Notes sur l’Ukraine, le souffle coupé...

Analyse

   Forum

Il y a 5 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Notes sur l’Ukraine, le souffle coupé...

21 février 2014 – La “révolution” en Ukraine cherche “son troisième souffle”, écrivions-nous le 17 février 2014, devant les nouvelles d’une visible démobilisation de la contestation, dite également “opposition” au président Ianoukovitch. Cette observation, qui paraît aujourd’hui si dépassée avec l’aggravation continuelle de la situation qu’elle en serait presque ridicule, a pourtant sa logique qui lui permet de résister au temps court de l’enchaînement des événements.

Notre remarque nous semble justifiée par l’appréciation que ce n’est peut-être pas une situation de “troisième souffle” qui se manifeste depuis lundi en Ukraine, mais peut-être plutôt une situation de “souffle coupé”. De ce point de vue, la question qui se pose est de savoir si l’évolution de la situation n’a pas pris tout le monde par surprise, ou pris tout le monde de vitesse, ou les deux à la fois, et la réponse est si évidente que le point d’interrogation, pour ce point, est inutile... Dans ce cas, une autre question, cette fois avec son point d’interrogation : qui a pris tout le monde de vitesse et par surprise ? Notre réponse serait alors caractéristique d’un phénomène qui ne cesse de s’étendre : le désordre, tel est le coupable. C’est une parabole, mais elle a sa cohérence, son explication, sa logique, sa dynamique, etc.

... En un mot, elle peut être parfaitement identifiée dans un premier temps et d’une façon sommaire, certes, par le seul mot qui substantive l’outil principal du désordre : “les extrémistes”. A Kiev, et aussi dans d’autres villes de la partie occidentale du pays, “les extrémistes”, constituent l’outil du désordre, – “les extrémistes”, c’est-à-dire, notamment, et pour donner une cohérence au propos, Pravy Sektor. Un peu de documentation là-dessus n’est donc pas inutile pour commencer notre démarche.

La dictature de Pravy Sektor

Le 10 février 2014, le Globe & Mail, quotidien canadien, publiait un article de son envoyé spécial à Kiev, Doug Saunders. Le titre de l’article pose une question : «Have Ukraine's protests been taken over by this ultra-right-wing group?», – et la réponse, certes positive, est largement documentée dans l’article, où l’on trouve nombre de détails, de précisions, etc.

...Mais il nous suffit de citer les quatre premiers paragraphes parce qu’ils nous montrent à la fois une détermination inflexible, une organisation et une discipline sans faille, une capacité de terroriser ceux qui ne font pas partie de ces groupes, c'est-à-dire la majorité des protestataires de la place EuroMaidan, – bref, une sorte de dictature imposée à l’intérieur du bloc d’opposition qui tient la rue depuis trois mois en Ukraine. Ainsi, ceux qui tiennent la rue, et qui en un certain sens tiennent le gouvernement, sont eux-mêmes tenus par ce groupe ... Et l’on verra plus loin que l’on peut aller loin dans cet enchaînement de “qui tient qui”, pour aboutir au désordre qui tient tout le monde.

«For the thousands of protesters camped out in Kiev’s Independence Square, there is a commonly understood rule: stay away from the fifth floor. Inside the Soviet-era office building that has been seized as a barracks for protest organizers and guards, the fifth floor is blocked, from the moment you attempt to step off the elevator, by a phalanx of grim-faced men in camouflage fatigues, brush cuts and Mohawks, many of them holding iron bars or other improvised weapons. They don’t want visitors.

»This is the headquarters of Pravy Sektor, or Right Sector, the ultra-right-wing movement, described by some as fascist, whose hundreds of soldiers (they call themselves an army) have become the sharp edge of the two-month-old protest movement that has upturned the politics of Ukraine, cost several lives and forced President Viktor Yanukovych to dismiss the government and promise to reform the constitution.

»The great majority of the hundreds of thousands of “EuroMaidan” protesters – who have rallied against Mr. Yanukovych’s rejection of a European Union treaty and his moves toward a deal with Russia – appear to be either supporters of conventional, centrist or liberal opposition political parties, or pro-European citizens without much interest in party politics at all.

»But the physical organization of these protests, the building of barricades around squares, much of the camp construction and policing, and the pitched and sometimes deadly battles with police are almost entirely the work of the extreme right. In some of Ukraine’s smaller cities, the local protests and seizures of government buildings appear to have been entirely the work of Pravy Sektor...»

Pravy Sektor tient l’Ukraine en otage

Ils sont nombreux à documenter et à défendre cette thèse pour expliquer la situation en Ukraine, et les acteurs extérieurs, les Russes dans une faible mesure mais surtout les incendiaires du bloc BAO, sont eux-mêmes de plus en plus préoccupés par ce facteur, et de plus en plus impuissants devant lui. Russia Today a interviewé le Britannique Mark Almond, de Oxford University, le 19 février 2014.

Almond est un connaisseur. En décembre 2004, il décortiquait magistralement les mécanismes de la “révolution orange” d’Ukraine (voir le Guardian du 7 décembre 2004), en rappelant opportunément que cette pénétration de l’Europe de l’Est par la subversion américaniste avait été préparée dans les années 1980, avec lui-même comme un des acteurs de la chose («The Ukraine street protests have followed a pattern of western orchestration set in the 80s. I know - I was a cold war bagman»). Pour l’Ukraine-2014, Almond n’hésite donc pas à faire la part qu’il faut, éventuellement en insistant particulièrement, sur l’action du bloc BAO dans cette sorte de situation ; pourtant, cette fois, s’il l’évoque, il ne lui donne certainement pas la première place. Quant aux deux leaders “convenables” déjà séparés par ce qu’ils ont appris des sentiments manipulateurs US, via Nuland-Fuck, – Klitschko alias Klitsch et Iatseniouk alias Yats, – ils doivent, à chaque apparition à EuroMaidan, choisir la ligne radicale pour ne pas être débordés, voire pire, par leurs “alliés”, les durs de Svoboda et Pravy Sektor notamment, ou disons Pravy Sektor & Cie... Puisque, effectivement, Pravy Sektor est le bon symbole de la chose.

Russia Today: «Extreme violence, [...] and chaos in a major city. Russia and Ukraine accuse the EU and US of interference, but are they really to blame for this?»

Mark Amond: «Well, only time will tell when the archives open, but there is a great deal of prima facie evidence that Americans and Europeans wanted some kind of chaotic denouement to this crisis. [...] [W]hat I think the West really wants to see is the pushing away from any position of power, any chance of coming back to power, of the president’s government and its supporters.»

Russia Today: «Who would replace the president? We see extremists and nationalists taking power over the protesters on the streets…»

Mark Amond: «This is a great problem, I’m afraid. Just as we saw the same process taking place for instance in Syria, where we started out by supporting people who said they wanted constitutional change, they wanted general pre-elections, and then we ended up with radical jihadists planting car bombs and so on. So I’m afraid, on a smaller scale, we will probably see it in a European city. We have seen that the process of chaos is taking over.

»And we have to say, after all, Mr. Klitchko and Yatsenyuk went to Berlin, they came back and then they made very radical statements. Quite often, particularly in the European media, we hear the moderate views. They said that today was the decisive day. And I think we have to ask ourselves are we really seeing a forked tongue approach? [...] I think this is the danger that we are seeing today. We see the geopolitical game played out over the bodies of ordinary Ukrainians.»

Russia Today: «What is going to come out of this all? If what they really want is chaos and destruction that we are seeing now, but if it’s a bankrupt country already?»

Mark Amond: «I think what they hope and I’m not entirely wrong, President Yanukovich and the Ukrainian police forces will back off. After all they were repeatedly confronted by violence on a smaller scale. They backed off, they compromised, they released hundreds of people involved in very bad acts a few weeks ago, they released them only this week. That actually has helped to provide the hard core of people to take part, because the tragedy in this situation is really how few people are playing a part in this. We are talking about 2 or 3 thousand very aggressive rioters, just some of them provided with firearms, some with Molotov cocktails, but the country of almost 45 million people is held hostage by a very radical small group.»

Russia Today: «Many people have seen this as the representation of the Ukrainian people, decent and angry about the corrupt government, and they like the idea of joining the EU because it’s a better life for them.»

Mark Amond: « [...] One of the problems of this crisis is that there isn't a constitutional way out because, in fact, about half of the country, the Western third of the country at least, is already controlled by these very radical groups who suppress any opposition. If you go to Lviv, if you go to Ivano-Frankovsk, people don’t agree with the paramilitary groups… it's rather like meeting dissidents in Ceaucescu's Romania 25 years ago. And so if you were to hold an election you would find a situation where a large part of the country has a completely bogus situation...»

Russia Today: «Will that still be a case if we wait till the 2015 scheduled elections?»

Mark Amond: «The problem now is, and this is why it’s difficult to see a compromise solution, that the Svoboda and the Right Section radical groups in Ukraine have in a sense played their card. They have shown they are prepared to use extreme violence and then they face the problem if they don’t succeed, if the West is not able to cajole the Ukrainian political elite into making concessions, these people do face a very grim future, they’ll go to prison. The problem now is that we have passed the situation where there is an obvious political solution. And as you said a lot of ordinary Ukrainians are very discontented with their economic law, they are probably also very discontented with the ways the government is handling this crisis. Whether they will be listened to, whether they will have a chance to have their votes counted fairly, I think is now very much an open question.»

Qui est l’otage de qui ?

Dans cette situation où tous les dangers se trouvent dans la concrétisation de l’activisme extrémiste qui mène le jeu, les acteurs extérieurs (sauf la Russie, bien entendu) sont obligés de ne cesser de pencher vers une radicalisation du discours, – les actes, certes, c’est autre chose pour des diplomaties paralysées par la communication et ses narrative, complètement corrompues par leurs pratiques-Système. Les pays de l’UE, l’UE elle-même, sont prisonniers de leur propre communication, de leur suprématisme démocratico-droitdel’hommiste, de leurs arrogances diverses et de leur enfleure rhétorique qui doit remplacer avantageusement, pensent-ils, les actes concrets de politique active et constructive, – chose qui leur est singulièrement étrangère. Cela implique qu’ils ont favorisé, après l'avoir subie, la mise en place d’une formidable basse-cour du monde médiatique et du parti des salonards, des commentateurs de la presse-Système à l’un ou l’autre BHL, qui exigent le radicalisme sans concessions et servent ainsi d’arguments aux diplomaties effectivement réduites à la communication, et d’autant plus portées à surenchérir.

En retour, – le fameux blowback ou “coup de fouet en retour”, – ces mêmes diplomaties se sont constituées prisonnières de ces montages de communication élaborées par elles. (Au reste, le niveau du personnel diplomatique ayant sombré à l’image de ces diplomaties, ce personnel est lui-même attaché à ces réactions épidermiques et affectives qui caractérisent l’état d’esprit de la modernité, ou l’esprit-Système au service de la politique-Système. On l’a déjà vu avec la Syrie [voir le 11 juin 2012.]) Les vociférations absolument stridentes de la basse-cour médiatique et salonarde ne leur donnent qu’une faible marge de manœuvre pour tenter de ne pas “aller trop loin” dans la rhétorique belliqueuse s’ils ont encore l’esprit d’y songer, et on les retrouve souvent fort proches de la ligne tactique maximaliste des conglomérats type-Pravy Sektor... Ainsi le diagnostic de Almond pour l’Ukraine pourrait-il s’étendre à l’UE : «the country of almost 45 million people is held hostage by a very radical small group.» L’UE aussi, en un sens.

... Et même Ianoukovitch, en un sens différent mais de la même façon, est lui-même prisonnier (otage) des mêmes forces ultra-minoritaires et ultra-activistes. Bien entendu, on peut avancer l’hypothèse que Ianoukovitch joue sur cette division de l’opposition, et sur cette position de force des extrémistes, et sur les actions de violence. Peut-être même y contribue-t-il par l’une ou l’autre action de provocation, par des infiltrations, etc. – la manœuvre est tentante et efficace, pour une direction politique dans une position si délicate. Il en résulte que, là aussi, même si d’une façon plus indirecte, on dépend de l’action et du poids de Pravy Sektor & Cie.

Et pour conclure ce tour des otages en beauté, on conclura que même le conglomérat Pravy Sektor & Cie est prisonnier de son propre maximalisme. Comme l’observe Almond, ils ont tout leur jeu sur la table, avec leur atout largement déployé, qui est la violence aveugle et nihiliste, et aucune position de repli, donc aucun goût du compromis. («The problem now is, and this is why it’s difficult to see a compromise solution, that the Svoboda and the Right Section radical groups in Ukraine have in a sense played their card. They have shown they are prepared to use extreme violence and then they face the problem if they don’t succeed, if the West is not able to cajole the Ukrainian political elite into making concessions, these people do face a very grim future, they’ll go to prison.»)

Que fait l’armée ? Que fera l’armée ?

Les USA ne sont pas dans une position très différente de l’UE, sauf qu’ils ne sont pas affectés directement par la crise et que, s’il le faut, ils s’en laveront les mains. (Durant la Guerre froide, cela se nommait “découplage”, et on en a déjà dit un mot le 10 février 2014.) Pour le reste, les remarques qui émanent de leurs commentaires rejoignent celles que fait CNN dans son analyse du 19 février 2014 :

«The United States talked tough Wednesday about trying to halt escalating political violence in Ukraine, but analysts warned there was little that outside pressure could do, especially if the Ukrainian military gets involved on the side of the government cracking down on protesters. [...] However, Council on Foreign Relations President Richard Haass told CNN that the United States and its European allies have limited options for impacting the situation on the ground in Ukraine. “My own hunch is this is going to continue to escalate,” Haass said, adding that the main question was whether the military would side with the government by getting involved or back the protesters by remaining in barracks.»

Ce dernier point est largement commenté dans le texte cité et, d’une façon générale, par les commentateurs US (et fort peu du côté européen). Il accompagne la nouvelle du remplacement du chef d’état-major des forces armées, le général le général Volodymyr Zamana, par le chef d’état-major de la marine, l’amiral Youri Ilyin. Le même texte de CNN détaille ainsi les observations du Pentagone sur la situation des forces armées ukrainiennes, – situation qui ne peut être considérée comme fixée, mais au contraire dans une posture possible d’évolution par rapport aux événements. Manifestement, le Pentagone veut insister sur ce qu’il juge être la posture de neutralité de l’armée, en recommandant que cette posture subsiste, dans la mesure où une évolution vers une intervention des militaires, de quelque sorte qu’elle soit, transformerait la situation ukrainienne en une crise stratégique majeure, et une crise dans laquelle les moyens d’intervention US sont limités et qui ouvrirait une phase extrêmement délicate pour les USA. (Tout cela vaut évidemment bien plus encore pour tous les voisins immédiats de l’Ukraine, mais les commentaires de ce côté sur ce point sont extrêmement retenus.)

«Wednesday night, Ukraine military forces moved into defensive positions around military bases and weapons depots across the country, according to a U.S. defense official familiar with the latest intelligence. The move was considered as defensive to secure facilities and weapons, and so far only involved military personnel rather than any widespread movement of armored vehicles, according to the defense official who spoke on condition of not being identified.

»“We are encouraged the Ukraine military has not been brought into this crisis and we urge them to remain on the sidelines,” said Pentagon spokesman Col. Steve Warren. If the Ukraine military got involved in the fighting, “that would have consequences for our defense relationship,” Warren added.»

Les fureurs de Lavrov

Les Russes commencent à intervenir avec fermeté dans leurs commentaires officiels qui mettent en accusation les pays du bloc BAO, jugés comme irresponsables dans la façon dont ils soutiennent indirectement les extrémistes, dans leur façon de développer leur narrative dans le sens qu’on a vu. Il y a eu notamment des interventions du ministre Lavrov, du porte-parole de son ministère...

«Lavrov on Thursday blasted the sanctions against Ukraine, some of which have already been imposed by the US, and are now being eyed by the EU, as “double standards.” Such actions will only encourage extremists to continue violence in the country, he said. “The [Ukrainian] opposition cannot or does not want to dissociate itself from extremists. The US lays all the blame on the Ukrainian government – this is a double standard,” Lavrov said. “The EU is also trying to discuss the imposing of sanctions, at the same time there are uninvited missions coming to Ukraine. Such actions resemble blackmail,” the minister said.

»Not only are such threats “inappropriate,” but also will aggravate the conflict in Ukraine, Foreign Ministry spokesman, Aleksandr Lukashevich, has said. There is “no doubt” there is a “plain coup attempt” going on in Ukraine, with armed rioters widely using firearms, the spokesman added. “We strongly condemn the actions of radicals and extremists, who are mostly responsible for violence and bloody riots. Serious responsibility also lies with the opposition, who have been unable to fulfill the agreements reached with the government,” Lukashevich said. The so-called Maidan leaders must “immediately stop bloodshed” and “continue seeking a peaceful resolution to the crisis without threats or ultimatums,” he stressed...»

Un point doit être ajouté, d’une importance évidente. Il s’agit de l’affirmation faite mercredi après-midi par l’Allemande Merkel, en visite à Paris, selon lequel elle est en contact permanent avec le Russe Poutine. En quelque sorte, la chancelière tient le rôle que devrait tenir, selon les arrangements stratégiques traditionnels, le président français, s’il y avait un président français... AP rapporte cette courte déclaration, le 19 février 2014.

«Angela Merkel, speaking to reporters during a visit to Paris on Wednesday, said she spoke by telephone with Putin, and “we agreed to continue to do everything so there is no further escalation of violence in Ukraine.” “We have decided to maintain very close contacts with Russia,” she said. Merkel said she informed Putin of the decision to urgently send German, French and Polish foreign ministers to Ukraine.»

Les apocalypsticle de Bosch à Bruegel

Le scepticisme et le désenchantement des commentateurs US devant les événements d’Ukraine, qui reflètent l’absence d’intérêt pour la crise ukrainienne qui a prévalu même si la machine subversive US a continué à fonctionner, conduisent effectivement à des jugements qui rendent bien compte de l’évolution de ce qu’on décrirait comme la “réalité politique”. Ainsi cette observation rapportée par McClatchy.News le 19 février 2014 :

«“Neither the EU or U.S. has come up with a clear policy that’s likely to be effective. What you have seen is policies that have been made in response to unexpected events,” said Andrew Weiss, who served as a Ukraine expert in both the Bill Clinton and George W. Bush administrations. Now the vice president of studies at the Carnegie Endowment for International Peace, a Washington research center, he agrees that sanctions are likely to have limited influence. “To my mind, all of that stuff is nice declaratory policy. It will make people feel good, but it will be unable to change the calculations for Yanukovych,” he said.»

Il est entendu que les dernières remarques (sur les sanctions) de Weiss retardent, qu’elles sont déjà d’une autre époque puisqu’il y a eu les événements d’hier (les fusillades, les morts, les films “apocalyptiques” des affrontements), de cette nuit (annonce de possibles élections anticipées, vote du Parlement, quasiment réduit pour son quota à la seule opposition, en faveur de mesures diverses “libéralisant” complètement le mouvement de contestation, et, par conséquent, le désordre). Mais ces nouvelles “nouvelles” de la nuit, que vaudront-elles la semaine prochaine, ou bien ce soir ?

Une journaliste de Saint Louis, Sarah Kendzior, fait une analyse, dans Politico.com Magazine, le 20 février 2014, où elle observe que les médias US ont commencé, depuis quelques tout petits jours, à s’intéresser à l’Ukraine à cause des images, qui montrent des scènes d’apocalypse, – «Journalist Simon Shuster said it was “straight out of Hieronymus Bosch.” Writer Philip Gourevitch thought it was more like Bruegel. But the main word to describe the violent clashes in Ukraine’s capital city of Kyiv was “apocalyptic.”», – d’où le nouveau mot proposé par Kendzior pour qualifier ces articles (apocalypsticle). Naissance d’un nouveau genre du “journalisme d’information” : “apocalyptic porn” (comment traduire cela ? “Obscénité apocalyptique” ? A votre bon cœur.) Et de conclure joliment, Kendzior, ce qui est pure vérité de la situation humaine, avec un brin de moralisme mais aussi une vraie dimension humaine : «When you see a headline about somewhere “apocalyptic,” remember that an “apocalypse” does not feel cinematic to the person experiencing it. It feels, instead, like the end of the world.»

Pour notre compte, à nous, ces dernières remarques, qui semblent si loin de la situation politique ukrainienne et qui ne nous disent rien de la position de Ianoukovitch ou des agitations furieuses de Pravy Sektor & Cie, – ou des initiatives avisées de l’UE, bien sûr, on allait l’oublier, cette chose qui prétend détenir la recette du bonheur du temps futur, – ces remarques-là font partie de la définition du désordre dont nous voulons parler. La crise ukrainienne, elle, avec ses myriades d’événements, ses fureurs d’apocalypse, ses morts, son désordre indescriptible, la terrible complication de son nœud gordien, bref tout ce qui prétend faire évoluer la situation comme un cheval fou lancé dans un galop furieux, fait plutôt partie de notre big Now, de notre présent figé dans lui-même. Tout ce qu’elle prétend nous réserver, chaque jour, chaque heure, de nouvelles perspectives, semble aussitôt absorbé par le trou noir du désordre, le cœur du cyclone où le mouvement fou atteint une telle intensité circulaire qu’il semble alors se réduire à une immobilité comme supra-réelle, ce “présent figé”.

Notre Smutnoye Vremya

Depuis qu’elle a commencé dans sa phase actuelle si spécifique jusqu’à la faire sortir des standards des crises postmodernes pour peut-être une sorte de “post-postmodernité”, fin novembre 2013, la crise ukrainienne ne cesse de s’affirmer dans sa complète originalité. Elle alterne les périodes de grands événements qui semblent extraordinairement puissants avec les périodes de complet effacement qui font s’interroger sur son existence réelle ; elle met en scène des acteurs emportés par leur double et leur triple jeu, alimenté aux ingérences affichées de forces extérieures ; elle tourne autour d’une direction décrite comme dictatoriale et furieuse, et qui montre tous les symptômes de l’illégitimité de la corruption au travers d’un louvoiement de faiblesses et d’incertitudes affichées ; elle déploie des violences qui se substantivent effectivement par des scènes “apocalyptiques” dignes d’un film qu’Hollywood baptiserait prestement “Mad Max, le retour, – à Kiev”.

La crise ukrainienne a paru ces dernières semaines se développer vers l’imitation du modèle syrien, mais avec des composants qui se sont révélés comme ayant beaucoup moins de fermeté et de chronologie que ceux de la crise syrienne (Ianoukovitch très loin du modèle-Assad pour ce qui est de la résilience, la puissance des “extrémistes” aussitôt déployée, etc.). Cela conduit à l’hypothèse d’une version de ce type de crise finalement complètement nouvelle, où les attributs habituels des situations qui devraient déboucher sur des modèles connus (guerre civile, “coup d’État”, intervention étrangère, subversion organisée, etc.) semblent eux-mêmes échapper à leurs propres logiques. On dirait, nouvelle hypothèse qui poursuit la précédente, que la crise syrienne serait en train d’expérimenter une nouvelle sorte de désordre, une nouvelle version de ce caractère qui, depuis 2008-2010, domine et caractérise les relations internationales. Les habituelles observations et hypothèses prospectives s’en trouvent pulvérisées, et l’on comprend que le désordre gagne même ceux qui sont habitués à développer une politique subversive et intrusive autour de cette sorte d’événements, – on comprend que se soit produit ce que Weiss juge si critiquable («policies that have been made in response to unexpected events»). Nous aurions donc produit, dans le désordre que nous avons nous-mêmes créé, une nouvelle sorte de désordre qui échapperait au modèle, qui le surpasserait, qui confronterait paradoxalement sa propre fonction de désordre à l’énigme d’un désordre d’une nouvelle nature.

D’où la seule façon qu’il nous reste, non de conclure ce commentaire, mais de la rompre littéralement, – par des questions bien entendu, toutes avec la même potentialité : l’Ukraine est-elle bien notre nœud gordien ? L’Ukraine est-elle une nouvelle étape, peut-être décisive, de la crise d’effondrement du Système ? L’Ukraine est-elle le Sarajevo de notre centenaire de la Grande Guerre, si importante pour définir notre crise présente, qui constituerait la clef ouvrant sur des événements sans précédent ? Peut-être, dans deux semaines, dans trois jours ou dans quelques heures, ces questions paraîtront-elle complètement irrelevent, comme disent nos “amis anglo-saxons” ; peut-être cela ne sera-t-il qu’une ruse de la métahistoire qui se dissimule derrière l’histoire courante réduite au désordre ; peut-être nous offrira-t-on une séquence de calme avec une solution-miracle soluble quasi-instantanément dans les incertitudes des jours qui suivent ... Nous sommes dans l’époque sombre de notre Grand Trouble à nous, de notre Smutnoye Vremya postmoderne, déjà signalé à une autre occasion et dans d’autres circonstances (voir le 10 juillet 2013). Quoi qu’on en veuille et quoi qu’on en dise, et quelles que soient les nouvelles de la nuit dernière, nous ne savons rien et il est bon de savoir que nous ne savons rien...

 

Donations

Nous avons récolté 942 € sur 3000 €

faites un don