports americains/affaire mitaal steel)?
ou est-ce en fait a lire d’une optique ethnico/religieuse de l’occident judeo-chretien face a un reste du monde jugé barabre?

REPRÉSAILLES PUIS... DÉCRISPATION

Article lié :

geo

  06/04/2006

Les Etats-Unis et Dubaï veulent éviter à tout prix un nouvel affrontement à propos du rachat du marchand d’armes britannique Doncasters
LE MONDE | 05.04.06

“Washington et Dubaï se sont entendus pour éviter une répétition de l’affaire des ports, un épisode désastreux pour l’image des Etats-Unis auprès des investisseurs arabes” : fin connaisseur du Moyen-Orient, ce banquier est persuadé que l’exécutif et le législatif américains donneront, d’ici à la fin avril, le feu vert à l’offre de rachat par Dubai International Capital de la société britannique Doncasters.

Cet équipementier, qui fabrique des pièces de précision à usage militaire, travaille pour des entreprises américaines, elles-mêmes fournisseurs du Pentagone. Jusqu’à présent, cette transaction n’a pas suscité d’hostilité outre-Atlantique.

Rien à voir avec la levée de boucliers - au nom de la protection contre le terrorisme - d’élus de tous bords à l’annonce de l’acquisition de l’opérateur portuaire britannique P & O par le groupe de Dubai DP World, et de sa tentative de mainmise sur la concession de six ports américains, une opération à laquelle DP World a finalement dû renoncer (Le Monde du 17 mars).

La Maison Blanche, qui n’a eu cesse de soutenir DP World, est consciente des retombées économiques potentiellement catastrophiques d’un nouvel affrontement avec les Emirats arabes unis (EAU) à propos de la tentative de contrôle de Doncasters Group.

REPRÉSAILLES PUIS… DÉCRISPATION

Cette affaire des ports aux relents de racisme antiarabe avait confirmé les pires craintes des détenteurs de fonds du Moyen-Orient. “Les Etats-Unis donnent l’impression de ne pas vouloir de notre argent. La polémique sur les ports a accéléré la tendance observée depuis les attentats de septembre 2001 à investir ailleurs, dans les économies émergentes, en particulier d’Inde et de Chine, et dans les privatisations locales ou au Maghreb”, insiste un trader libanais installé au Dubai Financial Centre, plaque tournante du recyclage des pétrodollars arabes.

Dans la foulée de la campagne de parlementaires américains contre DP World, la banque centrale de l’émirat avait liquidé 10 % de ses réserves colossales en dollars au profit de l’euro. De surcroît, la menace de la compagnie Emirates Airlines de revenir sur le contrat d’achat d’avions Boeing pour 9,7 milliards de dollars (7,9 milliards d’euros) annoncé en novembre 2005 a semé la panique dans les milieux aéronautiques américains.

Autre mesure de rétorsion redoutée par Wall Street, une campagne de boycott des banques d’affaires new-yorkaises dans cette métropole née au milieu du désert qui met les bouchées doubles pour devenir le centre des affaires du golfe Persique. Enfin, les EAU auraient envisagé de réduire la coopération militaire étroite avec les Etats-Unis, qui utilisent les deux ports de Dubaï comme base arrière des opérations maritimes en Irak.

Le nouvel émir de Dubaï, Cheikh Mohamed, jusque-là ferme soutien de Washington, veut éviter de jeter de l’huile sur le feu. Sa décision de rétrocéder la gestion des ports américains à des intérêts locaux participe d’une stratégie de décrispation. La cession récente à Exxon Mobil de 28 % d’un énorme gisement pétrolier par la compagnie abou-dhabienne des hydrocarbures, ADNOC, atteste aussi de la bonne volonté des émirats.

“Les Etats-Unis conservent une position stratégique dans l’économie mondiale, alors que l’Europe et le Japon reculent. L’absence d’alternative au dollar comme monnaie de réserve, les taux d’intérêt élevés et les bonnes perspectives de croissance américaine ont eu raison de ces possibles représailles”, juge un économiste d’une compagnie de capital-risque islamique. Bref, en pénalisant les Etats-Unis, les Emirats arabes unis risquaient aussi de se tirer une balle dans le pied…

Marc Roche
Article paru dans l’édition du 06.04.06

..et si Fukuyama se trompait ... encore !!

Article lié : La forteresse isolationniste par la voie royale de la sécurité

MHB

  06/04/2006

Citer Fukuyama qui vient de glorieusement changer de soutane tient de la gageure et penser avec lui que les derniers evenements a Hollywood-sur-Potomac subodorent un “isolationisme economique” tient de l aveuglement.

Il n est plus possible d interdire la permanence economique - dans le temps cela s appellait la colonisation - - a coups de batons et un seul pays est en mesure de s en approprier l exclusivite (suivez mon regard vers le terrain d essais du Nevada).

Et la voie royale de la securite sera satisfaite en donnant des bons points - et le badge adequat - aux ceusses qui en accepteront les conditions.

Remettons donc Fukuyama au garage ou sur les etageres a poussiere et relisons le breviaire des neos-cons.

Nous en sommes au deuxieme chapitre et on peut aussi se demander si le premier chapitre de leur plan initial est bien clos ....

L'Iran Oil Bourse est la : iNFO OU INTOX∫

Article lié :

J.C

  05/04/2006

Ariel Sharon n'en finit pas de mourrir

Article lié :

David Doumèche

  05/04/2006

Et nos médias bien aimés ne l’oublient pas

Espérons qu’il nous ressucite pour les pâques.

Sur cette petite note d’humour noir, un bon après midi.

Sondage : l'idéologie sur le marché libre.

Article lié :

Loïc

  05/04/2006

Merci Mr Grasset pour cet excellent article. Une fois de plus on voit que les médias n’ont plus qu’une passion : le montage virtualiste, la manipulation de la vérité, la propagande ; et derrière tout cela : le goût du pouvoir.
Heureusement, le Web existe. Trouvé sur Agoravox : le détail de ce sondage, commentaires :

http://213.251.140.17/article.php3?id_article=8633&id_forum=40647&var_mode=recalcul#commentaire40647
Un sondage récent réalisé par l’institut GlobalScan pour l’Université du Maryland, dans 20 pays différents, sur le thème de l’économie de marché, a fait l’objet de nombreux commentaires, notamment depuis qu’il a été repris par Le Figaro dans son édition du 25 mars. Par exemple, Denis Jeambar l’a évoqué dans un éditorial de L’Express, ou encore Alain Lambert, ex-ministre, avait publié un article sur ce même sujet sur AgoraVox. La quasi-totalité des commentaires va dans le même sens: les Français sont d’incorrigibles réfractaires à l’économie de marché, seuls au monde à ne pas en percevoir les bienfaits, comme en témoigne encore la citation suivante tirée d’un article du Monde paru le 4 avril sur le CPE: «Selon un sondage de l’institut GlobalScan [...] une pensée unique antilibérale domine et étrangle le débat public français, en le coupant d’idées réformistes qui pourtant existent et fonctionnent ailleurs en Europe».

La première chose qui m’a étonné dans l’ensemble de ces commentaires c’est que personne ne s’interrogeait sur les différences d’appréciation culturelles d’une notion aussi complexe et floue que «l’économie de marché». Dans quelle mesure un Kenyan, un Chinois ou un Français parlent-ils de la même chose lorsqu’ils évoquent un concept de ce type? A l’évidence, ils ne doivent pas tout à fait penser à la même chose, ne serait-ce qu’en raison de contextes historiques récents très différents. Quiconque s’est intéressé un peu aux sciences sociales, et a fortiori, aux problématiques des sondages, comprend cela immédiatement, et devrait donc considérer ces comparaisons internationales avec précaution. Mais ce simple constat ne me suffisait pas, et j’ai donc décidé d’aller un peu plus loin dans l’examen dudit sondage. Et là, j’ai eu quelques surprises.

Mon premier étonnement a été la date de parution de ce sondage: le 11 janvier 2006. Ainsi,, plus de deux mois se sont écoulés entre sa divulgation et sa reprise par les médias français. Pourquoi? Est-ce en raison contexte du débat sur le CPE que les médias s’en sont emparés de manière opportuniste? Est-ce simplement parce qu’ils ne l’avaient pas vu avant? Question sans réponse.

La question posée

Au-delà du problème déjà évoqué de la définition même de l’économie de marché, la question effectivement posée - en tout cas la seule qui ait été reprise en France, à ma connaissance - est légèrement différente de ce que nous disent les commentateurs habituels: l’intitulé exact en anglais est le suivant: «The free enterprise system and free market economy is the best system on which to base the future of the world». Une traduction possible est celle-ci: «La libre-entreprise et l’économie de marché constituent le meilleur système sur lequel baser l’avenir du monde». Les sondés pouvaient alors marquer leur approbation totale, partielle, ou leur désapprobation partielle ou totale, de cette affirmation. A cette question, les Français répondent plutôt par la négative, à 50%, ce qui constitue le score le plus élevé de désapprobation dans les 20 pays sondés, source de tous les commentaires sur notre aversion singulière pour l’économie de marché. Or, on remarquera que la question n’était pas: «Etes-vous pour ou contre l’économie de marché?» mais portait sur la supériorité éventuelle du système. La nuance peut paraître mince, mais elle est importante, car dans le même sondage, une autre question est posée: «The free enterprise system and free market economy work best in society’s interests when accompanied by strong government regulations», qu’on pourrait traduire par: «La libre-entreprise et l’économie de marché fonctionnent mieux lorsqu’elles sont accompagnés par un fort encadrement gouvernemental». Et là, oh surprise, plus de 2/3 des sondés sont d’accord avec cette proposition, les Français n’étant pas les plus en pointe sur ce sujet (on notera de façon amusante que les Chinois, qui sont les plus enthousiastes sur l’économie de marché, sont aussi parmi ceux qui souhaitent le plus de régulation… ). Nous ne serions pas si seuls?

Les autres questions

Dans ce même sondage d’autres questions sont posées sur la nécessité d’un encadrement réglementaire(government regulation) plus fort du fonctionnement des grandes entreprises sur des thèmes comme l’environnement, le droit des consommateurs et le droit des salariés. A chaque fois, une majorité très nette se dégage en faveur de plus de régulation. En outre, il apparaît que l’image des grandes sociétés n’est pas très bonne, avec notamment des taux de défiance forts en Italie, en Allemagne ou en Espagne. Et les Américains sont quasiment aussi nombreux que les Français, respectivement 85% et 86%, à estimer que ces sociétés ont trop d’influence sur les gouvernements. Et en plus, nous pensons comme les Américains?

Finalement on voit bien que le tableau peint par ce sondage est très contrasté, et que les Français ne sont pas isolés dans leurs appréciations. On pourrait d’ailleurs renverser le jugement initial et les décrire comme étant à la pointe d’une prise de conscience globale des problèmes soulevés par une économie mondialisée. Ainsi Steven Kull, le directeur de PIPA, un centre d’études qui dépend de l’Université du Maryland, partie-prenante de l’étude, fait ce commentaire: «Dans un sens, nous sommes à la “fin de l’histoire”, et il y a un extraordinaire consensus sur le meilleur système économique. Mais ce n’est pas la victoire d’un seul aspect de la dialectique. Alors qu’il y a un support impressionnant pour l’économie de marché, il y a aussi un rejet quasi unanime d’un capitalisme débridé, avec des gens partout dans le monde qui souhaitent ardemment plus de régulation gouvernementale pour les grandes entreprises et plus de protection pour les travailleurs et les consommateurs». Quant à Doug Miller, le président de GlobalScan, il ne dit pas autre chose en indiquant: “Les entreprises vont devoir démontrer de plus en plus qu’elles agissent au mieux des intérêts de la société, et non pas de leurs seuls intérêts. Le contrat social autour de l’économie de marché doit être reconstruit “. Des propos et des analyses qui sont donc bien loin des commentaires faits dans la presse française… et qui sont valables aux quatre coins du globe.

En conclusion, on reste frappé par l’analyse partisane et partielle qui a été faite de ce sondage. On ne sait si la pensée unique - les Français sont à l’écart du monde - a encore frappé, si une approche purement idéologique est à l’oeuvre, ou tout simplement si un manque de travail est à l’origine de ce traitement univoque et parcellaire. A vrai dire, je ne sais quelle réponse est préférable.

Article introuvable (réponse)

Article lié : Washington s'aperçoit qu'il se passe quelque chose du côté de la Guerre froide

dedefensa.org.

  05/04/2006

Veuillez nous excuser pour cette erreur dans l\‘indication du lien.

Le lien a été rétabli. L’article est celui du

Washington Post

du 3 avril, “Russia Sense the Heat of Cold War”, de Peter Finn.

Article introuvable

Article lié : Washington s'aperçoit qu'il se passe quelque chose du côté de la Guerre froide

Françoise

  05/04/2006

Tout d\‘abord un grand bravo et un grand merci à dedefensa pour l\‘intérêt de ses articles.

Comme je n\‘ai pas trouvé l\‘adresse de messagerie pour vous écrire, je me permets de vous signaler ici que j\‘ai un message d\‘erreur avec le lien pour le Washington Post (lien dans l\‘article \“Washington s\‘aperçoit qu\‘il se passe quelque chose du côté de la Guerre froide\”) :

We are unable to locate the page you requested.
The page may have moved or may no longer be available

Article introuvable

Article lié :

Françoise

  04/04/2006

Tout d’abord un grand bravo et un grand merci à dedefensa pour l’intérêt de ses articles.

Comme je n’ai pas trouvé l’adresse de messagerie pour vous écrire, je me permets de vous signaler ici que j’ai un message d’erreur avec le lien pour le Washington Post (lien dans l’article “Washington s’aperçoit qu’il se passe quelque chose du côté de la Guerre froide”) :

We are unable to locate the page you requested.
The page may have moved or may no longer be available