Chronique du 19 courant... Adieu & Bonjour

ArchivesPhG

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Chronique du 19 courant... Adieu & Bonjour

19 septembre 2015 ... Je ne pensais certainement pas commencer cette chronique de cette façon, avec ce titre “Adieu & Bonjour”. Les évènements sont venus très vite et se sont avérés irrésistibles. Voici l’affaire : notre grande affaire, justement, qui est celle que je vous signalais dans la chronique précédente, – la mise en place et le démarrage de la “nouvelle formule” de dedefensa.org. Déjà, cet  évènement avait bousculé la chronique du 19 août en m’imposant ce sujet de dernière minute, puisque c’est assez rapidement qu’a été prise la décision de démarrer cette nouvelle formule le 11 septembre, quand soudain cette date s’est imposée, qu’elle nous a sauté à l’esprit, – car qui ne penserait pas que le 11-septembre ne se prête pas magnifiquement et malicieusement au baptême d’une nouvelle formule de dedefensa.org ? (De là confirmation que ce sont bien les évènements qui décident, pas le sapiens.)

Puis, aussi rapidement, et d’une manière tout aussi inattendue, à partir de l’idée d’un “journal” rétrospectif des évènements de la semaine selon dedefensa.org à faire paraître tous les sept jours, s’est enchaînée l’idée, poursuivant la logique de la chose, d’étendre l’idée du “journal” au jour le jour en plus de la rétrospective. L’honneur de la chose échéant à votre serviteur, jusqu’à identifier le “journal” dans ce sens avec son titre de Journal dde.crisis de Philippe Grasset, il s’en est assez vite déduit que, dans ce cadre, la Chronique du 19 courant... n’avait plus de raison d’être en tant que telle.

Il faut souligner et rappeler que la chronique avait très vite perdu sa raison d’être initiale, qui était une tentative de marier un aspect courant du travail d’un chroniqueur avec la forme choisie de notre promotion pour les donations mensuelles... Sur ce point, rappelez-vous notre première chronique du 19 juillet 2012, où nous écrivions...

« “Il faut rompre”, nous sommes-nous dit avec l’entrain d’une nouvelle décision, – rompre ce cercle vicieux des incertitudes angoissées… De là, une décision majeure, et heureuse espérons-nous. Nous allons employer une formule nouvelle d’intervention “promotionnelle”, – le moins “promotionnelle” possible, après tout, cette intervention… Il s’agit de cette formule d’une “chronique” paraissant chaque “19 courant…” (du mois en cours), pour accompagner la relance de notre campagne mensualisée, chaque 19 du mois, comme la coutume s’en est établie.

» Par sa seule présence en plus de l’affichage de la barre de comptage, ce texte alertera nos lecteurs sur notre situation et notre besoin de soutien telles qu’elles apparaissent chaque “19 courant…” ; la forme de l’intervention s’avèrera, nous l’espérons, plus originale et plus attrayante. D’ailleurs, le texte lui-même, quel que soit son contenu, sera pour vous une alerte à la mobilisation, – du moins nous l’espérons et je l’espère. (Ne serait-ce pas déjà le cas de celui-ci, où rien n’a été plaidé de notre situation difficile, comme elle l’est la plupart du temps le “19 courant…”, mais qui suggère d ‘ores et déjà un appel à votre mobilisation ?) »

... Eh bien, ces sous-entendus bassement économiques se sont très vite dissipés et, manifestement, la Chronique du 19 courant... n’a rapidement plus rien à eu à voir avec la relance de la campagne des donations. Elle a volé de ses propres ailes pour acquérir sa propre personnalité. Elle est devenue une chronique personnelle, d’humeur et du reste, sans sujet imposé et ainsi de suite, — et, ma foi, puisqu’elle se développait ainsi, ainsi en fut-il... Mais, puisqu’elle était devenue ce qu’elle fut très rapidement, et dès lors qu’apparaissait le Journal dde.crisis de Philippe Grasset qui est finalement une incitation permanente à écrire de telles chroniques aussi souvent que le recommande l’inspiration, pourquoi la poursuivre en tant que telle et ne pas l’y inscrire dans le flux général de Journal ? Voilà qui est fait... C’est pourquoi cet “Adieu”, qui n’a rien à voir avec aucune tristesse d’une séparation sans retour, en aucune façon, est aussi un “Bonjour”, comme ce nouveau Journal dde.crisis de Philippe Grasset, qui vous salue également.

C’était, ce 19 septembre 2015, la 39ème Chronique du 19 courant... Ce texte paraîtra également dans le Journal dde.crisis de Philippe Grasset, pour que les fidèles de Chronique du 19 courant... sachent bien qu’ils se trouvent dans des eaux amies.

Philippe Grasset 

Donations

Nous avons récolté 1768 € sur 3000 €

faites un don