L’Occident, Maupassant et la « mère aux monstres »

Les carnets de Nicolas Bonnal

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

L’Occident, Maupassant et la « mère aux monstres »

La société occidentale est devenu ce monstre moral qui fabrique des monstres transhumains, financiers, métapsychiques, médiatiques, militaires, terroristes, ne me demandez pas lesquels. Elle ne se dirige pas forcément vers sa fin, elle nous dirige vers notre fin puisque nous sortons comme l’a vu l’économiste Charles Gave de l’histoire sans l’honneur de la résistance ou du martyre.

Après elle en tuera d’autres (Japon, Corée, Chine, Inde…).

Je n’ai pas envie d’en dire plus, et vous recommande cette lecture de Maupassant, qui résume avec son froid coutumier l’étrangeté de notre nature humaine stressée par son intérêt, sa lâcheté, sa malice. Ici contraception, fric, tourisme et cirque…

 

J'avais été invité par un ami à demeurer quelque temps chez lui dans une petite ville de province. Pour me faire les honneurs du pays, il me promena de tous les côtés, me fit voir les paysages vantés, les châteaux, les industries, les ruines ; il me montra les monuments, les églises, les vieilles portes sculptées, des arbres de taille énorme ou de forme étrange, le chêne de saint André et l'if de Roqueboise. 

Quand j'eus examiné avec des exclamations d'enthousiasme bienveillant toutes les curiosités de la contrée, mon ami me déclara avec un visage navré qu'il n'y avait plus rien à visiter. Je respirai. J'allais donc pouvoir me reposer un peu, à l'ombre des arbres. Mais tout à coup il poussa un cri : 

– Ah, si ! Nous avons la mère aux monstres, il faut que je te la fasse connaître. 

Je demandai :

– Qui ça ? La mère aux monstres ? 

Il reprit :

– C'est une femme abominable, un vrai démon, un être qui met au jour chaque année, volontairement, des enfants difformes, hideux, effrayants, des monstres enfin, et qui les vend aux montreurs de phénomènes.

Ces affreux industriels viennent s'informer de temps en temps si elle a produit quelque avorton nouveau, et, quand le sujet leur plaît, ils l'enlèvent en payant une rente à la mère. 

Elle a onze rejetons de cette nature. Elle est riche. 

Tu crois que je plaisante, que j'invente, que j'exagère. Non, mon ami. Je ne te raconte que la vérité, l'exacte vérité. 

Allons voir cette femme. Je te dirai ensuite comment elle est devenue une fabrique de monstres. 

Il m'emmena dans la banlieue. 

Elle habitait une jolie petite maison sur le bord de la route. C'était gentil et bien entretenu. Le jardin plein de fleurs sentait bon. On eût dit la demeure d'un notaire retiré des affaires. 

Une bonne nous fit entrer dans une sorte de petit salon campagnard, et la misérable parut. 

Elle avait quarante ans environ. C'était une grande personne aux traits durs, mais bien faite, vigoureuse et saine, le vrai type de la paysanne robuste, demi-brute et demi-femme. 

Elle savait la réprobation qui la frappait et ne semblait recevoir les gens qu'avec une humilité haineuse. 

Elle demanda : 

– Qu'est-ce que désirent ces messieurs ? 

Mon ami reprit :

– On m'a dit que votre dernier enfant était fait comme tout le monde, qu'il ne ressemblait nullement à ses frères. J'ai voulu m'en assurer. Est-ce vrai ?

Elle jeta sur nous un regard sournois et furieux et répondit : 

– Oh non ! Oh non ! mon pauv' monsieur. Il est p't-être encore pus laid que l'saut'es. J'ai pas de chance, pas de chance. Tous comme ça, mon brave monsieur, tous comme ça, c'est une désolation, ça s'peut-i que l'bon Dieu soit dur ainsi à une pauv'e femme toute seule au monde, ça s'peut-i ? 

Elle parlait vite, les yeux baissés, d'un air hypocrite, pareille à une bête féroce qui a peur. Elle adoucissait le ton âpre de sa voix, et on s'étonnait que ces paroles larmoyantes et filées en fausset sortissent de ce grand corps osseux, trop fort, aux angles grossiers, qui semblait fait pour les gestes véhéments et pour hurler à la façon des loups. 

Mon ami demanda :

– Nous voudrions voir votre petit. 

Elle me parut rougir. Peut-être me suis-je trompé ? Après quelques instants de silence, elle prononça d'une voix plus haute :

– A quoi qu'ça vous servirait ? 

Et elle avait relevé la tête, nous dévisageant par coups d'oeil brusques avec du feu dans le regard. 

Mon compagnon reprit :

– Pourquoi ne voulez-vous pas nous le faire voir ? Il y a bien des gens à qui vous le montrez. Vous savez de qui je parle ! 

Elle eut un sursaut, et lâchant sa voix, lâchant sa colère, elle cria : 

– C'est pour ça qu'vous êtes venus, dites ? Pour m'insulter, quoi ? Parce que mes enfants sont comme des bêtes, dites ? Vous ne le verrez pas, non, non, vous ne le verrez pas ; allez-vous-en, allez-vous-en. J'sais t'i c'que vous avez tous à m'agoniser comme ça ? 

Elle marchait vers nous, les mains sur les hanches. Au son brutal de sa voix, une sorte de gémissement ou plutôt un miaulement, un cri lamentable d'idiot partit de la pièce voisine.

J'en frissonnai jusqu'aux moelles. Nous reculions devant elle. 

Mon ami prononça d'un ton sévère : 

– Prenez garde, la Diable (on l'appelait la Diable dans le peuple), prenez garde, un jour ou l'autre ça vous portera malheur. 

Elle se mit à trembler de fureur, agitant ses poings, bouleversée, hurlant : 

– Allez-vous-en ! Quoi donc qui me portera malheur ? Allez-vous-en ! tas de mécréants ! 

Elle allait nous sauter au visage. Nous nous sommes enfuis le cœur crispé. 

Quand nous fûmes devant la porte, mon ami me demanda : 

– Eh bien ! Tu l'as vue ? Qu'en dis-tu ? 

Je répondis : 

– Apprends-moi donc l'histoire de cette brute. 

Et voici ce qu'il me conta en revenant à pas lents sur la grand'route blanche, bordée de récoltes déjà mûres, qu'un vent léger, passant par souffles, faisait onduler comme une mer calme. 

Cette fille était servante autrefois dans une ferme, vaillante, rangée et économe. On ne lui connaissait point d'amoureux, on ne lui soupçonnait point de faiblesse. 

Elle commit une faute, comme elles font toutes, un soir de récolte, au milieu des gerbes fauchées, sous un ciel d'orage, alors que l'air immobile et pesant semble plein d'une chaleur de four, et trempe de sueur les corps bruns des gars et des filles. 

Elle se sentit bientôt enceinte et fut torturée de honte et de peur. Voulant à tout prix cacher son malheur, elle se serrait le ventre violemment avec un système qu'elle avait inventé, corset de force, fait de planchettes et de cordes. Plus son flanc s'enflait sous l'effort de l'enfant grandissant, plus elle serrait l'instrument de torture, souffrant le martyre, mais courageuse à la douleur, toujours souriante et souple, sans laisser rien voir ou soupçonner. 

Elle estropia dans ses entrailles le petit être étreint par l'affreuse machine ; elle le comprima, le déforma, en fit un monstre. Son crâne pressé s'allongea, jaillit en pointe avec deux gros yeux en dehors tout sortis du front. Les membres opprimés contre le corps poussèrent, tordus comme le bois des vignes, s'allongèrent démesurément, terminés par des doigts pareils à des pattes d'araignée. 
Le torse demeura tout petit et rond comme une noix. 

Elle accoucha en plein champ par un matin de printemps. 

Quand les sarcleuses, accourues à son aide, virent la bête qui lui sortait du corps, elles s'enfuirent en poussant des cris. Et le bruit se répandit dans la contrée qu'elle avait mis au monde un démon. C'est depuis ce temps qu'on l'appelle "la Diable". 

Elle fut chassée de sa place. Elle vécut de charité et peut-être d'amour dans l'ombre, car elle était belle fille, et tous les hommes n'ont pas peur de l'enfer. 

Elle éleva son monstre qu'elle haïssait d'ailleurs d'une haine sauvage et qu'elle eût étranglé peut-être, si le curé, prévoyant le crime, ne l'avait épouvantée par la menace de la justice. 

Or, un jour, des montreurs de phénomènes qui passaient entendirent parler de l'avorton effrayant et demandèrent à le voir pour l'emmener s'il leur plaisait. Il leur plut, et ils versèrent à la mère cinq cents francs comptant. Elle, honteuse d'abord, refusait de laisser voir cette sorte d'animal ; mais quand elle découvrit qu'il valait de l'argent, qu'il excitait l'envie de ces gens, elle se mit à marchander, à discuter sou par sou, les allumant par les difformités de son enfant, haussant ses prix avec une ténacité de paysan. 
Pour n'être pas volée, elle fit un papier avec eux. Et ils s'engagèrent à lui compter en outre quatre cents francs par an, comme s'ils eussent pris cette bête à leur service. 

Ce gain inespéré affola la mère, et le désir ne la quitta plus d'enfanter un autre phénomène, pour se faire des rentes comme une bourgeoise. 

Comme elle était féconde, elle réussit à son gré, et elle devint habile, paraît-il, à varier les formes de ses monstres selon les pressions qu'elle leur faisait subir pendant le temps de sa grossesse. 

Elle en eut de longs et de courts, les uns pareils à des crabes, les autres semblables à des lézards. Plusieurs moururent ; elle fut désolée. 

La justice essaya d'intervenir, mais on ne put rien prouver. On la laissa donc en paix fabriquer ses phénomènes. 

Elle en possède en ce moment onze bien vivants, qui lui rapportent, bon an mal an, cinq à six mille francs. Un seul n'est pas encore placé, celui qu'elle n'a pas voulu nous montrer. Mais elle ne le gardera pas longtemps, car elle est connue aujourd'hui de tous les bateleurs du monde, qui viennent de temps en temps voir si elle a quelque chose de nouveau. 

Elle établit même des enchères entre eux quand le sujet en vaut la peine. 

Mon ami se tut. Un dégoût profond me soulevait le cœur, et une colère tumultueuse, un regret de n'avoir pas étranglé cette brute quand je l'avais sous la main. 

Je demandai : 

– Qui donc est le père ?

Il répondit : 

– On ne sait pas. Ils ont une certaine pudeur. Ou ils se cachent. Peut-être partagent-ils les bénéfices. 

 

Et cela me rappelle une autre histoire, contée par le docteur Plouvier dans son livre sur l’an 14, publié par Dualpha :

« En effet, lors de l’accouchement du futur Kaiser, l’épaule s’est engagée au lieu de la tête fœtale ou du siège. La future mère souffre et s’agite beaucoup, le père s’excite également et, dans cette ambiance hystérique, où la parturiente refuse la césarienne (se sachant abondamment trompée, la vaniteuse princesse refuse une cicatrice qui déparerait son abdomen et la détacherait davantage encore de son bellâtre d’époux), l’obstétricien universitaire commet une erreur de débutant et tire sur le membre engagé au lieu de le repousser… le plexus brachial gauche est irréversiblement détruit ; le membre supérieur gauche, paralysé et atrophié, sera un appendice corporel inerte et inutile du pauvre Guillaume. »

Car il s’agit bien sûr de Guillaume II...

Donations

Nous avons récolté 1785 € sur 3000 €

faites un don