La démonstration par Gingrich

Faits et commentaires

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

La démonstration par Gingrich


21 juillet 2006 — Hier, sur le site du Guardian (et dans l’édition papier), paraissait un texte de Newt Gingrich, l’ancien Speaker (président) de la Chambre des Représentants de 1992 à 1996. Court, expéditif, nous annonçant ce que tout le monde sait, — vous, moi, la “communauté internationale” et ma chienne adorée Margot : « The third world war has begun. »

On ne peut dire que ce texte est médiocre, ou alarmiste, ou provocateur ; ce serait lui accorder une importance de substance qu’il n’a pas. C’est un petit tract électoral relevant d’une bande dessinée des années cinquante (il était déjà question de la third world war, qui apparaît comme la chose la plus commune du monde) transposé à notre époque. Un robot y aurait mis sans doute plus de sentiments et nous sommes conduits à devoir observer que le brave NG discrédite quelque peu l’art de la propagande et de l’habileté du mensonge.

Comme nos lecteurs sont stoïques et le texte de NG aussi court et expéditif qu’on l’a dit, nous allons le reproduire. Le Guardian ne nous en voudra pas parce que c’est en tout bien tout honneur puisqu’il ne nous fera pas gagner un lecteur. Et enfin, il s’agit de l’édification du monde occidental. (Plus que le ton ironique pourrait le laisser croire.)

Voici donc le tract-NG :

« The civilized world stands balanced between victory and defeat.

» The long road to victory begins with the free world helping the Lebanese democracy defeat Hizbullah, expelling the Iranian Revolutionary Guards and removing all of the 10,000 plus missiles aimed at Israel from Lebanon. Then we must create the circumstance where the Lebanese can control their own territory and thus end the mortal threat to Israel.

» The ceasefire called for by the recent and ill-advised G-8 communiqué would do the opposite. It would simply allow the terrorists to organize and prepare for the next round of killing and bloodshed.

» The nature of the threat — with Iran at the epicenter — is at its core ideological. The ideological wing of Islam that is irreconcilable to modern civilization. And while not operationally connected, the events of just the last seven weeks throughout the world share the common strategic goal of defeating the West and its values. It could be accurately described as a third world war.

» Just place these events on a map and a clear picture emerges.

» An Iran-Syrian-Hizbullah-Hamas terrorist alliance is waging war against Israel; seven bombings in Mumbai, India, killed more than 200 people; North Korea, launched seven missiles, including an intercontinental ballistic missile capable of hitting the West coast of the continental United States; seven Americans pledging allegiance to al-Qaida on video tape; a plot to bomb New York City subways and tunnels; 18 Canadians arrested with twice the explosive force used in the Oklahoma City bombing. Now add all the cities where previous events have occurred and a global campaign of terror is no longer deniable.

» The free world must stand up to the barbarism or be defeated by it.

» In the current conflict, the free world must stand ready to support the democratic government of Lebanon in its quest to impose authority over all of Lebanon but especially its southern border region. This will test the resolve of the civilized world to turn this vicious attack on a democracy into an opportunity for an historic victory over terrorists and their state sponsors.

» In this crisis of civilization, with nerve and steady focus it is possible to win a decisive victory. »

Ce qui est remarquable dans ce texte, ce sont les réactions qu’il a suscitées. Sur le blog de commentaire qui le suit s’alignait un nombre incroyable de messages. Nous n’avons pas compté : 400 ? 500 ? 600? Plus encore? Épuisant d’envisager un tel décompte. (Ces constats datent du début de la matinée, 24 heures après la mise en ligne de l’article.) A part les deux ou trois allumés de service et l’un ou l’autre expert pro-américaniste qui l’approuve, on trouve une majorité quasi-stalinienne (99,3% ? 104,5% ?) pour rugir d’imprécations anti-Newt. Tout y passe, son quotient intellectuel, ses convictions à l’extrême droite des néo-nazis, sa carrière d’affairiste profitant de la maladie de sa femme et ainsi de suite.

Nous ne résistons pas. Nous vous en livrons quelques-uns piqués ici et là. Nos lecteurs n’ont qu’à parcourir l’immense Forum, ils verront que c’est presque “au hasard” que notre sélection s’est faite…

« Zbuster : Is this the kind of paranoid maniacs the american people votes for? God saves us!! You have nothing to say to an enlightened audience but inanities due to your incompetent grasp of the realities of the world's conflicts. You should be sent to the ICJ tribunal for inciting murder and justifying war crimes!! »

« finkymarv: I for one fully support Newt in his definitions freedom. I too hold sacred a world where the Speaker of the House can use the GOP as a personal slush fund, evade taxes, and serve his wife divorce papers as she lies in hospital with cancer. I don't care if that's just being personal. Nasty little man who shouldn't be given the space to air his idiocy. »

« DeepHeat: What an unpleasant person. »

« bmurphy: Very depressing indeed. This drivel unfortunately shows where the real danger to world security currently lies — a paranoid and ignorant USA, desperately seeking to maintain its superpower status in the face of a shifting balance of power in the ME, Asia and Latin America, is now acting out its deranged fantasies of millenarian armageddon. Garton Ash today wonders how long it'll be before there is a nuclear confrontation — my guess is that it'll be the US that does it, under the pretext of the nonsense spouted here by Gingrich.

» Gingrich invites us to link the evidence of Hamas, Hizballah, N.Korea, Mumbai etc and draw the obvious conclusion. Hey Gingrich, how ignorant are you? Link these together — decades of Israeli land-grabs, thousands of Palestinians killed, hundreds of Lebanese killed in response to the adbuction of TWO Israeli soldiers, 10s of thousands killed in Iraq, sales of arms by the US to Iraq and Iran to keep them contained in a war that claimed hundreds of thousands of lives, US/UK plans to invade and occupy oil-rich SW Iran etc. etc.

» If Gingrich believes this he's really dumb. I assume he doesn't and that its a neo-con propaganda drive — the Israeli action clearly has longer term designs, and is probably part of a strategic move by US/Israel to provoke Syria/Iran and create a pretext for action against these two a couple of years down the line. The US/UK are currently supporting rebel ethnic groups within Iran, with the hope of provoking revolution/regime change there too — it's utter madness which will drive these nations further away than ever from any semblance of peaceful, stable and democratic governance. »

« Elliott: A “civilised” world that accommodates Israel and does not kill Newt Gingrich is nothing of the sort. »

« mh11: This is such inverted logic, that I cannot even begin to argue with it. It's like the elephant, trampling everything down, saying ‘see how elegant I walk?’, it's like the monster, killing everyone he sees, shouting ‘help, I'm attacked!’, it's like a F16, firing a rocket (made in USA) into a bus with fleeing civilians on a road in Lebanon, screaming ‘they were following me, I had to!’

» It is the logic of the psychopath, running the asylum. »

« eddiectt: I think what Newt is trying to say is that when he was young all the other kids used to pick on him. He still hasn't managed to got over it. »

« Steerforth: Since the second world war no country comes anywhere near the US in terms of the indiscriminate slaughter of civilians. From Korea through Vietnam to Iraq to a variety of smaller conflicts the US is the champion when it comes to industrial scale killing. The first and only solution they offer is violence. »

« flanker: Barbarism begins at home Mr Gingrich. »

Et ainsi de suite, comme il se doit…

« What an unpleasant person. »

Le déferlement qui accompagne le message de Gingrich est fameusement impressionnant. Il vaut sondage et sollicite la sensibilité de l’intelligence intuitive, à ce point de l’abondance quantitative et de la vivacité qualitative. Il découvre une exaspération, une colère extraordinaire chez les lecteurs du Guardian. On dira que les lecteurs du Guardian sont de gauche, ce qui est sans doute complètement exagéré, — parlons d’une gauche modérée, ou, disons, d’opinions libérales. Mais, surtout, la violence des réactions dépasse l’étiquetage politique.

C’est là que l’intuition doit jouer son rôle : il s’agit d’une réaction culturelle, d’une attitude psychologique et identitaire pure, — “européenne”, pour le coup. (La seule façon pour l’Europe de se percevoir identitairement est dans son affirmation complètement différente vis-à-vis des USA.) Littéralement, on ne supporte pas cette sorte de personnage, charlatan et hâbleur, fabriqué, affairiste, utilisant la propagande comme d’autres vont aux toilettes, manipulant des affirmations tonitruantes qui en découlent comme on fait après être allé aux toilettes.

Bien sûr, Gingrich est un personnage qu’on pourrait juger hystérique. En même temps, c’est un lobbyist, un “consultant” qui fait beaucoup d’argent et un membre du Defense Policy Board du Pentagone, tout cela après avoir été le troisième personnage de la nation en tant que Speaker. Il a déclenché depuis quelques jours sa campagne “nous sommes dans la Troisième Guerre mondiale” comme on lance une marque de savonnette. C’est sans doute cela, cet aspect absolument vénal du comportement, l’impression que l’homme a choisi la cause de la “troisième dernière” comme on choisit une marque de cigarettes, qui choque plus que tout.

L’impression générale n’a rien à voir avec un complot, elle est d’une complète irresponsabilité. C’est à ce point qu’on peut comprendre à quel degré de décadence l’establishment washingtonien est tombé. Comme le signale un de nos lecteurs, le site MediaMatters analyse l’actuelle offensive promotionnelle de Gingrich pour que les républicains adoptent le thème de la “troisième dernière”, — pour gagner les élections de novembre et non pour sauver la civilisation, bien entendu. Gingrich est aidé en cela par les “usual suspects” comme FoxNews par exemple. Lorsqu’on arrive à ces constats, l’argument de Gingrich n’a rien à voir avec les réalités du monde mais avec les obligations affairistes de Washington.

Mais tout cela se manifeste à l’occasion d’un slogan qui est potentiellement l’illustration et l’aliment d’une politique de l’agression et de la destruction, à propos d’une campagne militaire bruyamment applaudie par le tout-Washington alors qu’elle s’apparente à un crime de guerre (selon l’ancienne juge du Tribunal International et actuelle Haut Commissaire pour les droits de l’homme à l’ONU, Louise Arbour), enfin qui pourrait effectivement conduire à des conflits extrêmement graves impliquant rien moins que le sort de l’humanité, — voilà qui explique fondamentalement l’hostilité manifestée à Gingrich dans les colonnes du Guardian. L’irresponsabilité et l’inconscience du cas sont extrêmes mais elles sont d’autre part exemplaires du comportement américaniste. Ce comportement fait se côtoyer les aspects les plus dérisoires et les plus médiocres de la nature humaine avec des causes immenses, qui occasionnent des souffrances sans nombre, brisent la vie de milliers de gens, déstructurent des sociétés et massacrent des traditions qui portent la mémoire de notre histoire commune, menacent les équilibres du monde et ceux de la nature. C’est ce condensé que nous offre Newt Gingrich.

Il existe là une rupture culturelle fondamentale avec les USA, notamment et particulièrement de la part de l’Europe. La lâcheté hébétée des dirigeants européens et l’entêtement borné et vaniteux d’un Blair n’y changent rien. La politique, au niveau où elle évolue aujourd’hui, est incapable de rendre compte de tout cela. On trouve de véritables motifs de réflexion et la possibilité de poser des constats fondamentaux dans de telles circonstances, comme celle que nous commentons, lorsque l’intuition est capable d’identifier et de saisir la confrontation de manifestations culturelles et psychologiques si extrêmes et si extrêmement étrangères.

Les agissements et le comportement de Gingrich, même s’ils sont un peu excessifs par rapport à la norme washingtonienne mais à peine, illustrent une attitude et une perception américanistes profondes. Il n’y a rien qui soit, aujourd’hui, plus étranger à la culture européenne. Contrairement aux slogans éculés et grossiers, psalmodiés par des robots-ministres ânonnant les fiches de leurs conseillers en communication, l’Amérique et l’Europe manifestent aujourd’hui des valeurs fondamentales, — celles du comportement, du jugement de perception, de la vision du monde, de l’organisation de la façon de vivre, — qui sont complètement opposées, voire antagonistes jusqu’à l’affrontement. Bien entendu, c’est là qu’est leur “clash des civilisations”.

Après tout, c’était une bonne idée de publier ce Gingrich dans un quotidien européen. Refaites-nous-en à la tonne, que les idées, les nôtres, soient bien fixées.


Donations

Nous avons récolté 1718 € sur 3000 €

faites un don