Notes sur la journée Occupy World Streets


18/10/2011 - Analyse

Il y a 5 commentaire(s) associé(s) a cet article. Vous pouvez le(s) consulter et réagir à  votre tour.

 

Notes sur la journée Occupy World Streets

Trois jours après les manifestations globales du 15 octobre, dans l’enchaînement de Occupy Wall Street comme point majeur de référence d’une chaîne crisique inaugurée en Tunisie en décembre 2010, déjà annoncée avec les premières manifestations d’“indignés” européens comme signes d’avant-garde inspirateurs, on peut tirer quelques enseignements intéressants sur ce “mouvement”.

On notera qu’en temps que “mouvement”, dans ce cas des “indignés”, il y a eu ce renforcement majeur si pas décisif (Occupy Wall Street) aux USA, mais que la dynamique globale de la chose, avant et avec OWS, est fermement confirmée par le 15 octobre. Le mouvement est venu de l’extérieur vers les USA, il relance l’extérieur à partir des USA. Il montre, ce “mouvement”, qu’il a une dynamique constructive et efficace.

Le 15 octobre à la mesure du monde

Nous voyons d’abord un panorama général du 15 octobre, surtout dans ses modalités, dans ses développements, dans les conceptions qui apparaissent, la sorte de lien qui est établi entre les uns et les autres, etc. Un article du Guardian du 18 octobre 2011 en donne une bonne idée, – pour nous, au travers de quelques citations, – avec, soulignés en gras, un membre de phrase ou un mot qui nous semble important.

«In Madrid, tens of thousands thronged the Puerta del Sol square shouting “Hands up! This is a robbery!” In Santiago, 25,000 Chileans processed through the city, pausing outside the presidential palace to hurl insults at the country's billionaire president. In Frankfurt, more than 5,000 people massed outside the European Central Bank, in scenes echoed in 50 towns and cities across Germany, from Berlin to Stuttgart. Sixty thousand people gathered in Barcelona, 100 in Manila, 3,000 in Auckland, 200 in Kuala Lumpur, 1,000 in Tel Aviv, 4,000 in London.

»A month to the day after 1,000 people first turned up in Wall Street to express their outrage at corporate greed and social inequality, campaigners are reflecting on a weekend that saw a relatively modest demonstration in New York swell into a truly global howl of protest. The Occupy campaign may have hoped, at its launch, to inspire similar action elsewhere, but few can have foreseen that within four weeks, more than 900 cities around the world would host co-ordinated protests directly or loosely affiliated to the Occupy cause.

»The exact targets of protesters' anger may differ from city to city and country to country. But while their numbers remain small in many places, activists argue that Saturday's demonstrations, many of which are still ongoing – and are pledged to remain so for the foreseeable future – are evidence of a growing wave of global anger at social and economic injustice. “This is not a battle by youth or Chilean society,” said Camila Vallejo, a Chilean student leader who has become a key figure in that country's protests, and who this week travelled to Europe to forge alliances with protest movements there. “This is a world battle that transcends all frontiers.

»The UN secretary general Ban Ki-moon said the global financial crisis was the trigger, adding: “What you are seeing all around the world, starting from Wall Street, people are showing their frustrations.” […]

»The protests may have coalesced around the Occupy movement's suggested date of 15 October, but the wave of public anger did not, of course, begin in New York. Occupy Wall Street has acknowledged its debt to the Arab spring, and was inspired and partly organised in its earliest stages by the Canadian-based Adbusters campaign group. The Chilean and Israeli protests also predate the US campaign.

»Spain's “indignados”, or outraged, claim some credit for inspiring the protest, having begun camping out in Madrid's Puerta del Sol square in May, sparking similar long-term demonstrations around the country. With at least 200,000 people coming out on to the streets on Saturday, the Spanish movement proved that it was still alive after a summer break in which many thought it had gone quiet. Protesters continue to occupy the Hotel Madrid, which they broke into on Saturday, and a building in Barcelona. […]

»Each movement has its own local flavour. The Israelis complained about housing, high cost of living and “social justice”. For Chile, education was the catalyst. In Greece, it was a backlash against austerity. For Filipinos, US imperialism was apparently the target. But there were unifying themes, too: tents, social media, the “human microphone” – where the crowds chant back phrases uttered by a speaker, and shaky “jazz hands” to indicate agreement.

»In parts of the world where protest movements are longer established, agendas are widening. Chilean protesters have moved on from education to target banks over interest rates, and to protest against GM crops and a proposed dam in remote Patagonia. A general strike has been called for this Wednesday and Thursday.

»The Israeli protests have incorporated demands ranging from lower food prices and affordable child care, to higher welfare benefits and curbs on the concentration of economic wealth and power in the hands of a few corporations. Exasperation with the state of capitalism and corporate greed was manifest at the weekend in cities around the world. “The protest is continuing, though it is changing in its methods and targets,” said Israeli activist Yuli Khromchenco. “We are moving to other spheres. Part of this is about our internal organisation, creating small teams and small events around particular issues such as education … we need to build structure, develop methods of direct action – and for people to gather their strength.” […]

»There are even some signs of cross-fertilisation. Vallejo, perhaps the most charismatic leader of a still largely leaderless movement in Chile, popped up at the march in Paris this weekend…»

La City “occupée”

Après ce long panorama d’un réel intérêt, nous nous attachons à un cas particulier. Il s’agit de la situation à Londres où les “indignés” locaux ont mis en place une “occupation” symbolique de la City. Peu importe le nombre impliqué, l’efficacité du dispositif, etc. Il s’agit d’abord de la symbolique.

Dans ce cas, on peut mentionner des réactions intéressantes de la City (témoignages, commentaires, etc.). Contrairement à la situation générale à Wall Street, les réactions sont plutôt nuancées, ou bien défensives pour les idéologues. Le point important est que l’initiative d’Occupy the City n’a pas été accueillie par l’indifférence, ou la dérision, ou l'hostilité abrupte. On peut ainsi distinguer différentes réactions venues des rangs de la City ou de commentateurs proches de la City, qui montrent surtout combien le capitalisme, dans ce qu’il a de plus extrême et de plus absolu (la finance) se trouve lui-même en plein désarroi.

Financiers et “Occupants” discutent

Les reportages sur les réactions des gens de la City ont montré une ambivalence remarquable. Certains proclament les vertus du capitalisme et reprochent aux protestataires de n’y pas croire assez ; d’autres observent que ces mêmes protestataires sont largement justifiés et ont beaucoup de raisons de développer l’attitude qu’ils ont. (Dans The Independent, du 18 octobre 2011.)

«“There's a lot of protest, but there doesn't seem to be much of a solution,” he said. “What are we going to do, barter cows and donkeys again? They say capitalism is bad: okay, what do they want to do about it?” Thomas Luccin, a banker, added: “Capitalism makes the world go around, to be honest. Look what happened with communism. There's always going to be greed in the world.” Mr Clapp said he had enjoyed a brief discussion with one of the demonstrators, but that neither had understood the other's argument. “They don't seem to appreciate that the City of London is an enormous driver of revenue for the Government,” he said. […]

»But not all the men in suits disagreed with the occupation. Surrounded by an appreciative crowd, chartered accountant Tim Sanders cut an incongruous figure as he railed against the financial “gambling houses which have bankrupted the world”. “I want to show it's not the non-suits against the suits,” he said, decrying an economic system that had produced a ‘lost génération’. “There's a lot of well-educated people here,” he said, gesturing at the protesters. “You get a great education, and then you're chucked on the dung heap.” Lawyer Justin Hudson said he supported the protesters, before adding: “I did wonder if I shouldn't have worn my suit out, but there doesn't seem to be any hostility”…»

Le dégoût du capitalisme pour lui-même

Un bon exemple d’un commentaire complètement ambivalent, d’un homme spécialisé dans les questions du capitalisme et de la finance, est celui de l’auteur James Harkin. Dans cet article du 18 octobre 2011, on observe qu’Harkin n'a finalement pas plus à reprocher aux “indignés” londoniens qu’au capitalisme lui-même, dont le travers principal serait, selon Harkin, une sorte de “dégoût pour lui-même”.

«…Any protest is better than nothing, but if there's one thing that's shocking about these demonstrations, it's how weak and inarticulate they were. Fine to speak up against greedy bankers, but without any other political arguments – who needs arguments when you have Facebook? – it rather seems like you're damning the millions who lived off their loans in the first place. And why would they want to do that? […]

»As the fog of mainstream economics clears, it turns out that the growth miracle of the past few decades has been built less on new technology but on asking ordinary people to work harder and longer, and then take on part-time work to make ends meet. If the annual income of the median American household had continued to grow at its post-war rate, for example, it would now be over $90,000. But sometime in the last few decades it got stuck at a paltry $54,061. With real wages stagnant, ordinary people on both sides of the Atlantic are now being asked to tighten their belts even further – at a time when there's little work to go around.

»If anything, it's shocking how little anger there is on the streets. But maybe that's understandable, given the tenor of the protests. It's lovely to imagine a world without greed, but no one ever built a movement without appealing to the real interests of ordinary people... […] The banks were only the beginning of it. Unless these new anti-capitalists find a way to hitch their demands to the interests of the rest of the population – the 99 per cent they claim to speak for – they're stuck in a self-righteous bubble. And until they do so, their tirades against greed reek of the worst kind of Victorian self-righteous puritanism. It used to be that workers occupied factories, but now these sons and daughters of the bourgeoisie have seen fit to occupy the space outside a church. If there's a spectre haunting capitalism today, it's nothing more than its own self-loathing.»

Occupy Wall Street fête son premier mois

Un autre point de la situation se trouve à Wall Street même, bien entendu, là où campe Occupy Wall Street. La journée du 15 octobre y a été ressentie comme une sorte de “légitimation” du mouvement et s’est trouvée prolongée, sur place, par des manifestations importantes, avec des réactions violentes de la police (NYPD). Les deux choses ont leur importance.

La première concerne simplement l’implantation d’OWS au cœur de New York, dans le Zuccotti Park (ou “Liberty Park”, tel qu’il est rebaptisé), aux portes de Wall Street. L’implantation devient une sorte de “camp de base” où OWS semble devoir prendre ses quartiers d’hiver dans une sorte d’occupation permanente. Hier, 17 octobre, le premier mois d’“occupation” pouvait être célébré.

La présence policière est énorme, considérable, omniprésente, et constitue une sorte de deuxième phénomène dupliquant le premier, une sorte d’“ombre” pesante d’OWS suivant OWS partout où il va, vers tous les points où il lance des raids, selon Tom Engelhardt qui consacre un texte à cette situation…

Les deux mondes de Wall Street

Effectivement, le 17 octobre 2011, sur CommonDreams.org, Tom Enhelhardt présente cette étrange “Wall Street’s Second Occupation”, – celle de la police…

«These last weeks, there have been two “occupations” in lower Manhattan, one of which has been getting almost all the coverage – that of the demonstrators camping out in Zuccotti Park. The other, in the shadows, has been hardly less massive, sustained, or in its own way impressive -- the police occupation of the Wall Street area. This massive semi-militarized force we continue to call “the police” will, in the coming years, only grow more so. After all, they know but one way to operate. […]

»At one level, this is all mystifying. The daily crowds in the park remain remarkably, even startlingly, peaceable. (Any violence has generally been the product of police action.) On an everyday basis, a squad of 10 or 15 friendly police officers could easily handle the situation. There is, of course, another possibility suggested to me by one of the policemen loitering at the Park’s edge doing nothing in particular: “Maybe they’re peaceable because we’re here.” And here's a second possibility: as my friend Steve Fraser, author of Wall Street: America’s Dream Palace, said to me, “This is the most important piece of real estate on the planet and they’re scared. Look how amazed we are. Imagine how they feel, especially after so many decades of seeing nothing like it.”

»And then there’s a third possibility: that two quite separate universes are simply located in the vicinity of each other and of what, since September 12, 2001, we’ve been calling Ground Zero. Think of it as Ground Zero Doubled, or think of it as the militarized recent American past and the unknown, potentially inspiring American future occupying something like the same space. (You can, of course, come up with your own pairings, some far less optimistic.) In their present state, New York’s finest represent a local version of the way this country has been militarized to its bones in these last years and, since 9/11, transformed into a full-scale surveillance-intelligence-homeland-security state. […]

»Though much of the time they are just a few feet apart, the armed state backing that famed 1%, or Wall Street, and the unarmed protesters claiming the other 99% might as well be in two different times in two different universes connected by a Star-Trekkian wormhole and meeting only where pepper spray hits eyes…»

Trois situations nouvelles

Bien entendu, si nous avons choisi ces divers textes, c’est que nous pensions qu’ils résument ou présentent bien les différents enseignements et mises en évidence intéressantes de cette journée de protestation globale du 15 octobre 2011 à partir de l’étape essentielle d’Occupy Wall Street. Ce qui nous intéresse ici, ce sont moins les événements nombreux, confus et disparates, les manœuvres, les interprétations partisanes ou dissimulées, que les grandes lignes de force qui nous semblent se dégager.

Nous en distinguons trois, qui reprendront, par ordre d’importance croissant du point de vue des situations, – de la situation tactique pure à la situation psychologique nouvelle qui apparaît, à la situation globale qui s’installe, avec la psychologie à mesure, – les trois éléments illustrés par les textes choisis et développés ci-dessus, eux, en ordre décroissant. Ainsi se trouvent rencontrés les enchaînements des situations, dans l’évolution générale de leur géographie, autant que dans leurs caractéristiques relatives les unes aux autres.

La répression enfermée dans elle-même

Le premier enseignement concerne les réactions des autorités face à la contestation, telle qu’elle est illustrée dans sa situation la plus extrême, à Wall Street. Il s’agit, de ce point de vue, du texte d’Engelhardt, excellent par la finesse qu’il manifeste.

Une accusation générale qu’on retrouve chez les autorités et les serviteurs du Système, est celle que les protestataires se trouvent enfermés dans “une bulle”, notamment à cause de leurs spécificités sociologiques, parfois à cause de leurs revendications insaisissables. On a souvent vu que cette insaisissabilité nous paraît, au contraire, être une vertu considérable. Elle conduit l’“adversaire“ (le monde capitaliste spécialisé, sinon le Système) à au moins reconnaître ses faiblesses, sinon ses vices sans rémission, pour se replier sur l’argument de désespoir type-TINA, ou “There Is No Alternative (ce qui s’énonce comme ceci  : “Ils ont raison à propos des vices du capitalisme, mais que peut-on mettre à la place  ?”)

Mais encore plus, cette situation, cette extraordinaire passivité et confusion “organisée” des “Occupants” (absence de revendications), conduisent les moyens habituels de répression à se trouver eux-mêmes enfermés dans leur masse, sans savoir vers où et comment intervenir. Il leur reste la violence gratuite, qui amène en général le sentiment public à se ranger du coté des “Occupants”. Ainsi Engelhardt a-t-il raison : la police (NYPD) se trouve dans sa “bulle” massive, disposant d’une impressionnante puissance qui s’avère finalement rien moins qu’impuissante face à une contestation conceptuellement insaisissable. Cela vaut toutes les manœuvres de harcèlement d’une émeute de rue, en beaucoup mieux et plus efficace. NYPD figure finalement la force sans but ni perspective de réduire les “Occupants” d’un pouvoir policier, position à cause de laquelle les psychologies (y compris celles des policiers) se trouveront de plus en plus affaiblies.

Le dépression profonde du capitalisme face à l’“Occupation”

Le deuxième enseignement, au travers de réactions anecdotiques, individuelles, etc., mais qui nourrissent un sentiment d’une force étonnante pour orienter le jugement, c’est le malaise des techniciens et autres “travailleurs” et financiers du capitalisme, encore plus face à eux-mêmes que face à la contestation. On dirait que la contestation les révèle à eux-mêmes, qu’elle leur révèle leur propre profond état dépressif jusqu’alors dissimulés par une phase hypomaniaque (comme dans une maniaco-dépression, ou trouble bipolaire).

Face à la contestation, à côté des positions de défi et de provocation (qu’on trouve surtout aux USA, mais de plus en plus épisodiquement), il y a une étrange attitude qui se répand, qui est sorte de sentiment du “mal-aimé”. Face aux contestataires, les banquiers et assimilés discutent, cherchent à se faire comprendre, à se faire aimer. Comme les forces de répression, enfermées dans leur bulle sans savoir à quoi elles servent, les serviteurs du capitalisme se découvrent eux-mêmes dans une bulle où règnent l’incertitude et la confusion sur leur propre rôle, leur propre justification. La contestation qui s’est levée, qui s’est concentrée sur la mise en cause du cœur du Système, est loin de s’être heurtée à un mur impénétrable (Wall Street) ; au contraire, nombre de fissures, de craquellements et de craquements.

Même sur la dimension de la mise en cause du public, le capitalisme se divise dans la confusion du jugement… Qui a raison ? Le commentateur qui juge les protestations étonnamment dérisoires et bénignes («If anything, it's shocking how little anger there is on the streets…»), ou le financier allant à la City, qui jure que tout le monde se révolte mais que personne n’apporte de solution («There's a lot of protest, but there doesn't seem to be much of a solution»). Le moins qu’on puisse dire est que les assiégés-capitalistes, qui reprochent aux protestataires de “rester dans leur bulle” et qui reconnaissent que ces mêmes protestataires ont raison de protester, se trouvent eux-mêmes dans une immense bulle d’incertitude, de contradictions et de doute à propos d’eux-mêmes.

«If there's a spectre haunting capitalism today, it's nothing more than its own self-loathing», comme l’écrit Harkin. Le “rien de plus” (“nothing more”) nous semble un peu léger, – nous aurions plutôt écrit “nothing else”, pour “rien d’autre”. Il s’agit bien d’une mise à nu, grâce aux “Occupants”, de la crise profonde, intérieure, qui va jusqu’au cœur de sa psychologie, du capitalisme dans le cœur de lui-même…

Dernière observation sur ce point : Ce “dégoût pour soi-même” du capitalisme ressemble bien à un facteur de la dynamique d’autodestruction.

Une globalisation à l’envers

Le troisième point qui nous paraît devoir être mis en évidence comme conséquence de cette journée du 15 octobre concerne la “globalisation” ; car ainsi fut vécu ce mouvement, comme une affirmation de son caractère globalisé à partir de Occupy New York, ce qui semblait ironiquement retrouver le schéma fondamental du capitalisme (globalisation à partir de la base américaniste). Effectivement, comme on le lit ici et là, il y eut des échanges, des transferts, une coordination intensive, etc.

Ce qui est remarquable, par contre, c’est l’usage et la forme de cette globalisation. Elle n’est nullement instrumentée comme un “pourquoi” mais comment un “comment” ; nullement comme un but mais comme un moyen. Chaque mouvement a ses propres préoccupations, ses propres tactiques et intentions… «Each movement has its own local flavour» La globalisation est celle des outils (technologies, réseaux sociaux, système de la communication), nullement des objectifs politiques implicites et non exprimées (selon la tactique souvent décrite), – s’il y en a. («But there were unifying themes, too: tents, social media, the “human microphone” – where the crowds chant back phrases uttered by a speaker, and shaky “jazz hands” to indicate agreement» : en fait de “thèmes unificateurs”, il s’agit de moyens communs et rien d’autre…)

Le contraste est complet avec les années 1960 (mouvement étudiants, hippies, anti-guerre du Vietnam), auxquelles le mouvement actuel est souvent rapproché. Non seulement les conditions générales sont évidemment complètement différentes, mais il n’y a aucun but politique spécifique commun, comme une sorte de “Révolution mondiale” dont on parlait dans les années 1960 ; tout juste peut-on parler d’un but destructeur spécifique, implicite ou explicite, traduit par l’expressionFuck the System”.

C’est le point essentiel : la globalisation dont tout le monde est témoin est un outil d’efficacité par extension du domaine de l’action, nécessairement appelée par une globalisation initiale des pouvoirs politiques au service du Système, et du Système bien entendu. L’orientation du mouvement n’est ni vers une Révolution mondiale, ni vers une gouvernance mondiale alternative. Quelque hypothèse qu’on puisse envisager sur d’éventuelles intentions cachées, quelque intention qu'ait l'un ou l'autre groupe d'“Occupants”, la vérité du mouvement est jusqu’ici globalisée dans la tactique mais elle est anti-globalisation sur le fond. L’enseignement est de taille.