Tourbillon crisique et aveuglement US

Brèves de crise

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 2181

Tourbillon crisique et aveuglement US

Dans un texte circonstancié, Wayne Madsen analyse les événements importants en cours en Afrique ; principalement en Afrique du Nord, avec l’Algérie et la Libye, et au Soudan ; mais également dans d’autres pays de centre-Afrique où d’importants changements sont en cours. 

Madsen n’est certainement pas un ami de Trump, mais il est également un adversaire déterminé de la politique belliciste et expansionniste des USA. Ses deux critiques se trouvent évidemment réunies dans le fait que Trump, depuis qu’il s’est entouré de Pompeo et de Bolton, est complètement engagé dans une politique belliciste et expansionniste alors que l’une de ses promesses électorales était d’abandonner les désastreuses guerres expansionnistes et destructrices développées par les deux administrations précédentes. Aujourd’hui, Trump se révèle comme le pire des trois présidents à cet égard dans ce domaine.

(Dans son dernier texte, Alastair Crooke estime que les dernières mesures prises par l’administration Trump ouvre la voie vers la guerre contre l’Iran : « Avec la décision américaine de mettre fin le 2 mai aux huit dérogations accordées pour l'importation de pétrole et de gaz en provenance d'Iran, l'administration Trump fait effectivement ses premiers pas sur la voie de la guerre non déclarée contre l'Iran... »)

L’essentiel du texte de Wayne Madsen détaille les divers troubles qui secouent actuellement l’Afrique, dans un ensemble d’une extraordinaire complexité, comme ce continent nous accoutumés. Mais ce qui importe le plus, c’est le constat que les faucons qui entourent Trump, et Trump lui-même, sont absolument ignares et aveugles en matière de politique africaine, et par conséquent les actions qu’ils y mènent sont extrêmement erratiques, sinon dépassées la plupart du temps par le rythme d’événements qu’ils ne comprennent pas et ne peuvent prétendre contrôler.

On emprunte ici l’introduction et la conclusion du texte de Madsen, ; qui fixent la position de complet aveuglement de la politique US en Afrique. Il s’agit évidemment de l’enchaînement et de la suite des mêmes politiques agressives, stupides et vouées à l’échec, que les USA de Trump poursuivent depuis près d’une année (depuis l’arrivée de Pompeo et Bolton à leurs postes respectifs) au Moyen-Orient et bien entendu contre le Venezuela où la nième tentative de coup de force de Guaido ne semble pas rencontrer un succès considérable. 

Selon Daniel McAdams, directeur du Ron Paul Institute for Peace, Guaido pourrait même être liquidé par la CIA elle-même, mécontente de ses services et utilisant cette élimination en falseflag comme une provocation pour tout de même faire éclater une guerre civile. « Constitutionnaliste éprouvé, [Ron Paul] a ajouté que des gens comme[Pompeo et Bolton], qui ont fait appel aux soldats vénézuéliens pour protéger la constitution de leur nation en prenant le parti du Guaido, étaient “une bande de clowns”. “Ils n'ont pas la moindre idée de ce qu’est le droit constitutionnel dans notre pays et ils rétabliraient le droit constitutionnel dans d'autres pays ? Ce sont juste des clichés et des absurdités !” »

Retour à l’Afrique avec les extraits du texte de Wayne Madsen, qu’on trouve sur Strategic-Culture.org,  le 30 avril 2019.

« Un changement massif dans le statu quo géopolitique en Afrique du Nord a placé les États-Unis dans le siège du passager, et non du pilote. Washington n'influence plus, pas même en tant que copilote avec les Français, les actions des principaux acteurs des affaires nord-africaines. Le changement dans l'échiquier nord-africain est le résultat de trois événements majeurs récents. Il s'agit de la démission du président algérien de 82 ans, Abdelaziz Bouteflika, qui était sur le point d'entamer son cinquième mandat à la présidence lorsque des protestations massives l'ont conduit à décider de démissionner. Bouteflika était président depuis 1999. Les deux autres événements sont le renversement du président soudanais Omar el-Béchir et la chute imminente du gouvernement libyen à Tripoli.

[...]

» Mais, [dans le reste de l’Afrique] comme pour la situation géopolitique fluide de l’Afrique du Nord, l’administration de Trump n’est qu’une spectatrice. Pompeo a peu de considération pour les affaires africaines, alors que Trump a qualifié les nations africaines de “trous à merde”. L’exode des experts du Département d'État, du Conseil de sécurité nationale et de la CIA en Afrique et au Moyen-Orient, et leur remplacement par des idéologues de droite et néo-conservateurs fidèles à Trump, – Pompeo et John Bolton comme conseiller à la sécurité nationale, – feront en sorte que les États-Unis resteront aveugles à mesure que les événements en Afrique et au Proche-Orient se poursuivront. »

 

Mis en ligne le 1ermai 2019 à 15H 08

Donations

Nous avons récolté 367 € sur 3000 €

faites un don