L’Ukraine éclairée par Soros : Valsez, narrative !

Bloc-Notes

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

L’Ukraine éclairée par Soros : Valsez, narrative !

L’on sait, car l’on est bien informé, qu’un fonds impressionnant d’e-mails (2.500, souvent constitués de plusieurs pages + pièces jointes, etc.) provenant essentiellement de la correspondance entre George Soros et ses organisations, plus ou moins chapeautées par la matrice Open Society Foundation (OSF), est tombé imprudemment dans le domaine public. C’est aujourd’hui un sport couramment pratiqué par les divers hackers, qui permet d’agrémenter notre communication concernant essentiellement les dirigeants-Système, “grands de ce monde” du modèle crisique courant. On comprend combien le fonds Soros-OSF est passionnant, en raison de l’activisme, des moyens, de l’habileté et du dessein général du grand homme.

Le fonds Soros-OSF est “dépouillé” à mesure, par divers sites, sources, etc., tandis que la presse-Système reste en général d’une discrétion exemplaire. Le site TheDuran.com s’est intéressé aux interférences de Soros-OSF dans la situation ukrainienne, avec et après le “coup de Kiev” ; il a publié, le 20 août, un long texte rapportant le compte-rendu, sous la forme d’une interprétation d’une réunion dite “Breakfast with US Ambassador Geoffrey Pyatt” (l’ambassadeur des USA en Ukraine, souvent figuré en photo comme complice et ami de Victoria Nuland). Cela se passe à Kiev, à l’ambassade des USA, le 31 mars 2014, soit cinq semaines après le “coup de Kiev”. Il s’agit d’une véritable réunion de travail, à la fois de coordination pour l’action, avec les recommandations appuyées de Soros qui trouve une oreille bienveillante chez Pyatt, tout cela montrant l’activisme de Soros-OSF et la coopération quasi-structurelle avec la représentation US en Ukraine.

Cinq extraits de l’interprétation de la réunion sont présentés dans l’article, classés par thèmes et sujets. Du côté Soros, sont citées deux sous-organisations ou organisations associées de l’OSF, l’IRF (International Renaissance Foundation) et le Centre des Études Libérales.  La réunion rassemble George Soros et l’ambassadeur Pyatt, avec David Meale (Conseiller économique de l’ambassadeur) ; Lenny Benardo (OSF); Yevhen Bystrytsky (Directeur de l’IRF); Oleksandr Souchko (Président du CA de l’IRF); Ivan Krastev (Président, Centre for Liberal Studies); Sabine Freizer (OSF); Deff Barton (Directeur de USAID pour l’Ukraine). (Dans les extraits, les intervenants, sauf “Ambassador” [Pyatt] sont désignés par leurs initiales, GS [Soros] en tête ; USG signifie “U.S. Government”. Le document original est accessible en pdf.)

• Importance et organisation de la “guerre de communication” contre les Russes...

« Ambassador: The short term issue that needs to be addressed will be the problem in getting the message out from the government through professional PR tools, especially given Putin’s own professional smear campaigns.

GS: Agreement on the strategic communications issue—providing professional PR assistance to Ukrainian government would be very useful. Gave an overview of the Crisis Media Center set up by IRF and the need for Yatseniuk to do more interviews with them that address directly with journalists and the public the current criticisms of his decision making. »

• Discussion sur la question d’une structure décentralisée en Ukraine. Une seule préoccupation : bloquer l’influence russe...

« Ambassador: Lavrov has been pushing the line about constitutional reform and the concept of federalization in Russia. The USG reaffirmed it will not negotiate over the heads of the Ukrainians on the constitutional reform issue and that Ukraine needs to decide on this issue for itself. He noted that there are templates for devolution that can be used in this context but that the struggle will be to figure out how to move forward with decentralization without feeding into Russian agenda.

GS: Federalization plan being marketed by Putin to Merkel and Obama would result in Russia gaining influence and de facto control over eastern regions in Ukraine. He noted Lavrov has clear instructions from Putin to push the line on federalization.

Ambassador: Secretary Kerry would be interested to hear GS’s views on the situation directly, upon return from his trip.

SF: There is no good positive model for federalization in region, even models of decentralization are very poor because the concept is not very common. The institutions need for decentralization do not yet exist and need to be built.

YB: Ukraine should pursue a decentralization policy based on the Polish decentralization model. IRF funded the development of a plan based on this model previously and those involved are now advisers to government on this issue. Noted it is also important to encourage the constitution council created y government to be more open and involve independent experts.

Ambassador: Constitutional reform issue as the most urgent issue facing Ukraine—there is a need to decentralize in order to push democracy down to the local level and break the systemic corruption that results from Kiev’s authority over the local governments. [...] Russian propaganda machine telling Kharkhiv and Donbass residents that the government in Western Ukraine is looking to take away their resources and rights through decentralization process, feeding into Lavrov’s line that the Ukrainian government is dysfunctional and not successful as a unitary state, making it a necessity to have federalization. »

• Demande à Soros de son avis et de ses conseils sur la politique ukrainienne des USA ; réponse de Soros : “Obama has been too soft on Putin”...

« Ambassador: Asked GS for a critique of US policy and his thoughts on what USG should be doing.

GS: Will send Ambassador Pyatt copies of correspondences he previously sent to others and his article in NY Review of Books. Obama has been too soft on Putin, and there is a need to impost potent smart sanctions. He noted the need for a division of labor between the US and the EU with the US playing the bad cop role. The USG should impose sanctions on Russia for 90 days or until the Russian government recognizes the results of the presidential elections. He noted that he is most concerned about transitional justice and lustration.

Ambassador: USG will organize conference with the British at the end of April on financial crimes that will bring together senior level government officials and representatives of the international community to discuss where money went. He noted his worries about the complete implosion of the Party of Regions and will be speaking to IRI and NDI about offering assistance to reconstruct the party for the post-Yanukovych era. »

• Décision commune de liquidation de Ioulia Timochenko, associée selon Soros au “péché capital” (celui d’être d’avant-Maidan)...

« Ambassador: Personal philosophy on the greatest need for Ukraine right now is the need for national unification. This will not happen under Tymoshenko because she is perceived as a hold over of the old regime and a very divisive personality. He calls the revolution a “revolution of dignity” and Tymoshenko is associated with everything undignified.

GS: Need to cleanse the “original sin” that all of the current presidential candidates are marked with in order for Ukraine to move forward. »

• Pravy Sektor (les néo-nazis ukrainiens) est un complot de Poutine, monté par le FSB, selon Soros... Comment faire pour empêcher Poutine de déstabiliser l’Ukraine ?

« GS: Belief that the Pravy Sector is an FSB plot and has been funded to destabilize Ukraine

Ambassador: Agreed that this was at least partly true, but the problem now is that Pravy Sector has become organic and is still armed. There is a need for the government to figure out how to demobilize and disarm the Pravy Sector.

GS: How can we defend against Putin’s attempts to destabilize the May elections?

Ambassador: The international community should send in a flood of observers from the OSCE and other institutions. The US Embassy is also currently working with the local intelligence agencies to monitor the situation and they have already found Russian agents. He noted that a second ambassador, Cliff Bond, will be brought  into the embassy to focus on the longer term questions such as decentralization, lustration, e-governance, and anti-corruption and will be coordinating with the donor community on these issues. Obama has instructed the embassy to focus primarily on economic support and assistance for Ukraine, avoiding military support or assistance.

GS: Hopes that going forward there will be close contact and cooperation between the US Embassy and the IRF. »

Il est peu utile de s’attarder aux détails, pour en venir à des remarques générales permettant de comprendre comment fonctionne Soros-OSF, son influence, les informations et la perception communes sur lesquels s’appuient les participants à cette réunion, etc. La première remarque évidente, qui confirme d’autres occurrences et peut s’étendre à bien d’autres théâtres d’opération sans jamais avoir été vraiment démenti, et qui peut ainsi servir de référence générale : la confirmation des hypothèses antiSystème essentielles sur les conditions où travaillaient ces activistes réunis essentiellement sous une bannière antirusse et donc renvoyant au Système, sur leurs accointances, sur leur modus operandi. D’une façon générale et pour l’essentiel, toutes les appréciations, perceptions et hypothèses antiSystème faites pendant le paroxysme de la crise ukrainienne sont rencontrées. On mentionnera celles qui nous parassent les plus essentielles.

• La posture antirusse est une structure fondamentale de l’action Soros-USA. La plupart des matières discutées sont envisagées à cette lumière : qu’est-ce qui peut causer le plus de tort aux Russes ; de quelle façon la responsabilité des Russes, qui est indiscutable de toutes les façons, est engagée dans telle ou telle occurrence ; comment empêcher la déstabilisation (de l’Ukraine comme ailleurs) dont seuls le Russe en tant qu’engeance épouvantable est la cause ; etc. Le problème central n’est en aucune façon l’Ukraine plongée dans le désordre avec la recherche d’une issue honorable pour le bien commun, mais l’“Ukraine agressée par les Russes”, qui doit servir de base pour contrer les Russes, voire et surtout, et plus que tout, contre-attaquer. L’interprétation antiSystème selon laquelle la crise ukrainienne est perçue seulement comme une étape intermédiaire avant l’attaque contre la Russie ressort de l’esprit de cette sorte de rencontres comme la pluie des nuages éclatant en averses.

• Soros & Cie est traité d’égal à égal par les autorités US, quasiment comme un partenaire, comme un conseiller précieux, voire un inspirateur de la politique US. Notre appréciation est qu’on trouverait certainement bien peu de cas où l’un ou l’autre allié européen des USA serait traité avec autant d’attention et de déférence par les autorités US. La demande d’une “appréciation critique” par Soros de la politique US est quelque chose de rarissime sinon d’inédit par rapport à la coutume de ce que sont les relations des USA avec les puissances extérieures ; en général, l’idée d’une “appréciation critique” n’est pas dans le formulaire des demandes des USA à leurs alliés et autres, la politique US étant par définition au-dehors et au-dessus du champ de la critique. Pas pour Soros.

(Cette sorte d'aura dont bénéficie Soros à ce niveau du pouvoir US est assez mystérieuse en soi, et selon les performances catastrophiques de la plupart de ses initiatives. Par contre, elle s'explique aussi bien, selon un autre point de vue, par l'appartenance commune au Système que par l'espèce de promotion exacerbée que la communication-Système faite de ce milliardaire-activiste cultivant la vertu exceptionnelle d'user de ses propres $millards pour activer une subversion multilatérale ; ainsi sont associés la notion de fortune par la spéculation et la vertu de la déstructuration par pseudo-idéologie.)  

• Tout aussi remarquable, nous semble-t-il, et un peu dans le même champ, cette impression que ce qui est considéré comme étant “la réalité” sur laquelle il faut travailler est exactement la narrative qui nous est servie et que nous considérons en général (à tort selon nous, comme on le voit) comme pure propagande volontairement et sciemment développée. Manifestement, les uns et les autres croient à cette narrative. Aucune allusion à ce que fut le “coup de Kiev”, aucun ricanement, aucun sarcasme qu’on croirait entendre, du type “on les a bien eus avec le coup de Kiev”, toute idée d’agression et de provocation étant portée gravement et exclusivement au débit des Russes, sans la moindre nécessité d'en débattre. Croyance, également, dans la narrative sur la nécessité d’éradiquer la corruption, avec la liquidation de Timochenko impliquant que la nouvelle équipe qu’on s’active à installer au pouvoir sera du type “lave extrêmement plus blanc”. Cette croyance à la narrative va jusqu’à la paranoïa sortie tout droit de la propagande la plus vulgaire de Kiev-la-folle, selon laquelle Pravy Sektor est un montage des Russes et de leur FSB (ex-KGB, n’oublions pas) alors que cette organisation avait, à l’instigation du SUB (service de renseignement ukrainien, appendice local et sans gravité de la CIA), fourni les équipes de choc pour le coup de force du Maidan lancé par les amis ukrainiens des USA, avec collaboration amicale de la CIA.

• Il est également très intéressant de noter, au moins de la part de Soros pour ce cas, certains aspects un peu grotesques sinon d’amateur, ou bien témoignant d’une extraordinaire arrogance (mais les deux peuvent aller ensemble, les $milliards nourrissant de la sorte l’esprit et le caractère)... Lorsque l’ambassadeur Pyatt lui demande respectueusement une “analyse critique” de la politique US, Soros lui répondant notamment “Je vous enverrai mon article du New York Review of Book”... Cela fait soit extrêmement léger et amateur, soit particulièrement méprisant de la part du vieux milliardaire-comploteur Soros. Il semble que l’ambassadeur des Etats-Unis n’ait rien à redire et l’on imagine avec délice qu’il a fait suivre, lui avec vénération, la copie à l’intention du président Obama, peut-être sous forme d’e-mail sécurisé, par l’intermédiaire du serveur ultra-classified de l’ex-secrétaire d’État Clinton. Nous ne prétendons pas connaître toutes les ficelles du métier, – influence, subversion, renseignement, – mais tout de même, répondre de cette façon à une demande de cette importance, de la part d’un tel interlocuteur, sans soulever la moindre remarque... Au reste, il est possible, non il est extrêmement probable que les directions-Système où l’on ne sait plus qui est qui et où se trouvent la légitimité et l’autorité fonctionnent de cette façon : ainsi les “maîtres du monde” sont-ils informés ; ainsi traitent-ils les matières essentielles, ce que l’on sait également avec le cas Clinton... (Et certainement, cela va dans tous les sens et de toutes les façons, par conséquent également pour la façon dont Soros est informé.)

Bref, une fameuse “leçon de choses”... A de telles lectures, on sort à la fois plus accablé et plus joyeux si c’est possible d’un même élan. Après tout, nous avons la confirmation de toutes leurs manigances, absolument toutes, de leur arrogance, de leur mépris à la fois pour la légalité et pour la réalité (dont nous trouvons une fois de plus confirmation confirmons qu’elle n’existe plus) ; et quoi qu’il en soit, nous pouvons mesurer leur incompétence, leur inculture, leur paranoïa-schizophrénie chronique, leur absence de la moindre finesse derrière le poids énorme de leur puissance mécanique, technologique et financière. Il suffit de voir, à partir de cette réunion du 31 mars 2014, ce qu’il reste de leurs plans formidables destinés au bout du compte, l’affaire de quelques mois croyait-on alors, à se débarrasser à la fois de Poutine et de la Russie... Et rien, aucun enseignement, aucune réflexion n’est perceptible dans ce défilé de têtes couronnées, qui prendrait en compte quelque enseignement que ce soit de cette succession ininterrompue de catastrophes, au moins depuis 9/11 pour nous en tenir au plus près. Soros aurait mieux fait de rester comptable et de jouer au casino pour faire régulièrement sauter la banque, à Wall Street ou à la City ; là, le comptable, il faut lui reconnaître, il connaît...

 

Mis en ligne le 21 août 2016 à 16H09

Donations

Nous avons récolté 1768 € sur 3000 €

faites un don