Pourquoi tant de migrants ?

Le monde d'Orlov

   Forum

Il y a 5 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Pourquoi tant de migrants ?

Dans leur interprétation émouvante de In the Year 2525(sur la composition de 1969 de Zager et Evans) Laibachprédisait : « Des rivières de gens coulent comme du sang. » Il n’y a aucune raison pour nous d’attendre si longtemps ; c’est déjà en train d’arriver, et cela se passe depuis un petit moment. En 2017, plus d’un quart de milliard de personnes ont été déplacées de leurs terres natales, parcourant le globe à la recherche d’un refuge. C’est dû en grande partie à l’augmentation du nombre des États faillis. En 2013, j’avais écrit :

« La Banque mondiale a publié une liste de nations manquant de souveraineté effective. En 1996, il y en avait onze ; en 2006 il y en avait vingt-six. Il ne se passe pas une année sans qu’un autre État-nation n’en soit réduit à une ligne statistique dans cette liste : l’année dernière, c’était la Libye ; cette année, la Syrie. À quelle distance se trouve la Grèce ? (…) Il est trop tôt pour dire si l’augmentation des États-nations non-viables est linéaire ou exponentielle, mais une simple projection montre que si cette tendance continue à s’accélérer au même rythme, il n’y aura plus aucune nation viable d’ici 2030 environ. » (P. 150, The Five Stages of Collapse, New Society Publishers, 2013.)

Depuis lors, la Syrie s’est un peu rétablie et les réfugiés retournent à Damas, tandis que la Libye est toujours dans le chaos. Dans l’intervalle, le Yémen a définitivement rejoint la colonne des États défunts, grâce aux bombardements et au blocus saoudiens et américains. L’Ukraine est en bonne voie de faillir à son tour, avec une majorité de sa population fuyant ou vivant dans la pauvreté et avec des groupes armés de voyous nationalistes sévissant sur son territoire. Sous la tutelle ferme du gouvernement américain, ses protectorats centre-américains du Guatemala, du Honduras et du Salvador restent des causes perdues infestées de criminels, générant un flux régulier de migrants ; et quiconque, aux États-Unis, fait remarquer que peut-être il faudrait faire quelque chose pour le grand nombre de personnes sans-abri (en particulier en Californie) et que ce devrait être une priorité avant d’aider les étrangers venus de pays lointains, se fait traiter de raciste-fasciste et d’autres insultes de la sorte. Le Venezuela est en plein effondrement sous le poids des sanctions américaines, tandis que les porte-parole de la propagande américaine affirment que son problème c’est le socialisme. Néanmoins, la progression rapide des États-nation vers la faillite a été quelque peu ralentie depuis 2014, et je pense savoir pourquoi.

En 2014, j’ai écrit un essai, Moneybag Logic, dans lequel je soutenais, sur la base de la situation aux États-Unis, que la démocratie occidentale était une pure façade, les décisions étant prises par de grands « moneybags » anonymes qui ont une logique qui leur est propre. Au début de 2017, dans mon livre Shrinking the Technosphere, j’ai défini cette intelligence émergente à la fois semi-sensible et profondément défectueuse qui prend des décisions en notre nom. Il s’agit d’une sorte de pur psychopathe, sans morale aucune, avec l’argent et le contrôle comme seules valeurs, incapable de planifier à long terme et incapable de concevoir la limite des ressources.

Et cette chose poursuit un certain business plan, qui (semblable au business plandes voleurs de slipsde South Park) se présente comme suit :

1.) Détruire les États-nations ;

2.) Forcer les États-nations encore intacts à accepter des vagues de migrants provenant des pays détruits ;

3.) Pour quelle raison ???

4).  Profit !

Prenons ces préceptes un à la fois. Ce faisant, gardez à l’esprit que l’entité de direction et de contrôle en question manque de tout sens moral. Ne pensez pas que la force motrice est une sorte d’impulsion altruiste pour libérer les gens de la dictature, pour protéger les victimes de violations des droits de l’homme ou pour aider les personnes dans le besoin. De telles justifications sont déployées pour tromper les faibles d’esprit et les simplets. L’entité en question ne s’intéresse qu’à deux choses : l’argent et le contrôle. L’affirmation qu’il existe d’autres motifs, à l’exception de l’enrichissement et de la domination, est de la pure propagande. Même l’affirmation d’auto-préservation est discutable parce que, rappelons-le, cette entité est incapable de planifier à long terme et elle est incapable de discerner les limites des ressources. Quand elle se heurte aux limites des ressources, elle voit la question invariablement comme une question d’argent.

1.) Détruire les États-nations. De nombreuses fausses excuses peuvent être données pour sanctionner, attaquer ou saper un pays : des armes de destruction massive inventées en Irak ; aider et encourager Oussama Ben Laden en Afghanistan (il s’est avéré être au Pakistan) ; inventer des crimes contre l’humanité en Serbie et en Syrie ; placer de faux snipers attaquant à la fois le gouvernement et les civils en Ukraine… Il y a plusieurs avantages à agir ainsi, qui fonctionnent en synergie :

• Cela effraie les populations des États-nations encore stables en les soumettant à des lois draconiennes telles que le Patriot Act (aux États-Unis et dans d’autres pays de l’UE) limiter la liberté de parole, etc., rendre les populations plus faciles à surveiller et à contrôler.

• Cela détruit les concurrents économiques, ce qui permet de drainer plus de ressources vers les poches de prospérité restantes au détriment de toutes les autres.

• Cela génère une demande pour les actifs refuges alors que l’argent fuit les zones de désorganisation économique. Plusieurs zones de blanchiment d’argent fonctionnant à l’échelle globale, aux États-Unis, à Londres et en Suisse, en bénéficient de manière disproportionnée. L’effet de l’injection d’argent dans les centres financiers mondiaux permet d’imprimer en continu de l’argent sans déclencher d’hyperinflation.

• Cela permet de voler purement et simplement les réserves d’or des pays, comme cela s’est produit en Irak, en Libye et en Ukraine.

• Cela génère un flot de migrants, à déployer selon les besoins dans le cadre du programme global.

2. Forcer les États-nations encore intacts à accepter des vagues de migrants provenant des pays détruits. Encore une fois, n’imaginez pas que le comportement découle d’une envie altruiste d’aider les réfugiés. La meilleure façon de les aider aurait été de laisser leurs pays tranquilles au lieu de les bombarder, de les sanctionner ou de les perturber politiquement en s’ingérant depuis l’étranger. Notez que maintenant que la Syrie se stabilise, que les terroristes soutenus par l’Occident sont vaincus, et que les Syriens refluent des camps de réfugiés, les tambours de la guerre sont à nouveau réactivés. De toute évidence, c’est inacceptable. Le flot de réfugiés doit rester unidirectionnel, au moyen de fausses alertes chimiques et de bombardements de civils selon les besoins, même au risque de déclencher une guerre mondiale. C’est aussi important que cela.

3.) Pourquoi les migrants sont-ils nécessaires ??? C’est simple : pour rester prospères (un peu plus longtemps), les poches de prospérité consuméristes restantes doivent continuer à afficher une croissance de la consommation. Les migrants n’ont pas à contribuer à l’économie en maintenant des emplois. Ils peuvent vivre des subventions gouvernementales, les fonds nécessaires sont imprimés et l’inflation est maîtrisée par la destruction des pays, ce qui déprime la demande mondiale. Ils n’ont rien à produire car une grande partie de la production peut maintenant être réalisée par des robots ou, grâce à la mondialisation, dans des ateliers clandestins à bas salaires à l’autre bout du monde. Ils sont juste là pour consommer. Ils sont essentiels pour maintenir les chiffres de la consommation, car tous les pays développés ont des populations vieillissantes qui ne se reproduisent pas assez rapidement. Les personnes âgées consomment trop peu, et même si on leur prodigue beaucoup de ressources pour des soins médicaux en fin de vie, cela ne suffit pas à compenser cet effet déflationniste. Ce dont on a besoin, c’est de jeunes familles qui vivent au chômage et qui pondent inconsciemment des bébés.

4. Profit !Détruire et piller les pays, canaliser leurs populations vers les poches de prospérité restantes pour les faire consommer et procréer sans réfléchir, et imprimer sans cesse de l’argent pour combler les inévitables fuites car tout ce business plan est un moyen de détruire plutôt que de créer de la richesse. Néanmoins, il est assez rentable pour quelques « moneybags » géants, même si c’est un désastre pour tout le monde. Les pays sont détruits soit par la guerre, soit par les sanctions ou la désorganisation politique. D’autres pays sont détruits en étant submergés par des migrants de cultures incompatibles qui n’ont aucun projet pour travailler ou s’assimiler. Vous auriez raison de penser que cela ne peut pas durer éternellement.

Comme je l’ai mentionné plus tôt, le rythme auquel les pays sont détruits s’est quelque peu ralenti au cours de ces quatre dernières années, et je considère cela comme un signe positif. Je crois que cela a quelque chose à voir avec cette idée de plus en plus répandue de « multi-polarité ». Vous voyez, la logique du « moneybags » nécessite un contrôle global, et si différentes parties du monde, comme la Russie et la Chine, jugent bon d’ignorer cette logique et de tracer leur propre chemin, alors le contrôle global devient impossible. Au moment où j’écris ceci, nous assistons aux efforts de relance d’une guerre en Syrie en bombardant Damas pour l’étouffer dans sa bile. Le brillant plan américain consistait à équiper les terroristes de conteneurs de gaz chlorés et de détonateurs, à les placer au milieu d’une population très dense, puis à envoyer des Casques blancs/al-Qaïda pour blâmer le gouvernement pour cette attaque sous faux drapeau et enfin commencer à lancer des missiles sur Damas. Mais les Russes ont dit, de but en blanc, qu’ils étaient au courant et que si ce plan était mis en branle, ils réagiraient en abattant non seulement les missiles mais aussi leurs plates-formes de lancement. Cette impasse pourrait durer un certain temps, mais j’ai le sentiment qu’à la fin, les Américains feront ce qu’ils font toujours dans de telles situations inextricables : déclarer la victoire et rentrer chez eux.

Mais quel est le but ultime pour les « moneybags » géants, une fois que ce « business plan » autodestructeur cessera finalement de fonctionner ? Peut-être vont-ils injecter toute leur« richesse » dans une crypto-monnaie encore à nommer et se retrancher dans leurs bunkers et leurs complexes bien défendus. Et puis ils découvriront qu’une crypto-monnaie est une substance à la quintessence largement inutile.

Dimitri Orlov

(Le 22 mars 2018, Club Orlov– Traduction Le Sakerfrancophone.)

 

Donations

Nous avons récolté 1119 € sur 3001 €

faites un don