La guerre globaliste en marche

Ouverture libre

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 4481

La guerre globaliste en marche

• La guerre par “proxy” de Washington en Ukraine est un projet globaliste pour transcender la continuité de l'histoire, de la culture et de la géographie incarnée par l'État-nation. • Contribution du colonel Douglas Macgregor.

Cet article déjà paru en mai de cette année, est repris le 29 décembre 2022 dans ‘Veterans Today’. L’auteur est le très fameux colonel Macgregor, quasiment le meilleur analyste de la situation en Ukraine. (Il n’est publié ni dans le New York ‘Times’, ni dans le Washington ‘Post’, ni dans l’im-‘Monde’, – Dieu soit loué et Ainsi Soit-Il.)

Aujourd’hui, cet article déjà prémonitoire éclaire comme un soleil la crise en cours. Et le colonel Macgregor se révèle, ou se confirme, comme bien autre chose qu’un officier haut gradé de l’US Army passé à l’honneur de la Résistance. Il a aussi une vue perçante de la situation métahistorique.

Il faut revenir en détails sur l’article, l’homme et les circonstances : on le fait dans un autre texte du jour. L’US Army perd toutes ses guerres mais sait fabriquer de beaux rebelles.

dde.org

_________________________

 

 

La guerre du globalisme en Ukraine

Au cours de la campagne aérienne de 1999 au Kosovo, le président Bill Clinton avait déclaré à l’intention des Américains : « Voilà de quoi il s'agit dans cette affaire du Kosovo.... C'est le globalisme contre le tribalisme. »

En 1999, très peu d'Américains ont prêté attention aux remarques de Clinton. Le Kosovo était un conflit de plus sur le sol d'un autre pays, avec peu ou pas de rapport avec la vie quotidienne en Amérique. Franchement, l'utilisation par Clinton du mot “tribalisme” a probablement dérouté de nombreux Américains. Pour la plupart des Américains, le nationalisme signifie la dévotion au pays, la disposition du citoyen américain, en cas de crise ou de conflit, à placer les besoins du pays au-dessus de ceux du citoyen. Les nationalistes américains ne sont pas tribaux. Ils veulent protéger et défendre les États-Unis, leurs institutions historiques et les droits consacrés par leurs lois, et non déclencher des guerres.

Le terme “globalisme” a depuis évolué pour signifier bien plus que le libre-échange et la courtoisie entre les nations. Aujourd'hui, l'État-nation occidental et le nationalisme qu'il inspire sont condamnés par les globalistes comme étant les sources de préjugés, d'exclusivisme et de guerre. Rétrospectivement, l'utilisation du terme “globalisme” par Clinton s'inscrit dans la continuité de la guerre par procuration de l'administration Biden contre la Russie.

Pour la classe politique dirigeante contemporaine de Washington, le globalisme implique davantage que l'achat de produits fabriqués par une main-d'œuvre bon marché dans des pays non occidentaux. Le globalisme dirigé par Washington promet désormais la dissolution des formes politiques et sociales traditionnelles de l'organisation humaine, – gouvernements nationaux, frontières, identités, cultures, – et les remplace par un monde de consommateurs unis uniquement par leur dépendance à l'égard de sociétés amorphes, d'organisations non gouvernementales (ONG) non responsables et d'institutions supranationales.

En d'autres termes, le mondialisme est désormais synonyme de la vision de la gauche progressiste de l'ordre de sécurité international libéral d'après-guerre qui doit s'étendre pour survivre. La guerre par procuration de Washington en Ukraine est un projet mondialiste visant à transcender la continuité de l'histoire, de la culture et de la géographie incarnée par l'État-nation, afin d'homogénéiser des peuples disparates dans le processus d'assimilation des changements sociaux et technologiques rapides. En ce sens, le récent appel du président ukrainien Volodymyr Zelenski à Washington et à ses partenaires stratégiques pour établir un contrôle mondial des armes nucléaires russes s'aligne parfaitement sur la vision mondialiste progressiste de l'administration Biden.

Et c'est là que réside le problème. Les nations et leurs peuples n'évoluent pas dans le vide et ne renoncent pas à leur existence sans se battre.

Ces points devraient alerter Washington sur le fait que sa guerre par procuration pour le mondialisme en Ukraine implique l'identité nationale, une force dynamique qui suscite les émotions humaines les plus profondes. Pourtant, ce ne sont pas seulement deux types de nationalisme, ukrainien et russe, enracinés dans la langue, la culture et l'histoire, qui sont en conflit. Le globalisme de Washington, sous le couvert de l'expansion de l'OTAN, remet directement en question l'identité et la culture nationales russes. C'est le rôle géographique unique de la Russie, qui relie les civilisations européenne et asiatique, ainsi que sa culture chrétienne orthodoxe, – un système de croyance consacré par l'idéologie actuelle de l'État russe et sa politique étrangère et de sécurité, – qui sont menacés.

À la lumière des interventions militaires de l'OTAN dirigées par les États-Unis dans les Balkans, en Afghanistan et en Irak, il est fondamentalement malhonnête de prétendre que l'empiètement de l'OTAN sur la frontière occidentale de la Russie est bénin. Mais il est bien plus dangereux d'ignorer la vérité selon laquelle, aux yeux de Moscou, l'expansion de l'OTAN en Ukraine est inextricablement liée à l'extension du globalisme à la Russie.

Les déclarations des secrétaires d'État et de la défense des États-Unis selon lesquelles Washington veut “affaiblir” la Russie montrent clairement que l’“ordre fondé sur des règles” prétendument bienveillant de Washington n'est d'aucune utilité pour la Russie. En fait, ces déclarations ne font que confirmer dans l'esprit des Russes la conviction que les États-Unis sont un co-belligérant dans la guerre que mène l'Ukraine pour l'expansion de l'OTAN.

Ce qui est peut-être encore plus important, c'est la suggestion que la Pologne, l'enfant sauvage proverbial de l'OTAN, fournisse à l'Ukraine des forces dites de “maintien de la paix”. Ce n'est pas un secret pour les Européens que la Pologne a dominé la majeure partie de l'Ukraine pendant près de 400 ans, ou que la Moldavie, bien que techniquement roumaine, a été pendant 300 ans un État vassal de l'Empire ottoman. L'empressement apparent de Washington à introduire des forces polonaises revanchardes en Ukraine occidentale et, potentiellement, des forces roumaines revanchardes en Moldavie suggère que les globalistes de Washington sont prêts à tout pour nuire à la Russie, même si cela implique de faire avancer les ambitions territoriales des ennemis historiques de la Russie.

La guerre met toujours à l'épreuve la légitimité de ceux qui gouvernent les États en guerre, ainsi que la résilience de leurs sociétés. Cette observation s'applique autant à l'administration Biden qu'aux gouvernements de Zelenski et de Poutine. Alors qu'il préside à la crise fiscale, à la pénurie et à la montée de la criminalité en Amérique, et qu'il affiche son ignorance délibérée de l'Europe de l'Est et de ses peuples, le président Biden et ses partisans au Congrès remuent une marmite régionale qui pourrait rapidement déborder et avoir des conséquences dangereuses pour Washington et ses partenaires de l'OTAN. Comme Sigmund Freud l'a écrit à propos du prédécesseur “internationaliste” de Biden, Woodrow Wilson, Biden « a une merveilleuse capacité à ignorer les faits et à croire ce qu'il veut ». Cependant, il est beaucoup plus difficile aujourd'hui qu'en 1917 de tromper les Américains.

Washington a activement cultivé la guerre entre l'Ukraine et la Russie pendant de nombreuses années, en mettant le nationalisme ukrainien, – une force incendiaire que les globalistes prétendent détester, – au service de leur cause. Cela a fonctionné. Aujourd'hui, les mêmes globalistes prolongent la guerre avec des armes, des conseils et des encouragements, même si l'Ukraine est détruite.

Au cours des 30 dernières années, l'importance excessive accordée par Washington à l'assistance et à l'intervention militaires dans le but de changer de régime a entraîné les États-Unis dans des conflits et des crises dans les Balkans, au Proche-Orient, en Afrique du Nord et en Asie du Sud-Ouest. Les nationalistes américains ne sont pas responsables de la guerre actuelle en Ukraine ou des trois dernières décennies de guerres autodestructrices de Washington. Mais les nationalistes américains sont plus que jamais nécessaires pour arrêter la guerre globaliste visant à détruire la Russie avant que cette guerre ne se propage comme un cancer en Europe de l'Est.

Douglas Macgregor