La résistance populaire, facteur géophysique de la crise d’effondrement

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

La résistance populaire, facteur géophysique de la crise d’effondrement

Noami Klein, sociologue et activiste fameuse, auteur(e) du livre à très grand succès La stratégie du choc sur la dynamique fondamentale de déstructuration et de dissolution du capitalisme radical actuel, publie un article d’un très grand intérêt dans The New Statesman, ce 30 octobre 2013. Elle reprend une partie de cet article sur son site personnel, le 29 octobre 2013.

Le thème de l’article de Klein concerne un phénomène qui se trouve en pleine dynamique de développement, qui concerne la communauté scientifique, – dans tous les cas, à commencer par la frange radicale de cette communauté, qui ne pourra que se renforcer à mesure que l’on constate la rapidité de la destruction du monde causé par la dynamique du surpuissance du Système. (Dans ce cas, il s’agit en l’occurrence du capitalisme extrême, déchaîné, et des destruction qu’il opère sur l’environnement, et cela observé du point de vue de la géophysique. Le Système se manifeste par définition dans tous les domaines, et il a un nom spécifique selon les domaines, – ici le capitalisme, là la surveillance de masse [la crise Snowden/NSA], là les interventions et pressions de communication à prétention militaire [la crise syrienne et alentour], etc. Dans tous les cas, il agit dans toute sa surpuissance dans le sens de l’équation “dd&e” [déstructuration-dissolution-entropisation], tendant à réduire à un état de néantisation tout ce qu’il entend conquérir, soumettre et exploiter, et par conséquent transformant objectivement sa dynamique de surpuissance en dynamique d’autodestruction dans le cours de ce processus. Le Système, prouvant ainsi son absurdité, tend à détruire ce qui devrait le renforcer, et s'épuisant à mesure dans la catastrophique destruction de ce qui est nécessaire à sa puissance.)

L’originalité du propos de Klein, ou disons sa nouveauté dans le constat de la progression des consciences, c’est effectivement le constat de scientifiques de plus en plus nombreux, 1) que, pour des raisons diverses et indubitables, le capitalisme extrême (le Système) ne peut plus être réformé et que la lutte contre la crise qu’il engendre implique désormais sa mise en cause totale ; 2) que cette mise en cause totale du capitalisme, avec la lutte qu’elle implique contre lui, implique également la participation populaire sous forme de la révolte par tous les moyens, et sans nécessité de but constructif, ou disons alternatif ; 3) que cette réaction souhaitée par ces scientifiques a pour but fondamental, essentiel, de freiner la machine, de la gripper, de la contrecarrer par tous les moyens possibles, pour diminuer à mesure son effet destructeur, sans plus se préoccuper de savoir quoi faire et quoi mettre à la place, parce que quand une personne se noie à cause des vêtements trop lourds dont elle est affublée (une armure de chevalier blanc du libéralisme, si vous voulez), on ne se préoccupe pas de savoir comme on l’habillera si on parvient à la sauver, on tente de la sauver tout simplement, en la soulageant de ses oripeaux qui l’entraînent vers le fond.

Le plus actif des scientifiques cités par Klein, Brad Werner, estime que cet appel à la révolte n’est pas un acte idéologique ni politique, mais un fait scientifique objectif nouveau qui doit être inclus dans la démarche géophysique. Il s’agit de tenter de stopper un mouvement de destruction du monde, et un moyen désormais qualifié de “scientifique“ parmi d’autres réside dans cette révolte, que Werner nomme parfaitement du terme de résistance. (Voir notre texte du 2 juillet 2012 sur la “résistance” comme tâche civique et humaine fondamentale, sans se préoccuper des buts de cette résistance puisqu’il s’agit de ne considérer que l’aide qu’on peut apporter à la destruction du Système. Pour la définition d’un monde meilleur, on verra plus tard si vous voulez bien.)

Klein observe donc que “la résistance” est, dans ce cas, devenue un concept scientifique intégré dans la science géophysique, qui mène le constat de la destruction du monde par le Système : «So it stands to reason that, “if we’re thinking about the future of the earth, and the future of our coupling to the environment, we have to include resistance as part of that dynamics”. And that, Werner argued, is not a matter of opinion, but “really a geophysics problem”.» Voici des extraits de l’article de Klein, qui mérite sans aucun doute d’être lu et médité dans sa totalité.

«In December 2012, a pink-haired complex systems researcher named Brad Werner made his way through the throng of 24,000 earth and space scientists at the Fall Meeting of the American Geophysical Union, held annually in San Francisco. This year’s conference had some big-name participants, from Ed Stone of Nasa’s Voyager project, explaining a new milestone on the path to interstellar space, to the film-maker James Cameron, discussing his adventures in deep-sea submersibles. But it was Werner’s own session that was attracting much of the buzz. It was titled “Is Earth F**ked?” (full title: “Is Earth F**ked? Dynamical Futility of Global Environmental Management and Possibilities for Sustainability via Direct Action Activism”).

»Standing at the front of the conference room, the geophysicist from the University of California, San Diego walked the crowd through the advanced computer model he was using to answer that question. He talked about system boundaries, perturbations, dissipation, attractors, bifurcations and a whole bunch of other stuff largely incomprehensible to those of us uninitiated in complex systems theory. But the bottom line was clear enough: global capitalism has made the depletion of resources so rapid, convenient and barrier-free that “earth-human systems” are becoming dangerously unstable in response. When pressed by a journalist for a clear answer on the “are we f**ked” question, Werner set the jargon aside and replied, “More or less.”

»There was one dynamic in the model, however, that offered some hope. Werner termed it “resistance” – movements of “people or groups of people” who “adopt a certain set of dynamics that does not fit within the capitalist culture”. According to the abstract for his presentation, this includes “environmental direct action, resistance taken from outside the dominant culture, as in protests, blockades and sabotage by indigenous peoples, workers, anarchists and other activist groups”.

»Serious scientific gatherings don’t usually feature calls for mass political resistance, much less direct action and sabotage. But then again, Werner wasn’t exactly calling for those things. He was merely observing that mass uprisings of people – along the lines of the abolition movement, the civil rights movement or Occupy Wall Street – represent the likeliest source of “friction” to slow down an economic machine that is careening out of control. We know that past social movements have “had tremendous influence on . . . how the dominant culture evolved”, he pointed out. So it stands to reason that, “if we’re thinking about the future of the earth, and the future of our coupling to the environment, we have to include resistance as part of that dynamics”. And that, Werner argued, is not a matter of opinion, but “really a geophysics problem”.

»Plenty of scientists have been moved by their research findings to take action in the streets. Physicists, astronomers, medical doctors and biologists have been at the forefront of movements against nuclear weapons, nuclear power, war, chemical contamination and creationism. And in November 2012, Nature published a commentary by the financier and environmental philanthropist Jeremy Grantham urging scientists to join this tradition and “be arrested if necessary”, because climate change “is not only the crisis of your lives – it is also the crisis of our species’ existence”.

»Some scientists need no convincing. The godfather of modern climate science, James Hansen, is a formidable activist, having been arrested some half-dozen times for resisting mountain-top removal coal mining and tar sands pipelines (he even left his job at Nasa this year in part to have more time for campaigning). Two years ago, when I was arrested outside the White House at a mass action against the Keystone XL tar sands pipeline, one of the 166 people in cuffs that day was a glaciologist named Jason Box, a world-renowned expert on Greenland’s melting ice sheet. “I couldn’t maintain my self-respect if I didn’t go,” Box said at the time, adding that “just voting doesn’t seem to be enough in this case. I need to be a citizen also.”

»This is laudable, but what Werner is doing with his modelling is different. He isn’t saying that his research drove him to take action to stop a particular policy; he is saying that his research shows that our entire economic paradigm is a threat to ecological stability. And indeed that challenging this economic paradigm – through mass-movement counter-pressure – is humanity’s best shot at avoiding catastrophe. [...]

»If we are to avoid that kind of carnage while meeting our science-based emissions targets, carbon reduction must be managed carefully through what Anderson and Bows describe as “radical and immediate de-growth strategies in the US, EU and other wealthy nations”. Which is fine, except that we happen to have an economic system that fetishises GDP growth above all else, regardless of the human or ecological consequences, and in which the neoliberal political class has utterly abdicated its responsibility to manage anything (since the market is the invisible genius to which everything must be entrusted).

»So what Anderson and Bows are really saying is that there is still time to avoid catastrophic warming, but not within the rules of capitalism as they are currently constructed. Which may be the best argument we have ever had for changing those rules. [...]

»But the truth is getting out anyway. The fact that the business-as-usual pursuit of profits and growth is destabilising life on earth is no longer something we need to read about in scientific journals. The early signs are unfolding before our eyes. And increasing numbers of us are responding accordingly: blockading fracking activity in Balcombe; interfering with Arctic drilling preparations in Russian waters (at tremendous personal cost); taking tar sands operators to court for violating indigenous sovereignty; and countless other acts of resistance large and small. In Brad Werner’s computer model, this is the “friction” needed to slow down the forces of destabilisation; the great climate campaigner Bill McKibben calls it the “antibodies” rising up to fight the planet’s “spiking fever”.

»It’s not a revolution, but it’s a start. And it might just buy us enough time to figure out a way to live on this planet that is distinctly less f**ked.»

Il nous apparaît évident que cet article, qui introduit une dimension nouvelle en objectivant la nécessité ce la révolte (de la résistance), quasiment comme un fait scientifique incontestable, doit être lu dans toute sa globalité potentielle. Activiste comme on la connaît, et sans doute aussi est-ce le cas de Werner, Klein cite comme mouvements de résistance des cas classiques de révoltes ou de résistance populaires (Occupy Wall Street). Nous devons aller plus loin que cela, en suivant rigoureusement la même logique. Il s’agit d’attaquer, d’attaquer sans cesse pour gripper le Système, fausser son fonctionnement et accélérer son inéluctable dynamique autodestructrice, donc introduire le désordre en son cœur, par tous les moyens possibles. Tous les actes, tous les événements, dans tous les domaines, selon toutes les formes qu’ils peuvent prendre, sont comptables de ce devoir fondamental, qui est nommé “résistance”.

Pour être bien concret à cet égard et montrer la diversité du propos, on prendra le cas de la crise Snowden/NSA, dans tous les esprits et si souvent traitée dans ces colonnes. Selon la logique ainsi exposée, il ne s’agit pas, dans cette crise, de contrer la NSA, de chercher à assurer une défense de l’Europe contre les actes de la NSA, selon des données principielles devenues objectivement archaïques sinon fantomatiques parce que totalement détruites par le Système, comme la souveraineté, l’identité, etc. Tout cela n’existe plus là où nous étions accoutumés de le trouver car tous les principes ont été détruits dans la structuration par inversion des directions politiques (même s’ils existent ailleurs, car un principe ne se détruit pas, et ils existent justement dans le fait de la résistance). L’on sait bien, ou il serait temps de commencer à le savoir après avoir fait l’effort de la comprendre, – l’intelligence sert à cela, – que la définition de l’Europe comme vassale de l’Amérique est absolument vaine pour les effets espérés, notamment effets de mobilisation, et à la limite que cette définition est complice de la situation actuelle du Système en dissimulant la vérité de la situation. (En acceptant par hypothèse cette logique de l’Europe-vassale, que nous n’acceptons plus dans notre rangement, croit-on une seule seconde que si l’Europe telle qu’elle est se libérait de cette soi-disant vassalité, elle ne serait pas aussitôt le meilleur élève du Système ? Voyez l’allure avantageuse et entendez la profondeur du verbe de Barroso : la messe est dite. [Ou bien, voyez notre président-poire, hein...])

L’Europe, dans le chef de ses dirigeants politiques, est un composant comme l’Amérique dans le chef de ses dirigeants politiques, au service du Système, agissant selon les normes et les consignes du Système, etc. (De là notre rangement en bloc BAO, où l’Europe, répétons-le dans le chef de ses directions politiques, est exactement sur le même pied d’égalité que les USA dans son action dd&e.) Le fait de la “résistance” comme facteur géophysique, mais aussi culturel, psychologique, politique, etc., consiste à introduire le désordre, la confusion dans la machine-NSA, à tenter de la gripper, et par extension dans la direction politique US, au Congrès, dans les relations USA-Europe, dans les réactions des dirigeants européen “écoutés”, et ainsi de suite. (Et Snowden-Greenwald font parfaitement cela, quelles que soient leurs intentions et leurs pensées, et la sympathie qu’on éprouve ou pas pour eux.) Peu nous chaut que Merkel soit espionné et qu’elle ne le soit plus si sa protestation est entendue, – de toutes les façons, tous ces gens disent la même chose, pour le même but-Système, même s’ils ne le réalisent pas ; l’important est qu’elle (Merkel) réagisse, s’indigne, rougisse de colère et de vertu outragée, brandisse la dignité et les “valeurs” suprématistes partagées par le bloc BAO, demande des comptes, exige ceci et cela, et produise ainsi des effets à la Maison-Blanche, au Congrès, et en finale à la NSA dans le chef ahuri du général Alexander, et tous ces effets qui sont autant d’effets de désordre et de confusion, qui handicapent et freinent de plus en plus gravement le fonctionnement de la machine. Bien entendu, cet exemple est un exemple, et la même logique s’applique à toutes les crises, à toutes les situations... Résistez, résistez, et cessez donc de chercher à comprendre pour quelle forme de monde idyllique vous résistez. L’acte seul compte, dans une situation d’effondrement si tragique qu’elle implique au terme de sa logique la destruction du monde et de tout ce qui va avec, compris “les espèces”, et donc sapiens soi-même.

Nous avons pris l’exemple de la crise Snowden/NSA parce qu’elle est dans tous les esprits et qu’elle semblerait être le moins concernée par cette idée de “résistance” impliquant une “révolte” qu’on imagine aussitôt limitée aux seuls mouvements populaires de masse. Au contraire, tout est concerné, à notre sens. Ainsi faut-il prendre, selon notre logique, toute la puissance du propos de Klein, et toute la substance encore plus bouleversante que révolutionnaire, complètement apolitique et anti-idéologique, de cette “révélation” de la nécessité de “résistance” qui commence à toucher le monde scientifique, selon cette autre “révélation” que ce qui est en cause est bien un système entier, général, as a whole, – le Système, certes. Nous ne prendrons pas alors notre calculette pour mesurer en termes politiques et autres les effets de cette démarche, ce qui serait faire acte de fausse-science, de science-bidon, pour mesurer la chose. Nous tentons simplement de proposer l’idée qu’une telle conception qui progresse dans les esprits de nombre de scientifiques constitue un fait psychologique majeur, quoique par ailleurs inévitable au vu de la dynamique du Système et de ses effets, et ce fait psychologique devant nécessairement entraîner des effets psychologiques généraux, des réalisations intellectuelles et de conscience, etc. C’est ainsi que se constate, puis se renforce aussitôt, la nécessité de la “résistance”, devenu fait scientifique objectif.

Bien entendu, nous n’avons examiné qu’un seul aspect de l’article de Klein et de l’attitude de ces scientifiques qu’elle décrit. Un autre aspect concerne évidemment la situation de crise eschatologique d’effondrement qui est ainsi actée (avec ses avatars de fort peu d’intérêt, comme la polémique sur la question des émissions des gaz à effets de serre, le Climategate). Cette crise d’effondrement affectant la structure géophysique du monde est une évidence qui n’a besoin ni de calculettes, ni de polémiques, et le rôle du sapiens en tant que serviteur du Système est de la même évidence. Bien entendu, nous reviendrons sur cet aspect de l’article de Klein.


Mis en ligne le 31 octobre 2013 à 09H04

Donations

Nous avons récolté 1668 € sur 3000 €

faites un don