Snowden, unificateur des extrêmes US de gauche et de droite

Brèves de crise

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

Snowden, unificateur des extrêmes US de gauche et de droite

Nous travaillons depuis un certain temps sur l’hypothèse que la crise Snowden/NSA est un événement fédérateur de deux groupes politiques jusqu’ici “unis” par une hostilité furieuse, réciproque, l’un contre l’autre. (Notre dernier texte en date sur ce sujet, le 14 février 2014.) AP a réalisé un sondage sur cette question, avec GfK Poll, qui confirme que cette question est le seul thème qui renverse radicalement cette hostilité et suscite un rapprochement spectaculaire. S’il est exploité pour les élections mid-term de novembre, ce qui semble devoir être le cas au vu de l’orientation de la campagne, ce phénomène peut aboutir à la constitution d’un “bloc” puissant regroupant les tendances extrêmes des deux partis (progressistes démocrates et libertariens républicains, qu’on peut qualifier de “populistes” [de gauche et de droite] sans craindre la mauvaise réputation, – le terme étant admis en général comme honorable sur la scène politique US, et nullement antiparlementaire mais utilisant l’institution parlementaire pour proposer leurs vues.)

Quelques extraits du reportage de AP (le 17 février 2014) sur ce sondage. Un premier texte de AP présentant plus en détails les résultats du sondage datant des 17-21 janvier, mais sans enquête auprès de personnes impliquées dans ces deux courants, avait paru le 27 janvier 2014. (Le terme “liberal” utilisé par les démocrates regroupés dans ce nouveau courant doit être interprétés comme “progressiste” en français, et “populiste de gauche” éventuellement.)

«Whether they are Republicans, Democrats or independents, almost half of Americans say they support the tea party movement or call themselves liberal. Compared with their more moderate Republican or Democratic peers, tea partyers and liberals are significantly more likely to oppose the collection of millions of ordinary citizens' telephone and Internet data, an Associated Press-GfK poll shows.

»By a 2-to-1 margin, these two groups say the government should put protecting citizens' rights and freedoms ahead of protecting them from terrorists. Nearly 6 in 10 Republicans support the tea party movement. Nearly 4 in 10 Democrats call themselves liberals. Combined, they are buoying a coalition of conservative and liberal lawmakers pushing to rein in the NSA, while party leaders balk at anything that might weaken the agency's ability to foil terrorists. [...]

»When it comes to Snowden, tea-party supporters and liberals are back in step - about half of each group says the former NSA contractor did the right thing. Among non-tea party Republicans and nonliberal Democrats, a strong majority thinks he was wrong to reveal classified programs.

»Christina Ott, who works on her family's farm near Woodbury, Tenn., found Snowden's action inspiring. “I thought it was somebody taking a moral stand and a big risk,” said Ott, a liberal Democrat. She isn't surprised to find herself siding with the tea party for once. Regardless of their political views, Ott said, the people who worry about mass surveillance are the ones "who are paying close attention and believe it is possible for things to go badly wrong.” But Lewis, an Obama fan, is shocked to agree with tea partyers about anything. “I can't explain it. It's kind of scary,” she said, joking: “Now I might have to rethink my position.”»

Il est remarquable que AP ait jugé approprié de faire suivre, après un certain temps où l’argument de la “nouveauté du jour” n’existe plus, le texte consacré directement aux résultats du sondage d’un autre texte reprenant la nouvelle et l’agrémentant d’une enquête auprès de personnes impliquées. C’est une reconnaissance implicite, et de l’importance du sondage et de ses résultats, et de l’importance de la perspective politique ainsi ouverte aux USA.

Les USA sont le seul pays influent du bloc BAO qui semble sur la voie de réussir la synthèse radicale antiSystème nécessaire pour espérer peser d’une façon significative sinon victorieuse dans certains cas importants sur les institutions politiques officielles, au contraire des pays européens qui s’opposent toujours, d’une façon stérile et objectivement favorable au Système, entre extrémistes radicaux de droite et de gauche. Ce serait certainement un des plus beaux succès de Snowden, libertarien de la droite radicale affiché et extrêmement populaire grâce à ce qui est jugé comme son courage et son civisme, chez les progressistes de la gauche radicale.


Mis en ligne le 18 février 2014 à 06H21

Donations

Nous avons récolté 1668 € sur 3000 €

faites un don