L’inspirateur de Macron le vaut bien

Brèves de crise

   Forum

Il y a 5 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 3171

L’inspirateur de Macron le vaut bien

Lorsque nous disons “l’inspirateur” au singulier, c’est pour symboliser la chose, – les gens dont il va être question. Ci-dessous, rapportée par France-Info et relayée par RT-France, l’histoire de la réforme (de la liquidation, disons) de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF). Où l’on voit quelques grosses pointures du monde des grands patrons, parce qu’ils n’ont qu’une confiance moyenne dans leur résolution, demander, ou disons exiger du Fake-président et de ses employés une accélération des “réformes”. Couplé à d’autres initiatives dans le même sens, cela donne un “effet de masse” qui nous conduit au “président des riches” et à “Robin des bois à l’envers”, et un pas plus loin, aux Gilets-Jaunes eux-mêmes. (Il paraît qu’un des participants [Philippe Aghion] à l’élaboration du programme-Macron le pense, – mais un peu tard : tout cela a accouché des Gilets-Jaunes.)

Ce qui signifie qu’ils ont tous la même orientation de l’esprit, les mêmes aveuglements, les mêmes incroyables incompréhensions des sentiments et des réactions des gens, la même psychologie dystopique de l’arrogance d’appréciation du monde et d’eux-mêmes par eux-mêmes. Il y a un extraordinaire enchaînement dans leurs interventions et jugements divers, qui les conduit irrésistiblement vers la catastrophe, vers le trou noir qui fait s’accumuler les maladresses et transformer en baril de poudre ce pouvoir qu’ils ont conquis avec tant de brio. (La même chose se constate, par exemple, avec le pouvoir-neocon à “D.C.-la-folle” ou dans la direction des affaires de l’UE.)

Ce n’est pas complot mal bidouillé, tout juste une combine type-Pieds-Nickelés, et un signe de plus que le Destin veille sur eux comme un gardien sur sa prison, avec une vigoureuse fermeté et un sourire ironique. Il y a des choses hautes qui se passent pour accélérer la transmutation de la surpuissance du Système en autodestruction.

Voici donc les secrets du Fake-président.

« Une rencontre secrète de grands patrons à l’Élysée aurait provoqué l’adoption de la réforme sur l’ISF plus tôt que prévu. C’est ce qu’affirme France Info, la chaîne d’information en continu du service public. Elle rappelle que dans son discours de politique générale, le 4 juillet 2017, le Premier ministre Édouard Philippe avait annoncé que l’ISF serait “resserré autour du seul patrimoine immobilier afin d’encourager l’investissement dans la croissance des entreprises”, mais surtout que la réforme entrerait en vigueur en 2019  (et non dès 2018 comme ce fut finalement le cas).

» Or, trois jours plus tard démarraient les Rencontres économiques d’Aix-en-Provence. A cette occasion, d’après les informations recueillies par la chaîne info «Jean-Hervé Lorenzi, le président du Cercle des économistes, demande au ministre de l’Economie Bruno Le Maire […] d’accélérer son calendrier”.

» Surtout, à la même époque, plusieurs membres de la puissante Association française des entreprises privées (Afep), regroupant de nombreux patrons du CAC 40, considèrent que si le président de la République n’agit pas immédiatement, il ne le fera jamais. Selon France Info, ils se rendent secrètement en délégation à l’Elysée pour demander un changement de calendrier, et peu de temps après Bercy annonce que la réforme entrera bien en vigueur dès 2018.

» Cependant, cette décision s’accompagne d’une baisse des aides personnalisées au logement et d’une hausse du forfait hospitalier qui donne à beaucoup et comme le résumera Clémentine Autain (LFI) le 8 octobre 2017 sur la chaîne parlementaire (LCP)  l'impression “qu’au fond la redistribution se fait au profit des plus riches”, et qu’avec Emmanuel Macron à l’Élysée “c’est un Robin des bois à l’envers qui est à la tête de l’État”.

» Cité par France info, Philippe Aghion, qui a participé à l’élaboration du programme économique d’Emmanuel Macron se désole de la simultanéité de la baisse des APL, de la hausse de la CSG pour les retraités, puis de la désindexation des retraites sur l’inflation, avec le remplacement de l’impôt de solidarité sur la fortune par un impôt sur la fortune immobilière dont le rendement fiscal chute de près de 3 milliards d’euros. Il va jusqu’à avancer : «Si on avait procédé différemment, nous aurions évité le mouvement [des Gilets jaunes] que nous avons aujourd’hui.” »

 

Mis en ligne le 21 février 2019 à 16H30

Donations

Nous avons récolté 367 € sur 3000 €

faites un don