Le grand’œuvre de Choïgou

Ouverture libre

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 3073

Le grand’œuvre de Choïgou

Le texte ci-dessous, écrit avec chaleur et venu manifestement d’un officier ou ancien officier US, rapporte et commente un discours du ministre russe de la défense Choïgou, récemment prononcé devant la Douma d’État et mettant en évidence selon l’auteur la transformation radicale, révolutionnaire (peut-être dans un sens paradoxalement traditionnaliste dans certains domaines) de l’armée russe. On voit confirmé, par un avis autorisé, la puissante et très importante stature de Choïgou, un homme non exempt de spiritualité qui semble avoir conduit et achevé une refonte structurelle et psychologique complète de l’armée russe pour en faire qualitativement la première du monde, – tant du point de vue de l’équipement et des tactiques-stratégie, que du point de vue humain et psychologique...

L’auteur, resté anonyme sous la signature du site du colonel Lang, Sic Semper Tyrannis (ou STT), est sans aucun doute un officier de l’U.S. Army, que nous devinerions comme proche du colonel Lang (lui-même de l’US Army, dans la Defense Intelligence Agency), et sans doute hors des cadres actifs comme Lang. En effet, beaucoup de choses, d’expressions, de sentiments, renvoient à la psychologie et à l’expérience du terrain, sinon à la nostalgie, d’un officier de forces armées terrestres. Ainsi sent-on, derrière une réelle admiration pour le chef et l’administrateur, une sorte de camaraderie de corps de l’auteur “STT” pour Choïgou désigné comme un homme de grande valeur, – sentiment somme toute très inhabituel de la part d’un (militaire) US pour un militaire russe, et d’autant plus précieuse pour la compréhension de l’attitude du Russe.

On part d’un très récent discours de Choïgou devant une commission de la Douma de la Fédération de Russie ; le sujet général en était l’état d’une armée russe complètement transformée et régénérée depuis la phase radicale lancée en 2013d’une démarche réformiste en cours depuis plus de quinze ans. L’auteur, s’appuyant sur une analyse du site SouthFront.org, qui en avait transcrit les principaux passages, constate qu’il en était resté à une première lecture au simple détail, en liste, des nouveaux systèmes d’armes mis en service.

(On notera dans ce domaine des systèmes d’armes dont nous parlons très peu, une indication qui nous paraît nouvelle, concernant le missile sol-sol à courte (et nouvellement moyenne) portée SS-26 Iskander, qui joue et va jouer un rôle essentiel en Europe avec la fin du traité FNI. Il est signalé que ce missile normalement balistique dispose également d’une version “missile de croisière”, – vol normal, en général à très basse altitude, – et il est confirmé qu’il a opéré en Syrie : « L’Iskander peut tirer des ogives nucléaires et plusieurs types d'ogives classiques et dispose de multiples moyens de guidage, y compris une version de missile de croisière. Il a été testé avec succès en Syrie. »)

A l’invitation du colonel Lang, “STT” a lu le discours d’une façon plus attentive et a découvert que c’était bien plus que cela : la réforme a transformé l’armement des armées russes,mais aussi les hommes, mais aussi le soldat russe lui-même. Il s’agit d’un ensemble de mesures dont le but commun est de rechercher une condition à la fois plus confortable, plus responsable et plus patriotique pour le soldat russe, à côté de toute la puissance que peuvent lui donner les différentes technologies nouvelles intégrées dans les forces.

C’est un point d’autant plus important que la question du traitement des soldats russes, dans les dernières décades de l’URSS (notamment dans l’ère Brejnev), puis dans le désordre des années-Gorbatchev en même temps que la guerre en Afghanistan, puis enfin dans la catastrophe des années 1990, était devenue centrale dans l’appréciation des capacités militaires. Les conscrits étaient traités d’une façon épouvantable, avec très souvent des traitements de brimade sinon de torture de la sorte que peuvent endurer des prisonniers de droit commun, avec souvent des décès ou des suicides du fait de ces traitements, au point où des mères de conscrits se constituèrent en association pour défendre leurs enfants. Le moral et donc la capacité de combat étaient bien entendu à mesure, alors que le corps des officiers, mal payé ou même privés de traitement pendant ces années de désordre, était caractérisé par une corruption extraordinaire et un affaiblissement à mesure là aussi de l’autorité et des responsabilités de commandement.

Cet épisode dramatique a été largement pris en compte par le réformiste Choïgou, qui a détaillé diverses mesures, y compris au niveau des technologies nouvelles, permettant d’améliorer considérablement le sort et les capacités des soldats, en même temps que l’armée a été considérablement “professionnalisée” avec actuellement deux tiers des effectifs faits de volontaires qui sont évidemment affectés aux unités d’élites et de combat.

Le texte de “STT” accorde une très grande importance à cet aspect de la réforme de l’armée russe, jusques et y compris la plus récente, qui est une sorte d’encadrement politique ayant pour but d’entretenir et d’exalter le patriotisme des soldats, tout comme le sens de leur mission tout entier axé sur la protection de la nation russe. (“STT” insiste beaucoup sur le caractère essentiellement défensif de nombre des nouveaux armements, étant bien entendu que cet aspect défensif est également très efficace dans les cas de projection des forces qui sont par nature offensifs, — comme on a pu le voir et comme on le voit encore en Syrie.) “STT” l’interprète indirectement, comme nous le ressentons, comme une sorte de renaissance de certaines vertus traditionnelles des forces armées comprises comme une institution de défense suprême d’une grande nation, au contraire de l’évolution d’autres forces. On comprend qu’il s’agit dans le chef de l’auteur essentiellement d’une critique des forces armées US, qui ont tout misé sur la technologie et sur les pratiques postmodernes de sous-traitance, de mercenariat, de bureaucratisation, qui finissent, et cela très rapidement une fois le processus enclanché, par diluer et pervertir les psychologies et les sentiments patriotiques pour donner des forces déshumaniséeset sans idéal, et souvent décadentes, remplissant des tâches de plus en plus critiquables et indignes comme font nombre de forces US à travers le monde, particulièrement depuis le tournant de 1999-2001. Ainsi l’évolution des forces russes et celles des forces US ont suivi un destin inverse et croisé, les forces US partant de très haut pour s’abîmer dans une décadence d’hyper-technologies de plus en plus improductives, de déshumanisation et de “gangstérisation” pour des conflits illégaux au service de la recherche d’une hégémonie faussaire ; et les forces russes, non moins modernisées mais d’une façon maîtrisées, ont été orientées vers des comportements patriotiques et souverainistes qui entraînent des capacités de combat de très haut niveau.

Manifestement, “STT” attribue massivement à la personnalité exceptionnelle de Choïgou, assisté de cadres dirigeants de grande qualité comme le chef d’état-major général Gerasimov, la responsabilité de cette évolution. L’ère Poutine avec ses succès dans le domaine de la sécurité nationale, doit bien entendu beaucoup à son président, mais également à ses grands ministres, Choïgou pour l’armée comme Lavrov pour la diplomatie. Cela nous conduit à confirmer notre jugement déjà exposé de l’importance capitale prise par les forces armées et la communauté de défense dans l’équilibre du pouvoir en Russie, avec un rôle important à jouer contre toute tentative de déstabilisation interne sous des poussées externes subversives, type-regime change. Nous rappelons ce jugement, présenté le :

« ...[I]l nous paraît assez probable que cette force [la défense et l’armée] pèse d’un poids important sur Poutine pour maintenir la politique russe de sécurité nationale sur une voie de fermeté... [...] Ainsi la partie des déclaration de Gerasimov donnant une nouvelle définition de la guerre, et y incluant, pour ce qui regarde les forces armées, les pratiques de  “regime change”  et d’“agression douce”, impliquent sans guère de doute que ces forces armées se jugent fondées à considérer que toute action de déstabilisation venant du groupe des “libéraux”-“5èmecolonne” les concerne directement, et qu’elles se jugent compétentes et autorisées, ces forces armées, à agir contre cela. »

Ci-dessous, le texte “STT” (Sic Semper Tyrannis) du site du colonel Patrick Lang, du 21 mars 2019

dedefensa.org

_________________________

 

 

« L’armée russe a été radicalement transformée »

Dans sà dernière “situation” de la Fédération de Russie, Patrick Armstrong a mentionné un discours prononcé par Sergei Choïgou devant une commission de la Douma. Dans ce discours, Choïgou dévoile une litanie de nouveaux systèmes d'armes qui sont maintenant entre les mains des forces de défense russes. Impressionnant, mais ce n'est qu'une liste. Il y a quelques jours, le colonel Lang m'a demandé d'examiner le discours de plus près. Il a clairement vu quelque chose que j'ai manqué dans ma première lecture superficielle. Je l'ai relu. C'est un sacré discours. M. Choïgou dit beaucoup plus que la simple énumération des nouvelles armes qui sont entre les mains des soldats russes. “SouthFront” a offert une traduction en anglais du discours qui a d'abord paru dans “Étoile Rouge”, le journal officiel du ministère de la défense de la Fédération de Russie. L'article de“SouthFront” commence comme suit.  

« Le général Sergei Choïgou, ministre russe de la Défense, a pris part à la réunion élargie de la Commission de défense de la Douma d'État. Le chef du ministère de la Défense a communiqué une mise à jour détaillée aux participants sur les résultats des six années de travail à grande échelle pour renforcer la capacité de défense de l'État russe en augmentant la puissance de combat de nos forces armées. En fait, la Russie a maintenant une armée complètement différente de celle qu'elle avait avant 2013. Nous publions aujourd'hui le texte intégral d'un discours prononcé par le général d'armée Sergueï Choïgou lors d'une réunion élargie de la Commission de la défense de la Douma d'État de la Fédération de Russie. »

Le discours est rempli de chiffres et de faits et est heureusement dépourvu d'hyperbole propagandiste. Qui a besoin de propagande quand les faits parlent d'eux-mêmes ? D'abord quelques faits, justement. Les améliorations apportées aux forces de fusées stratégiques comprennent 12 régiments MIRV ICBM RS-24 Yars MIRV (109 missiles), 108 ICBM lancés par sous-marin, probablement les nouveaux missiles Bulava et 3 sous-marins de classe Borei construits pour utiliser les nouveaux missiles Bulava.

Un autre système mentionné par Choïgou est le déploiement de 10 brigades de missiles balistiques à courte portée Iskander avec 12 lanceurs/brigade. Ce système permet de tenir à distance l’OTAN. L’Iskander peut tirer des ogives nucléaires et plusieurs types d'ogives classiques et dispose de multiples moyens de guidage, y compris une version de missile de croisière. Il a été testé avec succès en Syrie.

Parmi les systèmes défensifs vantés par Choïgou figurent 20 régiments de missiles S-400 avec 8 à 12 lanceurs/régiment, 23 divisions (régiments ?) Pantsir-S avec 18 lanceurs/régiment, 17 bataillons de Bastion, systèmes de défense côtière antinavire avec 12 lanceurs/bataillon. Notez qu'il s'agit de systèmes défensifs. Bien sûr, ils peuvent servir de parapluie défensif pour les forces déployées, comme en Syrie, mais ce sont quand même des systèmes défensifs. Ils sont principalement déployés sur le territoire russe pour défendre la Russie contre les attaques maritimes et aériennes. Cela correspond à un autre point soulevé par Choïgou. « D'ici 2019, une couverture radar complète pour le système d'alerte d'attaque de missiles dans toutes les directions stratégiques de la dimension aérospatiale et pour tous les types de trajectoires de vol des missiles balistiques achèvera d’être mise en place autour du périmètre de la frontière russe », a-t-il dit. Le système unifié de détection spatiale et de contrôle de combat est en cours de développement." Il devrait être clair que les forces armées de la Fédération de Russie ont pour but de défendre la mère Russie et non de s'engager dans l'aventurisme expéditionnaire. Rafraîchissant, n'est-ce pas ?

Choïgou a également expliqué la réaction de la Russie à la prise de conscience que l'espace est un domaine de guerre. La force aérienne russe est maintenant la force aérienne aérospatiale. Nous le savions depuis un certain temps, mais Choïgou l'a confirmé en vantant le développement de la fusée Angara et le déploiement de 57 nouveaux satellites. Cette réorganisation a eu lieu en 2015 lorsque les Forces de défense aérienne et antimissile, les Forces spatiales et la Force aérienne ont été regroupées au sein des Forces aérospatiales. 

En plus de cette liste des principaux systèmes d'armes et de leur disponibilité, de leur fiabilité et de leur précision accrues, Choïgou s'est donné beaucoup de mal pour souligner les progrès en matière de logistique, de développement des forces, de formation militaire et d'autres « questions relatives aux soldats ». Au cours des six dernières années, il y a eu une amélioration considérable dans les logements des soldats, les soins de santé et les installations de loisirs militaires. Les deux tiers des forces armées sont désormais contractuels (volontaires) et un tiers seulement sont des appelés du contingent. L'Armée de terre compte 136 groupes de bataillons tactiques entièrement prêts, composés tous de volontaires. Ce qui m'a particulièrement frappé, c'est l’accent mis par Choïgou sur le renoncement généralisé aux contractants extérieurs, non militaires, pour la logistique et le soutien domestique des forces, et leur remplacement par des soldats et des employés du ministère de la défense. À cet égard, les forces armées russes vont dans la direction opposée à la nôtre. Oh, comme j'aspire au retour des équipes des mess que nous avions et tout ce qui y ressemblait pour l’entretien et la nourriture dans les bases.

Un autre point mentionné par Choïgou montre comment lui et les forces armées sont convaincus que les hommes sont plus importants que les machines : « Pratiquement toutes les forces terrestres, ainsi que les brigades de fusiliers motorisés et les brigades d'infanterie navale, soit au total 35 formations, ont été équipées du matériel de combat moderne Ratnik-2. » L'équipement de combat individuel Ratnik-2 comprend un exosquelette passif pour protéger la colonne vertébrale et les articulations ainsi qu'une protection balistique. Ma colonne vertébrale et mes articulations auraient apprécié une telle attention portée à la santé et au bien-être des soldats. Je pense que ce Ratnik-2 est tout aussi impressionnant que les gros équipements. Ceci est une description d'un article du “Military Times”.

« Au cœur du système se trouve la création d'un réseau hautement intégré qui renforce la connaissance de la situation générale du fantassin et permet de fournir des informations et des renseignements vitaux entre les soldats d'une unité et d'autres ressources externes qui soutiennent cette unité. Pour ce faire, Ratnik inclut le système de communication ‘Mousquetaire’ qui permet des transmissions vocales et vidéo, ainsi que des récepteurs GLONASS (l'alternative russe au GPS) pour la navigation. De plus, le système est livré avec un appareil de chauffage, un filtre à eau, un masque à gaz, une trousse médicale et d'autres “éléments de survie” nécessaires. L'ensemble de la combinaison Ratnik-2 est recouvert de matériaux à infrarouge, ce qui permet aux soldats d'opérer presque sans être détectés par les scanners infrarouges. »

Enfin, il y a un clin d'œil à l'aspect psychologique et informationnel de la guerre. Non, ce n'est pas cette stupide idée occidentale de la “Doctrine Gerasimov”. Mark Galeotti explique la sottise de cette idée dans ses commentaires sur le discours prononcé par Gerasimov il y a un peu plus de deux semaines. L'intérêt du ministère de la Défense pour l'aspect psychologique de la guerre est essentiellement défensif, tout comme la structure et la disposition des forces armées russes sont de nature défensive. « Conformément au décret du Président de la Fédération de Russie, des organes politiques militaires ont été créés l'année dernière. L'un des domaines les plus importants de leur travail est l'éducation patriotique des militaires des forces armées et des jeunes. » Je pourrais me tromper dans mon interprétation, mais cela ressemble à une structuration modernisée, en beaucoup moins sinistre, des corps des commissaires politiques. Je ne vois pas ça comme une mauvaise chose. Au contraire, je le vois comme une mise en œuvre de cours d'instruction civique pour les troupes, tout comme le Mouvement national des jeunes cadets de l'Armée, également noté dans le discours de Choïgou, représente une éducation civique pour la jeunesse russe... Une vaccination psychologique contre la guerre occidentale de l'information.

Pour finir, j'aime bien ce type, Sergei Choïgou. Il aime l'histoire et le hockey. Il peint à l'aquarelle, mon activité préférée. Il aime la sculpture sur bois et il est très doué pour la pratiquer. Je nous verrais bien boire autour d'un feu de camp avant qu’il s’évanouisse soudain dans la nuit en chantant dans  l’harmonie de gorge typique des natifs de Mongolie. Ce serait vraiment un grand moment de camaraderie chaleureuse.

Sic Semper Tyrannis

Donations

Nous avons récolté 292 € sur 3000 €

faites un don