Jugement d’outre-tombe sur notre nouvelle Guerre froide

Bloc-Notes

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Jugement d’outre-tombe sur notre nouvelle Guerre froide

Qui ne connaît encore George Kennan doit s’informer au plus vite. Mort en 2005 à 101 ans, Kennan est certainement l’un des grands diplomates US du XXème siècle, à côté d’un George Marshall ou d’un Henry Kissinger. C’est ce “grand diplomate”-là que nous consultons aujourd’hui, selon des observations faites il y a 16 ans, et remarquablement prémonitoires. (Notre jugement de “grand diplomate US” écarte la dimension morale, pour ne considérer que la capacité du diplomate, notamment cette capacité essentielle et fondamentale à considérer aussi bien “le point de vue de l’autre” que le sien propre dans les relations internationales, dans le jugement d’une politique, dans une négociation, etc. Il est évident qu’on jugera Marshall comme un personnage bien plus “moral” que Kissinger, qui est une de ces “vieilles crapules” par bien des aspects, mais nous ne considérons que les capacités intellectuelles et professionnelles. Par ailleurs, et pour compléter l’appréciation sur la relativité du jugement, on observera que tous les “grands diplomates US” sont nécessairement des diplomates au service de l’américanisme et, indirectement mais fermement, au service du Système.)

Le parcours par où nous vient la citation de Kennan est extrêmement intéressant. ZeroHedge.com publie, ce 31 juillet 2014, une longue analyse du même 31 juillet 2014 de Chris Martenson, dans Peak Prosperity ; lequel Martenson cite dans son texte une interview de George Kennan, relayée le 12 janvier 2009 par Russia, Other Point of View. Nous disons bien “relayée” car, ô surprise, cette interview est contenue dans un article de Thomas Friedman, dans le New York Times du 2 mai 1998. L’article, très court comme c’est l’habitude chez Friedman, est intitulé «Foreign Affairs; Now a Word from X» Nous le reproduisons en entier avec toutes les références du bon usage, – par respect, soit pour l’interviewé soit pour l’auteur c’est selon.

«His voice is a bit frail now, but the mind, even at age 94, is as sharp as ever. So when I reached George Kennan by phone to get his reaction to the Senate's ratification of NATO expansion it was no surprise to find that the man who was the architect of America's successful containment of the Soviet Union and one of the great American statesmen of the 20th century was ready with an answer.

»“'I think it is the beginning of a new cold war,” said Mr. Kennan from his Princeton home. “I think the Russians will gradually react quite adversely and it will affect their policies. I think it is a tragic mistake. There was no reason for this whatsoever. No one was threatening anybody else. This expansion would make the Founding Fathers of this country turn over in their graves. We have signed up to protect a whole series of countries, even though we have neither the resources nor the intention to do so in any serious way. [NATO expansion] was simply a light-hearted action by a Senate that has no real interest in foreign affairs.”

»“What bothers me is how superficial and ill informed the whole Senate debate was,” added Mr. Kennan, who was present at the creation of NATO and whose anonymous 1947 article in the journal Foreign Affairs, signed “X,” defined America's cold-war containment policy for 40 years. “I was particularly bothered by the references to Russia as a country dying to attack Western Europe. Don't people understand? Our differences in the cold war were with the Soviet Communist regime. And now we are turning our backs on the very people who mounted the greatest bloodless revolution in history to remove that Soviet regime.

»“And Russia's democracy is as far advanced, if not farther, as any of these countries we've just signed up to defend from Russia,” said Mr. Kennan, who joined the State Department in 1926 and was U.S. Ambassador to Moscow in 1952. “It shows so little understanding of Russian history and Soviet history. Of course there is going to be a bad reaction from Russia, and then [the NATO expanders] will say that we always told you that is how the Russians are – but this is just wrong.”

»One only wonders what future historians will say. If we are lucky they will say that NATO expansion to Poland, Hungary and the Czech Republic simply didn't matter, because the vacuum it was supposed to fill had already been filled, only the Clinton team couldn't see it. They will say that the forces of globalization integrating Europe, coupled with the new arms control agreements, proved to be so powerful that Russia, despite NATO expansion, moved ahead with democratization and Westernization, and was gradually drawn into a loosely unified Europe. If we are unlucky they will say, as Mr. Kennan predicts, that NATO expansion set up a situation in which NATO now has to either expand all the way to Russia's border, triggering a new cold war, or stop expanding after these three new countries and create a new dividing line through Europe.

»But there is one thing future historians will surely remark upon, and that is the utter poverty of imagination that characterized U.S. foreign policy in the late 1990's. They will note that one of the seminal events of this century took place between 1989 and 1992 – the collapse of the Soviet Empire, which had the capability, imperial intentions and ideology to truly threaten the entire free world. Thanks to Western resolve and the courage of Russian democrats, that Soviet Empire collapsed without a shot, spawning a democratic Russia, setting free the former Soviet republics and leading to unprecedented arms control agreements with the U.S.

»And what was America's response? It was to expand the NATO cold-war alliance against Russia and bring it closer to Russia's borders.

»Yes, tell your children, and your children's children, that you lived in the age of Bill Clinton and William Cohen, the age of Madeleine Albright and Sandy Berger, the age of Trent Lott and Joe Lieberman, and you too were present at the creation of the post-cold-war order, when these foreign policy Titans put their heads together and produced . . . a mouse.

»We are in the age of midgets. The only good news is that we got here in one piece because there was another age – one of great statesmen who had both imagination and courage.

»As he said goodbye to me on the phone, Mr. Kennan added just one more thing: “This has been my life, and it pains me to see it so screwed up in the end.”»

On comprend la rage vertueuse, exprimée sous forme d’un mépris complet pour les “souris” accouchées des titans d’avant, du gros Thomas Friedman... Justement, avant de passer à l’essentiel et pour illustrer cet essentiel finalement, observons et écoutons ce que nous dit le gros Thomas, seize ans après avoir entendu et apprécié à leur juste valeur les paroles de sagesse de George Kennan. Le croiriez-vous ? Bien entendu, – car qui douterait un instant que Thomas Friedman, un instant égaré auprès de George Kennan, ne regagnât aussitôt la ligne du Parti qu’il suit avec un entêtement insipide, toujours avec la fleur de la démocratie triomphante à la boutonnière. Ainsi Patrick L. Smith, de Salon.com, nous rapporte-t-il le 1er mars 2014 l’état de la pensée et du jugement de Friedman à propos des événements d’Ukraine et de la prise du pouvoir par l’actuelle bande de Kiev, lors d’une interview d’ABC par George Staphanopoulos... (Bien entendu, depuis et d’ailleurs déjà avant, Friedman n’a pas varié d’un pouce de la ligne officielle du Parti.)

«The ultimate came last Sunday in the person of Tom Friedman. One can always rely on the supremely toady New York Times columnist to come forth with comment that remolds the world such that the most misshapen, ambiguous events fit neatly into the Washington orthodoxy and the neoliberal version of humanity’s way forward. “The good news is the fact that this happened from the bottom up,” Friedman said on ABC’s “This Week with George Stephanopoulos.” “The West didn’t do this. The United States didn’t do this. The EU didn’t do this. The Ukrainian people did this.”

»Every one of the above sentences reflects what we are supposed to think we have just witnessed in Ukraine. And every one is false. The “revolution” in Ukraine was orchestrated, not bottom up; the West by way of the Europeans and Americans did the orchestrating, and the Ukrainian people — that portion who favor a Westward tilt — were the instruments, not the composers. The true tragedy in Ukraine as we have it for the moment is that the tragedies of the past couple of weeks are not the true tragedy. As I see it, this is yet to come. Seduction and betrayal are the plot lines — the former now accomplished, the latter the inevitable denouement...»

... Ainsi avons-nous notre raccourci vers l’essentiel. Friedman, homme de communication avec la pensée politique réduite à mesure, se faisant le porteur de message de George Kennan, pour nous faire connaître la vision évidente et prémonitoire à la fois du vieux diplomate sur la catastrophique décision de l’élargissement de l’OTAN, qui est la cause première de la séquence historique dont nous goûtons aujourd’hui les fruits effectivement catastrophiques ; et le porteur de message, abondant dans le sens du vieux sage mais sans jamais perdre de vue sa fonction-Système, et exaltant, seize ans plus tard, la conséquence catastrophique que nous annonçait le vieux sage, et qu’il (Friedman) avait dénoncée avec quelle vigueur dans son article du New York Times. Si les titans de la Guerre froide ont accouché d’autant de “souris” qu’il y a à la tête des pays du bloc BAO, Friedman, lui, s’est lui-même accouché continuellement en “souris” besogneuse du commentaire privilégié du “journal de référence” absolu dont on connaît le naufrage dans le conformisme-Système.

De Kennan à Friedman, on voit bien qu’il n’y a ni complot, ni vaste dessein, mais déclin vertigineux des caractères pour accoucher des jugements les plus courts possibles, mépris de la mémoire et de l’expérience, délice du conformisme, etc., cette évolution vertigineuse depuis la Guerre froide étant marquée par une formidable inversion de la perception et du jugement. Kennan, on l’a dit, était tout de même un homme du Système, mais il n’était pas de cette génération qui a soudain basculé dans la décadence accélérée, dans la politique ramenée à la communication immédiate, dans la raison réduite à l’affectivité, dans l’expérience résumée dans l’“éternel présent”. Il gardait l’instinct, l’expérience et la raison du diplomate ; à côté de lui, Friedman qui l’applaudit à un moment pour le trahir réglementairement ensuite, représente cette “écume de la pensée” à laquelle est réduit aujourd’hui le commentaire de la presse-Système et de tout ce qui va avec.

Effectivement, la catastrophe ukrainienne a son origine dans la décision d’élargir l’OTAN, et Kennan, avec approbation du Friedman-du-jour, l’avait bien vu, et cela attrista fortement ses vénérables vieux jours. La cerise sur la gâteau est de la même aune médiocre qui caractérise cette époque où triomphe la surpuissance autodestructrice : l’idée de l’élargissement de l’OTAN avait été lancée par les démocrates qui allaient venir au pouvoir dans le chef du sémillant Bill Clinton, au printemps-été 1992, pour rameuter la communauté polonaise de Chicago, jusqu’alors ferme soutien des démocrates et qui menaçait de passer à l’ennemi (républicain) si bon ordre n’y était mis ; la promesse de faire entrer la Pologne dans l’OTAN, avec quelques autres, parut un bon argument, – et ainsi fut lancé ce train catastrophique. Au reste, quand le couple Clinton-Gore décida que cette promesse serait tenue de façon à conforter la position du parti démocrate, et que la consigne fut lancée dans la bureaucratie, en 1993-1994, il n’y avait pas un seul expert pour ne pas juger, à l’image de Kennan, que cette initiative était une catastrophe. (L’actuel adjoint au secrétaire général de l’OTAN, l’ancien ambassadeur US Alexander Russell “Sandy” Vershbow, qui anime aujourd’hui l’activisme otanien en Ukraine, était le premier, dans ces années-là, à dénoncer mezzo voce et en petit comité l’élargissement de l’OTAN.) Mais la plupart se retinrent bien de clamer publiquement leur conviction, au contraire de Kennan, – question de caractère (et de carrière, éventuellement)...

Ainsi est-ce bien la marque de cette époque : les plus formidables catastrophes, – et la crise ukrainienne est sans doute la plus grande à cet égard, – naissent d’événements dérisoires illustrant les aspects les plus vils du Système. Il y a une mécanique en marche, sans aucun doute, entre la dérision extrême de cette bassesse et l’ampleur formidable des conséquences. Nous y trouvons l’argument dynamique principal pour réaffirmer que la surpuissance produite par le Système produit évidemment et parallèlement tous les ingrédients de son autodestruction... En fait, si Kennan et tout l'état d'esprit qui l'accompagnait avaient été plus jeunes d’un demi-siècle, toutes ces choses ne seraient sans doute pas arrivées, le Système serait bien moins en danger d’effondrement, les USA ne seraient pas devenus ce tortionnaire haï de tous et conduisant une politique de l’autodestruction. Dans sa tombe, George Kennan doit avoir un de ces sourires tristes qui saluent le paradoxe de la dérision de l’hybris du sapiens, porté à son paroxysme de bon exécutant du “déchaînement de la Matière


Mis en ligne le 1er août 2014 à 10H06

Donations

Nous avons récolté 1696 € sur 3000 €

faites un don