Humeur de crise-36

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Humeur de crise-36

24 mai 2017 – Il est vrai que je m’étonne moi-même d’avoir si peu à écrire selon mon sentiment, et encore moins à penser de la situation française, dans ce temps nouveau du macronisme. Le “bruit de fond” autour de cette élection du jeune et brillant président-Macron m’a épuisé en vérité. J’ai montré un peu de passion, et même une grande passion pour la compétition, pendant quelques semaines ; désormais, je me découvre indifférent. Pour l’instant, le seul élément sérieux qui m’intrigue, je l’avoue, est cette rencontre avec Poutine, et à Versailles en plus (?), lundi prochain.

Je n’ai pas été convaincu de reprendre le collier de ma plume pour examiner et diagnostiquer notre-Président petit-prodige lorsque j’ai entendu l’acteur Vincent Lindon, notre paysan-du-Danube de service, nous expliquer, pour une fois cravaté et d’une voix soudain enfantine, il y a 3-4 jours au JT de LCI, qu’« avec lui [Macron], comment dire, les jeunes se sentent plus vieux et les vieux plus jeunes... » J’ai pensé un instant, d’une façon stupidement cruelle, je l’avoue, façon : “Et les jeunes-cons, se sentent-ils plus vieux-cons avec lui ? Et les vieux-cons, se sentiraient plus jeunes-cons, peut-être ? Tout cela me rajeunit...” Passons-outre si vous voulez bien un tel mauvais esprit.

Je ronchonne, je marmonne ... Voilà à peu près comment plutôt que pourquoi la situation française, et non encore le président lui-même, ne m’intéresse guère pour le séant et l’immédiat. J’ai un peu l’impression que ce “bruit de fond” où l’on trouve un Lindon et tant d’autres voix autorisées de la sorte de cette fameuse “société civile”, ressemble un peu à l’atmosphère de certaines émissions pour les tout-petits, à la TV française, du temps de mes jeunes années ; c’était notamment et essentiellement le “Bonne nuit les petits” de l’excellent Nounours, promettant de beaux rêves à nos chères têtes blondes. (568 épisodes entre 1962 et 1973, plus que deux quinquennats...)

Non pas que le nouveau président soit un endormeur, une sorte de producteur d’hypnose, mais parce que prédomine en moi l’impression que les Français aimeraient bien s’endormir, bercés par Petit-Nounours, pour se réveiller dans leurs rêves devenus une réalité avec l’allure d’une sorte de “Royaume enchanté”. Aucun sentiment à ce propos pour le moment courant, intuition absente, conviction sans ressort, plutôt tout en attente... Cette “humeur de crise” est une drôle d’humeur d’où la crise serait justement de ne pas se percevoir en crise, alors que tout de notre sagesse et de notre perception nous crient le contraire. Enfin, le vrai est que jamais on ne perd rien pour attendre...

Donations

Nous avons récolté 1160 € sur 3000 €

faites un don