Notes sur The Manchurian Crisis 

Analyse

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 573

Notes sur The Manchurian Crisis

20 septembre 2007 — Le film The Manchurian Candidate de 2004, reprenant le thème du film du même titre de John Frankenheimer de 1962, fut distribué en France sous le titre: Un crime dans la tête. (Le film, l’histoire sont une illustration de la manipulation de la psychologie, — plus que du jugement, — de façon à susciter des jugements et des comportements automatiques et hors de contrôle.)

Ces précisions sont faites pour bien fixer les esprits, dans une époque où les esprits sont emportés dans tous les sens (Manchurian Mind), où la manipulation, — de l’interprétation au mensonge, — conduit au virtualisme, où l’esprit manipulateur manipule les autres et s’auto-manipule… “Fixer les esprits”, c’est-à-dire montrer quels sommets de manipulation puis de virtualisme cette crise iranienne atteint. Il serait profondément, horriblement erroné de n’y voir que deux côtés contrastés, — l’un bon l’autre mauvais, l’un noir l’autre blanc, et finalement l’un ou l’autre côté mauvais et noir selon votre position; cela brouillerait encore plus la crise et accélérerait le tourbillon, en même temps que de vous faire rater une dose massive d’humour involontaire et de ridicule postmoderne. Il faut admettre que s’il y a tout de même un sens à cette crise, du moins à notre sens, si l’on peut avancer l’opinion que telle option est mauvaise et même catastrophique (la guerre que veulent certains Occidentaux est à notre sens ce cas-là, sans discussion), — hors cela, la confusion des réalités s’entrechoquant et se mélangeant est extrême, et cela constitue un fait objectif. Il n’y a pas un manipulateur et des manipulés; nous sommes tous plus ou moins soumis à des manipulations; ce sont le bon sens, le sang-froid, l’expérience, la sagesse de jugement qui permettent de s’en tirer à meilleur compte. Un autre enseignement est qu’il n’y a plus aucune vérité officielle, que les affirmations officielles n’ont plus rien de ce crédit objectif qu’on leur attribuait…

Enchaînons là-dessus pour en venir aux faits. Dimanche 16 septembre, un ministre de la République nous dit qu’il faut se préparer “au pire”, c’est-à-dire à la possibilité de la guerre contre l’Iran. Kouchner réitère, plus ou moins adroitement, plus ou moins clairement, ce que son président a dit le 27 août, parlant de la nécessité pour l’Iran d’abandonner le processus d’enrichissement de l’uranium dont on suppose qu’il conduit à la bombe; Sarko: «Cette démarche est la seule qui puisse nous permettre d'échapper à une alternative catastrophique: la bombe iranienne ou le bombardement de l'Iran.» On comprend donc le qualificatif “catastrophique”. La guerre l’est, certes, mais la bombe iranienne l’est aussi, parce que “nous ne pouvons pas vivre avec”.

Le lendemain du babillage de Kouchner à RTL, un général de la Grande République, fraîchement (février 2007) parti à la retraite en quittant le grand commandement (Central Command) qui a, pour le Pentagone, la responsabilité de toute la zone au centre de laquelle se trouve l’Iran, — ce général nous parle. (Nous en avons déjà dit un mot.) Il aborde le sujet de l’Iran indirectement, dans les “questions-réponses” accompagnant une conférence qui ne porte pas sur l’Iran précisément. Le général Abizaid nous dit, en gros : non, non, pas du tout, il ne faut pas s’affoler, en fait on peut très bien “vivre avec la bombe iranienne”.

Qui est sérieux? L’un parlait sur RTL, l’autre devant le CSIS de Washington. Abizaid est, pour le moins, aussi bien informé que Kouchner sur la question opérationnelle du nucléaire iranien (nous sommes charitables). Nous sommes allé sur le site de CSIS, en date du 17 septembre. Voici les extraits du “questions-réponses”, portant précisément sur l’Iran, et même, grâce à une question de notre vieille connaissance Arnaud de Borchgrave recyclé en chroniqueur de UPI, portant sur les déclarations des Français, Sarkozy le 27 août et Kouchner le 16 septembre…

Le général Abizaid après Kouchner

«QUESTION: General, first, thank you for your leadership at CENTCOM and for the country and for sharing your views with us. Going to your second strategic concern, Iran, I’m sure you’re aware of the proliferations of articles leading to the effect that we are poised to attack Iran. Would you comment what your assessment is of the likelihood and the consequences of that occurring?

»GEN. ABIZAID: Certainly I am not going to talk about any contingency plans that I was involved in; nothing I’m going to say here is going to be classified. And I want to give you my opinion, which should not be construed to any longer represent an official source. I’m very unofficial. I believe that we can contain Iran. I believe that Iran is a dangerous power with a government that is in control that happens to be dangerous, that seeks weapons of mass destruction, that is reckless in the way that they use their intelligence service, that has caused casualties to numerous forces besides our own in the region, and it’s also a nation that seeks to dominate their neighbors.

»And I believe that the United States, with our great military power, can contain Iran, that the United States can deliver clear messages to the Iranians that makes it clear to them that while they may develop one or two nuclear weapons, they’ll never be able to compete with us in our true military might and power, and they should underestimate either our resolve or our ability to deal with them in the event of war. We need to understand that war in the state-to-state sense in that part of the region would be devastating for everybody, and we should avoid it, in my mind, to every extent that we can.

»On the other hand, we can’t allow the Iranians to continue to push in ways that are injurious to our vital interest, which is a very, very tough thing to do, both diplomatically and militarily. I can assure you, however, that the vast strength of the United States of America can deal with an Iranian challenge. I can assure you that while the vast majority of the government is hostile — maybe even the word vast majority is not a good term — it’s clear to me from looking at an awful lot of different open sources that people in Iran are open to the idea of joining the rest of the world, and we should contain this government while giving the people in Iran the opportunity to move in a direction that will eventually not only free themselves, but allow them to be a member of a vital part of the globalizing economy.

»And I think they’re moving in that direction. I hate to urge patience, but we should be patient.

»MR. HAMRE: Arnaud de Borchgrave, up here. Just a second, Arnaud, the microphone.

»QUESTION: General, in relation to your reply to this last question, I assume that what you mean to say is that we have to learn to live with an Iranian bomb. As the French foreign minister was saying yesterday, there are two options – learn to live with the bomb or bomb Iran.

»GEN. ABIZAID: I would not assume that I assumed to say that. (Laughter.) I think it is not inevitable that Iran will make a breakthrough. It’s likely, but it’s not inevitable. We should not endorse any sort of a development of a nuclear weapon; not only for Iran, but for anybody else. This problem with weapons of mass destruction is going to be all of our new worst nightmare if we keep allowing it to move in the proliferating directions that it’s moving. More and more unresponsible people having access to the weapon of mass destruction is not what any of us need. Clearly, a development of the bomb in Iranian hands will cause other nations in the region to move in a like direction. And in a very unstable region like that, that is not good news.

»We need to press the international community as hard as we possibly can and the Iranians to cease and desist on the development of a nuclear weapon. And we should not preclude any option that we may have to deal with it. And so, I think there are ways to live, as the French president probably meant. There are ways to live with a nuclear Iran. Let’s face it, we lived with a nuclear Soviet Union; we’ve lived with a nuclear China; we’re living with nuclear other powers as well. But I would tell you, I think it’s very, very important that we do what we can to prevent that from happening. And we should not underestimate our ability to do that.

(…)

»QUESTION: …A minute ago, you were talking about Iran, you said, there are ways to live with a nuclear Iran. Knowing what you know of that government, does standard deterrents theory work or in this environment would some new kind of deterrents regime have to be created? And to flip that on its head, should deterrents fail or should the commander-in-chief determine that a preemptive strike is required, what sorts of efforts in advance, both hard and soft power, would be required to mitigate what would be a possible catastrophic risk to our national security elsewhere by attacking another Islamic nation?

»GEN. ABIZAID: Well, look, we need to understand that I believe nuclear deterrence will work with the Iranians. That’s my opinion. I mean, Iran is not a suicide nation. They may have some people in charge that don’t appear to be rational, but I doubt that the Iranians intend to attack us with a nuclear weapon. And I can’t speak for the president for the United States or any of our other national leaders about what they might do, but the Iranians should contemplate what a nuclear attack on the United States would mean. And so, I believe that we shouldn’t throw deterrence theory out the window because of unstable leaders.

»Just like the United States isn’t subject to any one person doing any one particular thing with regard to our national security, neither is a giant country like Iran. There’s an awful lot of people that want the Islamic Republic of Iran to continue to move forward in the modern world, including many, if not most of their people.

»So I believe that we have the power to deter Iran, should it become nuclear. But I’ll go back to my point that I made with Arnaud. I believe we should do everything in our power to prevent them from getting a nuclear weapon and that’s a difficult road to move down.»

(Rapide) interprétation

Il y a beaucoup de choses dans ce que nous dit Abizaid. Résumons.

• D’abord, Abuzaid nous passe un message, lorsqu’il prend toutes les précautions d’usage, mais exceptionnelles et significatives car c’est seulement pour ce sujet (l’Iran) qu’il le précise: «Certainly I am not going to talk about any contingency plans that I was involved in; nothing I’m going to say here is going to be classified. And I want to give you my opinion, which should not be construed to any longer represent an official source. I’m very unofficial.» Traduisons dans un langage plus leste: ce que je vais vous dire n’a rien à voir avec ce que pense officiellement l’administration; je me démarque complètement d’elle sous le sceau du devoir (technique) de réserve, concernant les secrets, les plans de guerre, etc. (Et, mezzo voce: Mais celui qui vous parle était, il y a encore six mois, le chef militaire sans doute le mieux informé de la direction militaire US de la situation et des intentions iraniennes, puisque recevant toutes les informations et évaluations de la situation et des intentions iraniennes, dont certaines à la source.)

Cela dit et bien entendu…

• Il faut faire le plus que nous pouvons pour dissuader l’Iran de développer sa bombe.

• … Mais il faut savoir que nous pouvons vivre avec un Iran doté d’une arme nucléaire. L’Iran “n’est pas une nation-suicide” et l’on trouve parmi ses dirigeants des gens rationnels.

• A aucun moment Abizaid ne recommande l’idée qu’il faut aller jusqu’à une attaque pour empêcher l’Iran de s’équiper d’une arme nucléaire. Dans la dernière question, il élude complètement le propos en nous disant in fine: la dissuasion suffit. En fait, tout est dit dès sa première phrase sur le sujet, réponse à la première question: «I believe that we can contain Iran.» En langage militaire, cela signifie qu’il n’y a pas de guerre nécessaire, qu’on peut “contenir” l’Iran dans tous les cas, que la dissuasion marche et marchera (dissuasion: dissuader l’autre de faire la guerre, et, par conséquent, ne pas la faire soi-même).

• Dans tous les cas: patience, patience. D’ailleurs, l’Iran évolue et évoluera dans la bonne direction, de s’insérer dans la communauté internationale.

Qu’ont donc dit Sarko et Kouchner?

Mais attardons nous sur le passage le plus croustillant. Il s’agit de la question d’Arnaud de Borchgrave. Il dit (pour une fois, oui, nous traduisons):

«Général, en me référant à votre réponse à la précédente question, je présume que ce que vous voulez dire est que nous devons apprendre à vivre avec la bombe iranienne. Comme le ministre français des affaires étrangères l’a dit hier, il y a deux options, — apprendre à vivre avec la bombe ou bombarder l’Iran.»

(Texte original : «General, in relation to your reply to this last question, I assume that what you mean to say is that we have to learn to live with an Iranian bomb. As the French foreign minister was saying yesterday, there are two options – learn to live with the bomb or bomb Iran.»)

Réponse (raccourcie) de Abizaid : «Je ne présumerais pas que je suis présumé avoir dit ça…» (rires, puis un long développement un peu filandreux de Abizaid dont l’esprit est: c’est embêtant que l’Iran ait un jour la bombe, s’il l’a car ce n’est pas sûr; la bombe c’est dangereux, il y a beaucoup de gens qui veulent l’avoir, bla bla bla…). Puis ce passage, terminant la réponse: «Nous devons faire pression autant que nous pouvons sur la communauté internationale et sur les Iraniens pour qu’ils abandonnent le développement de l’arme nucléaire. Et nous ne devrions écarter aucune option que nous pourrions contrôler. Et ainsi, je pense qu’il y a moyen de vivre avec, comme le président français a du probablement vouloir dire. Il y a moyen de vivre avec un Iran nucléaire. Voyons les choses en face, nous avons vécu avec une URSS nucléaire, avec une Chine nucléaire; nous vivons également avec d’autres puissances nucléaires. Mais je vous dirais tout de même, je pense que c’est très, très important que nous fassions tout ce que nous pouvons pour empêcher que cela arrive. Et nous ne devions pas sous-estimer notre capacité de le faire.»

(Texte anglais : «I would not assume that I assumed to say that. (Laughter.)[…] We need to press the international community as hard as we possibly can and the Iranians to cease and desist on the development of a nuclear weapon. And we should not preclude any option that we may have to deal with it. And so, I think there are ways to live, as the French president probably meant. There are ways to live with a nuclear Iran. Let’s face it, we lived with a nuclear Soviet Union; we’ve lived with a nuclear China; we’re living with nuclear other powers as well. But I would tell you, I think it’s very, very important that we do what we can to prevent that from happening. And we should not underestimate our ability to do that.»)

Nous comprenons donc bien leur interprétation. Ils ont compris que Sarko autant que Kouchner avaient dit que c’était la bombe iranienne ou la guerre contre l’Iran, et qu’on pouvait très bien accepter la première option, qu’on pouvait très bien “vivre avec” la bombe ; ils ont compris qu’implicitement, les dirigeants français faisaient savoir, comme dit Borchgrave, «…that we have to learn to live with an Iranian bomb». C’est ce que Borchgrave a compris, dès le 27 août et le discours de Sarko. (Borchgrave, d’origine belge francophone, parle évidemment français. Mais nous doutons grandement, connaissant le personnage, qu’il se soit astreint à lire “en français dans le texte”. Il a du lire les compte-rendus du discours, ici ou là.)

Borchgrave donne cette interprétation pour Kouchner, dans la question qu’il pose. Abizaid comprend mal et reprend cette même interprétation pour Sarko (le 27 août). Personne dans la salle ne bronche, ne reprend le cas pour l’éclaircir dans une question à suivre, — alors qu’on peut être sûr qu’à une telle conférence du tout récemment ex-CentCom, au prestigieux CSIS de Georgetown University, il y a du beau monde washingtonien dans la salle. Par conséquent l’idée d’une France acceptant la possibilité de “vivre avec” la bombe iranienne, voire le recommandant, est acceptée par nombre de prestigieux esprits washingtoniens.

Quelques remarques innocentes

Que conclure de cet ébouriffant échange?

• La notion du fonctionnement de la dissuasion nucléaire pour le cas iranien est complètement réaffirmée par Abizaid, homme particulièrement informé à cet égard. L’idée d’une nation incontrôlable, d’un gouvernement fou se lançant dans une attaque nucléaire suicidaire (par la riposte qu’elle entraînerait) est balayée. Or, c’est à peu près 100% de l’argument de ceux qui poussent à la guerre, qui dénoncent plus l'usage que ferait l'Iran de la bombe, que la possession de la bombe elle-même. Si l’Iran est considéré comme “raisonnable”, le casus belli hystérico-moralisateur s’effondre. Il reste une querelle sur un traité qu’on accuse l’Iran de ne pas respecter, mais qui est foulé aux pieds, contourné, ignoré, etc., par nombre d’autres nations. Même les programmes de modernisation nucléaire des grandes puissances nucléaires sont suspects dans le cadre de la lettre du traité de non-prolifération. Si l’on en considère l’esprit, alors le cas iranien doit être mis en balance avec nombre d’autres cas et l’argument du procès se volatilise.

• Qui dit quoi? L’irrationalité est totalement triomphante dans cette affaire. Les paroles sont interprétées de tous les côtés et dans tous les sens; parce qu’elles sont dites dans un cadre incroyablement ambigu de non-dit et de virtualisme; parce qu’elles sont à double sens dans ce climat, même lorsqu’elles se veulent “fermes et claires” et surtout lorsqu’elles se veulent “fermes et claires” (ce qui nous fait considérer que le ton et le discours “fermes et clairs” de Sarkozy sont dans ce cas la matrice de tous les quiproquos). Si des gens honorables et informés de l’establishment US comme Borchgrave et Abizaid entendent Sarkozy et Kouchner comme ils l’entendent, c’est que cette interprétation est courante à Washington. Alors, de quoi parle-t-on? Parlent-ils d’ailleurs du même pays? Au fait, le mot “Iran” désigne-t-il le même pays à Paris et à Washington? Les cartes sont-elles les mêmes? C’est de la stratégie in Wonderland (“stratégie au Pays des Merveilles”, aisément localisable sur une carte de GPS).

• Bref, c’est très beau de coopérer, de se coordonner entre alliés partageant les mêmes “valeurs”, comme on le réaffirme glorieusement en ce moment, — mais si l’on commençait par bien s’écouter et bien se comprendre avant de s’allier sur une cause qu’on croit commune? Il existe une telle panique d’alimenter le moindre soupçon de mésentente entre alliés, et notamment des Européens (Français compris dans ce cas, ô combien) vers les Américains, qu’on laisse traîner des canards et des quiproquos considérables. Dans ce contexte, évidemment, les mensonges les plus grossiers, les affirmations les plus insensées comme profèrent les néo-conservateurs, ont toutes les chances d’être considérés avec sérieux et gravité.

• La plus grave crise dans les relations internationales aujourd’hui, dit Sarko? Peut-être, sans doute; mais sans aucun doute la plus confuse, la plus pervertie par le désordre incroyable de la perception, les faussetés automatiques de la communication, la relativisation complète de l’information après les manipulations sans nombre de la guerre en Irak. C’est d’abord une crise de l’information, de la communication et de la perception. L’Iran est utile comme argument mais, pour le reste, en fait de crise, nous nous suffisons à nous-mêmes.