Devoir de transparence, principe de délation

Brèves de crise

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Devoir de transparence, principe de délation

On trouve ci-dessous un extrait d’une interview de la journaliste Jo Becker, du New York Times, de Julian Assange (par télétransmission, Assange étant toujours en résidence forcée, du fait des artifices légaux du Système, à l’ambassade de l’Equateur à Londres). L’extrait est publié par le Washington Examiner du 31 août, sous le titre ironique de « Assange grills NYT reporter after question on Russia » ; le verbe “to grill”, dans son sens imagé, signifie “cuisiner” dans le sens d’interroger agressivement, en général de la part d’une personne en position offensive et de supériorité morale ou autre, vis-à-vis d’une personne sur la défensive à cause de la faiblesse de sa position, de ses arguments et de situation. En général, c’est le journaliste qui “cuisine” l’interviewé, ici c’est l’inverse qui se passe : nous sommes dans une situation d’inversion complète qui situe bien les enjeux et la valeur des positions respectives.

Becker : « ...To the extent that certain leaks benefit other countries, I'm thinking particularly ... Russia, is that a coincidence? »

Assange : « Sorry, say that again? »

Becker : « I'm saying that if certain leaks benefit certain countries, for instance...»

Assange : « This is absurd. This is like saying the New York Times publishes something ... ‘Is Putin going to use it as a talking point?’ Ridiculous...  What kind of consideration is that to take into account if you have a mission to publish the press documents from whistleblowers and others to educate the public? You obviously can't be second-guessing yourself at an editorial level like that. »

» Would you? Would you, the New York Times, having received information about the election, saying the DNC leaks, not publish it, or suspend it until after the election? »

Becker : « Well, that's a reader's question. I think what I was getting at is that you would in fact prioritize those documents that come about an election, because you feel it's important to publish while voters are making a decision. Is that correct? »

Assange : « Well, I noticed you dodged the question there. Would the New York Times publish the DNC leaks? »

Becker : « Well, we’ve certainly written about the DNC leaks. I mean, I can't speak for the entire newspaper... »

Assange : « I would hope very much that the New York Times would. I think, probably, it would publish some stories, it might not do others. It has after all editorially endorsed one of the candidates and not the other. Obviously, whistleblowers and whatever source comes to you with whatever motivation, they're not going to go to all that effort just to have you sit on that material and let it rot... »

La chose, - cette situation d’inversion, – est confirmée par une remarque de Becker, très rapide, qu’on trouve dans la vidéo complète, sur TheDuran.com le 1er septembre. Becker pétrole évidemment sur la question des fuites de WikiLeaks concernant les fraudes du Democratic National Committee pour favoriser Clinton contre Sanders, notamment en demandant de façon intrusive la confirmation de ce dont elle est évidemment assurée, c’est-à-dire que la fuite relayée par WikiLeaks vient de la Russie, si possible précisément du gouvernement de la Russie, avec l’éventuelle précision que Poutine lui-même a opéré. Devant le refus d’Assange, non pas de désigner les Russes mais de façon évidente et la plus logique de divulguer le nom de sa source, Becker objecte en remarquant que WikiLeaks a toujours fait profession de suivre un “devoir de transparence”. Il s’en déduit que pour une journaliste du NYT, le principe sacré du journalisme de ne jamais identifier une source devient une transgression du “devoir de transparence” ; c’est-à-dire que le “devoir de la transparence” s’institue majestueusement dans ce cas en “un principe de délation” concernant l’essentialité du métier de journaliste.

 

Mis en ligne le 2 septembre 2016 à 18H56

Donations

Nous avons récolté 1633 € sur 3000 €

faites un don