Notes sur la voie de la Syrie à la “crise haute”

Analyse

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 572

Notes sur la voie de la Syrie à la “crise haute”

«C’est un triste jour» nous dit gravement, samedi dernier, l’ambassadeur français à l’ONU, Gérard Arrau, dont nous pûmes in illo tempore apprécier toute l’élégance du conformisme du Quai d’Orsay lorsqu’il prolifère, lorsqu’il était en poste à l’OTAN. Par ces temps de pensée politique française à ce niveau de bassesse, il prolifère dans les sous-sols, et Arrau, conforme à son ministre, nous le confirme.

Son appréciation («It’s a sad day», dit en américaniste à la presse internationale, pour situer le sous-sol où nous sommes) concerne la défaite de la motion du bloc BAO pour rétablir le Bon Droit et la Justice en Syrie. Deux vetos, ceux de la Russie et de la Chine, et l’entreprise globalisante du bloc BAO compromise par l’organisation globalisante par excellence. L’inversion dans tous les sens règne.

En effet, le héros de la fête n’est pas “la France éternelle” (comme début 2003, sur la question irakienne), ni même l’American Dream qui la nourrit aujourd’hui, par baxter interposé de type Merkozy. Le “héros de la fête”, le 4 février à l’ONU, a nom(s) Russie et Chine.

L’horreur sans fond des vetos

A l’ONU, la Russie et la Chine ont opposé leur veto à une résolution d’inspiration du bloc BAO, malgré des aménagements faits à cette résolution. L’affaire concerne beaucoup moins des préoccupations humanitaires qu’un affrontement politique et d’influence qui pourrait être presque de bienséance, qui ne peut être compris que s’il est placé dans le contexte général de “tension figée” de la région. On y trouve un mélange d’hystérie, de convenance et de tragédie quotidienne d’une contre-civilisation naviguant “à l’estime”.

Ces vetos n’ont rien à voir avec ceux d’octobre dernier, des mêmes pays, sur sur le même problème. Ce commentaire du Britannique Ian Black, le 4 février 2012 dans le Guardian, reflète une vision faussée de la réelle situation de la crise, non pas seulement en Syrie mais dans toute la région, et non pas seulement de la situation politique mais de l’évolution de l’esprit de la chose :

«Last-minute negotiations in New York failed to bridge the gap between an Arab-western plan for political transition and Moscow's refusal to arm-twist concessions from Bashar al-Assad. China's supportive veto was bleak repetition of past practice.»

Si nous avons souligné en gras le passage commenté sur le veto de la Chine, c’est parce que c’est lui essentiellement qui témoigne de la fermeture totale du jugement des commentateurs-Système du bloc BAO. Encore une fois, le vote (celui de la Chine, ici) n’a rien à voir avec les “past pratices”… Les ambassadeurs russe et chinois se sont entretenus avant le vote et ont coordonné leurs vetos. Depuis la mi-janvier, la Chine, commençant prudemment, n’a cessé d’amplifier sa condamnation de l’embargo anti-iranien, avec une vigueur qui porte sur le principe. (Bien sûr, toutes ces affaires sont liées et en parlant d’une attitude chinoise sur un cas, on contribue à la définition de l’attitude générale.)

Le “jeu” russe

Une rapide analyse de la position russe montre en quoi le “jeu” est aujourd’hui différent de ce qu’il était, même en octobre 2011. La situation a notablement changé, notamment avec le phénomène de cette “tension figée” qui règne dans le Golfe (dans la Mer d’Oman).

La dureté russe dans le dossier syrien, qui est incontestable, n’a qu’en partie à voir avec les intérêts russes en Syrie, et le soutien à Assad. Il y a de cela, mais il y a l’Iran derrière, dont les Russes croient que la chute d’Assad constituerait un pas décisif de son attaque par le bloc BAO. Sur l’Iran, les Russes sont encore plus durs que sur la Syrie, cette fois encore, seulement en partie pour l’Iran lui-même. La déclaration de Rogozine du 13 janvier 2012N’importe quel conflit avec l’Iran est une menace directe contre la sécurité de la Russie») est une indication sérieuse du sérieux de la chose ; et cette déclaration faite en marge d’une réception que donnait Rogozine pour saluer son départ de l’OTAN, pour que les mots qu’il prononçait résonnassent bien dans les oreilles otaniennes.

Par-dessus tout, il ne nous semble pas déplacé d’évoquer notre hypothèse déjà exprimée : la Russie sera d’autant plus dure que c’est de l’intérêt de Poutine et de son parti de susciter un rassemblement d’union nationale face aux menaces extérieures, pour aider à son élection en mars prochain. Un sursaut patriotique entrerait bien dans le jeu du Premier ministre russe. D’autre part, cette hypothétique “tactique” électorale aurait la vertu de rencontrer la vérité de la situation générale.

L’Inde, l’or et le pétrole

L’analyse de la position russe invite à élargir le cercle des affaires intégrées dans cette crise bien au-delà de la Syrie. Nous évoluons vers l’Iran, qui présente sans aucun doute un cas bien plus important que celui de la Syrie, et nous nous arrêtons à la position de l’Inde. On sait que l’Inde a tenu et tient un rôle en pointe dans l’affaire iranienne, notamment à cause de ses positions sur les échanges avec l’Iran. (Par contre, l’Inde est beaucoup plus effacée dans l’affaire syrienne, qui ne la concerne guère à première vue. Membre provisoire du Conseil de Sécurité, elle a voté pour la motion du bloc BAO. Cette intervention renvoie à la “prudence” indienne qui est un autre aspect de sa politique, dans une occurrence où cette même intervention n’avait aucune valeur décisive puisque l’affaire était réglée par les vetos russe et chinois, dont les Indiens étaient informés sans aucune ambiguïté.)

L’ancien diplomate indien M K Bhadrakumar, commentateur mesuré et avisé, mais conscient de l’importance de la protection de la souveraineté de son pays et homme de grande expérience, juge que la politique de son pays a fortement changé à l’occasion de cette crise iranienne… (Sur Indian Punchline, le 2 février 2012.)

«Finally, India is getting its act together in its Iran policy. The ‘breaking news’ that India proposes to robustly explore expanding its trade with Iran signals a new approach to stepping up oil imports from Iran while at the same time rectifying the imbalance in trade, which heavily favours Iran traditionally, and to make this happen within a paradigm that resolves the current problem over the payment mechanism. The new thinking is an acknowledgement of Iran’s importance as a strategic partner. That is where the rub lies. Delhi has lumped far too long the blackmail tactic by Washington with the malicious intention to erode India’s ties with Iran…»

Quant au reste, c’est-à-dire l’espèce d’influence par simple “complexe d’infériorité” vis-à-vis de l’arrogance-Système des sapiens américanistes, ou bien la “prudence” comme nous notions plus haut, ou bien encore “la peur” comme il l’écrit crûment, l’ancien diplomate indien M K Bhadrakumar, qui en connaît beaucoup là-dessus, recommande de la laisser à ceux qui, à Delhi, y succombent. Pour lui, ce n’est plus qu’un appendice psychologique dépassé par la pression de la crise iranienne… «As for the fear complex of the Indian elites or pundits, it is borne more out of their own insecurities vis-a-vis the US establishment and it should remain their private affair.»

L’Amiral Kouznetzov en Mer d’Oman ?

Avec l’Inde et M K Bhadrakumar, nous sommes effectivement sur un territoire beaucoup plus large, qui comprend toute la région, et bien sûr la Mer d’Oman et l’Iran. Nous quittons la tempête des jérémiades-Système qui accompagne le “scandale” (Juppé dixit) des vetos de l’ONU, non sans reconnaître à tout cela un air de déjà-vu (la Libye, l’horreur internationale, avec la suite à consulter sur l’état actuel de la situation dans le pays, après tant d’autres précédents), – pour la tempête autour du détroit d’Ormouz.

Arrêtons-nous à Tyler Durden, commentateur du site ZeroHedge.com, qui vaut bien pour le commentaire le New York Times ou le Guardian en l’occurrence (le déchaînement anti-syrien des libéraux désormais tous interventionnistes supplante largement la litanie interventionniste des neocons), – ou “les Guignols de l’Info”, après tout. Le 4 février 2012, Tyler nous donne des précisions intéressantes sur la présence militaire russe dans leur base navale de Tartus, en Syrie. Il fait le lien entre la Syrie, ici concernée, et des opérations navales de présence armée des russes en Mer d’Oman…

«Needless to say, […] both China and Russia are now a confirmed veto for any security council resolution that enforces a regime change, no fly zone, or what have you. Only this time the stake for Russia (and China as well, as Syria is nothing but a gateway to Iran), are far higher. And as Zero Hedge noted regarding Iranian developments yesterday, “We've seen this play by play many times before and frankly at this point the posturing is getting just silly. What we do want to find out, however, is how will Russia get involved in all of this. Because if recent actions are any precedent, we fully expect Putin to send an aircraft carrier, purely symbolically, in the Arabian Sea himself, just to indicate that any invasion, pardon, liberation, of Iran crude, will first have to go through him. And not to mention China... or India.”»

Hypothèse intéressante, le porte-aéronefs Amiral Kouznetzov en Mer d’Oman ? On verrait dans tous les cas bien des agitations révélatrices. Cela commencerait par le passage du Canal de Suez par cette grande unité russe, et l’attitude égyptienne à cette occasion, – l’Egypte où les troubles se poursuivent suite au fameux match de football à Alexandrie, et où les soutiens (?) occidentaux aux militaires égyptiens, surtout américanistes, se sont transformés en invectives type anti-Assad.

L’appendice égyptien

...Ce qui invite, en un court passage, à introduire une sorte d’appendice, de codicille égyptien, pour nous conforter dans notre impression de volatilité de la région. On notera qu’autour des conditions bien connues de tension que nous décrivons, d’autres foyers de tension se développent, en général dus aux conséquences des politiques multiformes, incontrôlées, non coordonnées, soumises à une maniaquerie virtualiste dévastatrice, des pays du bloc BAO, essentiellement des USA. A cette lumière, voici donc le cas égyptien.

On l’évoque par ailleurs (ce 8 janvier 2012) en détails. L’on comprend que la chose pourrait conduire l’Egypte à avoir une position bien plus engagée dans les crises actuelles, – celle de Syrie, celle de l’Iran, – dans le sens d’une hostilité au bloc BAO. Cela rapprocherait l’Egypte de la Russie et de la Chine, et élargirait d’autant le domaine de manœuvre de la crise générale.

Symbolisme et efficacité militaires

Avec l’évocation d’une croisière de l’Amiral Kouznetzov, on a confirmation que la dimension militaire a évidemment son poids, considérable, dans cette crise générale dont la Syrie fait partie, mais qui n’est vraiment compréhensible dans toute sa puissance qu’en tant que “crise haute”. Or, cette “dimension militaire” se divise principalement en deux éléments, dont aucun n’est un élément de guerre ouverte. Il y a l’élément de l’influence et du symbolisme, comme l’hypothèse de l’Amiral Kouznetzov en Mer d’Oman, et l’élément dissimulé, qui est principalement celui des capacités de cyberguerre.

…Car ce second élément est désormais un fait indubitable depuis l’affaire du RQ-170 “capturé” par les Iraniens. D’une façon générale, on s’accorde à admettre que les Iraniens ont effectivement réussi cette performance, avec l’aide des Russes, avec le soutien décisif d’une base de surveillance et de contrôle électronique russo-iranienne en Syrie. D’une façon générale, les signes ne manquent pas, qui montrent que l’Iran et la Russie ont de fortes capacités électroniques, souvent asymétriques par rapport aux USA, sans dépendre d’une infrastructure aussi lourde que celle des USA.

Vertus diverses de la “cyber-G4G”

…Cette capacité nouvelle, on l’a vu, concerne également la Chine, avec la démonstration d’une capacité que nous qualifierions du néologisme de “cyberdéstructuration”. On parle bien entendu de la description de l’attaque lancée par les Chinois contre le programme JSF, – sans doute en partie involontairement pour cette cible, et involontairement également pour les résultats obtenus… Il n’empêche que ce résultat est bien une participation active, par cette attaque, de la Chine à la déstructuration d’un programme d’armement qui est l’épine dorsale de l’avenir de l’industrie d’armement et de la modernisation des forces aériennes US.

Tout cela – les capacités chinoises exposées ici et les capacités russo-iraniennes précédemment mentionnées, – fait songer à une sorte de G4G de la cyberguerre ou une “cyber-G4G”, qui viendrait officiellement de la part de pays pouvant figurer comme ennemis du bloc BAO (BRICS et assimilés) dans certaines circonstances. Ces actions n’ont pas de buts hégémoniques ou structurés mais s’imposent comme des ripostes contre-offensives qui prennent une forme puissante et inédite une fois qu’elles ont sorti leurs effets. Elles utilisent autant l’effet destructeur (déstructurant) direct que l’effet indirect de la communication, qui fait craindre aux pays du bloc BAO (USA essentiellement, certes) d’être confrontés à une forme nouvelle d’hostilité retournant contre eux, selon des méthodes asymétriques, une capacité de technologisme dont ils se croyaient les seuls maîtres (les USA essentiellement, cela va sans dire mais en le répétant).

La puissance du bloc BAO, dans la conception d’emploi qui en a été faite depuis 2001, s’en trouve horriblement fragilisée. Les contraintes psychologiques, notamment, sont terribles, avec des freinages radicaux d’emploi dans certaines conditions, de crainte d’essuyer des revers catastrophiques. (La “capture” du RQ-170 a entraîné un freinage radical de l’emploi de certains catégories stratégiques de drones dans des situations dites “à risque”.)

Cerise et crise du Rafale

On ajoutera, en renversant le problème du rôle des technologies avancées, le choix du Rafale par l’Inde, qui ravit la France et ravive une discorde haineuse jamais apaisée entre Anglo-Saxons et Français ; lesquels, Anglo-Saxons et Français, présentent par ailleurs l’unité d’un “front hystérique” (nouvelle forme de stratégie identifiée par le bon docteur Lavrov) dans les grandes affaires politico-humanitaires type-Syrie ou Iran.

L’affaire Rafale peut-elle être cantonnée aux données habituelles de la géostratégie (hostilité de l’Inde vis-à-vis de la Chine et du Pakistan) ? Oui, si l’on se réfère aux données d’une époque géopolitique classique. Sommes-nous dans une “époque géopolitique classique” ? Notre conviction nous invite à répondre radicalement par la négative, dans une époque où la géopolitique compte de moins en moins au profit de la communication, où les grandes crises sont de plus en plus absorbées dans le modèle de la “crise haute” dont la conduite échappe aux acteurs humains devenus figurants, dont l’enjeu métahistorique n’est plus la forme terrestre de la géopolitique mais la forme incertaine et diabolique du Système, – avec affrontement entre les serviteurs du Système et ceux qui sont conduits à entrer dans une action antiSystème… Dans ce cas, l’Inde, dont l’adhésion à l’Organisation de Coopération de Shanghai est en bonne voie, – ce qui pourrait être également le cas du Pakistan, – se retrouve nécessairement, suivant l’urgence de la crise haute, dans un camp où se trouvent également ses ennemis géopolitiques classiques.

Toujours dans ce cas, et en tentant compte de tant d’évolutions radicales possibles, on doit considérer avec intérêt, voire avec gourmandise, dans quelle conditions contradictoires se trouverait entraînée la France, – vendeuse du Rafale à l’Inde sous le regard chargé de haine vigilante des Anglo-Saxons, et pourtant associée à ces mêmes Anglo-Saxons dans le “front hystérique unifié”, – dans des conditions suscitant par exemple un prolongement menaçant de devenir conflictuel et internationalisé de la crise syrienne, ou d’une attaque quelconque contre l’Iran. Problème délicat alors qu’on débat, dans la douce France, de l’élection présidentielle.

…Ce n’est là qu’un exemple, et ce n’est nullement une exception. Ces remarques pourraient être répétées pour le cas du porte-hélicoptères et navire de commandement opérationnel classe Mistral, bientôt sous pavillon russe en plusieurs exemplaires.

La “politique” du bloc GAO

…Ce qui nous conduit à observer combien d’éléments divers, finalement, nous extraient de la seule rhétorique onusienne du “front des hystériques” pour nous plonger dans une situation sans précédent dans ses potentialités d’enchaînement. Nous voulons moins parler d’une guerre que du développement de notre fameuse crise haute, qui emporte les uns et les autres dans sa puissante dynamique bien plus qu’elle ne leur offre un champ d’urgence pour leurs ambitions ou leurs emportements maniaques.

La politique du bloc BAO est aujourd’hui entièrement formulée selon les règles et l’esprit du seul système de la communication. Comme nous l’observons par ailleurs, ce 7 février 2012, elle est bâtie sur une vision complètement instrumentée par le virtualisme, – ce phénomène agonisant dans sa détermination initiale d’imposer une vision reconstruite du monde, et qui n’agit plus que sur ceux qui s’accrochent à la méthode. Seules les directions politiques du bloc BAO croient encore au virtualisme qu’elles génèrent. Pour les autres, ces directions politiques du bloc BAO formeraient une sorte de “front des hystériques”, – ce qui montre que la caricature est aujourd’hui plus proche de la réalité que l’analyse soi-disant rationnelle.

ou la géopolitique du “front des hystériques”

Il ne s’agit pas, ici, d’une description hypothétique recherchant l’originalité de la théorie, mais bien d’une puissante vérité de comportement, et donc d’explication du fondement d’une “politique”. Dans une situation qui ne répond plus à aucune logique, ni politique, ni géographique, les explications géopolitiques, – d’ailleurs aussi variées et exotiques que le permettent les imaginations exacerbées, – viennent toujours après les développements opérationnels, pour tenter de rendre à la situation générale une cohésion qu’elle n’a plus. Elles ne font qu’ajouter à la confusion.

(On pourrait situer l’exotisme originel de la transformation de la géopolitique en exercice maniaque de nos psychologies exacerbées à cette rencontre d’un de ses collègues du Pentagone par le général Wesley Clark, quelques jours après le 11 septembre 2001, et ce collègue lui annonçant que les projets du Pentagone étaient de mener victorieusement sept guerres en cinq ans, donc de 2001 à 2006, avec conquêtes garanties, – «Well, starting with Iraq, then Syria and Lebanon, then Libya, then Somalia and Sudan, and back to Iran» [Voir le 5 mars 2007]. L’on observera que l’Afghanistan n’était même pas considérée comme digne de mention, derrière ce vaste “front des hystériques” déjà formé... Même Hollywood hésiterait devant un tel scénario.)

Cette situation engendre des incompréhensions grandissantes, et, par conséquent, des réflexes de méfiance à mesure, d’autant que les pays du bloc BAO (notamment les USA) n’ont plus grand’chose de la puissance militaire ni de la puissance économique d’il y a quelques années pour imposer leur politique relevant du virtualisme maniaque, d’autant que les cibles désormais visées (la Syrie et l’Iran, le commerce du pétrole, etc.) sont d’une importance très grande qui établit la logique de grandes difficultés terrestres et temporelles dans la perspective d’un enchaînement crisique global. Ces prolongements hors d’une vision rationnelle forcent les uns et les autres pays hors du bloc BAO, y compris les plus prudents, à des attitudes nécessairement plus engagées.

Ainsi règne la crise haute…

Cela ne signifie pas, selon nous, – la guerre… A notre sens, plus les choses se compliquent et deviennent pressantes, plus les acteurs actifs le sont encore plus, plus les acteurs passifs sont conduits à être plus actifs, plus l’ensemble de la crise devient complexe, – et plus grande est la difficulté, jusqu’à l’impossibilité, de sa transmutation en groupes homogènes pouvant envisager,en parfait ordre de bataille, des activités conflictuelles qui effraient tout le monde. Par contre, il s’agit d’un véritable exercice, un peu à la manière d’un exercice militaire, conduisant chacun à évoluer de plus en plus à visage découvert, et à prendre position comme s’il existait des conditions conflictuelles.

Dans ces conditions, les pays du BRICS et ceux qui se situent dans cette dynamique, sont tous réunis par des sentiments plus ou moins exprimés d’hostilité à l’encontre de l’aspect erratique, imprévisible, et tyrannique parce que pathologique dans ses caractères de pressions imprévisible, de la “politique” du bloc BAO. On ne peut dire qu’il y ait de plan établi, ni d’enthousiasme particulier dans cette évolution, mais plutôt des pressions de plus en plus irrésistibles, qui sont le contrecoup, pour les évènements courants, de cette “politique” erratique. Chacun est conduit, forcé et destiné à évoluer.

Par ailleurs, et sur un plan bien plus haut, on comprend qu’il s’agit bien de la constitution de la crise haute telle que nous la concevons. Les erreurs, inconséquences, entraînements des uns et des autres, semblant une sorte de désordre sans orientation, prennent une forme inédite et grandiose sous une action générale qui n’est pas de source humaine. Ainsi se forme une sorte de mise en ordre, d’organisation sous des contraintes extérieures au champ humain opérationnel habituel. L’importance immense des enjeux, l’extrémisme des positions, conduisent à faire de cet arrangement de crise, le tissu de ce que nommons “crise haute”… C’est la crise elle-même qui, en se formant de cette façon, découvre ses potentialités considérables, jusqu’à faire admettre qu’il s’agit finalement d’un affrontement autour du Système, à propos du Système, et contre le Système.

Les seules choses fixées et fondamentales sont alors celles qui forment le grand courant de l’hostilité à la dynamique de surpuissance du Système, qui est à la fois déstructurante et dissolvante, – hostilité faite pour renforcer sa transformation de surpuissance en autodestruction. Alors règne la crise haute…