Le plancher se fissure

Faits et commentaires

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Le plancher se fissure

11 juin 2014 – Comme l’on sait, Poutine était invité aux cérémonies du 70me anniversaire du débarquement de Normandie, qui ont été l’occasion d’un ensemble ordonné et désordonné à la fois d’activités diplomatiques. Cette fiesta de communication dont les USA revendiquent la maîtrise au nom de leur domination de communication de l’événement, devait être l’occasion d’une mise à l’index public du président russe, du fait des autres chefs d’État et de gouvernement présents (17). Ce fut si peu le cas que la fortune s’est retournée, suscitant une sorte d’isolement psychologique du président US tandis que le président russe bénéficiait de nombreux entretiens et sollicitations.

Comme l’on sait (suite), ce n’est pas à vraiment parler une surprise. A la réunion du 30 mai-1er juin du Bilderberg, qui devrait pourtant être une occurrence plus sécurisée par les USA, cette puissance exceptionnelle s’était pourtant trouvée en défaut, mise en minorité, quasiment proche d’être isolée. Nous citions dans notre texte du 9 juin 2014 l’expert russe Boris Novoseltsev : «It is difficult to say what the final balance of these forces will prove to be, but it is fairly obvious that dissatisfaction with Washington has grown in the West since the previous Bilderberg meeting. This dissatisfaction is shared by European leaders, transnational businesses, and even part of the US government elites. The irony of the situation revealed by the Ukrainian crisis is that there is a risk of the foreign policy isolation Washington used to scare Russia becoming real, albeit in other forms, for the US itself.»

Nous ajoutons à ces quelques rappels deux pièces qui permettront de compléter notre dossier, avec des conclusions appelant un commentaire de notre part, ce qui est le but de notre démarche dans le cadre de cette rubrique Faits & Commentaires. Les deux pièces sont d’origine russe, ce qui n’est pas loin aujourd’hui d’être la voie (l’origine russe) par où l’on a le plus chance de s’assurer du meilleur matériel d’information possible pour approcher la vérité d’une situation.

• Voici d’abord quelques observations de Dmitry Minine, de Strategic-Culture.org, le 8 juin 2014. Il décrit bien les conditions de départ, avec BHO, “the chief guest” du G7, distribuant les consignes avec assurance, puis découvrant peu à peu (en fait, très rapidement) la dissolution de leur aspect impératif, indiscutable, etc., ne rencontrant aucune hésitation ni remord chez ceux qui ont décidé de rencontrer Poutine ; puis, cette dissolution se poursuivant et s’accentuant en Normandie, où cette fois les personnes elles-mêmes interprètent la pièce, avec des improvisations diverses qui vont toutes profiter à Poutine, – jusqu’au clou, au bouquet final, où Obama lui-même, pour ne pas paraître isolé et sans doute un peu ridicule, s’arrête un petit quart d’heure à un échange avec Poutine. Les explications factuelles sont données, mais c’est bien l’humeur, la psychologie qui comptent, – “A contre-cœur, le président US doit finalement se résoudre à communiquer avec le président Poutine...” (On mentionnera à peine qu’Obama n’était pas tout à fait seul dans son équipée solitaire, puisque le Premier ministre canadien Harper partageait ses options. C’est dire qu’on peut dire, justement, qu’il était seul, selon l’importance politique qu’on doit apporter au Canadien, dont les PM battent depuis dix-quinze ans tous les records d’esclavagisme volontaire des consignes américanistes. Bref, tout cela, sans effet ni importance pour notre démonstration, – Obama était bien seul, et cela suffit.)

«...Barack Obama, the chief guest, evidently liked the show but there was not much else to be happy about. The US media wrote that he had an aggrieved air, probably because his plans to internationally isolate President Putin failed… Obama realized that Russia has a historic relationship with Ukraine. According to him, “Russia has a legitimate interest in what happens in Ukraine, given that it’s on its border and given its historical ties” and also noted that “Russian armed forces annexing pieces of a neighbor is illegal and violates international law”, he continued, “and the kinds of destabilizing activities that we now see funded and encouraged by Russia are illegal and are not constructive”. President Barack Obama and British Prime Minister David Cameron laid down a new deadline for Russia on June 5, giving Moscow a month to meet their conditions in Ukraine or face further sanctions. According to the Globe and Mail, Stephen Harper and Barack Obama voiced objections behind closed doors during a Group of Seven summit to meetings that three European leaders have arranged with Vladimir Putin, private tête-à-têtes that they feel undermine efforts to isolate the Russian President. A source with knowledge of the matter described the gulf that exists between the North American leaders and several European counterparts over whether to shun or engage President Putin over Crimea and the situation in Ukraine. Mr. Harper and Mr. Obama asked what kind of message these meetings would send at a time when the West is trying to isolate Mr. Putin, the source said. The request from Mr. Harper and Mr. Obama for these Group of Seven colleagues was that “if you want to meet with him, this is the message you must drive and you must drive it consistently... here are the expectations and here are the consequences”, the source said. They wanted the Russian President to be chastised publicly.

»Instead the US President and his Canadian counterpart happened to be kind of isolated themselves, nobody paid special attention to them. The Russian President captured public attention. The idea to isolate Russia that President Obama put forward in his West Point speech some time ago faded like smoke from fireworks launched by saluting guns on Normandy beaches. The majority of world leaders realize the Ukrainian crisis cannot be successfully tackled without Moscow.

»Besides, the disagreement of the sanctions issue is becoming more tangible. Chancellor Angela Merkel, President Francois Hollande and Prime Minister of Great Britain David Cameron expressed hope there will be no need to introduce the third package of sanctions. They realize the United States actually does not need Russian energy unlike Europe which to large extent depends on Russian oil and gas supplies. For instance, President Hollande flatly refused to block the Mistral deal. France refuses to link the amphibious assault ships contract to the US/EU debate over tougher sanctions against Russia. The first of the two ships, the Vladivostok, is due to be delivered by November this year and the second, called Sevastopol, will arrive in St Petersburg for further fitting out with Russian weapons systems in November 2015. The French President refused to bow to the partners pressure and that is the feather in his hat against the background of otherwise undistinguished record as the head of state. Could Paris exploit this success in future? It remains to be seen.

»Grudgingly the US President finally had to communicate with President Putin...»

• Le deuxième document est une interview de Eric Draitser, analyste politique US, du type “dissident” bien entendu, qui travaille notamment avec le site StopImperialism.org. C’est bien entendu un site russe, celui de la chaîne TV Russia Today, qui se charge du travail, le 5 juin 2014. Draitser nous donne une des clefs de ce qui précède, que nous traduisons plus loin selon une observation conceptuelle. Dans les extraits choisis ci-dessous, nous avons choisi le refrain de l’argument de Draitser, qui est la réaffirmation constante de la faiblesse principielle générale dont souffre la partie US/bloc BAO, c’est-à-dire la faiblesse d’une politique extérieure qui est en constante banqueroute du fait de son illégitimité, avec en sus la faiblesse des acteurs accessoires, ou marionnettes si l’on veut, qui entraîne leur illégitimité que l’acteur principal (le président US) tente de rehausser, – mais avec quoi, sinon avec sa propre faiblesse, qui est sa propre illégitimité dans le fait de sa “politique extérieure en constante banqueroute”. Ce qui est en cause dans ce jugement de faiblesse est bien une faiblesse principielle, ou mieux (pire) encore, une absence principielle (absence de principe) qui est la cause fondamentale de l’illégitimité.

Russia Today : «President Barack Obama has recently met with Ukraine's President Petro Poroshenko. Why do you think Petro Poroshenko has received such high praise from the American leader?»

Eric Draitser: «Of course I don’t agree, but what primarily I don’t agree with is the fact that the Ukrainian people actually made this choice. This is simply a rhetorical flourish from the US President because he and his administration, his team, understand very well that many millions of people in Ukraine did not even participate in the vote, certainly not in the eastern regions where voter turnout was dismally low. Poroshenko didn’t even retain the support of many in the so-called base of the Maidan, in the west and regions around Kiev. So what Obama is attempting to do is to provide legitimacy to this new so-called president in Ukraine by appearing with him, by making these very positive statements about him in preparation for what is undoubtedly going to be a very serious questioning of US policy in Ukraine as they stand behind a regime that is committing undoubtedly to war crimes in the east of the country. And this is really an important point that people need to stress.»

Russia Today : «The so-called anti-terrorist operation in the East has left dozens if not hundreds of civilians dead. Is that the democracy that Obama is talking about?»

Eric Draitser: [...] «... Again, the hypocritical position of Washington is something that we have come to expect from Obama and his predecessors, but the level to which they have taken it and the belligerent rhetoric against Russia and anyone who stands in the way of US policy is really a new low for Washington.»

Russia Today : «Regarding Kiev's military campaign in the East, Washington reiterates that Kiev's actions are restraint and professional. Do you agree?»

Eric Draitser: «... The hypocrisy is palpable but you also see the weakness of US foreign policy here. When the US has to send its President to convey legitimacy upon the so-called elected official in the so-called civil war that we have in Ukraine, it tells you the bankruptcy of US foreign policy.» [...]

Russia Today : «We have heard very little comment from Washington about this growing civilian death toll in the conflict. Moreover, mass media and various politicians are calling civilians “terrorists”. Why is that?»

Eric Draitser : «... Because it is Washington that destabilized the situation and so Washington not only needs to confirm legitimacy upon Poroshenko. Washington needs to continue this conflict and it needs to do it within the context and the rhetoric of the democracy because that is the only way the Obama Administration can sell from their marketing and PR prospective this unmitigated disaster in Ukraine to the American people. People around the world should realize that most Americans want nothing to do with the conflict in Ukraine; most Americans want nothing to do with wars anywhere around the world. So [it's] the policy that has come out of Washington, they have to mold public opinion around the policies rather than molding the policies around public opinion.»

Russia Today : «The US says that Poroshenko is a really democratic president who has a good chance of starting dialogue with the East and stopping the ongoing violence.Though it is well known that Poroshenko is an oligarch and Ukrainians were actively protesting against oligarchy back in February. So it is ok to make statements about democratic President chosen by a minority of the country amidst a civil war?»

Eric Draitser : «[...Porochenko] is very much part of the same political machine and so to say that it was somehow a “wise choice” by the Ukrainian people shows not only the disingenuousness of the US policy, it also shows the weakness of the US position in Ukraine where they [the Americans] believe that neither Timoshenko, nor anybody else, not Poroshenko, will be able to restore order and to push US, NATO agenda. So they have to present Poroshenko as some kind of guardian of democracy where even people in Ukraine and even those who might have supported Poroshenko know that to be at outright lie.»

Le résultat de ces divers extraits est simple à schématiser. Il est manifeste que, dans ces diverses réunions, avec quelques rappels des politiques suivies, deux hommes s’affrontaient et confrontaient leurs influences, l’un volontairement sinon agressivement et l’autre par obligation conséquente. Contre toute attente, celui qui a suscité cet affrontement à partir de ce qu’il jugeait être une position de force s’est trouvé écarté. Les autres se sont en général tournés vers celui qui devait être isolé, donc battu, pour lui donner toute leur attention et la victoire par conséquent dans cet affrontement de communication. Pour autant, ceux qui ont ainsi “voté pour Poutine” de façon bien involontaire et nullement réalisée d’ailleurs, n’ont absolument pas modifié leur politique et restent en général éloignés de la position de Poutine, sinon hostile. Ce ne sont donc ni la politique, ni les idées de cette politique, etc., qui l’ont emporté, et pas plus le raisonnement et l’argument politique de l’homme qui les ont convaincus. Ce qui nous intéresse est de déterminer la cause exacte de cette “victoire”, donc ce qui fait que Poutine s’est imposé contre Obama, nous dirions d’une façon presque inconsciente de la part de ceux qui lui ont permis de l’emporter.

Moral ground et Principle ground

…Notre hypothèse va de soi, bien entendu. Elle rejoint des observations que nous avons souvent faites, et notamment à propos de Poutine et de la Russie. Ces dernières années, nous avons souvent observé que la politique russe avait la particularité devenue rarissime, de s’appuyer sur des principes, et cela d’une façon articulée, explicite, même décrite. Dans son interview du président Poutine du 3 juin, le journaliste d’Europe n°1 Jean-Pierre Elkabbach lui pose, et même lui répète, une question sur la Syrie en insistant sur l’aspect le plus émotionnel de l’argumentation du bloc BAO de “l’homme aux mains couvertes de sang”, – dito, Assad, bien entendu... («Ce qu’on ne comprend pas c’est pourquoi vous, Vladimir Poutine qui voulez moderniser la Russie, vous continuez à soutenir, peut-être à donner des armes, à quelqu’un qui continue à massacrer son peuple et qui est comme Macbeth les mains couvertes de sang ?») Poutine lui répond “à côté”, mais d’une façon qui clôt le débat en écartant l’émotion du cliché sollicitant d’une façon biaisée et partisane la référence des “valeurs” par la puissance évidente du principe où compte le seul mot de “légitime” qui renvoie à la légitimité :

«Je vous donnerai une explication courte et facile à comprendre. Et je pense que la plupart des téléspectateurs et des auditeurs français me comprendront. Ce que nous craignons avant tout, c’est le démembrement de la Syrie à l’image de ce qui s’est produit au Soudan. Nous craignons que la situation y devienne similaire à celle que nous voyons aujourd’hui en Irak. Et nous craignons également que la Syrie devienne une sorte de nouvel Afghanistan. C’est pourquoi nous tenons à y conserver le pouvoir légitime…»

Dans le texte du 5 juin 2014, où nous tentions d’expliquer l’adhésion admirative en faveur de Poutine du journaliste-Système Jean-Pierre Elkabbach, que nous mettions au crédit de la forme du discours de Poutine plus qu’à son contenu, nous notions :

«A nous commentateurs de faire des hypothèses, et nous avons la nôtre. Il y a certes les qualités de l’homme (Poutine) mais il y aussi, – et surtout pour notre propos, et cela en ayant dans l’oreille et à l’esprit l’interview où Poutine fut excellent, – il y a surtout la fermeté et l’évidence du propos d’un homme qui s’appuie sur la force des principes. Il ne perd pas trop de temps, ni ne nous fait perdre le nôtre, à nous exposer que la Russie est un grand pays, – on le sait, – ni même un pays “exceptionnel” – cela est bien possible, sans avoir à en faire le sujet d'une doctrine stratégique pour la communication. Poutine décrit et explique, et alors l’affirmation de la souveraineté nationale dans la politique vous permet d’exposer cette politique avec une force principielle, c’est-à-dire qu’elle vous donne le talent et l’éloquence qu’exsude la structuration évidente du propos. On comprend la remarque d’Elkabbach (“... et je sais bien des dirigeants français qui pourraient en prendre de la graine.”) : même pour le vieux routier retors et désabusé de la communication parisienne, le discours d’un homme qui applique une politique principielle pulvérise les slogans psalmodiés des dirigeants-Système du bloc BAO, qui ne peuvent s’appuyer que sur le vide de l’absence de substance...»

Nous avons déjà développé l’idée que ce qui fait la puissance irrésistible de la politique russe et du discours général de Poutine, ce ne sont ni le contenu de cette politique, ni les idées qui l’animent, ni les qualités éventuelles de Poutine, – même si tout cela existe, comme c’est probable d’une certaine façon puisque “tout cela” s’appuie sur des principes ; ce qui fait cette puissance irrésistible, c’est le choix fait, volontairement ou non qu’importe, de s’appuyer et de se référer aux principes qui font la structurations de la pensée et des actes, et non aux “valeurs” qui sont des choix de la pensée (d’une pensée ou l’autre, par définition partisane) pour justifier des actes. Nous écrivions ainsi le 23 septembre 2013 :

«C’est le constat d’une différence fondamentale de sens, c’est-à-dire de l’essence même de la chose, de ce qu’est une civilisation. Cette différence est développée et explicitée, si l’on veut, autour de ce qu’on pourrait identifier comme un affrontement entre les “valeurs” et les principes : les “valeurs” étant l’acquis d’un développement donné (la modernité, dans ce cas), instituées par ceux qui l’ont développé, donc par les responsables humains de la modernité, éventuellement devenues, par la force des choses, des acteurs actifs de ce qui est devenu le Système ; les principes étant ce qui est intangible, qui précède tout développement et toute civilisation, qui structure la voie et le sens de ce que toute civilisation doit chercher à faire pour s’accomplir en tant que telle.»

… Puis, à la suite d’une observation d’un lecteur, nous développions l’aspect fondamental de cette opposition “valeurs” versus principes, le 14 décembre 2013. Il s’agissait de la traduction théorique de la formule utilisée plus haut (“[les]principes… font la structurations de la pensée et des actes, [tandis que les] “valeurs”… sont des choix de la pensée (d’une pensée ou l’autre, par définition partisane) pour justifier des actes”)  :

«L’on comprend évidemment que cette question “principes versus ‘valeurs’” oppose des orientations conceptuelles par rapport au développement d’une civilisation, mais aussi, à notre sens, par rapport à toute pensée structurée qui s’équipe pour jeter un regard critique sur la situation du monde : les “principes” sont des normes structurelles (structurantes par essence), existant hors de telle ou telle civilisation, et qui doivent être nécessairement utilisées pour orienter structurellement le développement d’une civilisation, pour que celle-ci ait un sens (pour que cette civilisation ne soit pas littéralement insensée) ; les “valeurs” sont des pseudo-normes conjoncturelles (dont le caractère structurant est absolument aléatoire) déterminées par une civilisation donnée elle-même, pour justifier son propre développement et lui donner un pseudo-sens (faux-sens, contresens, simulacre de sens, etc.). Un principe, grâce à la puissance de son essence structurante, ne peut être infecté et subverti par une civilisation faussaire (une contre-civilisation, comme celle que nous vivons) et peut donc devenir un instrument de critique radicale de cette civilisation faussaire. Une “valeur”, qui n’a aucune essence structurante, peut être utilisée par une civilisation faussaire (une contre-civilisation) pour se faire prendre pour une vraie civilisation, et elle l'est même systématiquement lorsqu'il s'agit effectivement d'une contre-civilisation puisqu'elle est justement développée dans ce but.»

Il s’agit de bien comprendre, – nous le répétons avec force car l’idée exige la répétition, – que nous ne plaidons en aucune façon une politique (celle de la Russie) ou l’action d’un homme politique (Poutine). A ce point, l’idée politique et l’acte qui en découlent ne nous intéressent pas. D’une certaine façon en poussant l’observation jusqu’à la pureté de l’idéal qui doit être se référence théorique, toute politique qui s’appuie sur les principes et tout homme politique qui suit une telle politique ont nécessairement la vertu de leur côté, tandis que le choix des “valeurs” comme références uniques est nécessairement suspect (du type “présumé coupable” à moins de prouver son innocence) parce qu’il découle d’une idée politique avec tous ses pré-jugements et ses intérêts partisans. Pour nous, une politique d’intérêt national n’a de sens vertueux que si elle s’appuie sur les principes et, par conséquent, rencontre les intérêts nationaux des autres. C’est Talleyrand engageant la position française au Congrès de Vienne en annonçant que la France renonce à toutes ses conquêtes “révolutionnaires et impériales”, parce qu’ainsi «la France [cesse] d’être gigantesque pour devenir grande». (Voir le 16 août 2007, sur “l’éloge et la nécessité de la souveraineté”, où Talleyrand argumente que seule la maison des Bourbons a la légitimité nécessaire pour rendre à la France sa souveraineté : «La maison de Bourbon seule, pouvait noblement faire reprendre à la France les heureuses proportions indiquées par la politique et par la nature. Avec la maison de Bourbon, la France cessait d’être gigantesque pour devenir grande. Soulagée du poids de ses conquêtes, la maison de Bourbon seule, pouvait la replacer au rang élevé qu’elle doit occuper dans le système social ; seule, elle pouvait détourner les vengeances que vingt ans d’excès avaient amoncelées contre elle.») De même, un siècle et demi plus tard, de Gaulle restaurera-t-il la souveraineté de la France en plaidant, non pas les “intérêts nationaux” de la France, mais le principe de souveraineté nationale, dont il réclamera d’ailleurs mais bien évidemment l’application pour les autres autant que pour la France elle-même.

Notre propos à ce point est d’observer que de tels choix des principes contre les “valeurs”, ou plus précisément dit, “les principes avant les valeurs” (d’abord appliquer les principes, ensuite suivre les valeurs qui correspondent à cette nouvelle situation ainsi créée et écarter celles qui l’entravent), donnent aux hommes politiques qui les font une autorité naturelle. Lorsque nous disons “autorité naturelle”, nous ne disons pas que cette autorité leur est propre, mais qu’elle devient leur nature même et s’exprime naturellement, parce qu’ils ont fait le choix des principes. De même, leur politique exsude cette même “autorité naturelle”, comme si elle parlait d’elle-même, disant sa légitimité.

Au contraire, les hommes politiques qui ne se réfèrent qu’aux “valeurs” sont à la merci des avatars et des hoquets du temps historique ; les avatars et les hoquets sont d’autant plus sévères, et les “valeurs” d’autant plus manipulables lorsque le temps historique est bas, confus, insensé, – ce qui est particulièrement notre cas. Pour l’occurrence qui nous importe, et face à Poutine, Obama est un homme nécessairement et littéralement “sans principes”, fabriqué sur quelques-unes de ces “valeurs” incertaines et faussement symboliques (multiculturalisme, antiracisme, etc.), dans une période où la crise du gouvernement américaniste atteint son paroxysme de déchirement haineux et de paralysie, derrière un formidable brouillard d’hypocrisie hystérique. Voulant avant tout préserver sa position qui n’a aucune “autorité naturelle”, Obama cherche à satisfaire toutes les “valeurs”, jusqu’aux plus contradictoires, et nécessairement jusqu’aux plus contradictoires ; dans cette époque de tourments et de crises permanentes, les “valeurs” se multiplient et s’amoncellent dans le système de la communication où se trouvent leur seule expression possible, allant dans tous les sens et répondant aux multiples voix et intérêts contradictoires. La conséquence est que la politique d’Obama est à l’aune de ces “choix”, contradictoire, aléatoire, pusillanime, à la fois illégitime et insensée, où la décision et l’acte sont remplacés par le verbe et l’effet d’annonce, où n’importe quel usurpateur (on pense à une Nuland) peut se saisir des commandes pour imprimer une direction décisive, – la politique d’Obama est une constante banqueroute qui s’exprime dans une constante faiblesse, comme l’observe Draitser. Ainsi l’homme est-il tout entier contenu dans cette production faussaire, et affecté à mesure... Ainsi le roi, comme les USA, apparaît-il nu de plus en plus souvent.

La saga faussement diplomatique Paris-Normandie, ou Paris-Deauville, fut un de ces moments où ces vérités de caractère et de politique parurent en pleine lumière. Les circonstances aidant, c’est bien cela qui s’est imposé : le caporal-chef du bloc BAO, qui s’est toujours vanté de tenir le moral ground, mesure incontournable des “valeurs”, s’est trouvé dépourvu et effectivement nu comme un ver et comme le roi, devant le principle ground dont Poutine est le porteur, et qui supplante tout le reste... Tout cela n’a guère de valeur ni d’effet politiques concrets, mais qu’importe dans une époque qui n’a plus aucune politique sinon la politique-Système et la résistance antiSystème, où comptent d’abord les influences, les affirmations de caractère, les capacités de résistance des psychologies. Ce qui importe par conséquent, c’est ce que ces échanges, ces situations, ces basculements d’influence, nous montrent des caractères et des psychologies. Ceux de ces caractères et de ces psychologies qui s’appuient sur les “valeurs” (moral ground) se trouvent sur un terrain gondolé et mouvant, insaisissable et tanguant, à la fois déstructuré et déstructurant, qui ne cesse de les affaiblir, eux qui sont déjà si faibles ; ceux qui se réfèrent aux principes s’appuient sur une structure indestructible et d’une fermeté qui défie le temps (principle ground), et s’en trouvent eux-mêmes trempés et raffermis.

Ainsi, le défilé devant Poutine, qui n’avait rien à voir avec la politique, y compris l’Ukraine, constituait-il une sorte d’aveu de naufrage devant le seul d’entre eux qui, par atavisme et par tradition, se tient ferme en regardant la tempête poursuivre son déchaînement... Et, “grudgingly the US President finally had to communicate with President Putin...»

 

Donations

Nous avons récolté 695 € sur 3000 €

faites un don