1969, de Gaulle

Ouverture libre

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2862

1969, de Gaulle

Ce commentaire marquant l’anniversaire d’un demi-siècle du départ de la vie politique du général de Gaulle, un an avant sa mort, vaut aussi bien sinon bien plus par son sens profond que par la description qu’il nous donne. Neil Clark est un journaliste britannique indépendant qui a collaboré à nombre de journaux prestigieux britanniques et US (GuardianDaily ExpressDaily TelegraphNew StatesmanThe SpectatorThe American Conservative), tout en marquant nettement des positions très critiques de l’establishment, antiguerre, etc. Clark est aussi un collaborateur de RT.com, d’où est extrait ce texte.

L’appréciation de fond que l’on peut faire du commentaire de Clark est qu’il exprime les regrets de l'absence de cet homme politique que fut de Gaulle, jusqu’à en faire le grand homme d’État qui aurait été seul capable d’affronter la crise générale que nous vivons. En effet, Clark dit bien, dès le titre original de son article, que de Gaulle ne manque pas à la France seulement, mais au monde : « 50 years on, the world, and not just France, still misses Charles de Gaulle ».

En général, les Britanniques sont publiquement très critiques de la France, et particulièrement de De Gaulle ; on sait qu’en privé, il arrive que leur opinion soit très différente... Clark ne s’encombre pas de ces nuances et, en détaillant une politique et un comportement qui sont bien assez rares pour être présentes longtemps dans nos mémoires, il fait de De Gaulle un grand Européen et un homme d’une stature historique ; le seul d’une telle stature à avoir joué un rôle important, tant par sa politique que par son comportement exemplaire, autant dans la première que dans la seconde partie du XXème siècle, lorsque la politique commença à s’enfoncer irrémédiablement dans le désert marécageux de notre Grande Crise d’Effondrement du Système. 

Effectivement, la question se pose : “Dieu sait ce qu’aurait pu faire un homme d'Etat comme ‘le Général’ aujourd'hui !” La réponse ne serait-elle être : sans doute n’aurait-il pas pu faire grand’chose, sinon, ce qui est fondamental, nous avertir solennellement que nous nous trouvons bien au cœur de cette Grande Crise, – et puis, qui sait,  se vêtir au moins un instant d’un Gilet-Jaune avant de regagner Colombey-les-Deux-Églises...

Le texte de Clark est paru le 29 avril 2019 sur RT.com.

dde.org

_________________________

 

 

50 ans plus tard, de Gaulle nous manque

Le président français Charles de Gaulle a démissionné il y a 50 ans cette semaine, après que ses propositions de réforme constitutionnelle aient été rejetées lors d'un référendum national. Dieu sait ce que nous pourrions faire avec un leader comme “le Général” aujourd'hui !

« Je cesse d'exercer mes fonctions de président de la République. Cette décision prend effet aujourd'hui à midi. » Ainsi se terminait, le 28 avril 1969, la décennie la plus réussie de l'histoire moderne de la France.

Charles de Gaulle était sorti de sa retraite en 1958 pour tenter de sauver son pays pour la troisième fois. Il avait combattu dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale. Il avait dirigé les Français libres anti-Nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Puis, à 67 ans, il revenait au pouvoir pour résoudre la grave crise de confiance qui marquait le fin de la IVe République.

Généralement considéré comme une figure conservatrice, économiquement de Gaulle était un homme de gauche. Il croyait en une économie dirigiste avec un haut niveau de propriété publique. Il ne s’était pas incliné devant les banquiers et le capital financier international. « C'était un homme qui ne se souciait pas de ceux qui possédaient de la richesse ; il méprisait la bourgeoisie et détestait le capitalisme », observa son biographe français Jean Lacouture.

Les années de la présidence de Gaulle (1959-1969) sont aujourd'hui commémorées avec beaucoup d'affection en France et ce n'est guère surprenant. C'était une période d'optimisme considérable. Les projets d'ingénierie et d'infrastructure étaient ambitieux. De nouvelles autoroutes furent construites. Un programme spatial fut élaboré. En mars 1969, un mois avant le départ de De Gaulle, le Concorde, premier avion de ligne supersonique au monde, projet commun de la France et de la Grande-Bretagne, effectuait son premier vol d'essai.

En 1962, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) avait salué "l'extraordinaire vitalité" de l'économie française. En 1964, la croissance du PIB français était de 6,4 %. Au troisième trimestre de 1968, il atteignit un sommet historique de huit pour cent. Comparez ce chiffre à celui de 0,3 pour cent de croissance au quatrième trimestre de 2018. De Gaulle a combiné des politiques économiques de gauche avec un conservatisme social modéré, un mélange de gauche et de droite gagnant avec les électeurs parce que c'est là que se trouve le véritable centre de l'opinion publique.

Tout cela est aujourd'hui oublié par les politiciens de droite qui embrassent le néolibéralisme financier favorable au capital, même s'il corrode la société et crée d'énormes inégalités, et par ceux de gauche qui croient que la politique communautaire, le libéralisme social et un “politiquement-correct” excessif l'emportent sur toutes les autres préoccupations. C'est l'absence de “gaullisme” dans les options disponibles qui explique la montée de l'extrême droite. Quand de Gaulle était là, ces groupes étaient marginalisés. Jean-Louis Tixier-Vignancour, par exemple, précurseur de Jean-Marie Le Pen (qui était en fait l'un de ses directeurs de campagne), n’avait obtenu que 5,2 % au premier tour des élections présidentielles de 1965, contre 44,65 % pour de Gaulle.

Le général était un patriote, mais il était aussi un anti-impérialiste. Il avait mis fin à la guerre d’Algérie et décolonisé. Il avait retiré son pays du commandement militaire de l'OTAN. Il avait vivement critiqué l'implication des États-Unis dans la guerre du Vietnam, dénonçant « le bombardement d'un petit peuple par un très grand pays ». Il a été l'un des premiers, sinon le premier dirigeant occidental à critiquer le traitement réservé par Israël aux Palestiniens. Il soutenait la détente avec l'Union soviétique, parlant en 1966 d'une « nouvelle alliance de la France et de la Russie », et croyait en une Europe des États-nations qui s'étendait jusqu'à l'Oural. Il bloqua à deux reprises l'entrée de la Grande-Bretagne dans la CEE, non pas parce qu'il était anti-britannique, mais parce qu'il craignait que le fait d'autoriser l'entrée du Royaume-Uni reviendrait à y inviter les États-Unis. « Il a refusé la division du monde en deux blocs, il a dit que le monde était trop riche pour cela, et que Paris jouerait pleinement son rôle dans le développement de nouvelles relations », écrit le biographe Jonathan Fenby.

Une fois de plus, comparez le soutien de Gaulle à la multipolarité et à la souveraineté nationale avec celui du mondialisme-atlantiste favorisé par la plupart des dirigeants européens depuis lors.

Peut-on sérieusement imaginer de Gaulle accepter des instructions des faucons de Washington, qui sont si clairement préjudiciables aux intérêts économiques de son pays ? Si les Américains avaient menacé d'imposer des sanctions secondaires aux entreprises françaises pour avoir fait des affaires avec l'Iran au temps du général, il aurait pris le prochain vol pour Téhéran avec des chefs d'entreprise français pour conclure de nouveaux accords. Il aurait fait la même chose pour les sanctions contre la Russie. C'est ainsi qu'il répondait à ceux qui tentaient de le faire agir contre les intérêts nationaux de la France.

Pour les anti-souverainistes, de Gaulle était une péniblke épine dans le pied. Il est révélateur de voir, comme je l'ai noté dans un précédent opus édité ici, combien la CIA était sympathique aux trotskystes et aux ultragauchistes qui ont protesté contre de Gaulle en Mai-1968.

Depuis l'époque de Gaulle, qui fut aussi l'âge d'or de la musique et des arts, la France a connu de nombreuses régressions. Chaque président semble être pire que celui qu’il remplace. Le fond a été atteint avec la présidence de Macron, un ancien banquier d'affaires néolibéral dont les “réformes” en faveur du capital sont favorables aux capitaux.

Avec une effronterie incroyable, Macron a dit en octobre dernier au peuple français d’arrêter de se plaindre et d’être plus à l’image de De Gaulle, après une rencontre avec un retraité qui s »était plaint qu'il n'avait qu'une petite pension. C'est le même Emmanuel Macron qui a accusé son propre peuple d'être comme des “Gaulois rétifs au changemen” lors d'une visite au Danemark. La vérité, c'est que les Français d'aujourd'hui ont de quoi se plaindre. La politique de Macron est en fait l'inverse de celle de de Gaulle. Le général « ne se souciait pas de ceux qui possèdent la richesse ». Macron ne semble s'intéresser à personne d'autre.

Une autre grande différence entre de Gaulle et les politiciens d'aujourd'hui était son attitude envers l'argent. Y a-t-il jamais eu un dirigeant aussi incorruptible ? Comme je l'ai noté en 2008, « Bien qu'il ait occupé le poste le plus élevé du pays pendant une décennie, il est mort dans une pauvreté relative. Au lieu d'accepter la pension à laquelle il avait droit en tant que président et général à la retraite, il a seulement pris la pension d'un colonel. Le contraste entre de Gaulle et les politiciens de carrière obsédés par l'argent d'aujourd'hui ne pourrait être plus grand. » Jonathan Fenby raconte comment, en tant que président, de Gaulle a même insisté pour payer ses appels téléphoniques et la facture d'électricité de son appartement à l'Élysée.

De Gaulle aurait pu facilement devenir un dictateur vu sa popularité, mais il était trop homme de légitimité pour ça. En tant que démocrate, il comprenait que les politiciens et les partis politiques entravaient la démocratie. Il préférait de loin consulter son peuple directement, par le biais de référendums. L'une de ses citations les plus célèbres, en réponse au mot de Clemenceau selon lequel la guerre était une question trop grave pour être laissée aux militaires, était que “La politique est une question trop grave pour être laissée aux politiciens”.

Les 50 dernières années ne lui ont-elles pas donné raison sur ce point et sur tout le reste ?

Neil Clark