Peur et fascination de son propre anéantissement

Faits et commentaires

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

Peur et fascination de son propre anéantissement

22 mai 2007 — Il est bon de rappeler régulièrement l’évolution des grandes tendances (surtout psychologiques) de notre monde postmoderne, là où elles se trouvent le plus exposées à notre vision. Ici, il s’agit du virtualisme et il s’agit de l’Irak qui en est le champ d’expérimentation privilégié, et Washington D.C., — le système de l’américanisme, — avec un pied dans chacun de ces domaines.

• Le texte de Robert Parry, sur ConsortiumNews.com, du 18 mai, est excellent dans cette mesure où il nous permet d’observer l’évolution du concept virtualiste extraordinaire de “la guerre contre la réalité”. Parry titre fort justement son article «Rejecting Reality in Iraq», — comme si, appelée à la barre et entendue comme témoin somme toute, la réalité était finalement rejetée, — comme “non conforme” en un sens. Comment de tels phénomènes si extraordinaires peuvent-ils se produire d’une façon désormais régulière, malgré la puissance de la réalité (la catastrophe irakienne) ?

L’intérêt également est que Parry appuie son texte sur un rapport du RUSI (Chatham House), de si grand renom, qui, effectivement, base son expérimentation sur cette exhortation : il serait temps de voir la réalité en face… (“Accepting Realities in Iraq”)

«In its May 2007 report, Chatham House asserts that a fundamental weakness in Bush’s Iraq strategy has been the failure of the United States and its allies to appreciate the severity of the political and security problems in Iraq.

»“This analytical failing has led to the pursuit of strategies that suit ideal depictions of how Iraq should look, but are often unrepresentative of the current situation,” the report said, arguing for strategies that at least recognize the underlying realities.»

Après cette incursion dérangeante dans la réalité (et l’évidence que les exhortations de Chatham House n’ont aucune chance d’être entendues à Washington), on peut mentionner la description de la situation “réelle” aux USA que nous propose Parry. Cette situation réelle est bien entendu une situation de contestation fondamentale de la réalité au profit de la fiction virtualiste prévalente.

«Indeed, today’s intractable crisis in the Middle East is arguably more dangerous because of the divergence between the harsh realities in Iraq and the more pleasing false reality that has been cultivated in Washington.

»In particular, Bush’s Republican “base” continues to believe that the war in Iraq is going well, that the “surge” is bringing America closer to victory and that the biggest problem is that “liberal bias” in the news media is obscuring all the President’s successes.

»At the first two debates of Republican presidential candidates, the loudest applause went to tough talk about the “war on terror,” including the need to torture suspects and to expand the Guantanamo Bay prison complex. Even the mildest, most indirect criticism of Bush’s policies was met by stony silence.

»It’s as if a substantial part of the U.S. population has joined a Jonestown-like cult, willfully cutting itself off from the real world and accepting the truth handed down by the cult leader, in this case the President of the United States.

(…)

»Possibly Bush’s biggest mistake in Iraq – besides his initial decision to invade – has been his stubborn refusal to adjust U.S. policy to Iraq’s worsening reality. He has always looked for glimmers of sunlight and berated experts who pointed toward the darkening storm clouds.

»So, instead of avoiding the war in the first place or finding a relatively quick exit, Bush kept placing his false hope in the ambitious plans of the neocons who saw Iraq as the first step in throttling Muslim governments viewed as impediments to U.S. regional power projection or as threats to Israel.

»Back home, the Iraq War and the “war on terror” also proved useful as political devices to convince many Americans that they had no choice but to surrender their civil liberties to Bush and the neocons in exchange for supposed protection from “terrorists.”

»Although more and more Americans have come to see through these arguments, a large portion of the U.S. public – the Republican “base” – still buys into the neocon worldview. As this chasm grows between the real world and their faux reality, the Bush cult seems to have set up permanent residence in what might be called an ideological Jonestown.»

• William Pfaff, lui (sa chronique du 17 mai), analyse le comportement de la direction américaniste depuis le 11 septembre 2001 et en tire la conclusion que la guerre en Irak n’a aucune raison de se terminer pour les USA. Un élément fondamental, selon Pfaff, c’est la peur, — c’est le facteur le plus grave, ainsi donnant raison à trois-quarts de siècle de distance à Franklin Delano Roosevelt [FDR]. (Le 5 mars 1933, jour de la prise de fonction de FDR: «La seule chose dont nous devons avoir peur, c’est de la peur elle-même.»)

«No door can be closed this time because both Democrats and Republicans have interiorized the idea of the global war against terror. Integral to that is fear. As the president has repeatedly reminded Americans, Terror will again strike the United States. Polls indicate widespread anxiety about new attacks of Middle Eastern origin, or by Moslem individuals.

»A debate among Republican presidential candidates at the University of South Carolina May 15 posed the following question, as if this were a matter of normal expectation and response: three shopping centers across the country are bombed, with “huge casualties.” How far should the U.S. “go” in torturing suspects?

»That this question did not seem unusual to an everyday American audience indicates how deep the fear has gone. John McCain, one of the few Americans actually to have been tortured, was the only one of the ten candidates to say there should be no torture. He explained that “it’s not about the terrorists, it’s about us...what kind of country we are.” The obfuscation of the other nine candidates revealed what kind of country they thought the United States is.

»This Great Fear will keep America in the Middle East. It is formal doctrine that the U.S. must be militarily dominant everywhere so as to fight “extremism.”

»It must also control areas of strategic significance, possessing energy resources. Whatever happens inside Iraq, to its government and society, American forces can be expected to fight to remain in the four huge strategic bases that have been constructed in that country.

(…)

»A Middle Eastern military presence has become an essential part of the American conception of security. Faithful to Bush’s belief in war against “terror,” the menace to the U.S. is not a state or military power. It is something that does not exist as a material entity. It is bipartisan policy to dominate the world out of fear of “extremism,” which of course is unconquerable. You have only to listen to the debates of the declared Democratic candidates. Whatever happens in Iraq, the troops will not be going, because the fear will remain.»

Le système est-il fasciné par la fatalité de sa propre liquidation?

Décrivant le commencement de tout, c’est-à-dire l’attaque du 11 septembre, et les buts et les sentiments des protagonistes, les terroristes et le côté US, Pfaff observe le processus qui conduit effectivement à la mise en place d’une réalité virtualiste : «So the affair began with fantasy on both sides. But when you believe in fantasy hard enough, and act as if the fantasy were true, you can impose that fantasy upon reality. That is what has happened.»

Cela se traduisit par un changement fondamental d’état d’esprit, de conception, de perception du monde («The war has caused a deep shift in American thinking and popular fears, and produced structural and doctrinal changes in American foreign policy and the American conception of global strategy. This has been true in most American expert opinion, as well as among politicians and voters.») L’on conçoit et l’on comprend aisément combien et comment une telle situation nouvelle, imposée et acceptée avec la brutalité qu’on sait, et surtout organisée, “formatée” avec une brutalité équivalente, conduit à des conséquences psychologiques considérables. C’est ce que Pfaff nous dit implicitement lorsqu’il parle de cette “peur” qui a envahi la psyché américaniste, voire l’Amérique elle-même, qui a complètement gauchi la psychologie américaniste.

Ayant à l’esprit la remarque de FDR en 1933, on observera combien la scène était prête pour cette transformation de la perception qui conduit on dirait presque naturellement au virtualisme, combien la psychologie américaniste appelait cette nouvelle approche psychologique du monde machinée, provoquée par la peur. Il y a là quelque chose du matériel psychologique caractérisant l’Amérique originelle.

Il est remarquable que la peur soit l’élément déterminant pour décrire la situation psychologique dans ces deux grands événements dominant l’histoire moderne, — et l’histoire tout court, certes, — des USA : la Grande Dépression et 9/11. Là-dessus, la construction virtualiste autour de 9/11 semble simplement aller de soi. Il y avait eu une construction virtualiste de FDR autour de la Grande Dépression représentée comme l’Ennemi, — mais elle était beaucoup plus fondée, beaucoup plus justifiée et aussi, paradoxalement pour ce processus, beaucoup plus “humaine” (grâce à FDR, justement), — et donc, en ce sens de l’évidence, sans les caractères déshumanisants du virtualisme. Les moyens pour parvenir au virtualisme dans le cas de 9/11, ceux de la communication, sont si gigantesques que le processus d’évolution a été également gigantesque ; le conformisme qui est la base de la psychologie US, et qui a été notablement renforcé par la communication, s’est avéré le deuxième élément “gigantesque” indispensable pour permettre et même favoriser cette évolution. La déshumanisation est complète, dito l’absence de mesure et de perception équilibrée. Quoi qu’il en soit de son état psychologique, la direction US observe et perçoit aujourd’hui le monde avec le regard d’un fou.

La description que donne Parry de la situation est bonne, mais sa description psychologique est plus contestable. Il laisse l’impression qu’il y a un choix dans le chef des dirigeants US. Il donne l’impression d’une partie “éclairée” dans le public US, d’une autre partie obscurantiste. Il donne l’explication d’une nation sous influence, comme dans une secte avec un culte, mais avec les dirigeants de cette secte manipulant cette influence. Nous pensons que ce n’est pas le cas. Si cela put sembler l’être dans d’autres occurrences, et encore avec des nuances nécessaires, cela ne l’est plus aujourd’hui. La peur que Pfaff mentionne comme facteur psychologique principal, si elle touche le public, touche surtout la direction. Si le public est touché par le virtualisme, c’est essentiellement la direction qui en est la victime (victime consentante, certes, — et alors?). Il n’y a pas de complot ni de manipulation sinon accessoirement et par inadvertance, et c’est bien le facteur le plus grave. Les incertitudes, les hésitations, le désarroi, les mauvais sondages sont l’expression des effets des coups de boutoir de la réalité contre la construction virtualiste. La catastrophe irakienne est édifiante à cet égard et nous fait mesurer la force de ces coups de boutoir.

Le facteur intéressant que Pfaff met en lumière, c’est l’emprisonnement de la direction US dans sa propre peur, et que cet emprisonnement se situe exactement dans cette situation qui menace de mort le système. En Irak, effectivement, le système risque gros, il risque sa puissance, son influence, sa stabilité, jusqu’au risque que tout cela conduise à la possibilité d’un effondrement, un collapsus par effets directs et indirects induits. La situation est extraordinaire en ceci, comme l’explique Pfaff, que c’est justement dans son engagement en Irak que le système voit la seule possibilité de sa survie. C’est l’effet de la cohabitation prodigieusement perverse de la réalité (la catastrophe irakienne) et du virtualisme (nécessité de rester en Irak car là se trouve le nœud de la sécurité et de la puissance US).

Mesurez donc ce caractère extraordinaire de la situation. Le système est convaincu, par sa peur originelle et le montage virtualiste dont cette peur a accouché, que sa survie dépend d’un engagement dans une situation qui recèle tous les ingrédients de son effondrement. Plus qu’un suicide, c’est une auto-liquidation rituelle (l’aspect “culte”, effectivement) par la fascination pour sa propre mort. Tout se passe comme si le système avait en lui l’acquiescement à la nécessité de sa liquidation, comme une vague mais irrésistible conscience qu’à côté de sa puissance existe une telle perversité engendrée par cette puissance que la chose nécessite sa propre liquidation.


Donations

Nous avons récolté 1668 € sur 3000 €

faites un don