Le complexe et son avenir

Faits et commentaires

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 177

Le complexe et son avenir

14 janvier 2008 — L’hebdomadaire Aviation Week & Space Technology (AW&ST) représente sans aucun doute l’une des voix informelles et indirectes les plus autorisées du complexe militaro-industriel (CMI) américaniste. AW&ST fait de l’excellent journalisme, selon les règles du métier et selon les normes et consignes des intérêts que représente cette publication. Il s’agit de “l’esprit” du complexe militaro-industriel, plus que de grossière et lourde propagandes.

En réunissant deux éditoriaux récents d’AW&ST, qui sont évidemment l’avis le plus autorisé de la publication, on obtient un ensemble rendant compte de la perception de ces milieux du CMI à la fois de la situation présente et de son avenir; c’est-à-dire qu’on obtient un diagnostic d’une profonde inquiétude du CMI à l’heure de la succession de GW Bush. Les deux éditoriaux datent respectivement des 15 décembre 2007 et du 7 janvier 2008. Le premier concerne l’état du Pentagone, le second le cadre plus général de la politique US, notamment extérieure et de sécurité nationale, où le Pentagone doit être considéré pour que sa situation soit mieux envisagée.

En un sens, les deux éditos se répondent. Le premier constate l’état catastrophique de la machinerie centrale du Complexe, le Pentagone, et pose, sans illusion excessive nous semble-t-il, la question de savoir si l’administration Bush va lancer le mouvement pour “réparer” la machine («Bush’s Last Chance To Repair The Pentagon», le 17 décembre 2007). Le second lui répond tristement et piteusement, et même avec une certaine rage contenue, qu’il n’y a évidemment aucune chance pour que cela se fasse («Paralysis in Washington: Sadly, More of the Same Looms for 2008», le 7 janvier 2008).

Nous publions quelques extraits significatifs de ces deux éditoriaux.

• La nécessité urgente de réformer le Pentagone.

«The fact Washington must face is that nearly five years of war have left U.S. forces worse off than they have been in a generation—yes, since Vietnam—and restoring them will take budget-building unlike any in the past. The administration’s four-year funding forecast last February of a plateau for the regular budget and progressive reductions in off-budget warfighting money was misleading. It is in these four coming years, as the Bush people leave town and their successors dig in, that the budgetary chickens will come home to roost.

»For example, in Fiscal 2009 and succeeding years, the Pentagon will have to finance the ground-forces buildup of 92,000 active-duty personnel Bush accepted this year after sticking for years with the denials of then-Defense Secretary Donald Rumsfeld that any increase was needed. The department must tend to the war’s wounded; repair and replace weapons that have been damaged or lost; restore stockpiles and prepositioned supplies to prewar levels; implement the shortest-term, most compelling of the counterinsurgency lessons it has learned in Iraq; and rebuild the morale of soldiers and Marines who, in the absence of a military draft, have borne unfair burdens. Without the first and last of these undertakings, finding 92,000 more volunteers for the Army and Marine Corps will be difficult if not impossible. […]

»…Never mind the advocacy of an extra percentage of gross domestic product for defense to heal the system, the extra $20 billion for Air Force aircraft acquisition, the extra $10 billion or so for shipbuilding. None of these things will happen, and each will become less and less likely as Bush’s successor tries to clean up the mess. [...]

»Congressional investigators and some lawmakers believe a large source of extra funds is available within each year’s defense budget—an annual $20-50 billion lost to waste, fraud and abuse. Much of this loss could be “found” and put to good use if defense contractors, the Pentagon acquisition community and the organizations that over-specify weapon-system requirements made serious attempts to do their jobs better. Tossing around guesses about the extent of waste, fraud and abuse is even easier than proposing unrealistic, self-serving budget increases. But the low end of the estimated waste range represents nearly 12% of procurement and R&D funds in the Pentagon’s “regular” appropriation for Fiscal 2008; the high end approaches 29%.

»The existence of a serious level of waste is undeniable, surfacing as it does just about every time an acquisition program runs into delays and/or overruns. To maintain its credibility in what likely will become a more competitive struggle in the next few years between defense and other government functions for federal dollars, the Pentagon will have to sharpen its program management skills and execution…»

• La situation générale de sécurité nationale des USA caractérisée par l’absence de direction.

«…At a time when civility, collaboration and constructive compromise are needed more than ever between U.S. political parties and leaders—and between the U.S. and other nations—the prospect instead is for deteriorating relationships. The deeper the U.S. gets into its presidential election campaign, the more partisan its public life is likely to become. And the closer the Bush presidency gets to its end in January 2009, the more the rest of the world is likely to calibrate its actions to Bush’s successor. [...]

»For lack of listening and engagement, the U.S. has given up much of its leadership role in international affairs. Period.

»• Allies and potential friends alike will watch developments in Iraq, as the U.S. continues to prosecute a war that few of them supported at the start, lost most of its justifications early on and has been bungled throughout.

»• The U.S.-sponsored initiative to find a peace formula for Israel, its neighbors and the Palestinians will bear fruit slowly, if at all.

»• Almost all of the nearly 200 nations meeting recently in Bali to develop a greenhouse-gas reduction regime for 2012, when the Kyoto Protocol expires, are dissatisfied that the U.S. committed itself to no more than two years of negotiations that history suggests will produce only grudging concessions, if any, to global-warming realities.

»• Political chaos in Pakistan following the assassination of Benazir Bhutto shows again that the U.S. needs to confront challenges abroad with subtlety, not bombast. Instability in a nuclear-armed Islamic state, close by and hostile to nuclear-armed India, is the last thing the world needs.

»The common denominator in all these challenges, domestic and international, is that overcoming them will require leaders of good will and generous spirit to devise compromises that everyone is willing to support for the greater good. That is how things used to get done. Sadly, its absence is the source of 2007’s failures and the pessimism with which we begin 2008.»

Crise systémique, évidemment

Le constat général est résumé par une phrase, qui mesure la chute vertigineuse de la puissance US depuis 2001. Cette phrase (extraite de l’éditorial du 7 janvier), dont nous nous permettons de souligner en gras le composant essentiel, pourrait aller dans les deux éditoriaux tant elle constitue, comme un lien entre les deux analyses, une conclusion symbolique fondamentale. Elle mesure à elle seule le destin des ambitions US dans l’évolution de l'aventure irakienne. Elle donne la mesure du constat d’incapacité et d’impuissance de l’initiative politico-militaire qui a constitué l’essentiel de l’effort hégémonique des USA depuis le 11 septembre 2001. Elle a à la fois une résonance technique et matérielle, à la fois une résonance politique et presque philosophique, – puisque, effectivement, la direction américaniste a intimement lié ses ambitions politiques les plus hautes aux capacités militaires de la puissance américaniste, – entérinant ainsi, au travers de cette simple phrase, l’échec de la guerre américaniste. Elle mesure la profondeur de la chute de la puissance américaniste par rapport aux illusions que nous avons tous entretenu à l’égard de cette puissance, lorsqu’on a à l’esprit que l’on parle de l’Irak comme test suprême de cette puissance, un pays de 25 millions d’habitants, sous-équipé et à la dérive lorsque les USA l’attaquèrent:

«No matter how the administration and Congress evaluate the outcome of this year’s surge of forces, no matter what sort of pullout schedule, resolutions or amendments Congress passes, no matter what President Bush vetoes and regardless of whether Congress overrides, the U.S. is no longer capable of sustaining the effort it has poured into Iraq since 2003.»

Le plus pathétique dans ces éditoriaux auxquels nous donnons tant de signification, c’est l’inexistence complète de la moindre esquisse d’une solution ou d’un espoir d’amélioration de la situation. Il n’y a strictement aucune raison pour que ce qu’AW&ST écrit pour 2008 («…the pessimism with which we begin 2008») ne vaille pas pour 2009, en pire. L’état du Pentagone sera, début 2009, pire qu’en ce début d’année 2008.

Il ne s’agit plus, aujourd’hui, d’une affirmation générale et nécessairement vague, une affirmation qu’on pourrait ignorer avec la qualification méprisante qu’elle n’est qu’un anathème anti-américaniste de plus. La crise du Pentagone est désormais sortie de l’abstraction des analyses théoriques. Les conséquences sur les structures des forces, même hors des événements conjoncturels comme l’Irak (qui a mis l’U.S. Army dans une situation catastrophique), sont réelles et commencent à être comptabilisées. Il est désormais acquis que l’USAF va être privée “indéfiniment” de 162 à 180 chasseurs F-15, soit autour de 40% des avions de cette catégorie affectés à la défense de l’espace aérien national. Ce seul point est un cas de crise majeure qui sort du cadre habituel de cette sorte d’événement, selon le mot du général John W. Corley, commandant l’Air Combat Command (cité dans le Washington Post du 11 janvier): «This is not isolated. This is systemic.»

Une menace similaire existe pour les ravitailleurs en vol KC-135 et les avions de transport stratégique C-5. Les détails que nous publions dans notre Bloc Notes de ce jour sur la situation de l’USAF sont véritablement, absolument effrayants pour une force de cette importance stratégique.

La crise de la puissance militaire des USA est sortie des accidents de conjoncture pour entrer dans le domaine de la crise systémique. La tragédie de cette situation est connue; elle tient dans le fait qu’on ne sait absolument plus quel remède pourrait bien être apporté. Aujourd’hui, la politique de sécurité nationale des USA, dont la puissance repose sur leur capacité militaire à soutenir et à mener une telle politique, évolue dans le chaos le plus complet, dont l’élément budgétaire est certainement le plus paradoxal. Jamais le Pentagone n’a eu autant d’argent et n’a connu aussi peu de restrictions dans ses exigences budgétaires, et cette situation en cours depuis 2002 a eu pour effet extraordinaire d’aggraver la crise plutôt que de commencer à la résoudre. Une observation significative de cette situation est le fait que l’augmentation des dépenses R&D depuis 2000-2001 a conduit, officiellement selon les calculs cités par AW&ST, à une augmentation parallèle du gaspillage, fraudes, etc., 3 à 4 fois supérieure en pourcentage: les “coûts” en gaspillage dans tel ou tel budget militaire augmentent 3 à 4 fois plus vite que l’augmentation dont “bénéficie” ce budget.

(Les chiffres réels bruts quasi-officiels de gaspillage que cite AW&ST, – 12% à 29% pour les dépenses R&D – pourraient être bien plus vertigineux. Certains analystes indépendants jugent que le pourcentage du gaspillage dans ce domaine des dépenses militaires frise les 40% et pourrait approcher la moitié du budget R&D dans les 5 prochaines années. Une des explications probables est que de plus en plus de domaines des dépenses militaires sont confiés à la gestion de contractants privés sur lesquels aucune surveillance efficace n’est exercée.)

Crise systémique, sans le moindre doute. Mais il s’agit d’un système dont plus personne parmi ceux qui le dirigent prétendument ne comprend comment il fonctionne ni dans quel sens il faut appliquer la médecine, ni quelle médecine il faut lui appliquer. Pour espérer comprendre, il leur faudrait s’aventurer dans des analyses et des médecines que n’autorise pas la police conformiste de ce même système.


Donations

Nous avons récolté 932 € sur 3000 €

faites un don