Qui Obono ?

Ouverture libre

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

Qui Obono ?

Madame Obono, chère Danièle, cette lettre ouverte ne s’inscrit pas dans la querelle qui vous a été faite de ne pas crier "vive la France" alors que vous aviez soutenu – au nom de la liberté d’expression – "nique la France". A quelque chose malheur est bon", cette joute de mauvais goût m’a été une incitation à penser plus loin.

Vous êtes née au Gabon, vivez en France je suppose comme une citoyenne française de peau noire comme j’ai vécu au Cameroun deux ans, non comme citoyen de ce pays mais comme Français de peau blanche. Ça nous rapproche un peu, du moins ça alimente chez moi une relative sympathie à votre endroit. Certes, ce journaliste, par simple provocation, pour vous tester sur vos compétences de débatteuse, a voulu vous faire dire "vive la France" dans un contexte qui était piégé. L’eussiez-vous dit immédiatement après son injonction, vous vous ridiculisiez en tant que citoyenne, en tant que noire, et en tant qu’élue d’un "mouvement" dont les gènes antiracistes, mondialistes et non identitaires, sont connus. Ne le disant pas, ou montrant de la réticence à le dire (car vous aviez saisi le côté pervers de la démarche), vous vous exposiez à passer pour une personne, non originaire de France qui n’aime pas la France. C’était bien sûr le but poursuivi par cette race de crétins qui a nom journaliste. De cela vous et moi sommes je crois d’accord.

Mais il y a une dimension que vous n’ignorez pas. Des millions de Français ont été et sont toujours choqués d’entendre des "chanteurs" exprimer de façon la plus grossière leurs "idées", même au nom de la "liberté d’expression". Militante d’un "parti" qui se veut révolutionnaire, vous savez comme moi que la fameuse "liberté d’expression" est à géométrie très variable. N’oubliez pas que d’avoir dit " je me sens Charlie Coulibaly" a valu au quidam de passer au tribunal et d’y être condamné pour apologie du terrorisme. N’avait-il pas droit, lui qui est originaire par son père d’une région d’Afrique voisine de la vôtre et malmenée (c’est un euphémisme) par les colons d’abord Allemands, puis Français), à la liberté d’expression? L’avez-vous défendu? Au moins dans votre cœur sinon dans une pétition qui n’a jamais eu lieu. La France "se nique" et les crétins rient grassement, mais personne en France n’a compris l’alliance de mot "Charlie Coulibaly" car, c’est là qu’était la finesse qui dépassait Dieudonné lui-même, faire entrer en collision le nom des victimes et le nom des assassins en se mettant pour ainsi dire, "entre eux" puisque cela est dit à la première personne: JE me sens. Dans "nique la France" la finesse rhétorique, le cool, n’est pas perceptible au premier coup d’œil. Pourtant, les juges qui normalement savent parler français, ont condamné l’humoriste et pas le rappeur !

D’aucuns disent que vous appartenez à la nébuleuse de ceux qui croient révolutionnaire de dénoncer ce dont le Français blanc est accusé : d’être raciste, de posséder la secrète certitude d’avoir apporté la civilisation aux "races inférieures" et d’être, le peuple, représentant mondial de l’universalisme de 1789. La question silencieuse du journaliste était au fond: Madame dites-nous si vous faites-vous partie de ceux qui "niquent la France" ou invitent à le faire au moins en paroles?

Auriez-vous répondu clairement "j’ai signé la pétition pour soutenir ce chanteur mais je ne partage aucune de ces idées", vous auriez fermé la bouche de ce petit c…. Et si à l’injonction de ce "cochon gratté"* de dire "vive la France" vous aviez répondu "Monsieur j’ai mieux à vous proposer pour exprimer ensemble notre patriotisme, chantons en chœur la Marseillaise"! Vous l’auriez mis dans de beaux draps s’il s’y était refusé! Et dans de plus beaux draps encore s’il avait accepté! Le ridicule l’aurait tué.

Ce que je veux dire, et je crois que les phrases qui précèdent l’expriment clairement, c’est que vous avez manqué de tact, d’esprit d’à propos et surtout de conviction. Car eussiez-vous aimé la France comme votre patrie (chose difficile je le comprends et ne vous en ferais pas grief si vous l’exprimiez avec franchise), je pense que vous auriez trouvé les mots justes pour fermer la bouche de ce djihadiste de la bienpensance. Car, finalement, n’est-ce pas vous qui êtes venue en France cette fois, et pas la France "venue à vous" pour vous traiter sur des navires négriers? Cette mauvaise querelle qui alimente les extrémismes, vous y participez sans le vouloir consciemment, car votre jeunesse arrogante, sûre d’elle et dominatrice vous a poussé à la confrontation et pas à l’apaisement. Et cela pour une raison simple: soutenir nique la France ne poussera jamais à l’apaisement. Alors, vous qui semblez (d’après ce qu’on sait de vous) plus intelligente que la moyenne des "beaufs" dont notre beau pays serait peuplé, ayez la finesse et la responsabilité de ne pas être pompier pyromane. Je sais que c’est difficile mais si vous avez choisi la France Insoumise, ce n’est pas par facilité! Il y a tant d’autres partis qui ne font pas dans la dentelle! Il y a même des noirs, des maghrébins, des originaires d’Egypte au Front national. Si votre combat est juste, si vos options philosophiques et morales sont les meilleures qu’attendez-vous pour les tancer de racisme ces racistes? Qu’attendez-vous pour faire ce qu’un petit crétin de service osera peut-être appeler du "racisme noir anti-beur". Venant d’une personne "de couleur" ça ne manquera pas de sel.

Pour finir je ne vous dis pas qui je suis et d’où je parle. Non par goût pour le secret mais par crainte des étiquettes (philosophe, sociologue, historien, essayiste, journaliste, simple citoyen) qui ont l’énorme désavantage de mettre les gens dans des cases. Si bien qu’à la fin, on ne se discute pas avec des êtres humains mais avec des cases, pour ne pas dire des cages dans lesquelles on s’est volontairement barricadé. Mélenchon, ce "blancos" tonitruant, ce "petit blanc" venu d’Afrique où il naquit, a commis cette erreur avec un villain Vilani. Il n’insultait certes pas la race-souche, pire il insultait l’intelligence! La courtoisie mathématicienne et le sens politique de votre grand chef blanc a dieu merci rattrapé le coup. Rattrapez le vôtre à la prochaine occasion. Le tohu bohu de la chambre vous en fournira sans doute l’occasion.

Bibi Fricotin

Notes

• "Cochon gratté" est le nom que porte le blanc en Afrique Noire.

• « Charlie Coulibaly » http://www.lejdd.fr/Societe/Charlie-Coulibaly-Dieudonne-explique-sa-sortie-714178

Donations

Nous avons récolté 1160 € sur 3000 €

faites un don