Trump remet les pendules à l’heure

Brèves de crise

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

Trump remet les pendules à l’heure

Depuis sa victoire écrasante à New York, Trump apparaît comme le gagnant quasi-certain des primaires républicaines et il est apparu à divers commentateteurs qu'on distinguait une certaine modération de son discours dans le but de se concilier la direction du parti républicain pour faciliter la procédure de sa désignation et ne pas se couper des structures du parti. Dans cette logique, le soupçon est né que le candidat parti sur une base antiSystème commençait à entrer dans le jeu du Système pour parvenir à ses fins, avec l’interrogation de savoir si ce qui se présentait comme une tactique ne risquerait pas devenir une stratégie faisant basculer Trump dans le Système.

Cette perception, fondée ou pas, constituerait dans tous les cas un risque considérable pour Trump, dont l’essentiel du soutien vient de sa position antiSystème. Trump a voulu remettre à son vrai niveau sa candidature, en réaffirmant son caractère antiSystème, ou anti-establishment et violemment opposé aux “intérêts privés” et autres lobbies, dans plusieurs vidéos. Par ailleurs, dans un discours, il a dit espérer qu’il aurait Clinton comme adversaire, parce qu’il pourrait ainsi déployer toute sa dialectique et sa stratégie antiSystème contre une candidate qui est l’archétype de la candidate-Système.

Trump doit manœuvrer délicatement dans cette phase : ne pas trop se couper de la direction du parti pour obtenir sa désignation, conserver à tout prix son électorat antiSystème. S’il est désigné et si Clinton est désignée, c’est effectivement durant la compétition finale qu’on verra la réalité et la vigueur de son engagement antiSystème ; par ailleurs, il semble bien que cela soit pour lui la seule possibilité qu’il ait de battre Clinton. Par conséquent, s’il y a une “finale” Trump-Clinton, elle devrait être particulièrement féroce, sans aucun doute l’affrontement le plus cruel et le plus violent de toute l’histoire électorale des USA. (Ci-après, quelques notes extraites des vidéos de Trump par le Washington, le 23 avril.)

« Donald Trump said Saturday that political insiders are “killing the country” and urged backers to help him defeat them. The Establishment and special interests are absolutely killing our country,” Trump tweeted. “Stop them now.”

» The mogul released a new video laying out his beef with the so-called Establishment. “The Establishment, lobbyists, and special interests are absolutely killing our country,” Trump says in the video, “I will work for you.” “Our politicians are never going to do what's right for you — the people of our country” Trump continues. “They are only going to do what's right for them, meaning contributions to run for office now, and in the future.”

» Trump, though, conceded some pragmatism, conceivably trying to head off criticism that he's selling out. “We'll work with the Establishment, but they're no longer going to control what's happening,” Trump remarks. “We're going to control it. And it's going to be good for you. And it's going to be my great honor.” »

 

Mis en ligne le 24 avril 2016 à 11H21

Donations

Nous avons récolté 1768 € sur 3000 €

faites un don