dedefensa.org, jour de décision

Notre situation

   Forum

Il y a 3 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

dedefensa.org, un jour de décision

13 février 2011 — Nos lecteurs ont pu largement suivre l’évolution de notre formule de fonctionnement ces dernières années, évolution faite de déboires et de déceptions plus que de satisfactions. Il y a un an et demi, le 10 septembre 2009, après deux années de fonctionnement en formule de donation, nous avons choisi de nous lancer dans la formule des abonnements, dite formule du “domaine payant”. Nous nous sommes largement expliqués là-dessus (voir, par exemple, le 15 avril 2009, le 1er septembre 2009, le 26 septembre 2009, etc.). Dix-sept mois plus tard, le constat, que nous avions déjà largement développé, est sans la moindre ambiguïté. L’échec est complet.

L’analyse de cet échec est vite fait, pour notre cas, pour notre situation. Nous avons adressé en priorité, le 7 février 2010, un message à nos abonnés annuels, parce que nous leur sommes redevables, non seulement de notre reconnaissance bien entendu, mais d’un service que nous allons interrompre. Il était donc juste que nous les avertissions en premier, et d’une façon personnelle. (Certains d’entre eux ont répondu personnellement et avec chaleur. Qu’ils en soient remerciés. Ceux qui demandaient des précisions auront une réponse, mais qu’ils ne nous en veuillent pas d’un éventuel délai pour cette réponse.) Nous expliquions que, pour nous, pour notre situation intérieure, l’analyse était la suivante : «Le succès des abonnements est très limité et ne donne aucun signe d'expansion, bien au contraire (et cela, d'une façon très significative depuis le début de l'année); pour autant, cette formule impose une charge de gestion générale conséquente (technique, suivi, comptabilité, etc.). D'autre part, cette limitation, qui touche évidemment le contenu du site, porte en soi ses limites où l'on approcherait d'une certaine absurdité […] – le but de l'écrit étant tout de même, après tout, d'être lu... Les deux raisons ajoutées justifient amplement la décision de l'abandon de la formule.»

Nous n’allons pas revenir sur la (les) cause(s) générales, “philosophiques” de cet échec, sur les appréciations respectives de telle ou telle formule. D’une façon générale, nous maintenons nos jugements sur les différentes formules mais nous constatons qu’ils ne rencontrent pas la réalité. Sans doute, plus tard, tirerons-nous un article de réflexion sur Internet et l’information à la lumière de cette expérience. Pour l’instant, nous allons à l’immédiat, qui est le changement de formule.

A partir d’aujourd’hui, la prise d’abonnement est désactivée. Les articles sont en accès non payant. (On a pu constater, ces derniers jours, que c’était de plus en plus le cas.). Seuls restent payants dde.crisis et La grâce de l’Histoire.

Retour à la donation

Comme nous l’avons déjà laissé entendre comme une des nouvelles orientations envisagées, la formule de la donation est désormais notre choix, pour tenter d’assurer notre subsistance. La décision est venue encore plus rapidement que nous le prévoyions il y a seulement deux mois (le 8 décembre 2010 : «Les prochains mois, l’année 2011 sans aucun doute, disons jusqu’à la date-butoir de septembre 2011 (deux ans de domaine payant) nous donneront une réponse, ou nous l’imposeront...»)

Nous nous organisons actuellement pour mettre en place une structure permanente de sollicitation de donation, plutôt que les campagnes ponctuelles, – trois, quatre par an, – que nous avions pris comme méthode initialement, lors de notre “période donations” des années 2007-2009. Notre méthode sera plutôt inspirée de la mensualisation du processus, avec sollicitation d’une somme d’argent fixe par mois, comme nombre d’entre vous nous l’ont recommandé en se référant notamment à la méthode suivie sur le site de Paul Jorion. Ainsi serons-nous débarrassés de l’agitation périodique de ces campagnes ponctuelles.

Voilà pour le principe. Le nouveau “dispositif” (!) sera installé début mars. D’ici là, nous reviendrons sur le sujet. Il nous importe d’abord de rassurer nos lecteurs en général…

Il faut poursuivre, nous poursuivons

Nous ignorons certainement vers où nous nous dirigeons. Nous sommes certainement touchés par ces difficultés, ces échecs, d’autant que nous restons sur notre jugement que la tentative du “domaine payant” répondait à une logique honorable et portait en elle une tentative de structuration vertueuse des méthodes en cours sur Internet. Mais qu’importe cela, – sinon, plus tard, répétons-le, pour un article théorique sur le fonctionnement de cet acteur désormais essentiel et majoritaire du système de la communication et de l’information commentée en général qu’est Internet, article où notre expérience personnelle sera précieuse pour nos réflexions.

Il reste la réalité du monde, c’est-à-dire la réalité d’Internet, de cette information dite “alternative” qui devient le flot principal l’information du monde, le miroir du monde en train de basculer dans la phase cruciale et décisive de la déstructuration du Système qui nous emprisonne depuis deux siècles au moins… “Révolution” ? Le terme est bien faible pour décrire ce que nous vivons aujourd’hui, jour après jour, cette crise eschatologique d’une civilisation devenue “contre-civilisation” entrée à une vitesse stupéfiante dans sa phase d’effondrement. Il n’est pas question une seconde, il ne l’a jamais été dans notre esprit pourtant touché parfois par la lassitude et l’épuisement, que dedefensa.org ne soit pas au poste qu’il a choisi d’occuper, une sorte de “première loge” pour observer ce phénomène et, dans la mesure du possible, dans la mesure de ses moyens qui sont ce qu’ils sont, y participer en l’accélérant par son commentaire. Ce n’est pas un engagement idéologique, c’est un engagement de survie autant que de dignité de vivre, accordé nous l’espérons à l’intuition haute.

Cela doit rassurer nos lecteurs, les apaiser de cette inquiétude que nous avons sentie dans certaines remarques de nos abonnés après que nous ayons annoncé nos décisions de changement. Changer ne veut pas dire renoncer, et malgré la déception initiale de ce changement devant la nécessité duquel nous nous sommes inclinés, – nous dirions que, dans ce cas, “changer” signifiera nous engager encore plus totalement dans cette bataille où l’on ne peut faire autrement que figurer dignement et courageusement, à son rang et comme il se doit. La logique “maistrienne” vaut pour nous également, encore plus pour nous d’ailleurs puisque nous l’acceptons en toute lucidité et en toute liberté (le paradoxe n’est qu’apparent dans ce cas).

Certes, c’est une belle convergence que cet article paraisse dans les jours où l’on célèbre partout l’événement fondamental de la crise égyptienne. Nous ne l’avons pas choisie car nous n’avons rien prévu de tous ces événements, comme c’est la règle aujourd’hui où les événements du monde ont décidé de suivre leur propre voie. La seule consigne est qu’il faut poursuivre, – et observer, apprécier, interpréter, tenter de comprendre et tenter d’expliquer sans repousser l’audace de la pensée, bien au contraire… Nous poursuivons et vous engageons à poursuivre avec nous.


Note

Avec ce texte, nous inaugurons cette nouvelle rubrique, Notre situation, où seront mis en archives les textes concernant la situation de dedefensa.org, son évolution, etc. Chaque texte paraît donc “en double” (comme dans les formules DIALOGUES et La grâce de l’Histoire), simultanément: dans une rubrique générale d’actualité et dans sa rubrique Notre situation.

Donations

Nous avons récolté 428 € sur 3000 €

faites un don