Les intrigues dormantes de la guerre contre le terrorisme : les Bush, les Ben Laden, la CIA et le FBI

Analyse

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 7

Les intrigues dormantes de la guerre contre le terrorisme : les Bush, les Ben Laden, la CIA et le FBI


L'un des domaines les plus intéressants de l'actuelle crise, et le moins connu, ou, dans tous les cas, le plus sujet à des rumeurs, des intrigues, etc, c'est bien celui des liens secrets ou semi-secrets entre l'establishment américain et les familles royales saoudiennes, dont on sait qu'elles approchent les 20.000 princes et peut-être bien autant de milliards de dollars. On sait aussi qu'il existe de sérieux liens d'affaires entre la famille Bush et la famille Ben Laden, par l'intermédiaire du holding de production et de transfert d'armement The Carlysle Group (CA de $14-$15 milliards). A la tête du Carlysle Group se trouve Frank Carlucci, ancien secrétaire à la défense, ancien n<198>2 de la CIA, officier de la CIA depuis des années (il était chef d'antenne de la CIA à Léopoldville, lors de l'indépendance du Congo, c'est lui qui était en poste lors de la liquidation de Lumumba où nombre de sources indiquèrent qu'il était fortement impliqué, c'est encore lui qui contrôla plus tard les réseaux d'influence pro-américains de Belgique, largement alimentés par des Belges étant passés par le Congo à l'époque de l'indépendance). Tout cela est évidemment du même monde, puisque George Bush le-père eut bien Frank Carlucci sous ses ordres en 1976-77, quand il dirigea la CIA.

Sur cette toile de fond se greffe une circonstance troublante qui semble voir un certain affrontement entre différentes agences de sécurité/de renseignement américaines. Divers cas de fuites ont été constatées, où la position du FBI est exposée comme étant en butte à des entraves, notamment de la part de la Maison-Blanche, lorsqu'il s'est agi d'enquêtes àeffectuer sur des citoyens saoudiens, voire des citoyens proches du cercle Ben Laden.

Ci-dessous, nous donnons une transcription d'une émission de la BBC, Newsnight, où plusieurs spécialistes de la question sont interrogés sur ce sujet.

(La transcription a été mise sur le réseau Internet par le site emperorclothes.com, avec cette mention d'accompagnement : « This transcript is produced from the teletext subtitles that are generated live for Newsnight. It has been checked against the programme as broadcast, however Newsnight can accept no responsibility for any factual inaccuracies. We will be happy to correct serious errors. »)


Has someone been sitting on the FBI?


Greg Palast : The CIA and Saudi Arabia, the Bushes and the Bin Ladens. Did their connections cause America to turn a blind eye to terrorism?

Unnamed man : There is a hidden agenda at the very highest levels of our government.

Joe Trento, (Author, ''Secret History of The CIA'') : The sad thing is that thousands of Americans had to die needlessly.

Peter Elsner : How can it be that the former President of the US and the current President of the US have business dealings with characters that need to be investigated?

Palast : In the eight weeks since the attacks, over 1,000 suspects and potential witnesses have been detained. Yet, just days after the hijackers took off from Boston aiming for the Twin Towers, a special charter flight out of the same airport whisked 11 members of Osama Bin Laden's family off to Saudi Arabia. That did not concern the White House.

Their official line is that the Bin Ladens are above suspicion - apart from Osama, the black sheep, who they say hijacked the family name. That's fortunate for the Bush family and the Saudi royal household, whose links with the Bin Ladens could otherwise prove embarrassing. But Newsnight has obtained evidence that the FBI was on the trail of other members of the] Bin Laden family for links to terrorist organisations before and after September 11th.

This document is marked ''Secret''. Case ID - 199-Eye WF 213 589. 199 is FBI code for case type. 9 would be murder. 65 would be espionage. 199 means national security. WF indicates Washington field office special agents were investigating ABL - because of it's relationship with the World Assembly of Muslim Youth, WAMY - a suspected terrorist organisation. ABL is Abdullah Bin Laden, president and treasurer of WAMY.

This is the sleepy Washington suburb of Falls Church, Virginia where almost every home displays the Stars and Stripes. On this unremarkable street, at 3411 Silver Maple Place, we located the former home of Abdullah and another brother, Omar, also an FBI suspect. It's conveniently close to WAMY. The World Assembly of Muslim Youth is in this building, in a little room in the basement at 5613 Leesburg Pike. And here, just a couple blocks down the road at 5913 Leesburg, is where four of the hijackers that attacked New York and Washington are listed as having lived.

The US Treasury has not frozen WAMY's assets, and when we talked to them, they insisted they are a charity. Yet, just weeks ago, Pakistan expelled WAMY operatives. And India claimed that WAMY was funding an organisation linked to bombings in Kashmir. And the Philippines military has accused WAMY of funding Muslim insurgency. The FBI did look into WAMY, but, for some reason, agents were pulled off the trail.

Trento : The FBI wanted to investigate these guys. This is not something that they didn't want to do - they wanted to, they weren't permitted to.

Palast : The secret file fell into the hands of national security expert, Joe Trento. The Washington spook-tracker has been looking into the FBI's allegations about WAMY.

Trento : They've had connections to Osama Bin Laden's people. They've had connections to Muslim cultural and financial aid groups that have terrorist connections. They fit the pattern of groups that the Saudi royal family and Saudi community of princes - the 20,000 princes -have funded who've engaged in terrorist activity.

Now, do I know that WAMY has done anything that's illegal? No, I don't know that. Do I know that as far back as 1996 the FBI was very concerned about this organisation? I do.

Palast : Newsnight has uncovered a long history of shadowy connections between the State Department, the CIA and the Saudis. The former head of the American visa bureau in Jeddah is Michael Springman.

Michael Springman : In Saudi Arabia I was repeatedly ordered by high level State Dept officials to issue visas to unqualified applicants. These were, essentially, people who had no ties either to Saudi Arabia or to their own country. I complained bitterly at the time there. I returned to the US, I complained to the State Dept here, to the General Accounting Office, to the Bureau of Diplomatic Security and to the Inspector General's office. I was met with silence.

Palast : By now, Bush Sr, once CIA director, was in the White House. Springman was shocked to find this wasn't visa fraud. Rather, State and CIA were playing ''the Great Game''.

Springman : What I was protesting was, in reality, an effort to bring recruits, rounded up by Osama Bin Laden, to the US for terrorist training by the CIA. They would then be returned to Afghanistan to fight against the then-Soviets.

The attack on the World Trade Center in 1993 did not shake the State Department's faith in the Saudis, nor did the attack on American barracks at Khobar Towers in Saudi Arabia three years later, in which 19 Americans died. FBI agents began to feel their investigation was being obstructed. Would you be surprised to find out that FBI agents are a bit frustrated that they can't be looking into some Saudi connections?

Michael Wildes, (lawyer) : I would never be surprised with that. They're cut off at the hip sometimes by supervisors or given shots that are being called from Washington at the highest levels.

Palast : I showed lawyer Michael Wildes our FBI documents. One of the Khobar Towers bombers was represented by Wildes, who thought he had useful intelligence for the US. He also represents a Saudi diplomat who defected to the USA with 14,000 documents which Wildes claims implicates Saudi citizens in financing terrorism and more. Wildes met with FBI men who told him they were not permitted to read all the documents. Nevertheless, he tried to give them to the agents.

Wildes : ''Take these with you. We're not going to charge for the copies. Keep them. Do something with them. Get some bad guys with them.'' They refused.

Palast : In the hall of mirrors that is the US intelligence community, Wildes, a former US federal attorney, said the FBI field agents wanted the documents, but they were told to ''see no evil.''

Wildes : You see a difference between the rank-and-file counter-intelligence agents, who are regarded by some as the motor pool of the FBI, who drive following diplomats, and the people who are getting the shots called at the highest level of our government, who have a different agenda - it's unconscionable.

Palast : State wanted to keep the pro-American Saudi royal family in control of the world's biggest oil spigot, even at the price of turning a blind eye to any terrorist connection so long as America was safe. In recent years, CIA operatives had other reasons for not exposing Saudi-backed suspects.

Trento : If you recruited somebody who is a member of a terrorist organisation, who happens to make his way here to the US, and even though you're not in touch with that person anymore but you have used him in the past, it would be unseemly if he were arrested by the FBI and word got back that he'd once been on the payroll of the CIA. What we're talking about is blow-back. What we're talking about is embarrassing, career-destroying blow-back for intelligence officials.

Palast : Does the Bush family also have to worry about political blow-back? The younger Bush made his first million 20 years ago with an oil company partly funded by Salem Bin Laden's chief US representative. Young George also received fees as director of a subsidiary of Carlyle Corporation, a little known private company which has, in just a few years of its founding, become one of Americas biggest defence contractors. His father, Bush Senior, is also a paid advisor. And what became embarrassing was the revelation that the Bin Ladens held a stake in Carlyle, sold just after September 11.

Elsner : You have a key relationship between the Saudis and the former President of the US who happens to be the father of the current President of the US. And you have all sorts of questions about where does policy begin and where does good business and good profits for the company, Carlyle, end?

Palast : I received a phone call from a high-placed member of a US intelligence agency. He tells me that while there's always been constraints on investigating Saudis, under George Bush it's gotten much worse. After the elections, the agencies were told to ''back off'' investigating the Bin Ladens and Saudi royals, and that angered agents. I'm told that since September 11th the policy has been reversed. FBI headquarters told us they could not comment on our findings. A spokesman said: ''There are lots of things that only the intelligence community knows and that no-one else ought to know.

(C) BBC 2001 * Posted for Fiar Use Only


Remarques sur la situation d'affrontement entre agences, services et présidence aux USA


Nous pensons que cette transcription, autant que d'autres sources ouvertes et largement diffusées (par exemple, le livre Ben Laden, la vérité interdite), ainsi que des articles de commentaires de ces sources (notamment sur ce livre) qui les diffusent largement, donnent assez d'indications sur les dessous des questions ainsi abordées.

Nous voudrions envisager un autre aspect du même problème, en mettant à part la question des problèmes stratégiques du pétrole impliquant du côté US le State department, tels qu'ils sont notamment détaillés dans le livre Ben Laden, la vérité interdite.

Comme on commence à l'apprécier précisément sur ces questions impliquant l'administration Bush, les Talibans et Ben Laden avant le 11 septembre, on retrouve l'administration (plus précisément la présidence) proche de la CIA, avec la CIA servant souvent de courroie de transmission, tandis que le FBI se trouve plutôt dans le camp opposé. Il ne s'agit aucunement d'engagements basés sur le jugement éthique ou autre, ni même le jugement politico-stratégique, mais bien d'un jeu de pouvoir, et c'est lui qui nous intéresse.

Ce schéma (présidence + CIA versus FBI) est celui du Watergate. Dans ce scandale qui secoua le cadre institutionnel des USA en 1972-75, le président Nixon employait une équipe de “plombiers” pour diverses basses besognes (effractions, enquêtes illégales, etc). L'équipe avait été recrutée notamment chez d'anciens officiers de la CIA (comme Gordon Liddy) et gardait des liens avec l'agence. Le roman à clef publié en 1978 The Company, de John Ehrlichman (qui fut, avec Bob Haldeman, l'un des deux proches conseillers de Nixon pour les affaires intérieures), suggère de considérables imbrications entre le président et la CIA dans cette affaire du Watergate, — avec des ramifications remontant jusqu'à l'affaire de la Baie des Cochons (l'attaque de Cuba par des anti-castristes soutenus par la CIA), en avril 1961. Cela ne signifie bien entendu pas que présidence et CIA jouaient le même jeu en toute loyauté.

L'autre conseiller de Nixon, Bob Haldeman, a clairement indiqué dans ses mémoires (the Ends of Power) qu'il existait un soupçon très sérieux selon lequel la CIA avait une “taupe” dans l'entourage le plus direct du président Nixon, pour espionner la présidence.

On comprend qu'on ne peut dire que la CIA fut constamment au service de la présidence (dans le cas Nixon, mais aussi dans d'autres cas d'autres présidents), comme une vision classique et européenne du pouvoir, avec la hiérarchisation qu'elle implique, le laisserait penser ; on doit plutôt dire que les intérêts de la présidence et ceux de la CIA avaient entre eux des connections, des proximités, et que ces deux centres de pouvoir devaient donc “jouer ensemble” (pour se soutenir ou s'opposer, c'est selon) dans cette affaire du Watergate, comme dans diverses autres occasions. [S'agissant des USA, il faut admettre que le pouvoir n'est pas du type classique européen, avec une autorité politique centrale représentant la seule légitimité, et le reste officiellement soumis, avec des aléas divers ; le pouvoir est réparti entre différents centres, souvent autonomes les uns des autres malgré l'apparence, et aucun n'ayant la légitimité qui le met à part, puisque cette légitimité va à la Loi, c'est-à-dire, à la Cour Suprême principalement pour le dernier ressort.] La relation présidence-CIA du temps du Watergate, et cela subsiste aujourd'hui, tenait au fait que les affaires secrètes et souvent scabreuses que traitaient les deux centres avaient nécessairement, sinon principalement, de vastes ramifications extérieures, hors-USA ; même si la question du Watergate était surtout intérieure (mais avec des ramifications extérieures), les liens présidence-CIA subsistaient, conduisant d'ailleurs la CIA à opérer de façon illégale par instants, puisque dans des affaires intérieures. Au contraire, dans ce schéma du Watergate comme pour d'autres occasions, le FBI avait une position autonome à cause de sa mission qui est uniquement cantonnée au domaine intérieur. (Dès l'origine, ce schéma est évident. Dès l'arrivée de Hoover à la tête du FBI, en 1924, le FBI est indépendant de la présidence. Au contraire, les premiers services de renseignement fédéraux ont été organisés avec une très grande proximité du président. Le colonel Wild Bill Donovan fut un proche de Roosevelt, envoyé personnel du président auprès des Britanniques en 1939-40, avant de devenir le chef de l'Office of Strategic Services [OSS] pendant la Deuxième Guerre mondiale. L'OSS, premier service de renseignement central, fut dissoute après la guerre pour laisser la place à la CIA, qui récupéra nombre de ses cadres et de ses structures, et certaines de ses habitudes. Dans la hiérarchie, on retrouve cette différence : le FBI dépend du département de la Justice, le directeur de la CIA rend compte directement au président, notamment au sein du National Security Council.)

Cette différence des rapports entre la présidence et les deux agences, CIA et FBI, est par ailleurs compréhensible par leurs activités même. Dans le domaine intérieur, le président, lorsqu'il traite d'affaires délicates, qu'elles soient de sécurité nationale ou pour ses propres intérêts, dispose d'un très grand nombre de relais puissants, que ce soit les forces politiques comme les structures de son parti, les structures financières et industrielles, les relais au Congrès, etc. Au contraire du domaine extérieur où le président n'a pas ces facilités et doit rechercher la collaboration de la CIA, il n'a pas besoin du FBI pour le front intérieur. Enfin, il faut noter que, dans les carrières des divers présidents (Roosevelt, Nixon, Reagan, Clinton notamment), l'activité extérieure a toujours été une façon de tenter de réaffirmer un pouvoir présidentiel constamment défié et diminué au niveau des affaires intérieures par les autres pouvoirs. Les affaires extérieures sont un privilège du président et, souvent, une bouée de sauvetage pour une présidence en perdition sur le front intérieur. Aux États-Unis, la présidence est une bataille permanente.

Tout cela ne fait pas du FBI un parangon de vertu, comme si le vice des affaires politiques était réservé à la présidence et à la CIA. Le FBI de J. Edgar Hoover a montré au contraire une prodigieuse corruption intellectuelle, Hoover ayant régné comme un dictateur pour la police intérieure et le contre-espionnage pendant un demi-siècle (de 1924 à 1972 à la tête du FBI, notamment grâce aux moyens de pression, les informations compromettantes dont il disposait, utilisés à l'encontre des présidents successifs pour conserver ce poste). Il n'empêche que, pour ce qui concerne les activités secrètes et souvent illégales du président, le FBI se tient à l'écart, notamment parce qu'il s'agit souvent d'affaires extérieures. Ainsi le retrouve-t-on conduisant une enquête assez indépendante dans l'affaire du Watergate, comme il le fait aujourd'hui (ou, dans tous les cas, comme il l'a fait) dans les affaires Ben Laden et consorts. Cette indépendance, là encore, ne signifie ni vertu ni civisme, elle signifie qu'en général le FBI voit ses intérêts différemment de ce qu'en voit l'administration et/ou le président. Il s'agit d'un élément important : face aux événements à venir, en Amérique mais aussi en-dehors (le FBI mène désormais des enquêtes hors des frontières des USA), le FBI pourrait suivre une politique différente de celle de l'administration.

Donations

Nous avons récolté 568 € sur 3000 €

faites un don